Calendriers et quiz : comment les applications peuvent aider les filles à comprendre leurs menstruations

4 min read
Girls testing the Oky app in Mongolia`
Alexandra Tyers

La pandémie de COVID-19 a réduit l'accès aux produits sanitaires et aux lieux privés pour gérer les règles. Mais, comme nous l'avons découvert lors d'un récent webinaire organisé par WaterAid et l'UNICEF, les plateformes et les campagnes numériques s'avèrent très efficaces pour sensibiliser les gens à la santé et l'hygiène menstruelles, maintenant et après la pandémie.

Les impacts sexospécifiques de la COVID-19 sont visibles dans le monde entier. Pour de nombreuses personnes, la pandémie a changé la façon dont elles gèrent leur santé et leur hygiène menstruelles. Les mesures de confinement et la hausse des prix ont réduit l'accès aux articles de première nécessité tels que les produits hygiéniques, le savon et l'eau, ainsi que l'accès aux toilettes et autres espaces privés.

Mais en même temps, la pandémie a démontré comment les plateformes numériques peuvent offrir aux filles et aux femmes des informations critiques et fiables, à la fois maintenant et après la pandémie. Les plateformes numériques, telles que les applications, les sites web, les vidéos et les forums, offrent la possibilité de consulter les filles et de les informer sur la santé et l'hygiène menstruelles.

Oky, l'application de suivi des règles, en est un exemple. Actuellement disponible en Mongolie et en Indonésie, Oky est la première application de suivi des règles au monde qui a été créée pour et avec les jeunes filles. L'UNICEF a en effet demandé leur aide dans ces pays pour définir le design, les fonctionnalités et les exigences de l'application. Grâce à cette démarche, Oky fournit des informations sur les menstruations de manière amusante, créative et positive, directement sur le téléphone portable. L'application propose des compteurs de cycles menstruels, des calendriers et des conseils personnalisés, ainsi que des fonctions plus originales. Grâce au design ludique d'Oky, les jeunes filles peuvent personnaliser l'application, choisir et déverrouiller des avatars et répondre à des quiz sur la santé menstruelle.

UNICEF-EAPRO - Oky App
Captures d'écran de l'application Oky.
UNICEF-EAPRO

Contrairement à d'autres outils de suivi des règles, Oky est adapté à l'âge et à la culture, car il fournit un contenu pertinent au niveau local (par exemple, pour lutter contre les idées reçues, les idées fausses ou encore des pratiques dangereuses) et est disponible dans les langues locales. Cette application est également conçue pour les réalités numériques des filles, afin d'inclure celles qui peuvent avoir un accès limité à des appareils ou une faible culture numérique, et il est disponible avec ou sans WiFi ou données mobiles pour répondre aux besoins de celles qui vivent dans des zones de faible connectivité. Afin de protéger les données relatives à la santé des filles, Oky a mis en place des processus stricts de protection et de gouvernance des données et est non commercial, ce qui signifie que les données ne sont pas vendues à des fins lucratives.

Jusque là, cette application est super et je m'y fie complètement. Si tu viens juste d'avoir tes règles pour la première fois, alors cette application est faite pour toi ! En plus, elle est conçue pour les enfants comme moi. Elle te donne même des conseils et des informations sur la nutrition. Tu peux faire du sport et plus d'activités qui sont bonnes pour la santé. J'ai eu mes premières règles il y a plus d'un mois et cette application est vraiment utile.

Avis public sur Playstore

La combinaison de campagnes numériques et en personne a été essentielle pendant la pandémie, et s'est avérée être un moyen efficace de faire évoluer les normes autour des menstruations, et d'améliorer les relations entre les genres et l'accès aux connaissances et aux compétences. Aux Philippines, par exemple, la campagne #MeronAko se concentre sur la sensibilisation des apprenants, des enseignants et des écoles à la santé et à l'hygiène menstruelles. Depuis 2018, la campagne (qui signifie « j'ai » en tagalog) propose une approche d'apprentissage interactive et inclusive des genres, ainsi que des outils pour aider les enseignants à animer les cours et à inclure les élèves. Deux ans après le lancement de la campagne, les enfants et les enseignants ont déclaré qu'ils se sentaient plus confiants pour parler des menstruations, les garçons ont déclaré avoir une meilleure compréhension de la gestion de l'hygiène menstruelle, et les filles ont déclaré avoir moins honte de parler de leurs règles.

Consulter les filles pour comprendre leurs réalités numériques et créer des solutions avec elles est la base d'une bonne programmation et des développements technologiques en matière de santé menstruelle. Cette expérience nous a appris que les plateformes numériques peuvent amplifier les points de vue et les voix des filles et des femmes, ainsi que leurs expériences de menstruation. C'est aussi un moyen particulièrement efficace d'entendre ces groupes traditionnellement marginalisés ou exclus. Investir dans des plateformes numériques sûres et inclusives pour les personnes qui ont leurs règles est fondamental à une époque comme celle-ci, où elles risquent d'être laissées de côté. 

– Brooke Yamakoshi est spécialiste WASH, UNICEF
– Maria Dolores Picot est conseillère WASH, UNICEF
– Gerda Binder est conseillère régionale pour l'égalité des genres, UNICEF
– Alex Tyers-Chowdhury est spécialiste de l'égalité des genres et de l'innovation, UNICEF
– Chelsea Huggett est responsable technique, égalité et droits, WaterAid Australie

____________________________________________________________________

Ce sujet a été abordé dans le cadre d'une série de webinaires WaterAid/UNICEF en trois parties autour de la Journée de l'hygiène menstruelle.

Webinaire nº1 : Atteindre tout le monde : qui est laissé pour compte ?
Enregistrement | Présentations (PDF)

Webinaire nº2 : Renforcer les connaissances et les compétences pendant la pandémie et dans un monde post-COVID
Enregistrement | Présentations (PDF)

Webinaire nº3 : Intensifier l'action et l'investissement dans la santé et l'hygiène menstruelles
Enregistrement | Présentations (PDF)

Image du haut : des filles participent au test de l'application Oky en Mongolie