Créer un monde post-COVID-19 plus égalitaire pour les femmes qui ont leurs menstruations

on
28 May 2020
WaterAid/ Habibul Haque

Quelles sont les implications de la COVID-19 sur le programme mondial de santé et d’hygiène menstruelles ? Des experts en WASH (eau, assainissement et hygiène) et en santé expliquent.

La COVID-19 met en lumière les personnes vulnérables parmi nous à travers le monde : celles qui sont les plus vulnérables en raison des conditions de surpopulation dans lesquelles elles vivent, celles qui doivent continuer à travailler malgré la menace d’infection, et celles qui ne peuvent pas absorber le choc de l’impact économique des économies fermées et de la quarantaine.

Il est important de noter que les défenseurs attirent l’attention sur les nombreux aspects liés au genre de la pandémie, notamment la vulnérabilité accrue à la violence sexiste pendant les confinements, et les risques auxquels sont exposés les principaux responsables - en particulier les femmes au foyer et les travailleurs de la santé, dont environ 75 % sont des femmes.

Les menstruations ne s’arrêtent pas pendant une pandémie

On estime à 1,8 milliard de filles, de femmes et de personnes non binaires de sexe féminin qui ont leurs règles, et cela n’a pas cessé en raison de la pandémie. Elles ont toujours besoin de matériel menstruel, d’un accès sûr aux toilettes, à l’eau et au savon, et d’espaces privés face à des conditions de vie confinées qui ont éliminé l’intimité de nombreuses populations.

Tout aussi préoccupant, les progrès déjà réalisés ou en cours sur d’importantes questions de genre sont désormais interrompus ou inversés. La menstruation sert de substitut à cette observation. L’année 2020 a commencé comme une année de progrès, avec une vague d’intérêt et un potentiel d’amélioration des investissements pour répondre aux besoins de santé et d’hygiène menstruelles des filles, des femmes et de toutes les personnes qui ont leurs menstruations. Il est urgent d’investir, car un récent rapport estime que plus de 500 millions de femmes dans le monde n’ont pas ce dont elles ont besoin pour gérer leurs menstruations. L’incapacité à gérer leurs menstruations avec sécurité, dignité et confort peut avoir un impact négatif sur la santé physique et mentale de celles qui ont leurs règles partout dans le monde.

L’attention suscitée par une décennie de recherche et d’efforts programmatiques visant à comprendre et à relever les défis auxquels sont confrontées les personnes qui ont leurs règles est maintenant, et c’est compréhensible, mise de côté face à des mesures de sauvetage plus critiques, comme la fourniture d’équipements de protection individuelle et d’importantes mesures de santé publique pour contenir la propagation de l’infection.

Toutefois, les menstruations ne s’arrêtent pas pendant les pandémies et il est essentiel de maintenir et d’adapter les services de soutien à la santé menstruelle, parallèlement aux priorités essentielles liées à la COVID-19.

Les raisons d’investir dans la santé et l’hygiène menstruelles :

  1. Cela contribue à la mise en place de services d’eau, d’assainissement et d’hygiène inclusifs et durables.

    La santé et l’hygiène menstruelles nécessitent des investissements dans des services durables d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH), qui sont cruciaux pour la santé des femmes, l’égalité des genres et l’atténuation de la propagation de futures pandémies. Pendant la pandémie, les vulnérabilités liées aux menstruations peuvent s’accroître en raison du manque d’accès à ces services de base, en particulier dans les pays à faible revenu. La diminution de la disponibilité de l’eau, associée à l’augmentation des besoins des ménages en matière d’hygiène des mains - y compris le lavage des mains et le savon - peut signifier moins pour les besoins menstruels, et les toilettes communes ou publiques peuvent être fermées ou ne pas être désinfectées régulièrement, ce qui entraîne des risques pour la sécurité de ceux qui se rendent dans ces installations. La fourniture et l’entretien continu des services et fournitures WASH sont essentiels.
     
  2. Des impacts potentiels sur la santé sexuelle et reproductive.

    Le cycle menstruel est fondamentalement lié à la santé sexuelle et reproductive. Alors que l’on s’inquiète de plus en plus du manque d’accès aux contraceptifs pour les adolescentes et les femmes, et de l’éducation des jeunes en matière de santé sexuelle et reproductive, la connaissance des règles est un fil conducteur essentiel qui relie les deux interventions. Les écoles sont fermées, les centres de santé sont perturbés et les programmes communautaires sont interrompus ou dépourvus de moyens. Ces réalités ont à leur tour un impact négatif sur la fourniture d’informations essentielles, avec des conséquences potentiellement néfastes à long terme pour les femmes et les jeunes filles. Il convient d’utiliser des canaux alternatifs et de rétablir les services dès que possible.
     
  3. Le potentiel d’un changement sociétal positif.

    De forts tabous et une puissante stigmatisation persistent autour de la menstruation dans toutes les régions du monde, empêchant les filles et les femmes de s’engager dans les activités de la vie quotidienne et créant des sentiments de honte et d’embarras. De telles réalités sont probablement exacerbées dans des conditions de vie de plus en plus proches résultant de la pandémie, avec des implications potentielles sur les niveaux d’anxiété et de stress des filles et des femmes alors qu’elles tentent de s’adapter. Il est possible de lutter contre la stigmatisation des menstruations afin de modifier les normes sociales relatives au caractère secret des règles et aux restrictions des activités quotidiennes qui vont au-delà du choix personnel. Les messages de communication destinés aux ménages et aux familles, y compris les hommes et les garçons, peuvent mettre l’accent sur le soutien nécessaire pour gérer les menstruations pendant une pandémie, ce qui pourrait contribuer à un changement sociétal positif et durable.
     
  4. La capacité à s’occuper des articles essentiels.

    L’incapacité d’accéder chaque mois aux articles menstruels efficaces nécessaires pour aller à l’école, travailler, faire les courses et s’adonner à d’autres activités de la vie, est un sujet essentiel à traiter. Le matériel menstruel peut consister en des chiffons de qualité, des serviettes hygiéniques réutilisables, des serviettes hygiéniques à jeter, des coupes menstruelles, des culottes de menstruation ou tout autre produit que l’on préfère culturellement et individuellement. Comme les faits l'ont montré, de nombreuses personnes, tant dans les milieux à faibles revenus que dans les milieux à hauts revenus, ont eu des difficultés à accéder à du matériel menstruel avant la pandémie. Alors que les programmes fournissant un accès subventionné aux produits menstruels sont fermés, et que les banques alimentaires et les organisations de services sont débordées, le nombre de personnes dans le besoin augmente. Cette expérience collective de la pandémie offre une formidable occasion de reconnaître que les produits menstruels devraient figurer sur la liste des « articles essentiels » dont tous les ménages ont besoin, avec des efforts parallèles pour réduire les difficultés d’accès et d’accessibilité.

Les situations de vulnérabilité amplifient les problèmes

Tous ces problèmes sont ressentis avec plus d’acuité par ceux qui se trouvent dans des situations plus vulnérables, comme les personnes sans abri, en quarantaine, les personnes déplacées et les personnes handicapées.

Alors que la communauté mondiale cherche à élaborer des réponses à plus long terme pour les sociétés touchées par la pandémie, les investissements dans des interventions sanitaires essentielles, telles que les systèmes de santé publique et les vaccins, sont importants mais insuffisants. L’occasion est belle d’investir dans d’autres domaines critiques qui transformeraient notre monde en une « nouvelle normalité », comme le demandent tant de dirigeants politiques. Pour revenir sur la bonne voie, il est essentiel de s’attaquer aux inégalités fondamentales entre les genres chez les plus vulnérables d’entre nous. Investir dans une nouvelle normalité en matière de santé et d’hygiène menstruelles, s’attaquer à la stigmatisation des menstruations, fournir des systèmes d’eau et d’assainissement et soutenir la santé et les droits sexuels et reproductifs, est un bon point de départ.

Ce blog a été publié à l’origine sur Devex.

Virginia Kamowa est experte technique duWSSCC en matière de gestion de l’hygiène menstruelle, Thérèse Mahon est la responsable du programme régional de WaterAid pour l’Asie du Sud, et Marni Sommer est professeur associé de sciences sociomédicales à l’université Columbia de New York.

Le WSSCC, WaterAid et l’Université de Columbia sont des membres actifs du Collectif mondial sur les menstruations, une alliance d’agences partageant les mêmes idées qui réclament des investissements dans la santé menstruelle et l’hygiène.