Comment les droits de l’homme renforcent-ils les systèmes gouvernementaux pour un accès durable et équitable à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène ?

5 min read
Government officials in Ethiopia discussing how to apply concepts from Making Rights Real in their work.
WaterAid/Serawit Atnafu

L'accès à l'eau et à l'assainissement sont droits de l'homme, mais ce statut a-t-il une incidence sur la manière dont ces éléments essentiels sont fournis dans les services publics ? Louisa Gosling examine comment notre approche « Making Rights Real » aide les responsables gouvernementaux à relever les défis liés à l'accès à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène pour tous, partout.

L'ONU a reconnu l'accès à l'eau et à l'assainissement comme un droit de l'homme en 2010, ce qui exige l'application des principes d'égalité, de participation, de redevabilité, de pérennité et d'accès à l'information sur les services d'eau et d'assainissement.

Mais quelle est la valeur ajoutée d'une approche fondée sur les droits de l'homme pour améliorer l'accès aux services WASH (eau, assainissement et hygiène) ? En particulier, quelle différence cela fait-il pour les fonctionnaires des gouvernements locaux ? Ce sont les garants des droits de première ligne : ils ont la responsabilité la plus immédiate de mettre en œuvre les droits à l'eau et à l'assainissement, et sont les plus accessibles aux détenteurs de droits vivant dans leur région et aux organisations de la société civile qui travaillent avec les individus pour les aider à revendiquer leurs droits.

Nous avons développé l'approche « Making Rights Real » de 2015, en interrogeant des responsables de collectivités locales dans 12 pays sur leurs défis et aspirations et sur ce qui les motive à essayer d'atteindre tout le monde avec des services WASH. Le résultat a été un ensemble de documents destinés à orienter les discussions entre les responsables des collectivités locales et les acteurs de la société civile de manière à favoriser une collaboration plus constructive pour contribuer à la réalisation de l'accès universel.

Depuis lors, nous avons utilisé ces documents dans trois pays, dans le cadre de programmes plus larges.

Civil society organisations at a workshop in Bhutan preparing to use Making Rights Real
Les organisations de la société civile au Bhoutan se préparent à utiliser Making Rights Real.
UTS - ISF/Simone Soeters

Renforcement des systèmes en Éthiopie

Nous appliquons une approche de renforcement des systèmes, en travaillant de différentes manières pour aider le gouvernement à transformer l'environnement favorable (les institutions, les politiques, les infrastructures et les ressources autour des services WASH) pour garantir que les services et les comportements sont à la fois inclusifs et durables.

Les documents « Making Rights Real », traduits dans les langues locales, ont permis d'orienter les discussions avec les responsables des gouvernements locaux dans les régions qui sont confrontées à de graves contraintes en termes de capacités et de ressources. Ils les ont aidés à réfléchir aux défis à relever et à comprendre leurs rôles et responsabilités.

Les fonctionnaires ont discuté de la manière dont ils pourraient tirer profit, à titre individuel, de l'adoption des principes des droits de l'homme. Ils ont réalisé que cela pourrait les aider à s'appuyer sur d'autres pour le soutien des capacités et des ressources, que cela pourrait contribuer à améliorer la réactivité des autorités locales aux demandes de la population, et que cela les aiderait à résoudre les problèmes afin d'utiliser au mieux les ressources limitées.

Pratiquer l'engagement constitutionnel au Burkina Faso

Notre objectif est d'aider à mettre en pratique l'engagement constitutionnel du gouvernement à réaliser les droits de l'homme à l'eau et à l'assainissement.

Le programme est basé sur l'analyse de la façon dont les droits de l'homme sont articulés dans les cadres juridiques et politiques nationaux, le niveau de connaissance des droits et les plateformes et possibilités d'engagement entre les hauts et les populations. Il implique le développement des capacités des communautés et des autorités à différents niveaux sur les droits de l'homme à l'eau et à l'assainissement et sur ce que cela signifie en termes de rôles et de responsabilités.

Défendre les personnes handicapées en Inde

Nous avons soutenu la mission Swachh Bharat dans ses efforts pour fournir des installations d'assainissement à tous les habitants du pays, en particulier à ceux qui risquent d'être laissés pour de côté.

Dans l'État d'Orissa, nous avons travaillé avec des organisations de la société civile qui défendent les droits des personnes handicapées. Les documents « Making Rights Real » ont contribué à orienter la discussion vers une résolution des problèmes plus collaborative. Une évaluation de l'intervention a montré que l'outil encourageait les hauts fonctionnaires des collectivités locales à reconnaître leur responsabilité de prendre en compte le handicap afin de fournir des services à tous. Ils ont ensuite identifié et mobilisé les ressources existantes qui pourraient être utilisées pour développer des services WASH que tout le monde utilise.

Débloquer les progrès WASH à travers le monde

Les documents ont été élaborés par un consortium d'organisations comprenant WASH United, l'UNICEF, End Water Poverty, Institute of Sustainable Futures – University of Technology Sydney (UTS-ISF) et Simavi. Ensemble, nous aidons les organisations à utiliser « Making Rights Real » et nous travaillons à améliorer continuellement l'approche sur la base des expériences de mise en œuvre.

Les partenaires de SIMAVI DORP utilisent actuellement les documents au Bangladesh, et ISF soutient SNV pour utiliser l'approche avec les fonctionnaires du gouvernement au Bhoutan. Dans tous ces cas, nous voyons des signes que les conversations aident à débloquer certains des blocages communs aux progrès WASH au niveau du gouvernement local.

Nous encourageons les autres à suivre cette approche, en utilisant les documents et les directives disponibles sur making-rights-real.org

Rejoignez-nous le 25 août à la Semaine mondiale de l'eau de Stockholm pour en savoir plus sur les exemples de l'Éthiopie, du Bhoutan et du Bangladesh, et discuter de la manière dont les principes des droits de l'homme peuvent aider les décideurs locaux et nationaux à fournir un accès inclusif et équitable à l'eau et à l'assainissement. 

Louisa Gosling est responsable des programmes de qualité à WaterAid Royaume-Uni @LouisaGosling1. Elle a écrit ce blog avec la contribution de Tseguereda Abraham, Landry Ouangre @landryouangre et Bikash Pati @BikashKPati de WaterAid, et Hannah Neumeyer de WASH United.