Assainissement : sauver des vies dans les pays en développement

on
3 May 2019
WaterAid/ Neil Wissink

L’assainissement inadéquat est l’une des principales causes de pauvreté dans les pays en développement, en grande partie parce qu’il entraîne une mortalité prématurée (avec, selon les estimations, 1 800 décès d’enfants par jour dus à une eau insalubre, à des installations sanitaires et à une hygiène déficientes) et d’autres répercussions sur la santé. Le sixième objectif de développement durable des Nations unies préconise l’eau et l’assainissement pour tous et reconnaît que des pratiques d’assainissement sûres constituent un élément crucial du développement social et de la prospérité économique futurs.

Le manque d’hygiène et, dans sa forme la plus extrême, la défécation en plein air, sont particulièrement graves dans certains pays. 76 % des personnes qui défèquent en plein air vivent dans sept pays. L’un d’entre eux est le Nigéria, le 7e pays le plus peuplé du monde. En 2015, moins d’un tiers de la population nigériane avait accès à des installations sanitaires de base. Plus inquiétant encore, l’accès à l’assainissement a diminué au cours de la dernière décennie.

En novembre 2018, le président du Nigéria, Muhammadu Buhari, a déclaré l’état d’urgence sur l’approvisionnement en eau, l’assainissement et l’hygiène. L’élaboration de politiques d’assainissement efficaces est essentielle pour les stratégies nationales de santé et d’éradication de la pauvreté du Nigéria.

L’assainissement dans les pays en développement - évaluation d’une stratégie nationale

Une nouvelle recherche, menée par des chercheurs de l’IFS et de Royal Holloway en partenariat avec WaterAid, évalue l’efficacité d’une intervention d’assainissement total dirigée par la communauté dans deux États du Nigéria. Cette approche s’inscrit dans le cadre de la stratégie du Nigéria pour l’intensification de l’assainissement et de l’hygiène. Elle vise à inciter les communautés à éradiquer la défécation en plein air en informant et en organisant des réunions communautaires qui, ensemble, visent à susciter un désir de changement de comportement collectif, à encourager les communautés à construire et à utiliser des toilettes, et à favoriser l’innovation et le soutien mutuel.

Les principaux enseignements pour les stratégies nationales nigérianes en matière d’assainissement et de santé

Les principaux enseignements de ce travail sont les suivants :

  • L’effort Assainissement total porté par la communauté (ATPC) a conduit à la construction et à l’utilisation accrue de toilettes, ce qui a permis de réduire la défécation en plein air, dans les communautés les plus pauvres et les plus isolées.
  • La prévalence de la défécation en plein air a diminué de 9 points de pourcentage en moyenne dans les communautés les plus pauvres, ce qui correspond à une augmentation d’un tiers du taux de possession de toilettes par rapport aux zones pauvres où l'ATPC (assainissement total piloté par la communauté) n’a pas été mis en œuvre. Mais il n’y a pas eu de changement perceptible dans les communautés plus riches (voir figure 1). Par conséquent, pour s’assurer que les ressources sont bien utilisées, les décideurs politiques devraient envisager de cibler l'ATPC via les communautés pauvres.
  • La défécation en plein air reste monnaie courante à la fois dans les zones riches et pauvres, et les décideurs politiques devraient donc explorer des stratégies alternatives d’amélioration de l’assainissement.

Ces résultats seront utilisés par les parties prenantes, dont WaterAid, lorsqu’elles conseilleront le gouvernement nigérian sur ses stratégies nationales en matière d’assainissement et de santé.

Figure 1 : Impacts de l’assainissement total géré par la communauté sur la défécation en plein air
 

A graph showing Impacts of Community-Led Total Sanitation on Open Defecation in rich communities
A graph showing impacts of Community-Led Total Sanitation on Open Defecation in poor communities

Améliorer les stratégies nationales d’assainissement dans les pays en développement

Notre évaluation du programme nigérian implique que les ressources peuvent être utilisées de manière plus efficace en ciblant les programmes d’assainissement dans les zones rurales les plus pauvres où ils ont plus de chances d’être efficaces.

Nous modélisons cette approche dans la figure 2. En utilisant les données de l’enquête démographique et sanitaire de 2013, nous cartographions les États nigérians où les interventions d’assainissement total gérées par la communauté sont susceptibles d’avoir le plus grand impact. Le rouge indique les États les plus susceptibles de bénéficier du programme, avec une faible couverture sanitaire et une faible richesse. Cette modélisation pourrait être réalisée à un niveau d’agrégation plus faible, en identifiant même des établissements et des communautés spécifiques où l’ATPC serait efficace.

Figure 2 : Ciblage stratégique de l’ATPC
 

A map showing strategic targeting of the Community-Led Total Sanitation (CLTS)

Il est probable que le ciblage serait également efficace dans d’autres pays. Des interventions d’assainissement total dirigées par la communauté ont été mises en œuvre dans plusieurs pays d’Amérique latine, d’Asie et d’Afrique (voir la figure 3 ci-dessous).

Des essais de contrôle aléatoires évaluant ces programmes au Mali, en Inde, en Tanzanie, au Bangladesh et en Indonésie ont révélé des impacts très différents, allant d’une augmentation de 30 points de pourcentage du nombre de propriétaires de toilettes au Mali à l’absence d’impacts détectables sur la possession de toilettes au Bangladesh. Pourtant, ces pays et les zones étudiées ont des niveaux de richesse très différents.

Nous pouvons utiliser l’intensité moyenne de l’éclairage la nuit comme un indicateur de la richesse des communautés pour commander les études existantes sur l’assainissement total géré par les communautés. Cela suggère que les interventions en matière d’assainissement ont un impact plus important dans les zones pauvres, comme en Tanzanie, et un impact faible ou nul dans les zones relativement riches, comme en Indonésie (voir figure 4).

Cela conforte l’idée que, compte tenu des ressources limitées, le ciblage des zones les plus pauvres va maximiser l’impact de l’assainissement total géré par la communauté.

Figure 3 : Pays dans lesquels l’ATPC a été mis en œuvre dans le passé
 

A map showing the countries where Community-Led Total Sanitation has been implemented in the past

Figure 4 : impacts de l’ATPC sur la défécation en plein air et la possession de toilettes par indice moyen d’éclairage nocturne dans la zone d’étude
 

Community-Led Total Sanitation impacts on open defecation and toilet ownership by average study area night light index

Les programmes d’assainissement total dirigés par la communauté ont réussi à réduire de manière significative la défécation en plein air dans les communautés pauvres. Mais tout le monde n’a pas accès à l’assainissement, et un grand nombre de personnes, dans les communautés pauvres comme dans les communautés riches, continuent de déféquer en plein air. Une nouvelle approche prometteuse réside dans le « Sanitation Marketing », qui cible les entreprises locales et les aide à augmenter l’offre de toilettes. Cette approche a permis à d’augmenter de manière significative la couverture sanitaire au Cambodge. Toutefois, même ces approches se sont avérées lentes à donner des résultats. Les subventions ou les incitations aux entreprises peuvent contribuer à encourager l’activité du secteur privé sur ce marché mal desservi, et des options de micro-financement pour les clients pourraient bien être nécessaires. Étant donné que, surtout dans les communautés pauvres, ce sont toujours les plus pauvres qui ne changent pas leurs pratiques en matière d’assainissement, on pourrait envisager d’accorder des subventions ciblées , en suivant un modèle mis en œuvre par le gouvernement indien. Les décideurs politiques devront continuer à innover, à tester et à évaluer les approches existantes et nouvelles afin de développer une stratégie nationale globale et d’adapter les solutions qui fonctionnent dans un contexte donné à différentes conditions.

Erik Harvey, directeur de l’appui aux programmes à WaterAid, a déclaré :

« Nous avons commencé cette étude détaillée avec l’IFS parce que des recherches qualitatives antérieures avaient indiqué que l’assainissement total géré par la communauté n’était pas aussi efficace qu’on l’espérait pour accélérer l’accès à l’assainissement au Nigéria. Cette recherche suggérait que l’ATPC ne répondait pas à lui seul aux désirs de nombreux ménages qui souhaitaient des toilettes modernes, des options abordables qui n’existaient pas sur le marché. Notre travail le plus récent a consisté à tester le soutien aux entreprises locales pour commercialiser et vendre des toilettes abordables, d’aspect moderne et faciles à acheter. Cela a démontré que les solutions basées sur le marché pourraient bien s’avérer être une stratégie d’assainissement supplémentaire qui fait avancer le progrès au Nigéria. Cependant, il faut encore travailler pour affiner et étendre cette stratégie. Il est toutefois important de noter que cette recherche détaillée indique qu’un ciblage plus intelligent des investissements et des efforts de l’ATPC pourrait être utilisé, en ciblant les communautés les plus pauvres où l’ATPC semble être plus efficace et en veillant à ce que les pauvres ne soient pas laissés pour compte. Cela pourrait également améliorer le rapport coût-efficacité de la stratégie dans son ensemble. »

Britta Augsburg, directrice associée de l’IFS et auteure de l’étude, a déclaré :

« En 2015, moins d’un tiers de la population nigériane avait accès à des installations sanitaires de base et cet accès a en fait diminué au cours de la dernière décennie. Notre vaste essai de contrôle randomisé dans deux États du Nigéria a évalué l’impact à long terme d’une intervention d’assainissement total gérée par la communauté.

Nous constatons que davantage de toilettes ont été construites et utilisées, et que la défécation en plein air a été réduite, uniquement dans les communautés les plus pauvres et les plus isolées. Cela implique que les décideurs politiques doivent cibler leurs interventions sur ces communautés et envisager des approches complémentaires pour améliorer l’assainissement. »

Cet article a été publié pour la première fois sur le site de . Le site de l’Institut d’études fiscales (IFS) a été mis en ligne en mai 2019.