Au-delà du statu quo pour le lavage des mains

6 min read
Thumbnail
WaterAid/ Jordi Ruiz Cirera

En avril dernier, WaterAid, la London School of Hygiene and Tropical Medicine et le Partenariat mondial public-privé pour le lavage des mains ont coparrainé le groupe de réflexion annuel sur le lavage des mains 2016. Om Prasad Gautam, responsable du soutien technique de WaterAid pour l’hygiène, et Hanna Woodburn, directrice du secrétariat du Partenariat mondial public-privé pour le lavage des mains, présentent de nouvelles réflexions et les principaux sujets abordés.

L’accord des Nations unies sur l’objectif 6 du développement durable (ODD), en particulier la cible 6.2 qui appelle la communauté mondiale à assurer l’accès de tous à un assainissement et une hygiène adéquats et équitables d’ici 2030, constitue un grand pas en avant.

Mais si nous espérons atteindre cet objectif louable, nous devons sortir de notre approche « business as usual » pour aborder ces questions. En particulier pour l’hygiène, qui n’a pas été incluse dans les objectifs du Millénaire pour le développement, nous devons faire le point sur ce que nous savons concernant le changement de comportement, identifier les lacunes et explorer comment nous pouvons traduire nos connaissances en actions.

Dans la poursuite de ces objectifs, WaterAid, la London School of Hygiene and Tropical Medicine et le Partenariat mondial public-privé pour le lavage des mains ont coparrainé le groupe de réflexion sur le lavage des mains en 2016, les 12 et 13 avril 2016.

Ce groupe de réflexion, qui se tient chaque année, s’attaque aux grandes idées de changement de comportement en matière de lavage des mains, avec pour objectif de faire avancer le secteur. Cette année, trois domaines thématiques ont été abordés :

Intégration


 

La combinaison des efforts et des ressources des secteurs pour aligner les priorités, les stratégies et les interventions de programmes similaires mais potentiellement concurrents, afin de maximiser les résultats.

Paramètres


 

Les attributs qui définissent l’environnement physique, biologique et social ; le fait de posséder une compréhension de son environnement peut avoir un impact sur les changements de comportement et déclencher l’adoption de pratiques critiques.

Échelle/
pérennité





 

L’échelle fait référence à la capacité d’augmenter le taux de progression et d’étendre l’approche de l’intervention de la population cible à une plus grande échelle (c’est-à-dire une population entière). La durabilité fait référence à la capacité d’une population cible à maintenir une intervention ou une pratique au-delà de la durée de vie d’un programme sans assistance financière ou technique extérieure.

Des experts à la pointe de chacun de ces sujets ont fait de brèves présentations, et les participants ont travaillé ensemble à identifier les lacunes et les défis, et ont articulé la manière dont le secteur devrait y répondre.

Thèmes clés du groupe de réflexion

Au cours des deux jours qu’a duré l’atelier, quelques domaines clés de consensus ont émergé.

  1. L’intégration du lavage des mains dans les secteurs et programmes connexes, tels que les soins néonatals, la nutrition, l’éducation et l’assainissement, sera essentielle pour atteindre la cible 6.2 de l’ODD. Non seulement l’intégration est importante pour atteindre l’échelle, mais elle a aussi un impact sur la durabilité.
    Cependant, c’est plus facile à dire qu’à faire. Bien que l’intégration du lavage des mains dans les interventions de santé et de bien-être néonatals, par exemple, soit un moyen logique de prévenir les infections mortelles, les données probantes concernant les facteurs clés sont encore rares : Quels sont les moments critiques ? Qui, dans les ménages et les institutions telles que les établissements de santé, est le plus concerné par la propreté des mains ? Comment promouvoir le lavage des mains alors que toute une série de comportements sont importants dans ce contexte ?
  2. Perturber le cadre est un concept important pour changer les comportements. Il s’agit de créer le désir au sein de la communauté de favoriser une norme sociale qui encourage, incite et renforce les comportements et les pratiques de lavage des mains. Cependant, les programmes de changement de comportement qui encouragent le lavage des mains au savon continuent de se heurter à des difficultés. La conception centrée sur le comportement, un cadre permettant d’évaluer, de concevoir, de mettre en œuvre et d’évaluer l’intervention visant à modifier les comportements, peut permettre de combler les lacunes suivantes : - Quels « rôles » et « récits » peuvent être promus qui ne sont pas nécessairement liés à la santé - par exemple, existe-t-il un moyen d’entrer en contact avec des femmes qui veulent être des modèles, qui seraient désireuses d’être vues en train de promouvoir l’égalité et de faire preuve de bons comportements en matière d’hygiène ? - Quelle est la durabilité des indices environnementaux, c’est-à-dire dans quelle mesure peut-on modifier efficacement le cadre physique et garantir des produits comportementaux (comme le savon, la station de lavage des mains, l’eau), et comment peut-on déclencher et renforcer en permanence le désir social en utilisant des rappels visuels pour le changement de comportement ?
  3. Pour s’assurer que les programmes de lavage des mains au savon sont durables et évolutifs, les responsables de la mise en œuvre devront évaluer si tous les acteurs (par exemple la société civile, le secteur privé, les gouvernements, les organisations communautaires, etc.) sont représentés et consultés tant dans la conception des interventions que dans la mise en œuvre de la programmation, et si leurs points forts sont utilisés pour inspirer la co-innovation. Toutefois, avant de pouvoir atteindre efficacement l’échelle et la durabilité, il faut relever les principaux défis liés à la mesure des programmes, notamment le financement de l’évaluation à long terme et le mécanisme institutionnel de renforcement des comportements, et mettre en place une approche permettant d’exploiter les aspirations de la population cible.
  4. La mesure des résultats des changements de comportement a été une conversation importante et constante tout au long du groupe de réflexion. Nous savons que ««ce qui est mesuré est accompli ». C’est pourquoi, en particulier avec les ODD, il est essentiel de mesurer la disponibilité des stations de lavage des mains à l’eau et au savon.

Toutefois, l’accès aux stations de lavage des mains ne garantit pas leur utilisation. Le comportement de lavage des mains est particulièrement difficile à mesurer avec précision, et, en tant que secteur, nous devons continuer à relever ce défi.

Des faits solides pour des actions solides

Les faits concernant le lavage des mains sont clairs : non seulement il protège la santé, mais il a aussi des répercussions sur la nutrition, l’éducation et l’équité. Et, en plus d’être efficace, il est abordable et accessible.

Pourtant, malgré les avantages évidents de l’hygiène, celle-ci n’est trop souvent pas considérée comme une priorité, du niveau personnel au niveau politique. Le groupe de réflexion sur le lavage des mains a cherché à remédier à cette situation en mettant en lumière une nouvelle réflexion sur le lavage des mains et le changement de comportement, sur lesquels les responsables de la mise en œuvre peuvent agir.

Nous espérons que le groupe de réflexion a entamé d’importantes discussions sur l’intégration du lavage des mains, les paramètres, l’échelle/la pérennité et la mesure des résultats des changements de comportement qui nous aideront à apprendre comment nous pouvons continuer à améliorer les changements de comportement en matière de lavage des mains et, en fin de compte, déclencher des actions.