Blog du journal intime : WaterAid au Forum politique de haut niveau 2019

WaterAid's week 2 delegation at the 2019 UN High-Level Political Forum
WaterAid

Du 9 au 18 juillet, nos délégués vous ont tenu au courant des dernières actualités et de la réunion du Forum politique de haut niveau (FPHN) aux Nations unies à New York. Suivez-nous sur Twitter pour en savoir plus.
 

19 juillet :

La journée d'hier a marqué la fin du Forum politique de haut niveau (FPHN) 2019. J'ai participé à la deuxième (et dernière) semaine, la partie consacrée à l'examen national volontaire, au cours de laquelle les gouvernements (y compris le gouvernement britannique) ont fait état de leurs progrès par rapport aux objectifs mondiaux. Et quelle semaine ! 

Après une semaine énergisante et inspirante, voici quelques-unes de mes premières réflexions. 

Solidarité

Il était motivant de voir la société civile (et d'autres parties prenantes) de pays du monde entier se rassembler pour demander des comptes à leur gouvernement sur les Objectifs de développement durable (ODD), notamment l'Objectif 6, devant les autres gouvernements. Trop souvent, les processus des Nations unies peuvent sembler légèrement déconcertants, mais le temps que j'ai passé ici cette semaine a certainement démystifié le FPHN. Ce processus est une occasion clé pour la société civile de demander des comptes aux gouvernements nationaux sur leurs engagements mondiaux. 

Urgence

La société civile, y compris les jeunes, et de nombreux gouvernements ont eu le sentiment que les efforts pour atteindre les ODD devaient être intensifiés : il faut faire plus, et plus vite. Cela inclut la lutte contre les inégalités et le changement climatique, des questions avec lesquelles le secteur de l'eau, l'assainissement et l'hygiène (EAH) a de fortes synergies. 

Silence sur l'assainissement

La majorité des conversations sur le thème des services WASH que j'ai entendues ont porté sur l'eau. C'est une bonne chose, mais l'assainissement a reçu beaucoup moins d'attention, bien que les progrès mondiaux en matière d'assainissement soient en retard sur les objectifs. De même, l'hygiène n'occupe pas une grande place dans les conversations. C'est inquiétant. Alors que l'attention mondiale se tourne vers l'Assemblée générale des Nations unies et le sommet des Nations unies sur le climat en septembre, nous devrons travailler dur pour rappeler aux gouvernements que TOUS les aspects du secteur WASH sont essentiels au développement durable, y compris à la résistante aux effets du changement climatique.

Redevabilité

S'il est encourageant de constater qu'un si grand nombre de pays ont soumis leurs examens nationaux volontaires, la qualité et la présentation des rapports varient énormément. Bien que les rapports aient été soumis à un examen par les pairs (questions provenant d'autres pays) et par la société civile, les ministres des gouvernements pouvaient facilement éviter ces deux séries de questions (c'était le cas du Royaume-Uni). Ces structures d'établissement de rapports devraient être renforcées afin que le processus d'examen national volontaire puisse exiger davantage de redevabilité de la part des gouvernements.

Dans l'ensemble, une semaine inspirante : beaucoup de progrès ont été réalisés mais beaucoup reste à faire !

Bethan Twigg, UK Advocacy Coordinator, at the UN in New York.
WaterAid/Maisie-Rose Byrne
Bethan Twigg, coordinatrice du plaidoyer de sensibilisation au Royaume-Uni

- Bethan Twigg, coordinatrice du plaidoyer au Royaume-Uni, à WaterAid Royaume-Uni @b_twigg
 

18 juillet : que signifie ne laisser personne de côté ?

Si vous comptiez les phrases les plus courantes entendues dans les salles de conférence des Nations unies cette semaine, « Ne laisser personne de côté » obtiendrait sûrement un score très élevé. Principe assez incontestable, cet engagement est au cœur de l'engagement des États membres en faveur de l'Agenda 2030. Mais la manière de concrétiser cette phrase d'accroche bien connue a été au centre de mes préoccupations lors de ma première visite à New York, notamment lors de la présentation de l'examen national volontaire du gouvernement rwandais hier.

Neuf ans après que l'eau et l'assainissement ont été déclarés comme étant des droits fondamentaux dans ce même bâtiment, il est choquant qu'une énorme proportion de la population mondiale ait été laissée de côté dans cette quête, en raison de son manque de moyens financiers, de son genre, de son passé, de son âge, de sa géographie, de son handicap, etc.  

À WaterAid Rwanda, nous pensons que pour résoudre le problème, il faut comprendre le contexte dans son ensemble. Nous avons donc consacré beaucoup d'efforts à examiner qui risque d'être laissé de côté et à utiliser cette information pour concevoir nos interventions. Et, pour nous, les partenariats ont été au cœur de ce processus. Nous avons travaillé avec les districts locaux pour la fourniture de services WASH, et avec le ministère de la Santé et le ministère de l'Éducation sur la cohérence des politiques. Un dialogue multisectoriel sur la gestion de l'hygiène menstruelle a récemment réuni des étudiants et des femmes vivant dans des zones rurales, leur permettant de partager leurs difficultés avec les décideurs. Nous avons tous été mis au défi et cela a permis de mieux éclairer nos plans de mise en œuvre.  

Hier, le gouvernement rwandais a présenté son examen national volontaire. Bien sûr, il reste encore beaucoup de travail à faire. Mais il y a eu une réelle honnêteté tout au long de la session. Ils se sont engagés à travailler ensemble, ont choisi d'être redevables envers eux-mêmes et ont voulu voir grand.  

Et c'est la collaboration intersectorielle qui va aider le Rwanda à y parvenir. C'est ouvrir des espaces à ceux qui sont marginalisés et défavorisés, écouter les problèmes qu'ils expriment et faciliter leur participation aux solutions. C'est ainsi que nous nous efforçons de ne laisser personne de côté.  

- Vestine Mukeshimana, responsable de la recherche politique et du plaidoyer à WaterAid Rwanda @VestineRda

Et aussi vite qu'il est arrivé, le FPHN 2019 est déjà presque terminé ! Nous vous ferons part de notre bilan final dans les prochains jours. 
 

17 juillet : deux nouveaux arrivants et deux examens nationaux volontaires

Le début de la deuxième semaine du FPHN a vu l'arrivée de plus de 100 fonctionnaires de niveau ministériel, 47 gouvernements se préparant à partager leurs progrès concernant les ODD… et deux nouveaux délégués de WaterAid !  

Vestine Mukeshimana, responsable des politiques et du plaidoyer au Rwanda, et Bethan Twigg, coordinatrice du plaidoyer au Royaume-Uni (toutes deux sur la photo ci-dessous), sont arrivées à temps pour les présentations des examens nationaux volontaires de leurs gouvernements respectifs.  

Bethan Twigg and Vestine Mukeshimana, WaterAid delegates at the UN HLPF 2019
WaterAid/Maisie-Rose Byrne
Bethan Twigg et Vestine Mukeshimana, déléguées de WaterAid, devant le bâtiment des Nations unies à New York.

Malgré le peu de temps pour surmonter le décalage horaire, ils ont participé avec enthousiasme à des événements parallèles sur le financement, la démocratie et l'engagement des parties prenantes, se sont mis directement à la coordination avec leurs homologues de la société civile et ont participé activement à un atelier « Ne laisser personne de côté ». 

Mais l'objectif principal de cette semaine est clair : comment les gouvernements se rapprochent-ils de leurs promesses concernant les ODD ?

Avant de se retrouver sous les feux de la rampe, les ministres fraîchement arrivés se sont vu rappeler la dure réalité de la quantité de travail qui les attend, dans un discours liminaire passionné prononcé mardi matin par Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations unies.  

Nous ne sommes pas encore sur la bonne voie et nous devons intensifier nos efforts… Les inégalités entre les pays et en leur sein sont inquiétantes. 

Antonio Guterres a également saisi l'occasion de lier le FPHN à la série de rencontres de haut niveau qui attendent les dirigeants mondiaux lors de l'Assemblée générale des Nations unies en septembre. Il leur a demandé de façon pertinente de ne pas arriver avec de « beaux discours », mais avec des actions, des plans et des engagements clairs sur la manière dont ils mettent en œuvre l'Agenda 2030.  

En effet, c'est un conseil que nous aurions aimé que les premiers gouvernements à avoir présenté les examens nationaux volontaires reçoivent immédiatement ! Bien qu'il y ait eu des signes encourageants de progrès spécifiques à certains pays, les paroles du puissant discours de Yolanda Jobe la semaine dernière ont encore trouvé un écho dans la salle de conférence : « Si vous pensez que vous en faites assez, faites-en plus… si vous pensez que vous allez vite, allez plus vite ! »

Voici Dedo Mate-Kodjo, responsable régional du plaidoyer pour l'Afrique de l'Ouest, et Bethan, qui réfléchissent spécifiquement aux présentations du Burkina Faso et du Royaume-Uni.

Et voilà… À quelques jours de la fin du FPHN, nous nous sentons plus déterminés que jamais à faire passer notre message haut et fort : il n'est pas question de continuer à progresser au rythme actuel. Les gouvernements doivent agir de toute urgence si nous voulons nous rapprocher de la réalisation des ODD.  

- Maisie-Rose Byrne, responsable du plaidoyer et des campagnes, WaterAid Royaume-Uni @MazzleRo
 

13 juillet : se démarquer et être considéré, vous pouvez être du bon côté de l'histoire 

La semaine dernière a marqué un nouveau jalon dans l'histoire des Objectifs de développement durable (ODD). Les gouvernements ont conclu le premier cycle complet d'examen des ODD lors du Forum politique de haut niveau (FPHN) à New York. Malheureusement, comme l'a indiqué le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, dans son rapport annuel sur les progrès accomplis, nous sommes en retard sur la plupart des objectifs et nous avons même reculé sur certains d'entre eux, comme la faim.

Je crois fermement qu'il n'est pas nécessaire qu'il en soit ainsi et que le changement est possible. Ou, plutôt, nous n'avons pas d'autre choix que de changer de cap de toute urgence pour le bien des gens, la paix, la sécurité et la prospérité. 

Mes trois conclusions jusqu'à présent :

1. Nous avons besoin de changements systémiques et structurels, un changement audacieux de la gouvernance mondiale.

Cela signifie un changement radical de notre modèle économique actuel, qui se concentre sur la croissance au détriment de la planète et des générations futures. 

Nous devons démocratiser le modèle de prise de décision économique mondial. La mesure de la croissance doit inclure le coût pour la planète. Il faut combler l'écart entre le haut et le bas de l'échelle. Les institutions financières internationales et le secteur privé doivent s'attaquer à leurs dichotomies internes et joindre le geste à la parole.
 


2. Au niveau national, les États doivent investir dans la bonne gouvernance.

Cela implique des institutions fortes et transparentes, l'engagement des citoyens à tous les niveaux, la capacité d'augmenter les revenus de sources nationales et la priorité accordée à l'allocation de ressources aux services essentiels : une bonne éducation, des soins de santé, de l'eau potable et un assainissement décent.

3. Enfin, la solution miracle : nous devons veiller à ce que les droits de l'homme et les autres instruments internationaux convenus soient au cœur même de la réalisation des ODD.

Cela inclut l'intégration entre les objectifs et avec les mécanismes internationaux existants. Tout le reste ne fait que tourner autour du pot et ne change pas des pratiques habituelles, et cela ne fonctionne pas. 

Le temps est écoulé ! Nous avons besoin que nos dirigeants politiques et commerciaux, les agences de l'ONU et leur personnel, les institutions financières internationales et ceux qui sont engagés dans la macroéconomie fassent preuve de courage et agissent avec un sens de l'urgence et de la finalité. 

Si vous faites cela, on se souviendra de vous comme étant du bon côté de l'histoire. 

- Savio Carvalho, directeur des campagnes mondiales, WaterAid Royaume-Uni @SavioConnects
 

11 juillet : un appel à l'action

Eh bien, jeudi a été une troisième journée intense au Forum politique de haut niveau !

En collaboration avec le Water Supply and Sanitation Collaborative Council (WSSCC), l'Organisation internationale du travail (OIT), l'Union européenne et le Columbia University Institute for the Study of Human Rights, nous avons organisé un événement parallèle axé sur les ODD en matière de travail décent, d'inégalité, de sociétés pacifiques et de droits de l'homme. 

The panel at our joint side event on decent work, inequality, peaceful societies and human rights at HLPF 2019.
WaterAid/Lou Brydges
Le panel lors de notre événement parallèle conjoint sur le travail décent, l’inégalité, les sociétés pacifiques et les droits de l’homme à la conférence HLPF 2019.

Nous avons eu un panel passionnant, chaque intervenant venant avec une variété d'expériences et de perspectives. Amber Barth de l'OIT s'est concentrée sur les conventions de l'OIT et sur la façon dont elles doivent être liées au cadre des Objectifs de développement durable (ODD), Rockaya Aidara du WSSCC a commencé par des témoignages puissants de femmes de différentes régions d'Afrique, avant de se concentrer sur les défis auxquels les femmes qui travaillent sont confrontées autour des services WASH et du manque d'installations d'hygiène menstruelle, et Inga Winkler de l'université de Columbia s'est appuyée sur l'argument de Rockaya pour proposer ce à quoi ressemblerait un cadre d'hygiène menstruelle. 

Nous avons également reçu Abdoulaye Barrow, représentant permanent adjoint du Sénégal aux Nations unies, qui a souligné les défis liés à la protection sociale des travailleurs informels et les efforts du Sénégal à cet égard. Enfin, Helge Zeitler, représentant de la délégation de l'UE aux Nations unies, a parlé des directives de l'UE en matière de droits de l'homme et de la manière dont elles fournissent un cadre au travail décent.

Bezwada Wilson, of Safai Karmachari Andolan, speaking at our side event on a human rights-based approach to decent work and reducing inequalities at HLPF 2019.
WaterAid/Lou Brydges
Bezwada Wilson, de Safai Karmachari Andolan, s’exprimant lors de notre événement parallèle sur une approche du travail décent et de la réduction des inégalités fondée sur les droits de l’homme à l’occasion du Forum de haut niveau de 2019.

Pour moi, l'un des points forts a été d'aller au-delà de ces questions d'accès universel pour se concentrer réellement sur la situation critique et les droits de ceux qui fournissent ces services, en particulier les femmes, les hommes et les enfants du monde entier qui sont contraints chaque jour de nettoyer les fosses de latrines à la main pour gagner leur vie. Notre orateur principal, Bezwada Wilson, de Safai Karmachari Andolan en Inde, un mouvement pour les droits des récupérateurs manuels et des travailleurs de l'assainissement, a lancé un appel passionné pour une plus grande reconnaissance et une action autour de cette question, non seulement de la part de la société civile au sens large, mais aussi des États membres assis de l'autre côté de la rue, au siège des Nations unies. 

Savio, le directeur des campagnes mondiales de WaterAid et notre porte-parole pour le FPHN, l'a bien résumé dans la salle. Il a souligné que, collectivement, nous avons deux choix : 1) rentrer chez nous et oublier ce que chacun de nous a entendu aujourd'hui, ou 2) appeler les États membres à faire quelque chose de concret sur ces questions, une fois pour toutes.

Et pour nous, ici à WaterAid, la première option n'est tout simplement pas une option du tout.

- Avinash Kumar, directeur des programmes et des politiques, WaterAid Inde @Avinashkoomar

10 juillet : débloquer des sources de financement pour atteindre les objectifs

Aujourd'hui, au FPHN, nous avons eu l'occasion de réfléchir en profondeur à la place de notre travail dans le paysage plus large du développement durable et de la lutte contre les inégalités (un des principaux thèmes de la session de cette année). 

Plusieurs membres de notre délégation se sont joints ce matin à une discussion sur le rôle de la politique fiscale dans la réalisation de l'ODD 10 (sur la réduction des inégalités) organisée par l'Institut de recherche des Nations unies pour le développement social et la fondation politique allemande Friedrich-Ebert-Stiftung. Nous avons engagé cette vaste conversation sur la fiscalité, les sources de financement privées et publiques et l'impact des niveaux croissants d'endettement sur la capacité des gouvernements à fournir les types de services et d'infrastructures qui améliorent de manière significative la vie et le bien-être des personnes. 

Our Global Campaigns Director Savio Carvalho speaking at the inequalities event.
WaterAid/Lou Brydges
Notre directeur des campagnes mondiales, Savio Carvalho, s’exprimant lors de l’événement sur les inégalités.

Lorsque ces services ne sont pas disponibles, ce sont les personnes vivant dans la pauvreté et confrontées à la discrimination, en particulier les femmes et les filles, qui en paient le prix. Shahra Razavi, de l'ONU Femmes, a parlé d'une « taxe de reproduction » qui repose sur le travail physique des femmes pour combler les lacunes liées à l'absence de systèmes d'eau courante, par exemple. 

Un représentant de la Confédération syndicale internationale a partagé le fait que 10 % du PIB mondial se trouvait actuellement dans des paradis fiscaux. Si même une fraction de ces ressources était plutôt utilisée comme revenu national ou comme aide internationale, à quel point pourrions-nous nous rapprocher de nos objectifs ? 

Ces questions politiques ont des implications claires pour WaterAid, dans la mesure où elles affectent la capacité des gouvernements des pays dans lesquels nous travaillons à étendre l'accès aux services WASH à leurs populations les plus difficiles à atteindre. Les structures actuelles de la gouvernance économique et financière limitent également les ressources disponibles pour la fourniture publique d'infrastructures et de services. 

Demain, nous partagerons des exemples concrets de l'intersection entre les services WASH et les inégalités de WaterAid Inde et Sierra Leone. Nous sommes impatients d'entendre nos collègues, maintenant et à leur retour, nous expliquer comment leur engagement dans ces discussions politiques mondiales influence leurs interactions avec leur gouvernement, notamment les ministères chargés de l'eau, de l'assainissement et des infrastructures et les responsables sectoriels de la santé et de l'éducation, ainsi que les départements des finances et de la planification économique. Comme nous l'avons entendu aujourd'hui, l'allocation budgétaire au niveau national et le processus décisionnel financier mondial qui la détermine sont des facteurs clés pour déterminer qui a accès à des services comme l'eau, l'assainissement et l'hygiène et qui n'y a pas accès. C'est à nous de déterminer comment nous influençons ce dialogue, tout au long du FPHN et, surtout, une fois qu'il aura pris fin.

- Katie Tobin, coordinatrice du plaidoyer, WaterAid Royaume-Uni à New York @travelingKT

9 juillet : énergie, enthousiasme et frustration… où tout cela va-t-il mener ?

Et c'est parti ! Nos délégués ont commencé à travailler dès la première semaine du FPHN. Voici le récapitulatif de tous les moments clés.

Nous avons passé la journée de dimanche à animer un atelier avec plus de 70 membres d'organisations de la société civile, une occasion rare mais essentielle de nous réunir avant le FPHN pour discuter de notre approche collective. C'était inspirant et énergisant de voir dans la salle des collègues militants issus de domaines aussi divers, et nous avons pu nous appuyer sur ces importantes discussions lors de la réunion du MGoS le lendemain.

HLPF
WaterAid/Lou Brydges

Mardi a marqué le début officiel du FPHN. Nous avons rejoint environ 800 autres délégués lors de la cérémonie d'ouverture, où il est juste de dire que le même message a retenti haut et fort : que, bien qu'il y ait eu quelques progrès autour des ODD, il n'y en a pas eu assez. Comme l'a dit le Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales de l'ONU, « l'heure tourne - les personnes et les pays les plus vulnérables continuent de souffrir le plus. La réponse mondiale n'a jusqu'à présent pas été assez ambitieuse » et « il est temps d'intensifier nos efforts pour parvenir à l'autonomisation, à l'inclusion et à l'égalité afin de réaliser les ODD ».

Mais c'est sans aucun doute Yolanda Jobe, d'Island PRIDE, qui a volé la vedette. Devant une salle remplie de représentants du gouvernement, elle a déclaré : « Aujourd'hui, je regarde cette salle et je vois du pouvoir… le monde n'a pas besoin de plus de pouvoir… ce dont nous avons besoin, c'est de courage. » Son discours a été accueilli par des applaudissements enthousiastes et des acclamations du public, ce qui est inhabituel pour un événement aussi officiel des Nations unies. 

Il était bon de voir les sessions plénières centrées sur le thème « Ne laisser personne de côté », même si les discussions ont été largement centrées sur l'égalité économique, qui est très importante, mais l'inégalité doit également être examinée à travers les dimensions sociales et culturelles.

Notre session de stratégie de l'après-midi sur les travailleurs de l'assainissement a fait ressortir ce point avec force. WaterAid a organisé un événement sur la question mondiale de la récupération manuelle, dans laquelle les femmes, les hommes et les enfants sont obligés de vider les fosses et les égouts des déchets humains pour gagner leur vie. Nous avons été très heureux de faciliter cette importante discussion, il est temps que nous nous concentrions beaucoup plus sur ces dimensions de l'inégalité lorsque nous examinons l'accès à l'eau, l'assainissement et l'hygiène (EAH), et il est absolument vital que nous nous assurions que les travailleurs de l'assainissement sont représentés dans les ODD.

Attendees at WaterAid's manual scavenging workshop.
WaterAid/Lou Brydges
Les participants à l’atelier de WaterAid sur la récupération manuelle des déchets.

Et cela nous amène à la fin de la première journée au FPHN. Dans l'ensemble, ce fut un bon début pour ce qui promet d'être une dizaine de jours intéressants. Mais ce qui nous préoccupe tous ici à WaterAid, c'est de savoir si ce sentiment de frustration face à l'absence de progrès se traduira par des actions concrètes.

Voyons ce que mercredi apportera.

- Lou Brydges, responsable principal des projets de communication, WaterAid Royaume-Uni