Comment pouvons-nous financer une eau potable, un assainissement et une hygiène pour tous à l'avenir ?

6 min read
WaterAid/DRIK/Habibul Haque

Combien cela coûtera-t-il de rendre l'eau et l'assainissement accessibles pour tous d'ici 2030 ? Dans un contexte de pandémie de COVID-19, d'accélération de la crise climatique et d'augmentation de la pauvreté mondiale, un nouveau rapport de End Water Poverty et WaterAid présente le défi financier.

Il nous reste un peu moins d'une décennie pour tenir notre promesse collective : que tout le monde, partout, ait accès à l'eau potable, à l'assainissement et à l'hygiène (EAH) d'ici 2030. La COVID-19 a mis en évidence le caractère indispensable de ces besoins, et malgré ses nombreuses conséquences tragiques et dévastatrices, la pandémie devrait renforcer notre détermination à tenir les engagements pris aux Nations Unies en 2015. Plutôt que de considérer cette promesse comme une victime d'événements incontrôlables, 2021 devrait être l'année où la communauté internationale réaffirme sa détermination à atteindre l'objectif de développement durable (ODD) 6. Ce devrait être l'année où nous mettons en place les bases nécessaires pour faire de cet objectif une réalité, telles qu'une meilleure gouvernance, des institutions plus fortes et les financements nécessaires.

Un nouveau rapport de End Water Poverty et WaterAid, intitulé Plan d'action : financer un projet pour l'accès à l'eau potable, l'assainissement et l'hygiène pour tous, présente l'ampleur de la tâche à accomplir. Basé sur les recherches de Development Initiatives, il met à jour les travaux récents de la Banque mondiale et d'autres organismes sur les coûts de la réalisation de l'ODD 6, et comprend une évaluation des coûts supplémentaires liés au renforcement de la résilience au changement climatique. Selon le rapport, on estime que 229 milliards de dollars américains sont nécessaires chaque année jusqu'en 2030 afin de financer l'ensemble des besoins en capital et en réhabilitation pour toucher les populations nouvelles et non desservies dans les pays à faible revenu (PFR) et les pays à revenu faible-moyen (PRFM). Il s'agit d'une estimation plus élevée que celles trouvées dans les études récentes, qui reflète une stagnation des progrès dans de nombreux pays, le peu de temps qu'il reste jusqu'en 2030 et le coût du renforcement de la résilience au changement climatique. L'impact de la pandémie et l'aggravation de la crise de la dette des pays en développement compliquent le défi, et indiquent les types de politiques prioritaires nécessaires pour réussir.

Quels types de financement sont nécessaires ?

En plus d'évaluer les coûts, le rapport est un « plan d'action » indiquant les éléments nécessaires en termes de financement, par exemple :

  • des volumes accrus, réalistes par rapport à l'objectif de l'accès universel
  • plus de transparence, d'accessibilité et de pérennité
  • des investissements qui contribuent à renforcer le secteur dans son ensemble et à faire en sorte que les institutions clés - publiques et privées - fonctionnent et interagissent de manière efficace et effective

Au cœur de tout cela se trouve un appel à renouveler les efforts de mobilisation des ressources intérieures (MRI), pour que les gouvernements nationaux augmentent leurs recettes fiscales ainsi que les dépenses et les investissements dans le domaine de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène. Le programme national One WASH de l'Éthiopie a montré ce qui peut être réalisé lorsqu'un gouvernement se sert d'une économie en croissance pour renforcer la MRI et choisit de donner la priorité à l'eau et à l'assainissement dans les programmes de dépenses publiques. Et bien que l'Inde soit aujourd'hui confrontée à une deuxième vague tragique et dévastatrice de COVID-19, le gouvernement avait amélioré significativement l'accès à l'eau et à l'assainissement grâce à ses missions Swachh Bharat et Jal Jeevan avant la pandémie. Ces pays illustrent le fait que la priorité politique soutenue par des budgets publics substantiels sont une condition nécessaire au progrès.

Mais il est également évident que, pour de nombreux pays, la MRI ne peut pas aller plus loin. Les pays à faible revenu ont besoin de près de 9 % de leur produit intérieur brut pour financer leurs besoins en capital et en réhabilitation dans le cadre de l'ODD 6. Ils ne peuvent y parvenir qu'avec le soutien de la communauté internationale, par le biais de l'aide publique au développement (APD), de l'allègement de la dette, du financement climatique et des investissements philanthropiques. La grande majorité de ce soutien doit prendre la forme de subventions, car plus de prêts risquent de pousser les pays à faible revenu vers une dette insoutenable.

Le coût de la fourniture des services EAH peut sembler élevé, mais il est insignifiant par rapport au coût de l'absence de ces services.

Comme le soulignent les rapports, les prêts représentent une part croissante de l'APD du secteur : 62 % en 2018 contre 54 % en 2014. Il s'agit d'une tendance préoccupante pour deux raisons. Premièrement, les systèmes d'eau et d'assainissement, en particulier dans les zones rurales ou dans les pays les plus pauvres du monde, peuvent ne pas profiter d'un retour sur investissement suffisamment clair pour les rendre viables. Deuxièmement, les prêts APD et le financement climatique s'ajoutent désormais aux problèmes croissants de viabilité de la dette. En 2017, le Mozambique et le Soudan, deux pays classés par le FMI et la Banque mondiale comme étant en situation de surendettement, figuraient parmi les 50 premiers bénéficiaires de prêts APD. Cinq autres bénéficiaires de prêts APD présentaient un risque élevé de surendettement, et six autres un risque modéré. La récente décision du gouvernement britannique de réduire de plus de 80 % son APD bilatérale au secteur est particulièrement préjudiciable, compte tenu de sa pratique de fournir l'APD sous forme de subventions. Le Royaume-Uni a toujours été le plus grand donateur, par exemple pour l'assainissement rural.

Au-delà de la COVID-19

La pandémie de COVID-19, ainsi que d'autres maladies comme le SRAS, Ebola ou le choléra, exposent la fragilité et la folie du sous-investissement dans des domaines vitaux comme la santé, l'eau, l'assainissement et l'hygiène. Le coût de la fourniture de services EAH peut sembler élevé, mais il est insignifiant par rapport au coût de l'absence de ces services. Tout porte à croire que nous devons renouveler notre engagement à réaliser l'ODD 6, quoi qu'il en coûte, et utiliser les « trois T » - tarifs, transferts et taxes - en fonction du contexte national et d'une manière encadrée par le statut de l'eau et de l'assainissement en tant que droits humains.

Le rapport place également l'ODD 6 dans le cadre plus large du financement de l'Agenda 2030. Les ODD 6, 13 (action en faveur du climat), 14 (vie sous l'eau) et 15 (vie sur terre) sont tous essentiels pour maintenir la Terre sur une trajectoire durable ; leur financement nécessitera un niveau d'ambition équivalent à un plan Marshall moderne. Dans un monde de plus en plus inégalitaire, dans lequel les pays riches continuent de dépenser des milliards de dollars dans l'exploration des combustibles fossiles, les programmes spatiaux et les budgets militaires, Blueprint plaide pour une réévaluation des priorités. Nous pouvons le faire, il suffit de s'inspirer de ce que nous avons réalisé collectivement dans le cadre de la campagne d'annulation de la dette Jubilé 2000.

Avec l'augmentation de la pauvreté dans le monde, les nouvelles vagues de COVID-19, le déclin de la biodiversité et l'accélération de l'urgence climatique, il est temps de se concentrer sur ce qui est important pour l'humanité et le monde naturel. Au cours de la prochaine décennie, nous devons faire passer l'intérêt commun avant l'intérêt personnel. La lauréate du prix Nobel, Wangari Maathai, qui a consacré sa vie au développement et à l'environnement de l'Afrique, a déclaré : « Au cours de l'histoire, il arrive un moment où l'humanité est appelée à passer à un niveau supérieur de conscience, à atteindre un terrain moral plus élevé. Un moment où nous devons nous débarrasser de nos peurs et nous donner de l'espoir les uns aux autres. Ce moment, c'est maintenant ». Ces mots, prononcés à Oslo en 2004, semblent plus pertinents que jamais, partout, en 2021.

Al-hassan Adam est le coordinateur international de End Water Poverty, John Garrett est l'analyste senior des politiques de financement du développement de WaterAid, et Katie Tobin est la conseillère en plaidoyer de WaterAid.

Image du haut : village de Kalabogi dans l'Union de Sutarkhali, district de Khulna, Bangladesh.