Blog du journal intime : WaterAid à la 72e Assemblée mondiale de la santé 2019

Temps de lecture : 17 minutes
WaterAid delegates at the World Health Assembly 2019
WaterAid/World Health Assembly Delegate

WaterAid est présent à la 72e Assemblée mondiale de la santé (AMS) du 20 au 28 mai 2019, pour défendre l’importance de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH) pour la couverture sanitaire universelle. Nous mettons à jour ce blog quotidiennement avec les dernières nouvelles de Genève.

29 mai : Réflexion sur l’AMS 

Et voilà, c’est fait ! La plupart des membres de notre équipe sont maintenant de retour dans leurs bureaux respectifs, et commencent déjà à planifier avec diligence la suite... 

...et en repensant à une semaine mouvementée ! Nous avons collectivement co-organisé trois événements parallèles couvrant le WASH, la RAM, le choléra, la nutrition et la CSU. Nous avons tenu d’innombrables réunions parallèles avec des délégations, des équipes de l’OMS et d’autres. Nous avons fait huit déclarations officielles. Le directeur général de WaterAid UK, Tim Wainwright, a réussi à tenir six réunions de haut niveau en six heures environ. Et oui, nous nous sommes un peu emportés sur Twitter... notamment lors de l’échange inoubliable entre le professeur Wendy Graham et le Dr Tedros, qui sera désormais connu sous le nom de « le moment de la serpillère » (the mop-ment)

Megan et Danielle se rendent directement à Women Deliver, où elles continueront à parler des liens entre le programme WASH et la santé et l’égalité des sexes, et à approfondir nos relations avec la communauté de la santé. 

Et pour le reste d’entre nous, il s’agit de passer à l’étape suivante, cruciale, de la résolution - il est essentiel de veiller à ce que cet engagement international soit suivi au niveau national. Nous serons là, avec nos partenaires, pour soutenir les plans de mise en œuvre et tenir les gouvernements responsables du respect de cette promesse.

28 mai : Une résolution pour améliorer le WASH dans les établissements de santé !

C’est passé ! Samedi matin, les ministres de la santé de tous les États membres des Nations unies se sont engagés officiellement et publiquement à prendre des mesures pour que chaque établissement de soins de santé, partout, dispose d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH). Voici comment tout s’est déroulé.

Tout d’abord, les représentants de toute une série d’États membres ont pris la parole pour exprimer leur soutien à l’adoption de la résolution, y compris une forte manifestation de promotion de l’hygiène de la part de la Thaïlande, et des engagements fermes de nos co-parrains « First do no harm », la Tanzanie et la Zambie. Un autre co-parrain, le Japon, a même lancé un appel à l’événement lors de sa déclaration, à notre plus grande joie.

Et puis, l’heure est venue pour la femme : en tant que dernier membre de l’équipe à Genève, il incombait à notre cheffe de délégation, Alison Macintyre, de veiller à ce que WaterAid fasse une déclaration percutante sur les raisons pour lesquelles la question de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène dans les établissements de santé est si fondamentalement importante. Et elle a tenu ses promesses !

Alison a réitéré l’urgence de la résolution présentée en soulignant les millions de personnes qui se font actuellement soigner dans des établissements de santé sans eau, les milliards qui se font soigner là où il n’y a pas de toilettes et le fait que près de la moitié des établissements ne disposent même pas de postes d’hygiène des mains sur les lieux de soins. Elle a terminé en ouvrant une invitation à tous, offrant le soutien de WaterAid pour concrétiser ces engagements. Nous travaillons déjà dans plus de 12 pays pour améliorer le programme WASH dans le cadre du renforcement des systèmes de santé, et Alison a clairement indiqué que nous sommes prêts à nous appuyer sur ce travail existant dans le cadre des efforts visant à assurer des soins de santé sûrs pour tous.

Suite à quelques autres déclarations, dont beaucoup de nos partenaires, le coup de marteau a été donné : résolution adoptée ! Les applaudissements ont retenti dans toute l’assemblée, mais Alison n’avait pas encore fini... elle a réussi à discuter avec le Dr Tedros lui-même, qui lui a répété combien il avait apprécié notre événement en début de semaine. Un point culminant vraiment fantastique à ce qui a été des années de travail acharné.  
 

Alison Macintyre, Technical Lead – Health, WaterAid Australia, with Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, WHO Director-General at the World Health Assembly
Alison Macintyre, responsable technique – Santé, WaterAid Australie (au centre), avec le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS


Et si Alison était peut-être seule dans la pièce pour cette occasion capitale, elle n’était certainement pas seule en esprit. L’activité du groupe WhatsApp a révélé que Dedo et Danielle étaient en direct depuis la salle d’embarquement de l’aéroport, que Dan et Helen suivaient chacun d’entre eux en ligne depuis leur cuisine au Royaume-Uni, et que le pauvre Aly avait allumé le wifi pendant son escale à Paris pour être confronté à des centaines de messages non lus ! Le mantra « une équipe, un rêve » est toujours d’actualité… 

24 mai : Résilience au climat, résistance aux antimicrobiens et notes comparatives

Une autre journée bien remplie pour notre équipe, puisque nous avons fait des déclarations, rencontré l’équipe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et salué les annonces d’engagements sur le choléra.

Nous avons fait deux déclarations officielles : Dedo Mate Kodjo, responsable régional du plaidoyer pour l’Afrique de l’Ouest, lors de la session sur la santé, l’environnement et le changement climatique; et Aly Sow, responsable de programme de WaterAid Mali, a contribué à la session sur la résistance aux antimicrobiens (AMR).

Aly Sow, Programme Manager at WaterAid Mali, reading a statement on antimicrobial resistance
Aly Sow, responsable de programme à WaterAid Mali, lisant une déclaration sur la résistance aux antimicrobiens

Dedo a souligné que les États membres doivent adopter une approche à long terme en matière de planification et de financement de l’eau et de l’assainissement, et veiller à ce que ces plans considère des infrastructures résistantes au climat et des mesures d’adaptation. Dans sa déclaration, Aly a soulevé la préoccupation que l’eau, l’assainissement et l’hygiène ne reçoivent pas encore suffisamment d’attention dans les discussions sur la RAM, et a exhorté les États membres à concentrer les efforts de prévention dans les plans d’action nationaux sur le soutien des services et des pratiques d’eau, d’assainissement et d’hygiène dans les établissements de santé. 

Helen Hamilton a passé une grande partie de la journée en réunions, notamment avec l’équipe de l’OMS pour discuter de notre travail commun. Nous collaborons dans de nombreux domaines différents dans les pays et les régions où nous travaillons et au niveau mondial. Nous les soutenons également dans le suivi et l’amélioration de l’accès mondial à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène, et nous collaborons pour promouvoir un meilleur travail entre les experts WASH et les experts de la santé, en particulier sur le choléra, les maladies tropicales négligées et la RAM.

Nous nous félicitons de l’annonce faite par l’Éthiopie stipulant qu’elle commencera à établir des rapports sur le choléra, ce qui témoigne d’une nouvelle volonté politique et d’un nouvel élan pour s’attaquer à cette maladie dévastatrice et rechercher le soutien de partenaires pour y mettre un terme.

Beaucoup de nos délégués quitteront Genève dans un jour ou deux. Nous avons donc également profité de l’occasion pour organiser un dîner d’équipe et prendre le temps de nous retrouver correctement. Comme nous sommes basés dans sept pays différents, nous passons la plupart de notre temps à communiquer par le biais d’appels Skype, c’est donc formidable d’être ensemble pendant cette courte période. La cerise sur le gâteau d’une autre journée réussie a été cette superbe photo d’équipe : avec nous tous cette fois-ci !
 

WaterAid delegates outside at the World Health Assembly 2019
Les délégués de WaterAid à l’extérieur de l’Assemblée mondiale de la santé 2019

Nous sommes conscients qu’il y a encore beaucoup d’autres points à l’ordre du jour, notamment les discussions sur la résolution WASH dans les établissements de soins de santé que nous avons préconisée. Alison McIntyre, cheffe de notre délégation, cherchera également à faire une déclaration sur la santé maternelle et infantile, et rencontrera les délégations du Japon et de l’Australie avant la fin de l’AMS. Restez à l’écoute pour d’autres mises à jour… 


23 mai : Un événement parallèle bien rempli, un invité vedette et un regroupement sur le choléra

Il n’y a qu’un seul endroit où commencer : avec quelques réflexions sur ce que Tim Wainwright, le directeur général de WaterAid UK, a appelé « l’une des meilleures réunions auxquelles j’ai jamais assisté ».

Même après notre préparation méticuleuse (nous avons passé des semaines à nous préparer soigneusement avec les délégués des États membres d’eSwatini, d’Allemagne, du Japon, de Suède, de Tanzanie et de Zambie), nous n’avons jamais osé rêver que notre événement parallèle co-parrainé First do no harm (d’abord ne pas nuire) aurait l’impact qu’il a eu.

Des discours passionnés étaient à l’ordre du jour : de l’ouverture par les ministres de la santé d’eSwatini et d’Indonésie aux témoignages de Lucy Singh, étudiante en médecine de l’université d’Aberdeen, et de Kaveri Mayra, infirmière, sage-femme et chercheuse en santé publique indienne. Un message clair a résonné tout au long de l’événement : le WASH dans les centres de soins de santé est une question de vie ou de mort.

Nous avons également été ravis d’entendre des démonstrations pratiques sur la manière de mettre en œuvre les changements de politique et de pratique nécessaires pour garantir que tous les centres de soins de santé disposent d’installations WASH, notamment de la part du vice-ministre de la santé de Tanzanie. Comme le souligne notre récent blog, WaterAid Tanzania a joué un rôle essentiel en aidant le gouvernement à créer ces installations, nous avons donc été particulièrement heureux de constater que ces expériences ont été si bien accueillies dans la salle.

Et, bien sûr, c’était un honneur absolu d’être rejoint par le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui a ajouté son soutien pour que chaque établissement de santé dispose d’installations d’eau, d’assainissement et d’hygiène pleinement fonctionnelles :

Nous vivons dans un monde de paradoxes extrêmes. Nous pouvons cartographier et maintenant éditer le génome humain. Nous pouvons guérir l’hépatite C, nous sommes sur le point d’éradiquer la polio et nous travaillons à l’élimination du cancer du col de l’utérus. De nouveaux médicaments contre le cancer exploitent le système immunitaire pour donner de l’espoir à des patients qui n’en avaient pas auparavant.

Et pourtant, des centaines de millions de personnes dans le monde risquent encore d’être infectées en se faisant soigner dans des établissements de santé qui ne disposent pas des produits de première nécessité, notamment l’eau, l’assainissement, l’hygiène, l'élimination des déchets médicaux et les services de nettoyage.

C’est là un manquement fondamental à notre devoir de professionnels de la santé de « d’abord ne pas nuire ». Les établissements de santé doivent être des lieux de guérison, et non de nuisance.

Cependant, en tant qu’un des rebondissements les plus inattendus de l’histoire de l’Assemblée mondiale de la santé, la participation du Dr Tedros à cet événement restera gravée dans les mémoires pendant un moment précis - celui où on lui a remis une serpillière ! Le professeur Wendy Graham, conseillère scientifique en chef de la Soapbox Collaborative et professeur à la London School of Hygiene and Tropical Medicine, lui a remis l’accessoire après son discours animé exhortant tout le monde à reconnaître l’importance vitale des nettoyeurs des établissements de santé et leur besoin de WASH.

Il est difficile de croire que ce n’était qu’un des trois événements auxquels nous avons participé activement hier. Nous avons travaillé avec toute une série de partenaires - Results, Nutrition International, Scaling Up Nutrition et Action Contre La Faim, World Obesity, Global Nutrition Report et AMREF - pour organiser l’événement « Mettre la prévention au centre de la couverture sanitaire universelle (CSU) » le matin. Cette manifestation a permis d’entendre les points de vue du Ghana, de Madagascar, du Bangladesh et du Kenya, et d’organiser des discussions en petits groupes pour convenir des mesures pratiques à prendre.

Dedo Mate Kodjo, Lucy Murage, Megan Wilson-Jones and Callum Northcote at the nutrition side event.
(G-D) Dedo Mate Kodjo, Lucy Murage, Megan Wilson-Jones et Callum Northcote lors de l’événement parallèle « Mettre la prévention au centre de la couverture maladie universelle ».

Et, un an après la résolution #EndCholera soutenue par WaterAid lors de l’AMS de l’année dernière, nous avons eu le plaisir de nous joindre à nos partenaires du Groupe de travail mondial sur la lutte contre le choléra (GTFCC) pour écouter les mises à jour sur les progrès des pays et l’importance de donner la priorité à l’eau, l’assainissement et l’hygiène. Comme l’a dit Seth Berkley, PDG de GAVI, l’alliance pour les vaccins : « En fin de compte, la solution à long terme est WASH. Les vaccins seront très utiles dans les situations d’urgence, mais passons à l’étape où ils ne sont pas nécessaires ».

Et enfin, Leah Richardson a fait notre deuxième déclaration de la semaine , en faisant valoir que la qualité des soins ne peut être assurée sans garantir la disponibilité des services WASH de base dans les établissements de santé.

Après une journée épuisante et pourtant énergisante, nos délégués sont plus déterminés que jamais à faire adopter la résolution sur le WASH dans les établissements de santé ! Continuez à suivre notre parcours sur Twitter.


22 mai : Première déclaration de WaterAid, qui honore nos citoyens et privilégie une approche fondée sur les droits de l’homme

La deuxième journée a vu une étape importante : l’approbation du programme 2020-21 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour s’aligner enfin sur ses objectifs triple billion. En attendant, voici ce que l’équipe de WaterAid a fait...

Notre moment fort a sans aucun doute été la déclaration officielle de Danielle Zielinski, notre responsable santé et WASH chez WaterAid America, au point 11.4 sur les objectifs de développement durable (ODD).

Danielle Zielinski, Health and WASH Officer at WaterAid America, making a statement at the World Health Assembly
Danielle Zielinski, responsable santé et WASH de WaterAid America, faisant une déclaration à l’Assemblée mondiale de la santé

Notre première déclaration de la semaine a pris beaucoup de temps à être entendue… il a été à la fois décevant et frustrant que le temps des déclarations des acteurs non étatiques (ANE) ait été réduit, et qu’il ait été difficile de s’engager efficacement dans un programme en constante évolution. Cependant, bien que ce soit la première fois que Danielle participe à l’AMS, elle s’est montrée une professionnelle absolue lorsqu’on lui a demandé de prononcer un discours enthousiasmant sous pression et endéans un court délai !

Parmi la pléthore de réunions auxquelles notre équipe a assisté, dont beaucoup ont été marquées par une fantastique reconnaissance de l’importance du programme WASH pour la couverture sanitaire universelle (CSU), Helen Hamilton, analyste politique principale de WaterAid UK, a constaté que parfois, moins on en dit, mieux c’est.

Le discours qui s’est démarqué pour Helen - faisant écho au plaidoyer du Dr Tedros le premier jour pour que les délégués se souviennent que la santé est une question de personnes - est venu du Dr Pisut Chunchongkolkul de la délégation thaïlandaise qui a déclaré avec force : « Pour nous, la CSU est une façon d’honorer nos citoyens. »

Leah Richardson, conseillère WASH et santé de WaterAid Suède, a également été encouragée de voir une forte résonance entre notre travail existant et le plan d’action établi par Peter Salama, directeur exécutif de l’OMS pour la CSU lors de la réunion de briefing technique de la CSU.

Leah a été ravie d’entendre qu’il privilégiait clairement une approche fondée sur les droits de l’homme, notamment en mettant l’accent sur l’engagement et l’autonomisation des citoyens, en s’engageant à investir dans la mesure des résultats et en manifestant un réel désir de tirer des enseignements et de les partager. Nous assurerons un suivi actif pour voir comment nous pouvons soutenir davantage ces plans au fur et à mesure de leur déroulement.

Notre équipe a également passé beaucoup de temps à préparer la journée chargée qui nous attend aujourd’hui : en fait, au moment de la publication de ce document, nous aurons déjà co-organisé l’événement, .Nous avons mis la prévention au centre de la CSU, où nous nous sommes concentrés sur l’importance de la collaboration multisectorielle, en particulier avec les secteurs WASH et nutrition.

Enfin, nous attendons également avec impatience l’arrivée du directeur général de WaterAid UK, Tim Wainwright, qui s’exprimera ce soir lors de notre événement First do no harm sur les soins de santé de qualité, la sécurité des patients et la résistance aux antimicrobiens. Nous sommes honorés de travailler avec toute une série d’États membres, dont la Suède, la Zambie et la Tanzanie, et toute l’équipe de WaterAid est impatiente d’entendre ces nombreuses voix venant de différents milieux pour défendre le programme WASH dans le cadre des établissements de soins de santé.

21 mai : Enraciner nos décisions dans nos pays et nos communautés

Et c’est parti ! Nos délégués ont foncé dès le premier jour - voici le récapitulatif de tous les moments clés :

Le Dr Tedros, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a donné le ton lors de la cérémonie d’ouverture en rappelant avec force pourquoi des milliers de délégués se sont réunis à Genève cette semaine : « La santé est une affaire de personnes… Et nous avons tous le devoir de veiller à ce que les décisions que nous prenons cette semaine s’enracinent dans nos pays et nos communautés. »

Alors que ces mots commençaient à résonner dans la salle, les puissants suivis de Natasha Mwanza, une jeune ambassadrice des Nations unies de Zambie, et de Richard Horton, rédacteur en chef du Lancet, ont frappé notre délégation encore plus fort.

L’appel à l’action passionné de Natasha a souligné que les « problèmes de notamment le manque d’eau et d’assainissement causent chaque année 30 milliards de dollars de pertes économiques pour l’Afrique en raison des maladies et de la perte de productivité ».

Et bien que Richard n’ait pas explicitement mentionné l’eau, l’assainissement et l’hygiène (WASH), il a exposé les « cinq principaux » problèmes auxquels il souhaite que les États membres s’attaquent : la crise climatique, la santé sexuelle et reproductive et les droits des femmes, la garantie d’une chirurgie sûre, la transformation de la santé en une question multisectorielle et la garantie que l’OMS soit entièrement financée et dotée de ressources - et le WASH est fondamental pour tous.

Danielle Zielinkski, Aly Sow and Dedo Mate Kodjo from WaterAid's WHA delegation, sitting down at a meeting area.
Danielle Zielinkski, Aly Sow et Dedo Mate Kodjo de la délégation AMS de WaterAid.

Aly Sow de WaterAid Mali a participé à un événement sur la profession de sage-femme, faisant une intervention bien accueillie mettant en évidence le travail que le Mali a effectué pour soutenir les sages-femmes par le biais du programme WASH dans les établissements de santé.

Aly a dit : « Ces cinq dernières années, nous avons travaillé à l’intégration du WASH dans le domaine de la santé. Pour l’amélioration des services de santé, nous avons adopté une approche programmatique en intégrant notre travail sur le terrain dans la campagne Healthy Start. Nous avons axé notre travail sur les travailleurs de la santé, en particulier les sages-femmes, en modifiant leur environnement de travail et en créant des conditions idéales pour l’adoption de pratiques de lavage des mains pendant et après l’accouchement. »

Dans la soirée, nous avons été ravis de nous joindre à nos partenaires de Scaling Up Nutrition (SUN) lors de leur réception, qui comptait parmi ses invités la nouvelle directrice générale adjointe, Naoko Yamamoto, et le directeur de la nutrition de l’OMS, Francesco Branca. Nous avons été encouragés par leur engagement à collaborer et nous espérons que cela marque le début d’une meilleure intégration entre les équipes.

Deux futurs rassemblements sur la nutrition ont également été mis en avant : SUN Global Gathering au Népal en novembre et la Nutrition pour la croissance aux Jeux olympiques de Tokyo. Nous espérons que ces deux événements permettront de prendre des engagements en faveur du programme WASH en tant qu’investissement sensible à la nutrition.

Enfin, Dan Jones a eu le plaisir de s’entretenir avec des représentants du ministère de la santé du Népal qui connaissaient bien le projet de WaterAid Népal de promotion de l’hygiène intégrée à la vaccination !

 

20 mai : derniers préparatifs et attentes

Dans un dernier élan de préparation, notre délégation de WaterAid a rassemblé ses sacs, ses cartes d’accréditation et ses attentes pour la 72e Assemblée mondiale de la santé cette semaine. L’équipe est arrivée à Genève en provenance de tous les coins du monde : Bhoutan, Mali, Canada, Suède, Sénégal, États-Unis et Royaume-Uni.

Alors que certains se remettent du décalage horaire, nous nous sommes entretenus avec Dan Jones, coordinateur du plaidoyer de WaterAid UK et Megan Wilson-Jones, analyste politique senior de WaterAid Canada, pour connaître leur point de vue sur la semaine à venir.

Megan nous a dit : « Je suis ravie d’être de retour à l’AMS après l’adoption de la résolution sur le choléra soutenue par WaterAid l’année dernière et j’accorderai une attention particulière à la question de savoir si cela a vraiment contribué à en faire une priorité politique. En fin de compte, le choléra est toujours un problème énorme - regardez les récentes épidémies au Mozambique, par exemple. »

« Je garderai donc un œil sur la manière dont le programme WASH a été intégré dans les plans de prévention à long terme dans les pays à haut risque, et je rencontrerai des collègues du monde entier pour discuter de la manière dont les plans nationaux de contrôle du choléra ont été mis en œuvre avec succès dans un certain nombre de pays. »

Concernant ses espoirs pour la semaine, Dan a déclaré : « L’AMS est chaque année le plus grand rassemblement de ministres de la santé. Cela signifie que nous avons tous les décideurs clés dans une même salle en même temps. J’espère donc qu’ils s’intéresseront enfin au programme WASH et réaliseront qu’ils ne pourront pas atteindre leurs autres objectifs - sur la couverture sanitaire universelle ou la résistance aux antimicrobiens, par exemple - s’ils n’investissent pas dans les éléments fondamentaux que sont l’eau propre, des toilettes décentes et une bonne hygiène. »

« J’espère en particulier que les gouvernements des pays où l’accès aux services WASH dans les établissements de santé est faible commenceront à agir en fonction de la responsabilité qu’ils ont envers leurs citoyens pour améliorer la situation... et que les gouvernements des pays riches seront tenus responsables de leur obligation de les aider. La santé - ses bons, ses mauvais et ses horribles côtés - ne respectera pas les frontières nationales, c’est donc vraiment une situation où un effort mondial est crucial pour tout le monde. »

Et en plus de ces espoirs individuels, toute l’équipe est unie derrière un objectif clé : faire en sorte que les États membres soutiennent la proposition de résolution sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène dans les établissements de santé. Nous vous tiendrons informés toute la semaine. En attendant, suivez nos mises à jour en direct sur Twitter.