Comment naviguer dans des environnements de développement complexes grâce à la programmation adaptative

4 min read
WaterAid/ Tom Greenwood

Les professionnels du développement travaillent dans des environnements complexes et en constante évolution. Comment apprenons-nous et nous adaptons-nous pour nous y frayer un chemin et accomplir notre mission ? David Shaw, responsable de l'apprentissage et de l'efficacité, parle des nouvelles directives de WaterAid Australie pour une approche qui intègre la programmation adaptative à une théorie du changement.

Les professionnels du développement encouragent de plus en plus les ONG à travailler de manière adaptative et axée sur l'apprentissage, en particulier lorsqu'elles poursuivent un programme de renforcement des systèmes. Bien qu'il existe un nombre croissant de documents appelant à l'adoption d'approches plus flexibles et plus réactives dans la pratique du développement, comparativement peu de documents ont été publiés pour soutenir concrètement cette façon de travailler.

Travailler à l'échelle d'un système, c'est naviguer dans la complexité

Le développement est un processus complexe, mais souvent le travail de développement n'est pas effectué de manière à reconnaître ou à répondre à cette complexité.

Dans le cadre de notre approche systémique à WaterAid, nous cherchons à transformer les systèmes nationaux, régionaux et locaux (notamment des institutions, des infrastructures et des ressources) nécessaires à des services d'eau, d'assainissement et d'hygiène (EAH) durables et équitables. Pour ce faire, nous travaillons avec un éventail d'organisations comprenant les gouvernements nationaux et infranationaux, les organisations de la société civile et le secteur privé, les membres de la communauté, les bailleurs de fonds et le personnel. Les membres de ces organisations ont tous des politiques, des relations, une éducation, des expériences et des motivations différentes qui influencent leur façon de penser et d'agir.

La nature de nos activités et de l'environnement dans lequel nous travaillons est donc complexe.

Notre guide pour soutenir la planification, le suivi, l'évaluation et l'apprentissage

Notre approche de la programmation adaptative a évolué au cours des cinq dernières années, sur la base de pratiques expérimentales, en appliquant et en adaptant différents concepts et cadres pour apprendre ce qui fonctionne pour nous. Reconnaissant la complexité de notre travail, notre manuel Un guide pour soutenir la planification, le suivi, l'évaluation et l'apprentissage présente notre approche de la programmation adaptative. Il décrit la manière dont nous utilisons les principes de la programmation adaptative pour :

  • planifier et concevoir des initiatives axées sur l'apprentissage ;
  • suivre les progrès (tant en matière de redevabilité que d'apprentissage) ;
  • gérer de manière adaptative en réponse aux changements, aux preuves et aux opportunités.

Le guide est structuré autour de six éléments que nous considérons comme essentiels pour soutenir la planification, le suivi, l'évaluation et l'apprentissage par une approche de programmation adaptative. Nous utilisons la théorie du changement pour aider à structurer le processus de conception et de gestion, sur la base d'un engagement absolu à l'analyse continue du contexte et à la prise de décision basée sur l'apprentissage. Nous avons constaté que le développement d'une théorie du changement soutenait un processus de conception plus solide. Une théorie du changement identifie les principales hypothèses et fournit un point autour duquel des adaptations peuvent être faites.

(À droite) Jemima, 12 ans, élève de sixième année, devant les toilettes des filles avec des amies (M-G) Bonni et Chanel à l’école primaire de Ginigolo-Gunugau, district de Rigo, Papouasie-Nouvelle-Guinée. Octobre 2018.
De gauche à droite : Bonni, Chanel et Jemima, élèves de sixième année, devant les toilettes des filles de leur école dans le district de Rigo, en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
WaterAid/ Tom Greenwood

Un moyen de mieux suivre le travail de renforcement des systèmes

Nous pensons que cette façon de penser et de travailler est idéale pour un suivi plus efficace du changement des systèmes, qui a été reconnu comme un défi clé face au travail de renforcement des systèmes.

Nous avons récemment utilisé ce guide pour revoir les cadres de conception, de suivi et d'évaluation de deux projets, financés par le biais du programme Water for Women du DFAT, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et au Timor-Leste. Le processus de révision a permis de réfléchir de manière critique au contexte et aux changements intermédiaires initialement identifiés pour les résultats du projet.

En fournissant une structure et un processus permettant de vérifier si les hypothèses s'accumulent à la lumière de nouvelles preuves, le guide a permis aux équipes d'identifier les questions émergentes et d'y répondre de manière pratique. Il est essentiel de soutenir cette réponse flexible et éclairée pour que la programmation s'adapte et que les projets restent pertinents et efficaces.

Qu'en pensez-vous ?

Nous sommes prêts à apprendre comment nous pouvons améliorer nos processus et nos systèmes afin d'améliorer continuellement la façon dont ils permettent une programmation adaptative. Et nous serions heureux d'apprendre des expériences des autres en appliquant des approches similaires aux initiatives de renforcement des systèmes WASH, ou des programmes de développement de manière plus générale.

David Shaw est responsable de l'apprentissage et de l'efficacité à WaterAid Australie @dshaw76

Suivez les politiques, les pratiques et le plaidoyer de WaterAid sur Twitter @WaterAid et WaterAid Australie @WaterAidAustralia