Cinq leçons tirées de notre programme Sustainable WASH

on
11 September 2019
WaterAid/ James Kiyimba

Au cours de la troisième année du programme SusWASH (Sustainable WASH), Vincent Casey et Hannah Crichton-Smith reviennent sur ce que nous avons appris au sujet de ce qui rend une approche de renforcement des systèmes et d’autonomisation efficace pour atteindre un accès universel, inclusif et durable à l’eau, l’assainissement et l’hygiène (WASH).

Pour faire une différence durable, l’accès à l’eau potable, à un assainissement décent et à une bonne hygiène doit continuer longtemps après son introduction. À l’échelle mondiale, des millions de personnes supplémentaires ont désormais accès à ces trois éléments essentiels, mais le rythme actuel des progrès est encore trop lent. Autre réalité : les pompes tombent en panne, les fosses des toilettes se remplissent et les bonnes habitudes d’hygiène sont oubliées si aucun effort n’est fait pour les maintenir ou les pérenniser. Cela signifie que les personnes que nous croyons avoir accès à ces toilettes peuvent être confrontées à un piètre niveau de service.

Les services durables ont besoin de systèmes solides.

Pour relever ces défis, il ne suffit pas de construire davantage de robinets et de toilettes et d’organiser des exercices de formation ponctuels. C’est pourquoi nous nous concentrons sur la construction de systèmes WASH solides qui garantissent que l’accès dure et atteigne tout le monde.

Un système WASH solide comprend toutes les politiques, processus, ressources, comportements, infrastructures et institutions nécessaires à la fourniture d’un WASH inclusif et durable. Les personnes, les communautés, la société civile et les institutions informelles et formelles jouent un rôle essentiel dans la mise en place de changements dans le système.

Renforcer le système WASH signifie comprendre que le WASH est fourni et utilisé dans des contextes complexes, avec de nombreuses composantes, qui doivent être comprises et renforcées pour apporter des améliorations. Il n’existe pas de solution unique. La conception des interventions WASH doit être éclairée par des analyses contextuelles détaillées et répondre aux questions qui affectent la pérennité ou l’accès des groupes marginalisés. Elles doivent combiner des efforts à plusieurs niveaux pour renforcer le leadership gouvernemental, les processus et politiques institutionnels et l’autonomisation des communautés, et démontrer des modèles de prestation de services durables et inclusifs que les gouvernements peuvent mettre en œuvre à plus grande échelle.

Ce que notre initiative nous a appris

En 2017, nous avons lancé une initiative conjointe avec notre partenaire la Fondation H&M, visant à nous attaquer aux causes profondes de la piètre pérennité et de l’inclusion dans le domaine du WASH, en appliquant une approche de renforcement des systèmes à travers le prisme des droits de l’homme. Maintenant dans la troisième année du programme, voici quelques-unes de nos réalisations SusWASH et Enseignements tirés jusqu’à présent.

Réalisations

- Au Cambodge, le personnel des administrations locales de district dans les comités WASH a gagné en confiance, en initiative et en capacité pour remplir son rôle. Ils se réunissent régulièrement de manière indépendante, en donnant au WASH dans leurs réunions, en développant et en mettant en œuvre des plans WASH, en désignant des points focaux pour le WASH, en promouvant l’accès au WASH dans leurs communautés et en envisageant la fourniture de services aux groupes les plus marginalisés.

- Au Pakistan, le département de la santé publique et de l’ingénierie (PHED) s’est engagé à étendre la cartographie des ressources à l’ensemble du district. Le secrétaire du PHED dans le district de Thatta s’est engagé à former des ingénieurs du gouvernement du district afin d’étendre la cartographie des actifs dans l’ensemble de Thatta. La cartographie des actifs aidera le PHED à comprendre où et quand cibler les financements pour développer de nouveaux services d’approvisionnement en eau et réhabiliter les services existants. Cet engagement fait suite à la démonstration par WaterAid Pakistan de la cartographie des actifs dans sept conseils syndicaux du district.

- En Ouganda, la Kampala Capital City Authority (KCCA) s’est engagée à intégrer des éléments de calcul du coût du cycle de vie dans ses normes minimales d’assainissement à Kampala. Après avoir suivi une formation sur l’évaluation des coûts du cycle de vie, la KCCA a démontré qu’elle comprenait l’utilité d’évaluer les coûts du cycle de vie complet de l’assainissement en acceptant de les intégrer dans la prochaine édition de ses normes minimales pour l’assainissement à Kampala. Ces normes régissent les options technologiques sur site et sont utilisées par toutes les institutions travaillant sur l’assainissement dans la capitale. L’intégration des coûts du cycle de vie dans les normes aidera les responsables de la mise en œuvre à prendre des décisions éclairées sur la pertinence des différentes options de services d’assainissement pour une plus grande pérennité.

- En Éthiopie, les gouvernements de district font preuve d’une plus grande responsabilité dans l’amélioration des services WASH inclusifs. Suite à la formation Making Rights Real et au soutien apporté pour renforcer les forums de clients, les fonctionnaires du district de Gololcha ont pris davantage conscience de leur responsabilité dans la fourniture et l’amélioration des services WASH dans le district. Ils sont également plus conscients des questions d’équité et d’inclusion, qu’ils commencent à intégrer dans leurs processus de planification et de suivi.

Collins Taremwa, responsable du contrôle qualité, à son poste de travail dans le laboratoire de la National Water and Sewage Corporation, Gaba Water Works, Kampala, Ouganda.
WaterAid/ James Kiyimba
Collins Taremwa, responsable du contrôle qualité, à son poste de travail dans le laboratoire de la National Water and Sewage Corporation, Gaba Water Works, Kampala, Ouganda.

  1. Identifiez votre point d’entrée, votre levier de changement. Malgré les liens entre les éléments constitutifs du système WASH, il est important d’identifier l’élément constitutif le plus critique qui est le plus susceptible de déclencher des changements plus importants dans le système. En concentrant nos efforts sur le renforcement de la redevabilité à Kampala, nous avons renforcé l’appropriation et l’autonomisation des communautés, tout en renforçant les structures de leadership et de redevabilité du gouvernement.
  2. Comprendre les motivations et les incitations des individus et des groupes est essentiel pour parvenir à un changement de système. En Éthiopie, le gouvernement local et le personnel des services publics ont expliqué qu’une meilleure communication entre eux et la communauté/les usagers des services leur permettait de mieux comprendre les défis auxquels la communauté est confrontée et de se motiver davantage pour remplir leurs rôles et responsabilités dans l’amélioration du WASH.
  3. L’action collective prend du temps, nécessite des points focaux et n’est pas pour les perfectionnistes. Au Cambodge, l’équipe a soutenu le développement du système national d’information de suivi WASH (MIS) dirigé par le gouvernement. Il a fallu deux ans à partir de la première réunion en 2017 pour produire le rapport final, qui présente la méthodologie, l’analyse des données et les enseignements tirés. Des points focaux dans chaque institution (ONG, partenaires de développement et surtout le Département des soins de santé ruraux), ont assuré la cohérence des connaissances et la responsabilité tout au long du processus. Il est préférable de disposer de bonnes données sur l’état des services WASH ruraux à temps pour la prise de décisions d’investissement que de données parfaites après la prise de décisions d’investissement.
  4. Il est difficile de prévoir les délais nécessaires pour parvenir au changement de système souhaité. Le changement de système dépend de facteurs externes tels que la volonté et l’engagement des gouvernements à travailler ensemble et à faire fonctionner le système. Il est essentiel de faire des efforts pour changer la mentalité des décideurs, en particulier des dirigeants politiques, afin de comprendre la nécessité d’une approche de renforcement des systèmes en tant que moteur de l’amélioration de la prestation et de la pérennité des services.
  5. Mesurer le changement dans le système nécessite une culture de réflexion et d’apprentissage au sein de l’organisation chargée de la mise en œuvre et du gouvernement. Les outils qui évaluent la force des éléments constitutifs du système WASH peuvent masquer de petits changements progressifs. Ces outils doivent être contextualisés et complétés par des réflexions qualitatives plus régulières. À WaterAid, nous tirons les leçons de SusWASH pour développer un cadre à l’échelle de l’organisation afin de mesurer le changement des systèmes WASH.

Pour en savoir plus sur notre programme SusWASH, consultez le site washmatters.wateraid.org/suswash