Adaptation et résilience : pourquoi la crise climatique est une crise de l'eau

6 min read
WaterAid/Abir Abdullah

L'accès à l'eau potable est vital pour la résilience au changement climatique. Comme le montre le travail de WaterAid dans le sud-est du Burkina Faso, le développement de systèmes d'eau, d'assainissement et d'hygiène robustes et fiables est notre meilleure défense contre l'incertitude climatique. 

La crise climatique est souvent évoquée en termes d'émissions de carbone, mais les effets du changement climatique se font surtout sentir dans le domaine de l'eau. On estime qu'au cours de la dernière décennie, plus de 90 % des catastrophes majeures ont été causées par des inondations, des tempêtes, des vagues de chaleur, des sécheresses et d'autres phénomènes météorologiques. Et ces catastrophes devraient devenir plus fréquentes et plus intenses en raison du changement climatique.

Les communautés où travaille WaterAid sont en première ligne du changement climatique, et nous constatons déjà que l'approvisionnement en eau des ménages est de plus en plus menacé. Les pays les plus vulnérables au changement climatique sont ceux qui ont le moins contribué à ce phénomène, mais ce sont eux qui en supportent les conséquences les plus lourdes.

Chan Srey Nuch, 31 ans, se tient avec ses filles dans les eaux de crue qui inondent leur quartier. Siem Reap, au Cambodge, en août 2016.
Chan Srey Nuch, 31 ans, se tient avec ses filles dans les eaux de crue qui inondent leur quartier. Siem Reap, au Cambodge, en août 2016.
WaterAid/Tom Greenwood

Il est presque trop tard pour parler d'atténuation. Nous devons passer à l'adaptation au changement climatique et placer l'eau au cœur du débat. L'ampleur des phénomènes et les liens entre l'accès universel à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène (EAH) et le changement climatique signifient que ces questions ne peuvent être traitées seules. Le secteur privé, les compagnies de distribution d'eau (y compris celles du Royaume-Uni), les gouvernements et les ONG doivent tous travailler ensemble de manière coordonnée et collective.

Cependant, les niveaux de financement mondial pour le climat destinés au secteur WASH sont faibles. À l'échelle mondiale, le secteur de l'eau reçoit moins de 10 % du financement climatique provenant de sources publiques. En 2018, 6,4 milliards de dollars ont été alloués à la gestion de l'eau et des eaux usées, et 774 millions de dollars au secteur WASH de base. Qui plus est, notre récent rapport, « Il suffit d’ajouter l’eau : une analyse paysagère du financement du climat pour l’eau », montre que les communautés vulnérables, qui émettent peu de carbone à proprement parler, ont un besoin vital de soutien climatique. Pourtant, sur l'ensemble du financement climatique mondial, seuls 5 % sont actuellement alloués à l'adaptation au changement climatique, soit environ 30 milliards de dollars par an.

Construire des services d'eau, d'assainissement et d'hygiène résilients

L'accès à l'eau potable est vital pour la résilience au changement climatique, et pourtant même les pays les plus vulnérables au climat ont des niveaux d'accès à l'eau potable parmi les plus bas du monde. Près de 80 % du territoire du Bangladesh, par exemple, est sujet à des inondations, qui détruisent régulièrement les cultures et exposent la population à des maladies d'origine hydrique. Malheureusement, selon les derniers chiffres du JMP de l'OMS/UNICEF, seuls 57,5 % de la population du Bangladesh ont accès à un approvisionnement en eau potable géré en toute sécurité à leur domicile.

Des infrastructures d'eau résilientes au climat et un approvisionnement fiable peuvent transformer les perspectives des communautés vivant dans la pauvreté. Grâce à une meilleure disponibilité de l'eau en période de pénurie, les communautés peuvent résister à des saisons sèches plus longues et aux inondations. En conjuguant les avantages d'un meilleur approvisionnement en eau potable, d'un assainissement et d'une hygiène décents, on peut améliorer le niveau de vie et réduire l'exposition aux maladies d'origine hydrique, ce qui aide les communautés à mieux faire face aux effets du changement climatique.

Toutefois, pour s'adapter au changement climatique, il faut également s'assurer que les communautés locales disposent des compétences nécessaires pour surveiller, entretenir et réparer les installations EAH, et garantir un financement suffisant pour soutenir ces initiatives locales.

Un besoin urgent de services durables et gérés en toute sécurité

Lors d'un récent webinaire consacré aux derniers développements en matière d'adaptation au climat et de résilience dans le secteur de l'eau, Lucien Damiba, responsable régional de la recherche et des connaissances de WaterAid, a évoqué les difficultés rencontrées par les habitants du Burkina Faso et ce qu'ils font pour devenir plus résilients.

Au cours des deux derniers mois de la saison sèche dans la province du Boulgou, dans le sud-est du Burkina Faso, les gens ont du mal à trouver suffisamment d'eau pour boire, cuisiner, se laver et assurer la survie de leurs animaux. De nombreuses rivières s'assèchent, ce qui signifie que la seule source d'eau est la pompe locale. Mais si trop de personnes dépendent de cette pompe, le niveau de l'eau souterraine peut baisser, ce qui signifie que la pompe doit travailler plus dur et tombe en panne plus souvent. L'eau peut même s'épuiser.

François Nikiema, 31 ans, regarde dans un puits asséché dans le village de Yargho, dans la province de Bazega, au centre-sud du Burkina Faso, en février 2021.
François Nikiema, 31 ans, regarde dans un puits asséché dans le village de Yargho, dans la province de Bazega, au centre-sud du Burkina Faso, en février 2021.
WaterAid/Basile Ouedraogo

Pour y remédier, Lucien a expliqué comment WaterAid travaille avec les communautés pour concevoir des moyens pratiques, abordables et durables afin de garantir l'accès des populations à l'eau potable, tout au long de l'année. « Nous formons des volontaires communautaires pour qu'ils surveillent la quantité d'eau dans leur région, que ce soit en mesurant les précipitations ou en suivant le niveau d'eau dans les puits et les forages », a-t-il expliqué.

Garantir l'accès de tous à des installations d'eau durables permet également de rééquilibrer certaines inégalités révélées par la pandémie de COVID-19, notamment dans les hôpitaux, les cliniques et les écoles.

L'évolution du climat rendant l'avenir encore plus incertain, nous nous efforçons également d'identifier et de surveiller le stress hydrique afin que les stratégies d'adaptation puissent être adaptées à chaque endroit.

Si l'aide apportée aux communautés pour qu'elles deviennent des experts en eau a porté ses fruits dans le Boulgou, Lucien a souligné la nécessité d'une innovation plus rapide. Notre meilleure défense contre les effets du changement climatique, qui entraînent des incertitudes en matière d'eau, est d'utiliser des systèmes robustes et de travailler avec les communautés locales pour s'assurer qu'elles disposent des outils et de la formation nécessaires pour les entretenir.

2021 : une année d'espoir

2021 est l'année où nous devons faire bouger les choses. C'est l'année où le monde prendra de grandes décisions sur la manière de se remettre d'une crise sanitaire mondiale, une occasion unique de créer une société plus verte et plus juste, et un monde mieux préparé aux effets du changement climatique.

Avec le soutien des professionnels du secteur de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène, nous pouvons mettre à profit notre expérience et notre expertise en matière d'adaptation au climat pour fournir des installations d'eau fiables aux populations des pays à faible revenu, et faire progresser collectivement notre action en faveur d'une eau, d'un assainissement et d'une hygiène résistants aux crises.

Rob Fuller est le conseiller mondial pour le secteur de l'eau de WaterAid.

Participez à la discussion

Dans les mois qui précèdent la COP26, le secteur britannique de l'eau se réunit pour organiser une série de discussions en ligne gratuites, en utilisant les thèmes des cinq campagnes de la COP26. La série de discussions virtuelles sur le climat dédiée à l’eau se poursuivra tout au long de 2021 avec les thématiques suivantes :

  • Transport propre : le 5 août, 9-10 h BST (heure d'été britannique)
  • Finance: le 2 septembre, 9-10 h BST (heure d'été britannique)
  • Conférence sur le climat dédiée à l’eau : le 7 octobre, 9-17 h GMT
  • En direct de la COP26 : en novembre, date et heure à confirmer

Autres lectures

Image du haut : Des femmes marchent sur un sol craquelé en se rendant à un étang pour recueillir de l'eau à Vitaranga, Khulna, Bangladesh, mars 2018.