Arrêter les dégâts causés par le manque d’eau et de toilettes dans les centres de soins au Malawi

8 min read
WaterAid/ Lis Parham

Les comités de gestion des centres de santé bénévoles exigent des changements pour empêcher des millions de personnes au Malawi de se faire soigner sans eau propre, sans toilettes décentes et sans hygiène. Pour savoir comment, en novembre dernier, Lis Parham, de WaterAid Royaume-Uni, a passé une nuit avec un comité dans une zone rurale du Malawi, dans le centre de santé qu'ils s'efforcent de transformer.

Il est à peine minuit et je suis assise sur un banc de pierre dans la salle d'attente d'un centre de santé rural isolé au Malawi, Chikwewo. Une seule ampoule clignote contre le vent qui augmente, la pièce est ouverte aux éléments, sans fenêtre ni porte.

Nous sommes dans le district de Machinga, au sud du Malawi, pour parler à une petite équipe de bénévoles qui représente les 98 000 personnes qui dépendent de ce centre pour les soins primaires, le Comité de gestion du centre de santé (HCMC). Ils sont la voix du peuple, et ils font en sorte que le changement se produise avant même que notre travail de projet ne commence.

Au Malawi, une personne sur trois vit sans eau potable et plus de la moitié n'a pas de toilettes décentes. La situation dans les établissements de santé est tout aussi préoccupante, moins d'un tiers (téléchargez le PDF) disposant de matériel pour l'hygiène des mains dans tous les points de soins. Les patients et le personnel de santé courent donc un risque sérieux d'attraper des infections mortelles.

Toutefois, la loi prévoit que l'accouchement se fasse avec une personne qualifiée, ce qui permet de réduire la mortalité maternelle et infantile dans le pays, qui est l'une des plus élevées au monde. Au moins un mois avant la date prévue de l'accouchement, les femmes doivent se rendre dans des centres de santé comme Chikwewo, où elles et les personnes qui s'occupent d'elles sont confrontées à un manque d'installations de base qui met leur vie en danger.

Andrew Walker (responsable de la communication, Scottish Water), Yankho Mataya (responsable des ressources et de la mobilisation de WaterAid Malawi) et Lis Parham (responsable des communications du partenariat WaterAid UK) s’adressant au comité de gestion du centre de santé de Chikwewo Health.
Andrew Walker (Scottish Water), Yankho Mataya (WaterAid Malawi) et Lis Parham (WaterAid UK) s’entretiennent avec le comité de gestion du centre de santé à l’extérieur du centre de santé de Chikwewo...
WaterAid/ Dennis Lupenga

La collaboration avec les comités locaux est un élément essentiel de notre action

Le vent est maintenant monté en flèche. Cela fait déjà des heures que nous discutons avec l'équipe de dix personnes et que nous entendons leurs espoirs et leurs craintes concernant le nouveau projet de WaterAid qui permettra de fournir des installations d'eau, d'assainissement et d'hygiène (EAH) et de transformer Chikwewo et trois autres centres de santé dans la région du sud. Le projet sera financé par le Fonds de développement international du gouvernement écossais, Scottish Water et d'autres grands donateurs et crédits britanniques.

Composés de représentants des villages environnants réunis par le gouvernement du district, ils sont le pont entre la communauté et le personnel de santé, assumant des tâches allant de la résolution de conflits à l'audit des stocks de médicaments. Ils font des rapports au ministère de la Santé sur tout, de l'entretien à la mauvaise gestion.

« Le rôle principal du Comité de gestion des centres de santé, ou HCMC, c'est la redevabilité », a déclaré Clifton Kawanga, spécialiste des communications à WaterAid Malawi. « Les communautés ont besoin d'un soutien pour comprendre la situation du centre de santé. Cette conversation favorise la transparence et gère la relation entre les patients et le personnel. S'ils n'étaient pas là, le personnel n'aurait aucun moyen efficace de faire connaître les difficultés rencontrées, comme l'accès limité à l'eau, aux installations d'assainissement et à l'hygiène, aux médicaments ou aux équipements. Et c'est là que la tension monte. »

La collaboration avec un comité local est donc une partie essentielle de notre travail. Sans une représentation de la communauté, impliquant des femmes (au moins 40 % de l'équipe est la condition) et des hommes, les besoins réels de la population seraient négligés.

« En s'assurant que la communauté est impliquée dans la prise de décisions dès le début, ils peuvent façonner le projet pour qu'il devienne le leur, en partageant leur expérience de première main. C'est ce qui rend un projet durable, car la communauté se l'appropriera. Les membres sont généralement déjà très impliqués dans les affaires de leur propre village, alors ils connaissent les défis auxquels leur communauté est confrontée. Sans eux, nous ne pourrions pas mener à bien notre projet. »

« Il faut garder à l'esprit que WaterAid au Malawi apprécie les voix des communautés. Cela nous aide dans la réalisation de notre travail dans les zones où nous sommes, nous sommes en mesure de savoir si les communautés sont satisfaites ou non des installations WASH que nous réhabilitons ou construisons », a déclaré Kawanga.

Le service post-natal du centre de santé de Chikwewo, à Machinga, au Malawi.
Le service post-natal du centre de santé de Chikwewo. Les femmes restent généralement 48 heures après l’accouchement. Sans eau propre, toilettes décentes ni hygiène correcte, le risque de contracter une infection est élevé.
WaterAid/ Lis Parham

Les comités établissent la confiance et surmontent les craintes

Mais il y a eu des échecs à Chikwewo par le passé, des travaux d'autres organisations n'ont pas été maintenus et se sont terminés par des promesses rompues. Des réservoirs d'eau vides apparaissent au-dessus de la zone de réunion principale à l'extérieur et des tuyaux dysfonctionnels dorment sous nos pieds. Cela accroche également notre conversation au début. Un mot qui revient souvent est « faire mal », la situation fait mal aux membres du comité. Ils ont mal de voir les femmes forcées dans de telles conditions, des conditions qui sont devenues normales. Ils ont également mal d'attendre, sachant que l'aide est planifiée, mais pas encore commencée. Le mal des échecs précédents donne cette base réelle d'anxiété.

Le comité sait que sans eau, le centre ne répond pas aux normes nationales de santé et de sécurité, et la crainte de sa fermeture est réelle également. Plus tôt, nous avons rencontré une femme qui avait parcouru plus de 26 miles, l'équivalent d'un marathon, enceinte de huit mois pour atteindre ce centre pour y accoucher. Pourrait-on lui demander, ainsi qu'à d'autres, de marcher plus loin pour se rendre à un autre centre ?

Le point d'eau le plus proche se trouve sur le marché local, à une dizaine de minutes de marche. Si une femme accouche la nuit, il n'est pas rare que son tuteur (la personne qui s'occupe d'elle, un membre de la famille, en général) aille chercher de l'eau supplémentaire à cette heure-là. Dans l'obscurité totale, ce n'est pas sûr. Dans cette situation, il n'est pas rare que la femme attende jusqu'au matin. Elle reste alors assise dans cet état, sans se laver. C'est indigne. Ce n'est pas hygiénique. Et cela fait partie de la douleur.

La vie change

Depuis que le district a formé le Comité de gestion des centres de santé, ou HCMC, en juillet 2018, il a mis au défi leurs communautés de contribuer à leur propre développement. Qu'il s'agisse d'assurer la liaison avec les chefs de village pour renforcer l'influence locale du comité, ou de mobiliser le soutien des villageois pour financer l'achat ou la fabrication de briques et de ciment, le HCMC fait bouger les choses. En conséquence, les femmes reçoivent des soins prénatals et l'utilisation des vaccins augmente.

Le comité a exigé des soins plus cohérents de la part du personnel médical et a aidé les communautés à comprendre ce qui devrait être fourni. Cette compréhension mutuelle a apaisé les tensions entre le personnel et les patients, en clarifiant des questions allant des horaires d'ouverture aux niveaux de service. Il a même fait modifier une loi locale pour contrôler les dates de livraison des médicaments, afin de pouvoir toujours les vérifier.

En tant que cheville ouvrière entre le centre de santé et les autorités locales, les rapports et les activités du comité alimentent la chaîne qui, au final, exige de meilleures ressources de ces établissements au niveau du district. Le droit humain à la santé est internationalement reconnu. En travaillant en étroite collaboration avec ces groupes, nous contribuons à faire avancer le débat afin qu'ils puissent exiger des ressources, des comptes et de la transparence de la part des responsables.

Lorsque l'eau potable et les toilettes seront disponibles, des vies seront sauvées

Mais le travail de l'équipe de HCMC ne s'arrêtera pas à l'arrivée de l'eau potable. Les membres du comité savent qu'ils devront continuer à travailler pour s'assurer que les nouvelles installations sont entretenues. En effet, ils joueront un rôle déterminant dans l'éducation des patients sur la façon de les utiliser. Les femmes, disent-ils, seront alors capables de « faire la différence entre le centre de santé et la maison ».

Il y aura de l'eau dans les douches, à la place des cabines sèches et poussiéreuses. Ils espèrent que les femmes ne dormiront plus à même le sol. Ils pourront également s'assurer que les procédures vitales de contrôle de la prévention des infections sont en place, et la vision du HCMC est que les femmes ramèneront ces conseils essentiels chez elles. Grâce à toutes ces améliorations, les femmes voudront se rendre au centre de santé plutôt que de risquer un accouchement à domicile. Ces changements inciteront les femmes à respecter la loi et leur sauveront la vie.

Une vision pour l'avenir

C'est le début du changement. Mais par où commencer si la première difficulté n'est pas surmontée : de l'eau propre, des toilettes décentes et une bonne hygiène ? Grâce à ces trois éléments, les gens peuvent mener une vie plus sûre et plus digne. Les femmes peuvent accoucher dans un lieu hygiénique et le personnel soignant peut minimiser les risques pour ses patients et pour lui-même.

Lorsque ces trois services vitaux seront en place, le HCMC se concentrera sur l'objectif suivant. En fait, ils en ont déjà une liste : un hôpital plus grand pour desservir la vaste zone concernée, une ambulance pour que le personnel puisse mieux répondre aux urgences, un système de communication pour faciliter le contact avec l'hôpital de district et une source d'énergie solaire pour éviter les coupures de courant. Grâce à cette dynamique, ils vont changer ce qui est devenu normal.

« Les HCMC font partie intégrante de la réussite de notre travail de projet dans le domaine de santé », a déclaré Kawanga. « Ces communautés sont isolées. Leurs informations nous aident à comprendre ce qui est nécessaire et à fournir l'équilibre dont nous avons besoin, aux côtés d'autres autorités, pour concevoir un projet efficace et durable. Nous ne pouvons pas nous rendre dans une communauté pour travailler sans collaborer avec elle. Elles remettent en question les pratiques établies et ne cessent de poser des questions importantes tout au long du projet. »

Alors que la pluie commence à tomber et que le bruit du toit en tôle oblige à interrompre notre conversation, je me dis que ce que j'ai vu ce soir est aussi impressionnant que de voir l'eau couler d'un nouveau forage. Ce groupe est l'incarnation de ce dont nous parlons lorsque nous décrivons la nouvelle norme. Ils n'acceptent pas ce qui est devenu normal ici à Chikwewo, et nous non plus.

Lis Parham est responsable principale de la communication pour les partenariats à WaterAid UK.

Nous sommes toujours en train de mobiliser des fonds pour ce projet, Deliver Life to Mothers, Girls and Children dans la région sud du Malawi. Si vous êtes un grand bailleur de fonds, un trust ou une fondation, veuillez contacter notre équipe Philanthropie et Trusts pour voir comment vous pouvez apporter votre soutien à ce projet qui change la vie. Visitez nos pages Web sur la Philanthropie et les Trusts, ou envoyez un e-mail à [email protected]