Comment le financement durable peut permettre d'atteindre les objectifs de développement durable et de respecter les droits de l'homme

on
30 July 2020
WaterAid/ Sibtain Haider

Face à une pandémie mondiale, à la crise climatique et à la spirale de l'endettement, le financement de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (WASH) doit être abordable, vert, inclusif et soutenir le renforcement à long terme des systèmes nationaux qui peuvent réaliser ces droits humains pour tous. Les collègues de End Water Poverty et de WaterAid présentent notre nouveau rapport, qui montre comment combler les déficits de financement pour parvenir à l'accès universel à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène (WASH).

La réponse mondiale inégale et inadéquate à COVID-19 expose le sous-investissement chronique dans les droits de l'homme à l'eau, à l'assainissement, à l'alimentation, à l'éducation, à la santé et au logement.

COVID-19 et la crise climatique mettent en évidence et aggravent les effets de la crise de l'eau

Plus de deux milliards de personnes n'ont pas accès à l'eau potable et trois milliards de personnes n'ont pas accès à des installations de base pour se laver les mains, ce qui constitue une première ligne de défense contre cette pandémie et d'autres ; plus d'un milliard de personnes vivent dans des bidonvilles, trop proches les uns des autres pour pratiquer l'éloignement physique ; et au moins la moitié de la population mondiale n'a pas accès aux services de santé essentiels. La crise met en péril les possibilités d'apprentissage de centaines de millions d'enfants et les moyens de subsistance de près de la moitié de la population active mondiale.

Il y a cinq ans, 193 pays ont adopté l'historique Agenda 2030 pour le développement durable, s'engageant à une vision commune et à un programme de développement universel qui "ne laisse personne derrière". Les ressources n'ont cependant pas été à la hauteur de la rhétorique et COVID-19 sape aujourd'hui les fragiles progrès réalisés. Les niveaux de pauvreté dans le monde augmentent pour la première fois depuis des décennies et les objectifs de développement durable (SDG) 1 et 2 visant à mettre fin à l'extrême pauvreté et à la faim sont sérieusement hors de portée.

La pandémie coïncide également avec une menace plus grande, voire existentielle : les températures élevées sans précédent dans l'Arctique, le réchauffement des océans de la planète et les feux de brousse mortels, les cyclones et autres événements extrêmes dans le monde entier manifestent le consensus scientifique selon lequel la planète Terre est confrontée à une urgence climatique claire et sans équivoque.

Ikram, une élève de huitième année et membre du club d'hygiène et d'assainissement, lève la main en classe dans son école primaire de South Welo, à Amhara, en Éthiopie.
WaterAid/ Behailu Shiferaw
Ikram, une élève de huitième année et membre du club d’hygiène et d’assainissement, en classe dans son école primaire de South Welo, à Amhara, Éthiopie.

Un nouvel ordre mondial durable permettra de combler les déficits de financement pour l'accès universel à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène

Ces crises sociales, économiques et environnementales combinées montrent l'urgence de progresser sur l'ensemble des SDG et inspirent de nouvelles actions collectives pour un ordre mondial plus juste, plus équitable et plus durable. Le financement est au cœur de ce programme, mais dans de nombreux pays, en particulier dans les économies à faible revenu et à revenu intermédiaire inférieur, les SDG sont gravement sous-financés, et il n'y a guère de chances que cela change pour le mieux. COVID-19 réduira probablement la mobilisation des ressources intérieures et le soutien extérieur aux SDG dans les pays en développement d'au moins 400 milliards de dollars US en 2020-21. Les obligations liées au service de la dette extérieure ont atteint des niveaux impayables : 1 500 milliards de dollars sont dus chaque année entre 2022 et 2024.

Objectif commun, avenir commun, un nouveau rapport de End Water Poverty et WaterAid, montre que les déficits de financement pour la réalisation de l'accès universel à l'eau potable, à l'assainissement et à l'hygiène (SDG 6) et de l'Agenda 2030 peuvent, bien qu'importants, être comblés. Cependant, la réapparition des problèmes d'endettement du passé montre que de nouvelles solutions sont nécessaires, des solutions qui ne sont pas ad hoc ou biaisées en faveur d'intérêts et de résultats à court terme. Au contraire, les fonds nécessaires devraient être collectés et dépensés de manière abordable, écologique, inclusive et soutenir le renforcement à long terme des systèmes nationaux nécessaires à la réalisation des droits de l'homme pour tous - en bref, un financement véritablement durable.

De nouvelles ressources peuvent être obtenues grâce à l'allocation de droits de tirage spéciaux du FMI, à la suppression progressive des subventions aux combustibles fossiles, à l'annulation de la dette des pays en développement, à l'augmentation de l'aide publique au développement sous forme de dons et au financement de la lutte contre le changement climatique, à la lutte contre l'évasion fiscale et les paradis fiscaux offshore, et à de nouvelles taxes sur les émissions de carbone, les transactions financières et la richesse.

Ensemble, ces actions pourraient conduire à une transformation des finances publiques qui donne la priorité aux SDG chaque année jusqu'en 2030, et agit comme un catalyseur et un complément aux financements privés nationaux et internationaux disponibles. Il est essentiel qu'elles permettent de réaliser de réels progrès en ce qui concerne les objectifs de développement durable et la lutte contre la pandémie de COVID-19, sans alourdir le fardeau de la dette des pays en développement, qui ne cesse de croître et qui est insoutenable.

COVID-19 démontre qu'une chaîne n'est pas plus solide que son maillon le plus faible. Il est plus important que jamais, en cette année de crise de 2020, que la communauté internationale se réunisse pour réaliser les SDG, l'accord de Paris et le programme d'action d'Addis-Abeba, en mettant en œuvre les politiques et en mobilisant les ressources nécessaires à leur réalisation, vers un objectif commun et un avenir commun.

Al-hassan Adam est le coordinateur international de l'initiative "End Water Poverty" ; Chilufya Chileshe est le responsable régional du plaidoyer pour WaterAid en Afrique australe et twitte sous le numéro @ChilufyaC.John Garrett est analyste politique principal - financement du développement à WaterAid et twitte sous le numéro @JohnGarre ; et Katie Tobin est conseillère en plaidoyer à WaterAid et twitte sous le numéro @travelingKT.