Basti Vikas Manch : resserrer les liens entre les communautés

5 min read
Miniature
WaterAid/Ronny Sen

D'énormes fûts en plastique de couleurs vives sont alignés au bord de la route. Un train passe en arrière-plan. La scène se déroule dans un minuscule « Basti » (bidonville) de Pattigadda, dans la ville d'Hyderabad, au sud de l'Inde. Métropole florissante portée par le développement des produits pharmaceutiques et des technologies de l'information, Hyderabad est aussi le siège indien d'entreprises comme Google et Facebook.

Plusieurs femmes de chacun des 30 foyers du bidonville attendent depuis quelques heures maintenant : le camion-citerne d'eau de la société municipale est en retard. En arrière-plan, quelques hommes de la société municipale posent une nouvelle canalisation d'eau.

Le pipeline est posé grâce aux membres féminins de la Basti Vikas Manch (BVM, plateforme de développement des bidonvilles), qui ont rédigé des pétitions et relancé sans relâche les autorités municipales. 

Réclamer leurs droits

L'approvisionnement a été coupé à la suite d'un désaccord entre les femmes et un chef religieux local, après que les toilettes d'un nouveau bâtiment religieux aient commencé à contaminer l'eau potable de la communauté. 

« Nous n'avions pas de titres de propriété, il était donc difficile au départ d'obtenir de l'aide du gouvernement. Nous nous sommes débrouillées avec l'aide des voisins d'un immeuble à côté, destiné aux fonctionnaires, qui nous ont permis de remplir nos pots d'eau à partir d'une canalisation extérieure, », a déclaré Reshma, âgée de 20 ans.

« Avant même que le lieu de culte n'apparaisse, il y avait une vieille conduite pour alimenter en eau notre basti. Mais lorsque le lieu de culte a été construit, l'eau sale des toilettes a commencé à se mélanger au réseau et toutes les eaux usées se sont accumulées près de notre pompe manuelle », a déclaré Naseem Banu, 40 ans, membre de la BVM et habitant du bidonville de Pattigadda.

Après plusieurs appels infructueux au chef religieux, les femmes se sont unies et, dans un geste de rébellion, ont cimenté le tuyau qui déversait les eaux usées près de leur source d'eau potable, puis ont attendu que le béton sèche pour pouvoir réacheminer la ligne de drainage. Mais alors que les esprits s'échauffent, le chef religieux décide de couper leur seule source d'eau. 

« Il nous a dit : "Allez chercher votre propre eau. Cette canalisation passe par ma propriété" », se souvient Afsan Jabeen, 28 ans, désormais également membre de la BVM. « Nous avions beaucoup entendu parler de Basti Vikas Manch et du travail qu'il avait accompli dans les bidonvilles voisins. Et nous avons décidé de prendre contact avec eux. »

La force du partenariat

Le BVM a été lancé en 2009 par WaterAid Inde en partenariat avec SACIWaters et la Société pour le développement participatif. Cette initiative fait suite de la tragédie du bidonville de Bholakpur, où 14 personnes sont mortes et plusieurs autres ont été hospitalisées après avoir bu de l'eau provenant de raccordements publics contaminée par des toxines provenant de tanneries. 

L'idée maîtresse de la BVM est de fournir une plateforme permettant aux pauvres des villes de se réunir en tant que groupe de pression et de négocier avec les autorités gouvernementales pour garantir leurs droits à l'eau et à l'assainissement. 

BVM, dont le siège est à Begumpet, Hyderabad, intervient dans 88 bidonvilles d'Hyderabad.

« Les représentants de la BVM à Begumpet nous ont beaucoup aidés. Ils nous ont expliqué comment rédiger les demandes et à qui s'adresser. Nous avons fait le suivi auprès du service des eaux et de la municipalité, » explique Naseem. La BVM de Pattigadda se réunit une fois par semaine avec un coordinateur d'un groupe de bidonvilles de Begumpet qui se joindra à elle. 

Au cours d'un processus d'environ 15 jours de rédaction de demandes, de réunions et de suivi avec les autorités municipales du département des travaux hydrauliques, ils ont pu obtenir un camion-citerne municipal pour fournir de l'eau pendant que leur demande d'une nouvelle canalisation était en cours de traitement. 

Le processus complet, de la perte de l'approvisionnement en eau à l'obtention de la nouvelle canalisation, a duré un mois. La nouvelle canalisation fournit de l'eau potable, tandis que la communauté utilise un puits foré dans la région pour tous les autres besoins. 

Afsan, 28 ans, membre du NBT Nagar Basti Vikas Manch, explique comment ils ont réussi à rétablir un approvisionnement en eau dans le bidonville.
Afsan Jabeen, 28 ans, membre du NBT Nagar Basti Vikas Manch, explique comment ils ont réussi à rétablir un approvisionnement en eau dans le bidonville.
WaterAid/Ronny Sen

Une plateforme pour l'autonomisation des femmes 

Selon les femmes, les hommes membres du basti n'ont pas été impliqués dans le processus. « Nous ne voulions pas non plus les impliquer », a déclaré Jabeen. « Non seulement ils ne se sont jamais inquiétés de l'eau sale qui arrive dans nos sources d'eau, mais en plus, ils ne nous laissent pas parler en groupe. Il y a également un risque que la police puisse facilement les arrêter pour tout problème d'ordre public et nous voulions éviter cela. »

Il est intéressant de noter que le BVM de Pattigadda est une évolution d'un ancien « mahila mandali » (collectif de femmes) dans le bidonville, où les femmes avaient l'habitude de discuter des problèmes de violence domestique ou d'autres questions d'autonomisation, et de s'organiser pour maintenir l'ordre. 

La plupart des femmes ont été actives pendant des années en tant que travailleuses sociales sous une forme ou une autre, et étaient conscientes de leurs droits et de leur besoin d'une approche collective et égalitaire. 

« Si on obtient quelque chose en travaillant dur, on en apprécie la valeur. Nous savons comment faire si nous avons besoin de facilités et d'accès à nos droits de la part du gouvernement dans le futur. Nous préférons cela aux organisations qui nous donnent des installations », a déclaré Jabeen. « Nous avons souvent besoin de bons conseils. Et nous ferons un suivi. Aakhir hamaara hi kaam hai (après tout, c'est notre responsabilité). »

La route à suivre

L'histoire de la réussite de Pattigadda fait partie de celles qui résultent des efforts de BVM dans la ville. Dans les mois à venir, par le biais de BVM, WaterAid Inde entend s'appuyer sur les enseignements tirés des communautés devenues autonomes pour les reproduire à l'avenir, et d'établir des réseaux pour entrer dans d'autres bidonvilles qui ont besoin de soutien. 

BVM a l'intention de passage à l'échelle en engageant davantage de coordinateurs de groupes et de mobilisateurs, qui jouent un rôle déterminant pour guider les membres de la communauté dans la gestion des processus gouvernementaux et la diffusion des formations. Des efforts sont également déployés pour utiliser des supports écrits, audio et visuels afin de mieux documenter les processus. 

Retrouvez Sharada sur Twitter : @notshraddha