Cinq principes des droits de l’homme qui placent les personnes au centre des réponses à la COVID-19 en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène 

10 min read
WaterAid/ James Kiyimba

L’autonomisation et l’augmentation de la dignité des personnes marginalisées et vulnérables nous aideront à sortir de la crise de la COVID-19 avec des sociétés plus saines et des possibilités revitalisées de développement et de paix. Louisa Gosling, Naomi Carrard, Hannah Neumeyer et Virginia Roaf expliquent comment l’application des principes des droits de l’homme peut sauver des vies aujourd’hui et demain.

Le virus ne fait pas de discrimination, mais ses impacts - et nos réactions - en font.

- António Guterres, Secrétaire général des Nations unies.

Nous faisons tous de notre mieux pour minimiser l’impact de la pandémie de coronavirus. Dans le monde entier, la réponse a consisté, dans une très large mesure, à réduire la transmission par l’éloignement, le lavage des mains et le renforcement des systèmes de santé publique. Nous savons que l’approvisionnement en eau, l’assainissement et l’hygiène (WASH) sont au cœur de la réponse à la COVID-19. Alors, comment les droits de l’homme peuvent-ils aider ?

Le prisme des droits de l’homme révèle des opportunités inattendues alors que nous réagissons à la crise actuelle et planifions l’avenir. L’application des principes des droits de l’homme - égalité et non-discrimination, participation, transparence, redevabilité et pérennité - approfondit les réponses WASH à la COVID-19, aidant à la fois à protéger tout le monde maintenant et à construire des sociétés plus équitables et plus pérennes.

Ce que nous faisons maintenant façonnera le monde post-COVID et notre résistance aux menaces futures, qu’il s’agisse du changement climatique ou d’autres crises sanitaires.

Égalité et non-discrimination

Les risques que présente la COVID-19 ne sont pas supportés de manière égale. Nous en voyons la preuve partout dans le monde. Les personnes âgées, les personnes ayant des problèmes de santé, les personnes vivant dans des logements inadéquats (en particulier celles qui vivent dans des zones d’habitation denses sans accès aux services de base), les sans-abri, les travailleurs migrants, et ceux qui doivent aller travailler tous les jours pour survivre ou qui remplissent un rôle nécessaire, bien que sous-estimé, tel le travail de soins ou le nettoyage des rues, courent tous un risque plus élevé de contracter le virus car ils sont moins capables de se protéger par une bonne hygiène et une distanciation physique. Ils sont également les plus sévèrement touchés par les dispositions d’éloignement ou de confinement, les moyens de subsistance des victimes disparaissant ou étant réduits.

Les personnes qui n’ont pas les moyens de payer leurs factures d’eau et d’assainissement risquent de perdre des services essentiels. Des experts indépendants des Nations unies en matière de droits de l’homme ont appelé les gouvernements à interdire les coupures et à étendre l’accès continu à l’eau pour les personnes qui n’en disposent pas encore. Les gouvernements sont tenus de garantir l’accès aux services. Ils doivent intervenir pour que les fournisseurs de services continuent à fournir des services et ne soient pas confrontés à des difficultés financières ce faisant. Ce n’est pas une mince affaire, étant donné l’étendue et la diversité des fournisseurs de services d’eau et d’assainissement publics, privés et communautaires, mais le renforcement de la reconnaissance de ces services de base en tant que services publics est essentiel pour la réalisation des droits de l’homme.

Les agents sanitaires effectuent un travail vital et pourtant, ils sont particulièrement exposés à la COVID-19. Ils sont souvent discriminés, travaillant sans protection ni dignité. Les nettoyeurs, les travailleurs sociaux et les nombreuses femmes et enfants qui vont chercher de l’eau pour eux-mêmes et pour les autres risquent également d’être exposés au virus.

Comme dans de nombreux domaines du développement, les femmes - malgré leur rôle central - sont souvent ignorées ou marginalisées dans les décisions, de sorte que leurs besoins et les risques spécifiques auxquels elles sont confrontées ne sont pas pris en compte. Mais de nombreuses organisations étudient et documentent les implications de la pandémie et les mesures de réponse. La justice en matière de genre devrait être au centre de la réponse WASH, et il est de plus en plus impératif de collaborer avec les organisations de femmes et les dirigeants pour trouver des moyens d’y parvenir.

Les droits de l’homme à l’eau et à l’assainissement (et d’autres droits) exigent que notre réponse à la COVID-19 s’attaque à ces inégalités. Ils favorisent et protègent la voix des personnes discriminées, marginalisées et vulnérables, et veillent à ce que les réponses au virus les incluent de manière proactive.

La collaboration entre les acteurs du secteur WASH et les organisations représentant les droits des groupes marginalisés - y compris celles qui se concentrent sur le handicap, l’âge, les habitants des bidonvilles, les prisonniers, les enfants ou les femmes - apporte une nouvelle compréhension et une action qui garantissent des services d’eau et d’assainissement inclusifs. Des solutions innovantes émergent déjà de cette collaboration, rendant les messages d’hygiène et les installations de lavage des mains accessibles aux personnes handicapées, et pertinentes pour diverses populations dans des contextes difficiles.

WaterAid Papouasie-Nouvelle-Guinée donnant des mégaphones, de l’encre et du papier pour l’impression de matériel de sensibilisation, soutenant ainsi les autorités sanitaires locales dans leur préparation à la COVID-19.
WaterAid Papouasie-Nouvelle-Guinée a fourni des mégaphones, de l’encre et du papier pour l’impression de matériel de sensibilisation, soutenant ainsi les autorités sanitaires locales dans leur préparation à la COVID-19.
WaterAid Papouasie-Nouvelle-Guinée

Participation

Les épidémies de SIDA et d’Ébola ont montré l’importance de s’engager auprès des communautés touchées. Il est essentiel d’établir la confiance entre le gouvernement et la société civile pour assurer la pertinence, l’efficacité et la pérennité des réponses, pour garantir une circulation fluide d’informations précises et utiles et pour éviter tout préjudice indirect ou involontaire.

Les mesures d’éloignement physique créent davantage d’obstacles pour beaucoup et réduisent la participation et la voix, en particulier lorsque les processus participatifs reposent désormais sur l’internet. Il est prouvé qu’il existe une fracture numérique entre les genres, exacerbée par la pauvreté. Par exemple, les données de l’OCDE indiquent que, dans le monde, les femmes ont 26 % de chances en moins que les hommes de posséder un smartphone (70 % de chances en moins en Asie du Sud et 34 % en Afrique).

Les mécanismes nationaux de coordination (tels que les clusters WASH) devraient inclure la société civile et les organisations représentant différentes sections de la population. Cela peut aider les gouvernements à identifier les personnes vulnérables et à mettre en place des mesures qui soutiennent efficacement ceux qui seraient autrement laissés pour compte.

À plus long terme, le fait de rendre les modes de participation et de partenariat plus inclusifs pourrait jeter les bases d’un développement dirigé plus localement au-delà de la pandémie.

Transparence et accès à l’information

La transparence et l’accès à l’information sont intrinsèquement liés à la participation. Si l’information n’est pas exacte ou mal comprise par ceux à qui elle s; adresse, elle n’a aucune valeur. En outre, si des messages clairs et cohérents sont importants pour renforcer le changement de comportement, ils doivent être adaptés aux différents contextes. Comment les personnes vivant dans des quartiers informels ou dans des zones rurales éloignées peuvent-elles répondre aux messages « Lavez-vous les mains » si elles ne disposent pas d’un approvisionnement en eau sûr et sur place ?

Pour atteindre les personnes les plus marginalisées, nous devons faire preuve de créativité et communiquer dans les langues locales par le biais d’une série de canaux adaptés aux lieux et aux personnes concernés. Par exemple, de nombreux pays utilisent la radio, comme laTanzanie, le Rwanda et le Népal, où des jingles sont même diffusés par des haut-parleurs aux communautés sans couverture FM. La langue des signes et le braille peuvent être utilisés pour atteindre les personnes souffrant de déficiences auditives ou visuelles.

Au Nigéria, les réseaux locaux de la société civile et les médias communiquent par l’intermédiaire des membres du réseau dans les communautés pour partager des informations et mener des campagnes sur l’amélioration du programme WASH dans les établissements de santé. D’autres idées peuvent être trouvées dans des ressources telles que BBC Media Action’s Guide to community engagement at a distance.

Et en Afrique du Sud, les résidents des quartiers informels surveillent l’accès à l’eau et à l’assainissement pendant la crise de la COVID-19, partageant les données avec les autorités municipales et les médias. Cette initiative a déjà permis d’améliorer la prestation de services et de créer de nouveaux canaux de collaboration avec les autorités municipales.

Un homme lit des messages de sensibilisation dans un mégaphone installé à l’arrière d’une remorque à vélo autour d’une communauté au Bangladesh.
Un homme lit des messages de sensibilisation dans un mégaphone autour d’une communauté au Bangladesh.
WaterAid Bangladesh

Redevabilité

La redevabilité entre les gouvernements, la société civile et les agences de développement est plus que jamais essentielle en temps de crise. Nous assistons à une collecte et à une distribution sans précédent de fonds en réponse à la COVID-19, mais la manière dont ces fonds seront utilisés et comptabilisés n’est pas toujours claire.

La redevabilité est essentielle pour minimiser la corruption et pour obtenir des services équitables, durables et de haute qualité. Cela est important tant pour l’approvisionnement d’urgence et la distribution des bénéfices dans la réponse immédiate à la COVID-19, que pour la pérennité à long terme des services WASH.

Malheureusement, les mécanismes de redevabilité et les relations dans le secteur WASH sont souvent déficients. Les réseaux de la société civile doivent être en mesure de plaider pour la transparence et la redevabilité dans la réponse WASH à cette crise, de contrôler la part des fonds mis à disposition pour la pandémie qui est investie dans les considérations de droits de l’homme et pour le développement durable des services WASH. Il existe peut-être plus d’opportunités parce que la pandémie a rehaussé le profil du WASH, ce qui peut créer un espace où les acteurs du secteur WASH peuvent contribuer à des initiatives de responsabilisation plus larges. Un exemple liant WASH à la coalition sur la consolidation de la paix et la construction de l’État en Sierra Leone démontre ce potentiel.

Les gouvernements sont également responsables de la manière dont ils imposent des mesures de confinement qui limitent la capacité des gens à sortir, à travailler, à aller chercher de l’eau et à utiliser les toilettes. Dans de nombreux pays, nous assistons à un recours excessif à la force pour assurer le respect du confinement, ce qui pénalise les personnes qui doivent quitter leur domicile pour satisfaire leurs besoins fondamentaux. Cela constitue une violation des droits de l’homme et peut être préjudiciable à la réduction de la propagation du virus si cela engendre de la peur et détruit la confiance entre le gouvernement et les communautés, comme l’a montré la réponse au VIH. Dans les moments de réponse aux catastrophes, les valeurs d’un gouvernement ouvert peuvent être soumises à une pression intense - mais peuvent aussi contribuer de manière significative à de meilleurs résultats lorsqu’il existe une coopération et une confiance solides entre les autorités et la population.

Pérennité

Une faible pérennité et de faibles niveaux de service constituent déjà un obstacle considérable à la réalisation des droits des personnes à l’eau et à l’assainissement, souvent en raison de la faiblesse des systèmes. Ceux-ci peuvent être renforcés ou affaiblis par la manière dont nous réagissons à cette pandémie.

La durabilité est un principe des droits de l’homme - nous ne devons pas gâcher les progrès réalisés. L’espoir pour le monde de l’après-Covid-19 - si nous utilisons les droits de l’homme pour nous guider - est d’être dans une position plus forte qu’auparavant. Cela signifie que les personnes vulnérables et marginalisées auront un meilleur accès à l’eau et à l’assainissement, que nous comprendrons mieux comment éliminer les inégalités et que nous serons mieux préparés aux risques sanitaires futurs et aux conséquences inévitables du changement climatique.

Comment nous ressortons de la COVID-19

La pandémie de COVID-19 aura des répercussions profondes et durables sur notre façon de vivre, de travailler et d’interagir les uns avec les autres. Nous pouvons à peine imaginer l’immensité des changements économiques et sociaux qui en découleront.

Les droits de l’homme placent l’homme au centre des préoccupations. En donnant plus de pouvoir et de dignité aux personnes actuellement marginalisées et vulnérables, nous pourrons sortir de cette crise avec des sociétés plus saines et des possibilités de développement et de paix revitalisées. Les principes des droits de l’homme doivent guider nos réponses et nous conduiront à des résultats meilleurs, plus inclusifs et plus durables, protégeant et sauvant des vies maintenant et à l’avenir.

Louisa Gosling est la responsable WASH de WaterAid pour la redevabilité et les droits, Naomi Carrard est directrice de recherche à l’Institut pour un avenir durable - Université de technologie de Sydney, Hannah Neumeyer est responsable des droits de l’homme à WASH United et Virginia Roaf est conseillère principale à Assainissement et eau pour tous.

Ce blog est le résultat d’une collaboration entre WaterAid, Assainissement et eau pour tous, l’Institut pour un avenir durable - Université de technologie de Sydney, WASH United, End Water Poverty, Kewasnet, Rural Water Supply Network, Water Youth Network, Hope Spring Water, Simavi et Water Integrity Network.