Adieu à un grand défenseur WASH, Kofi Annan

on
12 September 2018
Kofi Annan
Stocklight

Cette semaine, notre pays et le monde entier font leurs derniers adieux à un grand homme d’État, à l’occasion de l’enterrement de Kofi Annan.

Le garçon de Kumasi, au Ghana, a porté la question du sort de son peuple et de tant d’autres personnes aux plus hauts niveaux du gouvernement, s’élevant au niveau des Nations unies pour devenir le Secrétaire général de l’ONU le 1er janvier 1997 : le premier homme d’Afrique subsaharienne à occuper ce poste. Il a donné la priorité à l’aide et au développement, transformant son appel à l’action contre le VIH/sida en premier fonds mondial de lutte contre la maladie.

En tant que secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan était un visionnaire et un champion des droits des personnes les plus pauvres et les plus marginalisées du monde, proposant le Pacte mondial des Nations unies sur les droits de l’homme, le travail et l’environnement, pour encourager les entreprises à agir de manière responsable et durable.

Il a publié la Déclaration du millénaire des Nations unies qui a conduit à ce qui était alors l’effort le plus ambitieux de l’histoire pour vaincre la pauvreté : les objectifs du millénaire pour le développement, dont celui de réduire de moitié la proportion de personnes dans le monde qui n’ont pas accès à l’eau et à des toilettes décentes. Il a partagé avec les Nations unies le prix Nobel de la paix 2001 pour ces efforts visionnaires, qui ont ensuite conduit aux nouveaux objectifs de développement durable fixés en 2015.

Il a appelé le monde à libérer les femmes et les filles de leur fardeau quotidien qui consiste à transporter de l’eau sur de longues distances, et a créé le Conseil consultatif du Secrétaire général des Nations unies sur l’eau et l’assainissement pour aider à mobiliser des fonds pour des projets d’eau et d’assainissement.

Plus tard, en tant que président du conseil d’administration de la Fondation Kofi Annan, et en tant que membre de la Fondation des Nations unies et des Sages universels, les droits et le bien-être des personnes les plus pauvres de la Terre sont restés sa principale préoccupation.

Alors que nous pleurons la disparition de Kofi Annan, nous voyons l’héritage qu’il nous a laissé, et le travail que nous devons poursuivre. En 2000, 18 % de la population mondiale n’avait pas accès à l’eau potable ; aujourd’hui, cette proportion a été ramenée à 11 %. Les progrès réalisés en matière de mortalité infantile signifient que 50 millions d’enfants qui n’auraient pas vu leur cinquième anniversaire s’ils étaient nés avant 2000 ont survécu.

Pourtant, il reste encore tant à faire. Il y a encore 2,3 milliards de personnes dans le monde qui n’ont pas accès à des toilettes domestiques décentes – un chiffre qui a à peine changé en près de 20 ans. Pourtant, 389 000 enfants de moins de 5 ans dans le monde meurent chaque année de diarrhées liées à l’eau sale, à un mauvais assainissement et à une mauvaise hygiène – une tragédie qui pourrait être évitée. Ici, au Ghana, seulement 14 % de la population utilise des toilettes domestiques propres et sûres et 2 personnes sur 10 n’ont toujours pas accès à l’eau potable, une situation qui compromet la santé, la productivité et les droits de l’humain de chaque homme, femme et enfant dans ce pays.

Comme l’a dit Kofi Annan lui-même :

Nous ne vaincrons aucune des maladies infectieuses qui frappent les pays en développement tant que nous n’aurons pas gagné la bataille de l’eau potable, de l’assainissement et des soins de santé de base.

À WaterAid, nos plus sincères condoléances vont à sa famille, et notre ferme résolution est de poursuivre son travail jusqu’à ce que tout le monde, partout, ait accès aux éléments essentiels à la vie, à savoir une eau propre, des toilettes décentes et une bonne hygiène, qui sont essentiels pour une bonne santé, une bonne éducation et un avenir prospère.

Abdul-Nashiru Mohammed est le directeur national de WaterAid Ghana @AbdulNashiruMo1