Comment savoir si nous renforçons le système ?

4 min read
Representatives of Water for People, USAID, DGIS and DFID discuss approaches to monitoring system change at the All Systems Go! Symposium.
Robert Tjalondo/ rockinpictures.com

Une approche systémique est de plus en plus reconnue comme étant essentielle à la réalisation de l’accès universel à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène (WASH). Mais comment savoir l’impact que nous avons ? Clare Battle, analyste politique principale - Gouvernance, nous fait part de ses réflexions sur notre travail politique.

Une approche systémique signifie travailler ensemble pour transformer les systèmes nationaux, régionaux et locaux (y compris les institutions, les infrastructures et les ressources) nécessaires à des services WASH durables et équitables. Mais pour les bailleurs de fonds, les gouvernements et les partenaires de mise en œuvre, le passage à une telle approche est un défi à la fois pratique et politique, surtout en ce qui concerne la façon dont les progrès sont mesurés et communiqués.
Tirer les leçons des pratiques actuelles

En 2016, nous avons mené une recherche sur les approches des bailleurs de fonds pour mesurer les progrès du secteur WASH, et sur la mesure dans laquelle celles-ci englobaient les aspects de la pensée systémique. Notre étude a révélé qu’à cette époque, aucun bailleur de fonds ne disposait encore d’une approche systémique holistique englobant l’analyse, la conception, la mise en œuvre, le suivi, l’évaluation et l’apprentissage.

Au cours des trois dernières années, l’intérêt pour les approches orientées vers les systèmes a continué à augmenter. Plusieurs donateurs ont publié des stratégies WASH centrées sur le renforcement des systèmes, et développent maintenant des approches de suivi pour les accompagner. Mais l’identification et le suivi des moteurs de la performance du secteur d’une manière qui réponde au besoin de résultats facilement communicables et politiquement simples reste un défi.

Dans ce contexte, nous avons mené une étude complémentaire, qui ne s’est pas contentée d’examiner la réflexion et les pratiques du secteur WASH, mais a également tiré les leçons du secteur de la santé, où les approches d’évaluation et de suivi du renforcement des systèmes sont plus anciennes. En analysant les différentes approches et les risques qui y sont associés, l’étude a révélé que pour réussir à surveiller et à encourager le changement des systèmes, nous devrons combiner des éléments provenant de plusieurs approches différentes et travailler ensemble pour faire face aux risques et aux incitations mal coordonnées qu’elles peuvent créer.

Aller de l’avant ensemble

Forts de cela, nous avons utilisé le symposium "All Systems Go" en mars pour réunir des représentants de la DGIS, de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), du ministère britannique du développement international (DFID) et de Water for People (WfP), afin de discuter des défis auxquels ils sont confrontés en matière d’investissement et de suivi du changement des systèmes. Parmi les sujets abordés, citons :

- Naviguer au sein des pressions politiques. Ces dernières années, de nombreux bailleur de fonds se sont efforcés d’atteindre des objectifs d’accès numériques significatifs. La plupart sont toujours mandatés pour parler d’abord et avant tout des services fournis, plutôt que de la force du système de prestation de services.
- Permettre l’agrégation. La nécessité d’agréger les résultats à différents niveaux d’un pays, et sur l’ensemble d’un portefeuille, reste une contrainte majeure pour les bailleur de fonds lorsqu’il s’agit de mesurer la force du système.
- Libérer l’attribution. L’USAID suit de plus en plus les progrès grâce à des « mesures d’autonomie » fondées sur les capacités et l’engagement, mais celles-ci fournissent une image générale au niveau du pays, plutôt que d’être attribuables à l’agence elle-même.
- Aborder la complexité. Il est incroyablement difficile de suivre l’évolution des systèmes, aussi trouver une approche pratique peut signifier imposer des limites artificielles au système.
- Accommoder la flexibilité : Les bailleur de fonds ont souvent du mal à trouver un équilibre entre la flexibilité (dans laquelle les indicateurs peuvent être identifiés localement ou apparaître au cours d’un programme) et la paralysie qui peut résulter du suivi de trop de choses différentes.
- Budgétisation du changement des systèmes. Renforcer les systèmes et assurer leur durabilité coûte plus cher et prend plus de temps. Pourtant, les bailleur de fonds restent limités par la brièveté des cycles de budget et de planification.

Mais il n’y a pas que des mauvaises nouvelles !

Les intervenants ont également fait part de certaines des réponses qu’ils apportent pour faire avancer les conversations internes. Il s’agit notamment d’un engagement central en faveur de l’apprentissage, et du renforcement des incitations pour les agents de terrain à travailler sur des choses qui pourraient ne donner des résultats qu’après la fin d’un programme. Et il existe un enthousiasme évident pour une approche plus nuancée des résultats, afin que les partenaires du développement puissent mieux faire connaître tout l’impact qu’ils produisent.

Ainsi, alors que la conversation est toujours en cours, des signes prometteurs montrent que le secteur avance et que les acteurs sont prêts à travailler ensemble pour trouver des solutions. WaterAid reste déterminé à soutenir ce dialogue. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons établir une vision claire des marqueurs de progrès et canaliser efficacement les investissements dans le sens des améliorations du secteur WASH.

Clare Battle est analyste politique principale - Gouvernance à WaterAid UK. Suivez la sous @Clare__B