Après ce rite de passage, le Forum politique de haut niveau doit grandir 

The UN buildings in New York during HLPF 2019.
WaterAid/Lou Brydges

Voir le monde se rassembler pour faire le point sur les progrès des Objectifs de développement durable est toujours encourageant mais, quatre ans après l'Agenda 2030, cela est-il suffisant ? Savio Carvalho, directeur des campagnes mondiales de WaterAid, parle de ce qui est nécessaire pour que les gouvernements et les Nations unies s'engagent.

Il y a exactement quatre ans cette semaine, j'étais dans la salle de conférence lorsque les Objectifs de développement durable (ODD) ont été adoptés aux Nations unies à New York. C'était un moment d'espoir et de solidarité après un parcours fastidieux de plaidoyer, de lutte et d'effort de campagne pour développer et mettre en place ce programme ambitieux.

Le premier cycle du FPHN a été encourageant…

Au cours des quatre dernières années, dont le point culminant a été le Forum politique de haut niveau (FPHN) 2019 qui vient de s'achever, les ODD sont passés par leur rite de passage. À l'issue du premier cycle complet d'examen, je me sens conforté par le fait que 142 pays ont maintenant présenté leurs examens nationaux volontaires et que les 17 objectifs ont chacun été examinés au cours de conversations et de débats approfondis.

…mais le FPHN ne remplit pas son rôle de leadership

Cependant, le FPHN est chargé de jouer un rôle central dans la supervision du suivi et de l'examen des progrès des ODD au niveau mondial, avec pour mission de « fournir un leadership politique, des orientations et des recommandations pour suivi » et de « favoriser la cohérence et la coordination des politiques de développement durable à l'échelle du système ». 

Malheureusement, bien que le Forum ait maintenant trouvé ses marques à cet égard, il n'a pas encore rempli ce mandat, que ce soit en termes d'orientation politique ou de leadership indispensable. Si les États membres doivent faire face à cette situation, le Secrétariat des Nations unies doit également assumer la responsabilité du triste état du Forum. Il doit faire preuve de leadership, proposer des options (en consultation avec toutes les parties prenantes) et faciliter un processus visant à aider le FPHN à remplir son mandat. Les processus de réforme du FPHN et des Nations unies, qui débutent lors de la session de septembre de l'Assemblée générale, offrent au Secrétariat des occasions cruciales de présenter des propositions et de provoquer des changements radicaux dans le mode de fonctionnement du Forum.

Moustapha tenant un arrosoir et posant avec des choux, dans un jardin, dans le village de Sablogo, au Burkina Faso.
WaterAid/ Basile Ouedraogo
Moustapha tenant un arrosoir et posant avec des choux, dans un jardin, dans le village de Sablogo, au Burkina Faso. Le Burkina Faso a présenté sa Revue nationale volontaire au FPHN.

Les États ont les mains liées en ce qui concerne les flux de financement essentiels…

Le revers de la médaille est l'attitude peu brillante de la plupart des États membres, en particulier des nations riches, face à l'ambition « transformatrice » (oui, transformatrice) des ODD. Nombreux sont ceux qui ne reconnaissent pas le pouvoir de cette possibilité de changement et qui ne l'exploitent pas au maximum.

Et le changement au niveau national devient difficile lorsque les pays sont liés par des nœuds qui ne peuvent être desserrés qu'au niveau mondial, au-delà de ce que les États individuels peuvent contrôler. Par exemple, pour trouver l'argent nécessaire au financement des ODD, il faut renouveler les mesures d'allégement de la dette, de mobilisation des ressources intérieures (MRI), de soutien à l'élargissement des bases imposables et d'action coordonnée pour lutter contre les flux financiers illicites. Les pays à revenu élevé doivent tenir leurs promesses concernant les objectifs d'aide publique au développement (APD) et leurs objectifs contraignants en matière d'allègement, ainsi que le financement des mesures climatiques.

La libération des ressources à l'échelle nécessaire exige également de nouvelles taxes sur le carbone et sur les transactions financières, ainsi que la suppression rapide des subventions pour les combustibles fossiles, ces fonds devant être investis pour combler les déficits de financement des ODD dans la fourniture universelle des services publics.

…mais les pays peuvent agir pour améliorer la planification, les données et la gouvernance

Au niveau national, les gouvernements doivent accélérer les mesures pour la mise en œuvre des ODD. Cela nécessite un plan d'action clair, des données permettant de suivre les progrès et le renforcement des mécanismes de gouvernance et de redevabilité à tous les niveaux. Des cadres réglementaires solides pour la redevabilité de tous les acteurs impliqués dans le financement du développement social sont d'une importance primordiale. Cela inclut les investisseurs privés et publics, les prêteurs et les acteurs étatiques et non étatiques.

Le rôle de la société au sens large est tout aussi important. Les gouvernements doivent s'engager avec la société pour créer des espaces ouverts et transparents afin de collaborer à la réalisation des objectifs. Des institutions transparentes aident la société à demander des comptes aux acteurs étatiques et non étatiques et les États doivent considérer cela comme une caractéristique d'un système qui fonctionne bien, et non comme une menace. La protection de l'espace civique et du discours démocratique est essentielle à la création de conditions équitables pour l'ensemble de la société.

Les Nations unies doivent saisir cette occasion pour être à la hauteur de leur rôle

Nous n'en avons pas encore fini avec le FPHN pour cette année, mais la déclaration politique déjà convenue pour la réunion des chefs d'État (Sommet sur les ODD) en septembre souligne le manque d'ambition, d'orientation politique et de leadership du FPHN. L'accent est mis sur le consensus et la communicabilité, avec un accent sur la communication et les relations publiques.

Les chefs d'État et de gouvernement ne doivent pas laisser passer cette occasion avec des déclarations politiquement correctes et pleines de platitudes. Ils doivent le faire en faisant preuve d'un véritable leadership collectif, en abordant des priorités et des compromis contradictoires et en garantissant un Forum politique de haut niveau (ou une commission) fort et robuste, qui ne soit pas tenu en otage par quelques États ou des intérêts privés. Ce faisant, on considérera que la planète et ses habitants courent droit à la catastrophe.

Alors que le premier cycle d'examen des ODD se termine, que l'Agenda 2030 traverse son rite de passage, il est grand temps d'agir. Il est temps que les Nations unies soient à la hauteur de leur rôle de plateforme pour l'établissement de normes, l'orientation politique et la redevabilité mondiale.

Les Nations unies devraient être un lieu où chacun est à la fois accueilli et mis au défi. Si nous voulons être sur la bonne voie et réaliser l'Agenda 2030, nous devons donner le meilleur de nous-mêmes et faire les choses différemment pour les prochaines étapes (et la dernière décennie) des Objectifs de développement durable.

Savio Carvalho est directeur des campagnes mondiales à WaterAid Royaume-uni. Retrouvez-le sur Twitter : @Savioconnects