Combler l’écart entre les genres : l’accès à l’eau et aux toilettes est une question de justice pour les femmes

Women gather water from the uncovered well at the unprotected water source in Nacoto Village, Nampula Province, Mozambique. WaterAid/Eliza Powell.

Quels sont les défis et les opportunités pour atteindre l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes dans le domaine de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène ? Alors que la Commission de la condition de la femme débute à New York, Chilufya Chileshe, responsable régionale du plaidoyer pour WaterAid en Afrique australe, se penche sur la question.

Le rapport Global Economic Prospects (2018) prévoit avec optimisme que, pour la première fois depuis la crise financière, l’économie mondiale (y compris celle des pays en développement) fonctionnera cette année à pleine capacité ou presque. Le président de la Banque mondiale note que la croissance mondiale est une bonne nouvelle pour la lutte contre la pauvreté et le renforcement de la prospérité partagée.

Il ajoute cependant que certaines choses l’empêchent encore de dormir la nuit. On espère que le statut des femmes et des filles, et les perspectives toujours sombres pour la plupart d’entre elles, sont l’une des choses qui le privent de sommeil. Faire en sorte que toutes les femmes jouissent de droits égaux, sortent de la pauvreté et participent pleinement au développement de leur société devrait tenir éveillée toute personne soucieuse de la dignité des personnes.

La pauvreté dans le secteur WASH, les problèmes et les implications

L’écart entre les genres, défini par la participation et les opportunités économiques, la participation politique et le niveau d’éducation, reste énorme. Les femmes, en particulier en Afrique, n’ont pas accès aux services de base, aux ressources et à l’information. En conséquence, elles se voient refuser l’accès au pouvoir et sont absentes des différents niveaux de prise de décision et de direction de la société.

La pauvreté prive les gens de l’accès aux droits fondamentaux, tels que l’eau, l’assainissement et l’hygiène (WASH), et ce sont les femmes et les filles qui en ressentent le plus les effets.

Un impact immédiat commun de la pauvreté dans le domaine de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène sur les femmes est le fardeau élevé des maladies diarrhéiques. En tant que principales responsables des enfants, ce sont les femmes qui supportent le plus durement cette conséquence – mais cela ne compte même pas comme une contribution à la main-d’œuvre mondiale.

L’incapacité à payer le coût souvent élevé de l’eau signifie que les femmes doivent souvent parcourir de longues distances à pied pour se rendre à des sources d’eau insalubres. L’insuffisance de l’eau et des installations d’hygiène dans les établissements de santé, en particulier dans les maternités – endroit où les femmes sont très vulnérables – expose les femmes et leurs nouveau-nés à des risques d’infection.

Le rapport annuel de WaterAid sur l’état des toilettes dans le monde en 2017 a révélé que près de 123 millions de personnes dans le monde vivent avec la peur et l’indignité de faire leurs besoins en plein air, ou dans des toilettes peu sûres ou non hygiéniques. Cette situation est particulièrement dangereuse pour les filles et les femmes.

Le fait de ne pas disposer de toilettes à l’école affecte surtout les filles. L’absence d’un endroit sûr et privé pour se changer et se laver rend la gestion des menstruations difficile pour les jeunes filles qui apprennent à gérer les changements de leur corps et la douleur, et craignent de salir leur uniforme. Dans des pays comme le Mozambique et Madagascar, où 44 % et 36 % de la population, respectivement, n’ont d’autre choix que de déféquer en plein air, on estime que les filles manquent jusqu’à quatre jours d’école par mois, et que beaucoup d’autres abandonnent tout simplement. On ne saurait trop insister sur l’importance du programme WASH pour garantir le respect des droits des femmes en matière de santé sexuelle et procréative.

Il est bien connu que les filles des pays en développement, en particulier dans les zones rurales, passent la majeure partie de leur journée à accomplir des travaux pénibles, ce qui limite le temps disponible pour les études. Cette situation est encore aggravée lorsque l’accès à l’eau et aux toilettes est inexistant ou insuffisant. En Afrique subsaharienne, les femmes et les filles sont les principaux porteurs d’eau dans plus de 70 % des ménages qui doivent aller chercher l’eau. En 2016, l’UNICEF a estimé que les filles et les femmes dans le monde entier passaient près de 200 millions d’heures par jour à collecter de l’eau. Ils ont décrit avec précision cette situation comme « une perte colossale de leur temps précieux ».

La demande (d’action)

Les objectifs de développement durable (ODD) renforcent notre vision de l’autonomisation des femmes, de l’égalité des chances et de l’égalité de participation sans menace de violence. Ils s’appuient sur la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW, 1979) qui a pris de l’importance grâce à la déclaration de Pékin de 1995 sur l’autonomisation des femmes.

Lors de la 62e session de la Commission de la condition de la femme cette semaine, il est prévu de réaffirmer les engagements visant à améliorer les conditions et à défendre la dignité des femmes.

La pauvreté persistante dans le secteur WASH doit être reconnue comme une contribution aux systèmes qui enracinent les inégalités, refusent aux femmes des opportunités et minimisent leurs chances de réussite. Il s’agit d’une injustice pour les femmes et les filles. L’accès à WASH est un indicateur majeur de la jouissance de nombreux autres droits ; leur absence entraîne la vulnérabilité et empêche ou limite les progrès des femmes. Il réduit les possibilités d’éducation des femmes et, par conséquent, les moyens de revenu nécessaires pour leur indépendance et leur autonomie. Il détermine tout ce qu’elles peuvent réaliser dans leur vie et, au pire, si elles vivre ou mourir.

Il faudra bien plus que des engagements pour mettre fin à cette injustice. La volonté politique au plus haut niveau du gouvernement est essentielle pour traduire les engagements en une meilleure coordination et une meilleure exécution du travail des ministères de l’eau et de l’assainissement, de la santé, de l’éducation et autres.

Il est urgent que l’Afrique accélère ses progrès vers l’accès universel à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène et vers l’autonomisation des femmes, comme le prévoient les directives sur l’égalité des genres. Les gouvernements, les bailleurs de fonds, les agences de développement et les autres dirigeants du continent doivent comprendre pleinement le rôle que joue la pauvreté en matière de WASH dans l’autonomisation des femmes, afin de garantir des solutions adaptées.

Les acteurs clés tels que les régulateurs doivent prendre des mesures positives pour assurer la concrétisation progressive des droits à l’eau et à l’assainissement. Le rapporteur spécial sur les droits de l’homme à l’eau potable et à l’assainissement a appelé les régulateurs à cibler des défis spécifiques, notamment la faible couverture des services dans les quartiers pauvres, les quartiers informels et les zones rurales et le manque d’accessibilité économique des services pour les plus pauvres.

D’importants investissements en termes financiers et de temps sont indispensables pour améliorer plus rapidement l’accès. L’investissement dans le secteur WASH est un investissement dans le développement des personnes, nécessaire au renforcement du capital humain. Les femmes étant les plus touchées par le manque d’accès à l’eau et aux toilettes, l’investissement dans ces domaines essentiels doit être au premier rang de ce que l’ONU-Femmes appelle les « investissements sensibles au genre » nécessaires pour harmoniser l’action sur les principes, les valeurs et les aspirations de l’Agenda 2030. Cela permettra à nos pays de faire un pas de plus vers l’égalité entre les hommes et les femmes et de garantir que nos économies se développent équitablement vers une prospérité partagée que nous pouvons atteindre au cours de notre vie.