Comment le Nigéria peut-il combler le déficit de financement pour faire face à l’état d’urgence WASH ?

on
20 December 2019
WaterAid/ Tom Saater

Comment le Nigéria peut-il combler le déficit de financement de 20 milliards de dollars américains nécessaire pour lutter contre la pauvreté généralisée et profonde en matière d'eau et d'assainissement ? Alors que de nouvelles recherches de WaterAid exposent cet énorme déficit, Adebayo Alao de WaterAid Nigéria et John Garrett de WaterAid Royaume-Uni plaident en faveur d'une augmentation urgente et substantielle des financements du gouvernement, des bailleurs de fonds et du secteur privé.

Bien que le secteur de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (EAH) du Nigéria ait fait des progrès modérés pendant la période des objectifs du Millénaire pour le développement en matière d'amélioration de l'accès à l'eau potable, la couverture des services de haute qualité, fiables et durables reste faible. Seulement 61 % des personnes ont accès à un meilleur approvisionnement en eau, 41 % dans un rayon de 30 minutes de leur domicile, 31 % sur place et 7 % ont l'eau courante à domicile. Le secteur de l'assainissement est dans un état critique : seulement 29 % des Nigérians ont accès à un assainissement amélioré non partagé, et le taux de défécation en plein air est estimé à 25 %.

Un accès insuffisant à des services WASH de qualité peut avoir des impacts négatifs majeurs sur la santé des personnes et des conséquences socio-économiques énormes pour une société. L'eau potable contaminée et les conditions insalubres augmentent la vulnérabilité des populations aux maladies d'origine hydrique, notamment les maladies diarrhéiques, qui restent une menace sérieuse pour de nombreux Nigérians. Le manque d'installations WASH décentes est également lié à la sous-nutrition, au retard de croissance et au faible niveau d'éducation chez les jeunes enfants. Elle contribue à des pertes économiques et à des dommages environnementaux majeurs.

Un état d'urgence en matière de WASH

Ce sont les principales raisons pour lesquelles le président Mohammadu Buhari a déclaré l'état d'urgence du secteur WASH au Nigéria en novembre 2018 et a lancé le Plan d'action national pour la redynamisation du secteur WASH au Nigéria. L'objectif général de ce plan d'action est de s'assurer que tous les Nigérians ont accès à des services WASH durables et gérés en toute sécurité d'ici 2030, conformément aux Objectifs de développement durable en matière d'eau (Objectif 6.1) et d'assainissement (Objectif 6.2).

La nouvelle recherche de WaterAid estime le déficit de financement à 20 milliards de dollars

Dans notre nouveau rapport Equal to the task: financing for a state of emergency in water supply, sanitation and hygiene (À la hauteur de la tâche : financer un état d'urgence en matière d'approvisionnement en eau, assainissement et hygiène), nous examinons les défis financiers auxquels est confronté le secteur WASH au Nigéria. Sur la base des recherches et des analyses de Development Initiatives, le rapport met en évidence les progrès réalisés par le Nigéria en matière de développement humain dans le secteur WASH et les défis auxquels le pays sera confronté au cours de la prochaine décennie. Ces défis comprennent les capacités des principales institutions, la disponibilité de données pertinentes, les baisses et les coupures d'électricité, ainsi que l'équité et la pérennité limitées dans la fourniture de services. Une population croissante, une urbanisation rapide et le changement climatique s'ajoutent aux défis auxquels sont confrontées les autorités nigérianes au niveau fédéral, étatique et local.

Notre recherche estime le coût total de la réalisation de l'ODD 6 au Nigéria à 21,6 milliards de dollars par an en capital, fonctionnement et maintenance. En comparaison, les dépenses publiques actuelles (du gouvernement et des bailleurs de fonds) ne s'élèvent qu'à 393 millions de dollars (en 2018). Il y a donc un important déficit de financement annuel à combler.

Nos principales recommandations d'action

Dans le rapport, nous recommandons plusieurs actions clés pour soutenir la mise en œuvre du Plan d'action national. Il s'agit notamment d'améliorer la disponibilité et la transparence des données relatives à l'accès et au financement, de s'attaquer aux contraintes d'absorption financière, de résoudre les problèmes liés au fonctionnement et à la maintenance (qui compromettent actuellement la pérennité des services), notamment en créant un groupe d'experts en WASH au service du secteur, de répartir plus équitablement les financements existants (par État, par zone de gouvernement local, etc.), de renforcer l'environnement favorable aux secteurs public et privé, de mobiliser une multiplication par dix des ressources du gouvernement et des bailleurs de fonds et d'accroître l'engagement de la société civile pour renforcer la redevabilité des services et des budgets.

Le Plan d'action national est une excellente occasion de donner un élan à l'accès universel à des services WASH sûrs au Nigéria d'ici 2030. À seulement une décennie de ce jalon essentiel, le moment est venu de mobiliser les ressources à la hauteur de la tâche.

Adebayo Alao est responsable des programmes à WaterAid Nigéria et John Garrett est analyste politique principal pour le financement du développement à WaterAid Royaume-Uni.