Comment aider les travailleurs de l’assainissement à faire valoir leurs droits : leçons tirées des mouvements de ramassage des déchets

9 min read
WaterAid/CS Sharada Prasad/Safai Karmachari Kavalu Samiti

Les agents sanitaires fournissent un service public inestimable, mais travaillent souvent dans des conditions qui les exposent aux pires conséquences d’un mauvais assainissement, leurs droits humains à un travail sûr n’étant pas respectés. Maria UribePerez parle de ses recherches sur ce que nous pouvons apprendre des mouvements de ramasseurs de déchets sur la façon dont les travailleurs de l’assainissement pourraient être soutenus pour s’organiser et ainsi revendiquer leurs droits.

Bien que la fourniture de services soit essentielle pour atteindre l’objectif 6 du développement durable, les travailleurs du secteur de l’assainissement, tels que les nettoyeurs d’égouts et les vidangeurs de fosses, voient souvent leur sécurité, leur dignité et leur santé compromises. Dans de nombreux pays, ils travaillent dans des conditions dangereuses et leur faible articulation en tant qu’organisations ou mouvements fait qu’il leur est difficile de pouvoir revendiquer leurs droits à un travail sûr. Si les travailleurs de l’assainissement unissaient leurs forces, ils pourraient peut-être faire entendre leur voix. Alors comment les organisations internationales peuvent-elles les soutenir dans leurs efforts pour s’organiser et revendiquer leurs droits à de meilleures conditions ?

Nous avons voulu découvrir si la lutte des travailleurs marginalisés dans d’autres secteurs pouvait apporter des éléments intéressants. Ici, je me concentre sur ce que nous pouvons apprendre des mouvements de ramasseurs de déchets dans le monde entier.

Muniraju aidant Kaverappa à vider manuellement une fosse, à Bangalore, en Inde.
Muniraju aidant Kaverappa à vider manuellement une fosse à Bangalore, en Inde.
WaterAid/ CS Sharada Prasad/ Safai Karmachari Kavalu Samiti

Gagner sa vie grâce au recyclage des déchets

Il existe des millions de ramasseurs de déchets dans le monde, qui vivent de la collecte, du recyclage et de la vente de matériaux que d’autres ont jetés. Bien qu’ils fournissent un service public qui apporte des avantages économiques, sociaux et environnementaux à leurs communautés, ces travailleurs ont tendance à manquer de protection sociale, à subir de mauvaises conditions de travail et à être largement invisibles, stigmatisés et harcelés. L’évacuation inappropriée de matières toxiques et de déchets dangereux peut leur faire courir un risque de préjudice direct, en particulier lorsque leur utilisation d’équipements de protection est limitée.

Les travailleurs sanitaires ont beaucoup de points communs avec les ramasseurs de déchets. Ils fournissent un service public essentiel aux communautés et pourtant, ils sont discriminés et invisibles aux yeux de la société. Et les travailleurs sanitaires sont souvent affectés par l’utilisation inappropriée des latrines, où les déchets solides qui ont été mal évacués rendent leur travail plus difficile et plus dangereux, et où les objets pointus comme les seringues peuvent causer de graves dommages lorsque, comme d’habitude, ils n’utilisent pas d’équipement de protection.

Malgré leur marginalité et leur exclusion des politiques publiques, les ramasseurs de déchets du monde entier ont commencé à s’organiser au cours des deux dernières décennies. En Amérique latine et en Asie du Sud, ils ont été très actifs dans la formation de coopératives pour répondre à leurs besoins économiques, ce qui leur a permis de mettre en commun leurs ressources et de négocier les droits fondamentaux du travail, notamment la protection sociale, l’augmentation des revenus et l’amélioration de la santé et de la sécurité.

Les travailleurs unissent leurs forces pour faire valoir leurs droits

Les ramasseurs de déchets ont réalisé de grandes avancées dans leur lutte pour de meilleures conditions de travail. Quelles ont été les clés de leur succès, et comment celles-ci peuvent-elles être transposées efficacement pour aider les mouvements des travailleurs de l’assainissement à réussir ?

1. Sensibilisation et reconnaissance

Les organisations de ramassage de déchets du monde entier ont réussi à tirer parti du fait qu’elles fournissent un service public pour obtenir la reconnaissance et la visibilité d’une profession digne de ce nom. Dans des pays comme le Brésil et la Colombie, elles ont reçu le soutien d’organisations internationales pour créer des espaces communs dans lesquels les ramasseurs de déchets, les membres de la communauté et les représentants des gouvernements pourraient se réunir pour partager leurs points de vue sur l’inclusion des ramasseurs de déchets dans la chaîne de valeur des déchets municipaux. Grâce à ces espaces, les participants ont élaboré des solutions viables pour réduire la stigmatisation et le harcèlement liés au ramassage des déchets et pour améliorer le tri des déchets, ce qui a permis de limiter les risques auxquels les travailleurs sont confrontés du fait des déchets dangereux. Cela a également contribué à les humaniser aux yeux de leurs communautés et de leur gouvernement, en transformant leur image en celle de membres productifs de la société qui ont un impact positif grâce à leur travail, tant aux yeux de la société que des travailleurs eux-mêmes.

Pour améliorer les conditions des travailleurs de l’assainissement, il est fondamental de donner à la communauté et aux acteurs gouvernementaux la possibilité de communiquer avec les travailleurs. En soulignant l’importance de leur travail pour le bien-être et l’hygiène de la société, la marginalisation et le harcèlement auxquels sont confrontés les travailleurs de l’assainissement peuvent s'amenuiser. En outre, la sensibilisation à la manière dont l’évacuation incorrecte des déchets solides peut gravement affecter les travailleurs peut mener à une meilleure utilisation, en réduisant la quantité de déchets solides inappropriés qui se retrouvent dans les latrines et les égouts.

Comme point de départ, les organisations internationales peuvent contribuer à la sensibilisation en utilisant des stratégies telles que des campagnes médiatiques de narration d'histoires, grâce auxquelles les voix des travailleurs de l’assainissement peuvent être entendues et les gens peuvent être exposés à leurs difficultés. Les organisations peuvent également faciliter des espaces de discussion communs, afin que les travailleurs puissent exprimer leurs points de vue et recevoir les opinions d’autres parties prenantes sur la manière de poursuivre leur lutte pour de meilleures conditions.

Juma Hamisi et Juma Ng’ombo, travailleurs sanitaires, insérant un outil métallique dans une latrine à fosse pour enlever les matériaux solides avant de vider la latrine à l’aide de la machine de vidange, Temeke, Dar es Salaam, Tanzanie.
Juma Hamisi et Juma Ng’ombo, travailleurs sanitaires, insérant un outil métallique dans une latrine à fosse pour enlever les matériaux solides avant de vider la latrine à l’aide de la machine de vidange, Temeke, Dar es Salaam, Tanzanie.
WaterAid/ James Kiyimba

2. Renforcement des capacités et mise en réseau

Nos recherches ont montré qu’une fois que les ramasseurs de déchets ont commencé à s’organiser en coopératives, les groupes ont alors commencé à donner leurs membres un accès à la formation, notamment en matière de comptabilité et de planification d’entreprise, de reconnaissance juridique et de compétences techniques liées à la gestion des déchets. Cependant, des lacunes en matière de formation existent dans des domaines fondamentaux pour le succès de leur action collective, tels que les compétences en matière de négociation et la formation syndicale, ainsi que la formation en matière de santé et de sécurité au travail. Dans certains cas, les coopératives ont cherché à obtenir le soutien d’organisations externes pour renforcer leurs capacités dans ces domaines clés et pour faciliter la mise en réseau au sein des coopératives et entre les coopératives et les syndicats, ce qui a accru la force du mouvement et les possibilités d’échanges d’apprentissage.

Étant donné que les travailleurs du secteur de l’assainissement sont généralement issus de milieux marginalisés, tout comme les ramasseurs de déchets, ils ont souvent un accès limité à l’éducation et à la formation qui leur permettraient de négocier une amélioration des conditions, de négocier de meilleurs prix ou même de gérer leurs salaires. Le manque de connaissances en matière de santé et de sécurité au travail a également été largement reconnu par les chercheurs et les praticiens. Les syndicats peuvent contribuer à combler certaines de ces lacunes ; les ONG internationales peuvent aider en établissant des liens entre les organisations existantes et émergentes de travailleurs du secteur de l’assainissement et les syndicats.

3. Promouvoir un meilleur environnement politique

Les organisations de ramasseurs de déchets ont reçu un soutien important de la part des organisations internationales en matière de production de connaissances et de plaidoyer. Les coopératives ont grandement bénéficié d’un soutien pour s’engager dans les processus d’élaboration des politiques et les débats multipartites sur la gestion des déchets. Les organisations internationales ont stimulé la recherche et la collecte de données fiables sur les ramasseurs de déchets, y compris la quantification et la caractérisation de ces travailleurs, et la manière dont ils pourraient être efficacement inclus dans le modèle de gestion des déchets municipaux. Nos recherches ont montré que les OING peuvent également jouer un rôle dans la promotion de meilleurs environnements politiques et réglementaires pour les coopératives, par exemple en faisant pression sur les gouvernements pour qu’ils offrent aux coopératives de ramasseurs de déchets la possibilité de participer aux appels d’offres publics et aux processus contractuels dans des conditions qui leur permettent de concurrencer efficacement les entreprises privées.

Une attention supplémentaire peut être accordée aux organisations de ramasseurs de déchets lorsqu’elles contribuent à des objectifs de développement spécifiques. Les OING peuvent donc soutenir les mouvements des travailleurs de l’assainissement en encourageant et en faisant avancer la recherche et la collecte de données sur des sujets liés à leur santé, leur sécurité et leur dignité. Cela peut fournir aux travailleurs de l’assainissement des arguments solides à utiliser pour défendre leurs droits. Elles peuvent également faire pression sur les autorités municipales pour qu’elles incluent les travailleurs de l’assainissement dans les systèmes municipaux de gestion des boues de vidange. L’inclusion peut conduire à de meilleures conditions de travail et à une chaîne d’assainissement gérée en toute sécurité qui protège la santé publique.

Inoussa Ouedraogo, vidangeur manuel, à l’intérieur d’une fosse vidant une latrine familiale à Ouagadougou, Burkina Faso.
Inoussa Ouedraogo, vidangeur manuel, à l’intérieur d’une fosse vidant une latrine familiale à Ouagadougou, Burkina Faso.
WaterAid/ Basile Ouedraogo

Le travail d’assainissement peut-il devenir un moyen de subsistance durable ?

Malgré les efforts des ONG, de la société civile et des gouvernements pour améliorer les conditions des travailleurs de l’assainissement, l’effet a jusqu’à présent été limité. Par exemple, malgré les nombreux programmes de réhabilitation de la récupération manuelle des déchets en Inde, cette occupation illégale persiste. L’existence de latrines sèches et la mauvaise utilisation des infrastructures sanitaires entraînent une demande constante de vidange manuelle. Et, pour chaque balayeur manuel qui trouve une issue, il y a un autre travailleur en difficulté qui attend de les remplacer.

Il reste cependant beaucoup à faire. En donnant de la visibilité aux luttes des travailleurs de l’assainissement, en les aidant à leur donner la reconnaissance qu’ils méritent, ces travailleurs peuvent être habilités à se dresser pour agir et commencer à unir leurs forces comme l’ont fait les ramasseurs de déchets dans le passé. Si les travailleurs de l’assainissement reçoivent un soutien en matière de renforcement des capacités, de mise en réseau et de défense de leurs intérêts, ils pourront créer des mouvements plus forts et ouvrir la voie à un changement de comportement de la société et des gouvernements.

Les avantages de l’amélioration du statut et des conditions des travailleurs de l’assainissement pourraient aller au-delà des travailleurs eux-mêmes. Au Brésil, le gouvernement a défendu le ramassage des déchets comme étant la meilleure stratégie pour promouvoir l’inclusion sociale et économique de plusieurs catégories de personnes très pauvres, ainsi que comme un élément clé de la stratégie pour parvenir à une gestion durable des déchets municipaux. Les travaux d’assainissement pourraient-ils représenter une opportunité similaire ? Si les conditions de travail des travailleurs de l’assainissement sont améliorées et que le lien entre cette profession et la marginalisation est rompu, cela peut-il devenir un moyen de subsistance digne et sûr, et qui ouvre la voie à une gestion durable des boues de vidange ?

Maria UribePerez a effectué ses recherches alors qu’elle était volontaire au sein de l’équipe politique et des agents sanitaires de WaterAid. Ce blog est le premier de notre série sur les travailleurs de l’assainissement, un an après la publication de notre analyse révolutionnaire réalisée avec la Banque mondiale, l’Organisation mondiale de la santé et l’Organisation internationale du travail - Santé, sécurité et dignité des travailleurs de l’assainissement.