70 ans de droits de l’homme, mais le scandale de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène continue

5 min read
Miniature
WaterAid/ Ernest Randriarimalala

Alors que les objectifs de développement durable en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène étaient sous les feux de la rampe cette année, des milliards de personnes continuent à être privées de la jouissance de ces droits humains. C’est un scandale, écrit Savio Carvalho, directeur des campagnes mondiales à WaterAid UK.

Un jour, pendant la canicule à Londres cet été, un problème d’ingénierie a fait que les robinets et les toilettes de nos bureaux ont été à sec pendant une journée. C’était une situation des plus rares, qui est rapidement devenue un sujet d’humour ironique.

Ce manque d’eau et d’assainissement dans notre bureau, bien que fugace, a provoqué quelques perturbations. Le personnel a débattu du fait de braver la journée sans eau courante ni toilettes, beaucoup décidant de travailler à distance. Nous ne pouvions pas imaginer fonctionner dans un endroit où nos besoins essentiels n’étaient pas satisfaits.

Une eau propre et un assainissement décent sur les lieux de travail, dans les écoles et les établissements de santé sont essentiels pour une main-d’œuvre productive et une société saine, prospère et égalitaire. À une plus grande échelle, il existe de nombreuses preuves des bénéfices socio-économiques de l’investissement dans l’eau, l’hygiène et l’assainissement (WASH), pour les individus, les sociétés et les familles comme celle de Perline, représentée ci-dessus à gauche. Ils sont essentiels à la constitution du capital humain que la Banque mondiale a répertorié cette année.

Mais plus fondamentalement, l’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène sont des droits humains, étroitement liés à la dignité d’un individu. Comme l’a déclaré l’Assemblée générale des Nations unies, la jouissance de ces droits est essentielle pour la jouissance des autres droits humains.

Un scandale et un déni

En 2015, les dirigeants du monde se sont encore plus engagés en adoptant les objectifs de développement durable (ODD), un programme ambitieux pour les personnes, la planète et la prospérité. Chaque année, les gouvernements examinent les progrès de chaque pays par rapport aux ODD, y compris les progrès mondiaux sur des thèmes spécifiques. En 2018, les gouvernements, les agences des Nations unies et le secteur privé ont examiné les progrès réalisés dans les domaines de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène. Les statistiques, très inquiétantes, ont brossé un sombre tableau.

La réalité alarmante est que 844 millions de personnes ne disposent toujours pas d’eau propre à proximité de leur domicile, et près d’une personne sur trois ne dispose pas de toilettes décentes. Cela représente à peu près l’ensemble des populations des États-Unis, du Brésil, du Nigeria et de l’Éthiopie qui vivent sans l’eau propre qui est leur droit.

Environ 289 000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque année de maladies diarrhéiques directement liées à l’eau sale et à un mauvais assainissement. Cela représente près de 800 enfants par jour, soit un enfant toutes les deux minutes. C’est plus qu’une crise mondiale de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène. C’est un scandale. C’est le déni du droit à la vie.

Traduire les mots en actions...

Les gens ordinaires ont besoin de plus que des résolutions, des déclarations ou des révisions - ils ont besoin d’une action urgente. Ils ont besoin de voir les mots traduits en un élan politique aux niveaux national et local. Et ils ont besoin que cet élan se traduise par la priorité accordée au programme WASH par les gouvernements nationaux, les agences des Nations unies, les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, les institutions financières internationales et le secteur privé. Aucune école, aucun établissement de santé ou usine ne devrait être autorisé à poursuivre ses activités sans services WASH adéquats.

Il est également nécessaire d’investir dans la bonne gouvernance, notamment en renforçant les systèmes et les capacités dans le secteur WASH. Et il faut des institutions responsables, au sein desquelles les gens peuvent exiger des services et faire valoir leurs droits. Cela inclut la société civile, les médias et les organes de redevabilité tels que le pouvoir judiciaire, les parlements et les responsables de l’audit.

...et les financer

Investir dans le secteur WASH n’est pas seulement essentiel, c’est aussi un bon investissement. L’Organisation mondiale de la santé estime à 260 milliards de dollars par an le total des pertes économiques mondiales dues à l’insuffisance des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement. Et pour chaque dollar dépensé pour l’eau et l’assainissement, avec un retour de 4 dollars en moyenne grâce à l’augmentation de la productivité et la réduction des coûts des soins de santé. Les chiffres parlent d'eux-mêmes.

Une société saine apporte de multiples avantages économiques, sociaux et environnementaux au développement humain, en améliorant les résultats en matière de santé, de nutrition, d’éducation, de genre et de moyens de subsistance, et en renforçant la résilience des communautés face au changement climatique. Les effets d’entraînement sont innombrables.

Cette Journée des droits de l’homme marque le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, un document historique qui a proclamé les droits inaliénables auxquels chacun a droit en tant qu’être humain. Nous devons défendre nos propres droits et ceux de tous les êtres humains. C’est à chacun d’entre nous de faire des droits une réalité. Nous devons #Standp4HumanRights - défendre l’égalité, la justice et la dignité humaine.

Ainsi, chaque fois que vous buvez de l’eau propre, que vous utilisez des toilettes décentes ou que vous vous lavez avec du savon, pensez aux nombreuses personnes qui sont privées de la jouissance de ces droits.

Cela ne peut pas continuer. C’est une question de dignité et d’humiliation, de santé et de maladie, de pauvreté et de prospérité. Et, surtout, de vie et de mort.