Comment nous avons influencé le changement lors de l’Assemblée mondiale de la santé de 2018

7 min read
WaterAid's advocates meet WHO Director-General Dr Tedros Ghebreyesus at the World Health Assembly 2018
WaterAid

L’Assemblée mondiale de la santé de mai a été marquée par d’importants succès pour la santé mondiale et pour le plaidoyer de WaterAid. Helen Hamilton, analyste politique principale pour la santé et l’hygiène à WaterAid UK, nous donne un aperçu de la manière dont nous avons contribué à faire progresser la situation et de ce que cela signifie pour la santé et l’eau, l’assainissement et l’hygiène.

En mai, une délégation mondiale de membres du personnel de WaterAid venus d’Australie, du Cambodge, du Ghana, du Malawi et du Royaume-Uni a rejoint l’Assemblée mondiale de la santé pour s’assurer que le changement ait bien lieu . Nous avions deux priorités sur lesquelles nous voulions influencer les ministres de la santé :

  • Soutenir la Zambie pour qu’elle prenne la tête d’une résolution appelant à une plus grande réponse multisectorielle au choléra et à une plus grande attention à la prévention par le biais du programme WASH.

  • Positionner l’eau, l’assainissement et l’hygiène (WASH) comme un élément central pour atteindre la couverture sanitaire universelle (CSU).

Changement de politique à haut niveau : une nouvelle résolution de l’AMS sur le choléra

En collaboration avec des partenaires tels que l’OMS et les membres du groupe spécial mondial de lutte contre le choléra, nous avons entrepris d’améliorer la visibilité du choléra à l’AMS et de susciter un engagement politique mondial accru et des ressources pour la lutte à long terme contre le choléra par le biais d’une résolution sur le choléra.

Lors de la mise en place, nous avons travaillé avec les programmes nationaux de WaterAid, les experts de l’OMS et les partenaires du programme WASH et du programme de lutte contre le choléra pour obtenir le soutien des États membres, comme la Zambie.

Nous avons adopté une double approche de plaidoyer. Notre équipe politique mondiale a rencontré les missions permanentes à Genève pour discuter de l’importance de la résolution sur le choléra et de la manière dont elles pourraient la soutenir. Dans le même temps, les bureaux nationaux de WaterAid ont mené une action de sensibilisation nationale ciblée auprès des ministères de la santé, notamment en organisant des réunions et en écrivant des lettres aux principaux responsables de la santé.

Notre stratégie a porté ses fruits : La Zambie a présenté la résolution aux autres États membres. Pays touché par le choléra, la Zambie est confrontée à des épidémies régulières depuis 35 ans, aussi le passage à la prévention à long terme du choléra était-il une priorité que nous partagions. Nous avons été ravis de voir l’Assemblée adopter la résolution sous le point de l’ordre du jour « Préparation et réponse de la santé publique ».

Les États membres ont ainsi montré qu’ils sont unanimes à reconnaître que le choléra constitue une menace croissante pour la santé publique dans de nombreux pays et régions et que sa propagation indésirable due au changement climatique est en constante augmentation. Par cette résolution, ils ont exprimé le besoin urgent d’interventions de santé publique efficaces, d’une meilleure gestion de l’environnement - en particulier l’accès à l’eau potable et à des installations sanitaires décentes - et de l’utilisation adéquate de vaccins contre le choléra en tant que mesure complémentaire.

Les pays signataires de la résolution ont souligné que la prévention du choléra requiert un accès à l’eau potable et à un assainissement adéquat, une sécurité alimentaire appropriée, une hygiène efficace et une approche communautaire.

Partager ce que nous savons fonctionne sur la ligne de front de la crise WASH.

Nos interventions lors des événements nous ont permis de mettre en évidence des questions importantes à l’Assemblée.

Lors d’un événement sur la santé et l’hygiène des femmes à l’ère des objectifs de développement durable, Channa Sam Ol, responsable du programme WASH et santé de WaterAid Cambodge, a parlé de la manière dont le leadership des femmes peut contribuer à améliorer le programme WASH dans des établissements de soins et des services conviviaux, et de la nécessité de maintenir les femmes, les filles et les enfants au centre des préoccupations en matière de santé et d’hygiène. Channa a partagé son expérience de la promotion du WASH par des approches centrées sur les personnes et du renforcement du leadership féminin au Cambodge en augmentant les capacités des femmes et en améliorant leurs installations.

Annie Msosa, responsable des programmes de WaterAid Malawi, a fait une présentation lors de notre événement « Saisir l’opportunité : catalyser une CSU de qualité par l’eau, l’assainissement et l’hygiène et la prévention et le contrôle des infections ». L’événement a rassemblé des hauts responsables des ministères de la santé de Mauritanie et du Liberia, des équipes de l’OMS travaillant sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène, la sécurité des patients et la résistance aux antimicrobiens, ainsi que des experts de première ligne, dont WaterAid. Annie a partagé notre expérience de travail sur le programme WASH dans les établissements de santé par le biais du programme Deliver Life au Malawi. L’événement a permis de réaffirmer le soutien collectif en faveur du programme WASH dans les établissements de santé et de gagner de nouveaux partisans pour cette question.

Être entendu dans le cadre d’une procédure officielle : faire des déclarations

Faire des déclarations pendant la session officielle du comité est l’occasion pour nous de partager avec les États membres et les délégués de l’AMS ce que nous avons appris de nos programmes, et de représenter les communautés vulnérables que nous servons et le travail de nos équipes de programmes par pays. C’est également une chance de rehausser le profil de WaterAid en tant qu’acteur de premier plan dans le domaine de WASH et de la santé.

Des relations renforcées avec les équipes de l’OMS

L’AMS est une excellente occasion de rencontrer le personnel de l’OMS en personne, à la fois pour discuter des travaux en cours et pour nouer de nouveaux contacts.

Nous travaillons en étroite collaboration avec l’équipe WASH de l’OMS, mais nous avons établi des relations avec des équipes de l’ensemble de l’OMS. Au cours de la semaine AMS, nous avons rencontré les équipes chargées de la nutrition, du choléra, de la résistance aux antimicrobiens et de la santé maternelle, infantile et des adolescents.

Il est vital que nous établissions ces liens et que nous nous engagions avec des équipes au-delà des acteurs traditionnels du secteur WASH - la collaboration entre les secteurs est essentielle pour que nous atteignions tous nos objectifs. C’est au cours de ces réunions que nous pouvons partager les enseignements tirés de nos programmes et convenir des domaines de collaboration, comme le lancement de nouveaux programmes ou la contribution d’études de cas et de données probantes issues de notre travail aux rapports de l’OMS.

Une résolution l’année prochaine sur le WASH dans les établissements de santé…

Sur la lancée de la résolution sur le choléra, nous avons commencé à travailler à une résolution formelle sur la question centrale de WASH dans les établissements de santé pour 2019.

La première étape a consisté à travailler avec les gouvernements de Zambie et de Tanzanie, qui ont présenté un projet de résolution sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène dans les établissements de santé pour l’AMS de l’année prochaine. Il s’agit du début d’un processus d’un an visant à obtenir le soutien des États membres pour cette résolution, qui pourrait réellement contribuer à susciter des engagements, des investissements et des actions au niveau mondial et national pour améliorer le programme WASH dans les établissements de santé. 

Ce serait la toute première résolution indépendante sur ce sujet - c’est donc un objectif ambitieux, mais qui nous enthousiasme. L’équipe mondiale de plaidoyer travaillera en étroite collaboration avec les programmes nationaux de WaterAid et leurs réseaux afin d’obtenir le soutien de leurs gouvernements respectifs en faveur de la résolution. 

... et sur la couverture maladie universelle

La pression mondiale en faveur de la CSU vise à ce que chacun, partout, ait accès aux soins de santé dont il a besoin, au moment où il en a besoin, d’une manière qui n’entraîne pas de difficultés financières. Cela est impossible sans un accès à des services WASH sûrs et dignes dans les établissements de soins de santé.

Comme l’a déclaré le Dr Maria Neira, directrice de la santé publique, des déterminants environnementaux et sociaux de la santé de l’OMS, lors de l’une de nos manifestations « Un établissement de soins de santé sans eau, sans assainissement et sans hygiène n’est pas un établissement de soins de santé ». C’est là le cœur de notre combat. 

Nous savons que l’eau, l’assainissement et l’hygiène ne sont pas des éléments « agréables à posséder«» ou des « compléments » à l’activité principale de la santé - ils sont fondamentaux pour garantir à chacun des soins de santé sûrs et de qualité. C’est ce vers quoi tend la résolution WASH dans les établissements de soins de santé et notre travail d’influence sur la santé au cours des 12 prochains mois.