De nouvelles innovations pour de nouveaux défis dans le monde de l'eau

6 min read
Miniature
WaterAid/Chileshe Chanda

Le 28 août 2016, des grands noms du secteur de l'eau et de l'assainissement donneront le coup d'envoi de la Semaine mondiale de l'eau à Stockholm. Barbara Frost, directrice générale de WaterAid, revient sur les défis que pose l'accès universel à l'eau et sur sa dernière participation à cet événement avant de prendre sa retraite l'année prochaine.

Cette année, la Semaine mondiale de l'eau de Stockholm, qui rassemble les personnes engagées en faveur du droit de chacun à accéder à l'eau potable et à l'assainissement, sera pour moi un événement aux émotions mitigées.

Il s'agit de ma dernière Semaine de l'eau en tant que directrice générale de WaterAid, car je prendrai ma retraite l'année prochaine. Je participerai à cet événement en sachant que je rencontrerai de nombreuses personnes qui ont été une grande aide et une source d'inspiration pour moi au cours des 11 dernières années. En collaboration avec tous mes collègues de WaterAid et nos partenaires, toutes les personnes présentes ont un rôle clé à jouer pour contribuer aux Objectifs de développement durable de l'ONU, et à notre objectif commun d'éradiquer l'extrême pauvreté d'ici 2030 et de garantir un accès universel aux services de base.

L'événement de cette année a lieu juste avant le premier anniversaire de la signature des Objectifs mondiaux des Nations unies, et notamment l'Objectif 6 et l'engagement en faveur de l'accès universel à l'eau et à l'assainissement, qui sont des services essentiels à une vie saine et à la subsistance, à la paix et à la prospérité.

Je partirai avec un réel sentiment d'espoir et d'enthousiasme pour la transformation future de millions de vies dans le monde, puisque des femmes et leurs familles auront pour la première fois accès à l'eau potable, à des toilettes et à l'hygiène.

Des solutions créatives pour l'accès à l'eau et à l'assainissement

Un objectif clair et spécifique pour l'eau et l'assainissement ainsi que la reconnaissance de la nature essentielle de l'Objectif 6 dans les autres objectifs étaient essentiels pour atteindre le niveau d'ambition nécessaire pour éradiquer l'extrême pauvreté. Il s'appuiera sur le succès des Objectifs du Millénaire pour le développement, qui ont permis de réduire de plus de moitié le nombre de personnes sans accès à l'eau, et mettra l'accent sur l'assainissement, qui accuse un retard considérable.

En raison du manque d'assainissement et d'hygiène, les enfants souffrent de malnutrition, les filles abandonnent l'école à la puberté, les mères doivent s'occuper de leurs enfants malades et, dans le pire des cas, de jeunes vies sont perdues. Cette situation est inacceptable.

Cependant, des progrès sont réalisés dans le monde entier pour garantir un accès universel durable. Nous mettrons d'ailleurs un exemple en lumière cette semaine, avec l'entrée de WaterAid dans le monde de la réalité virtuelle grâce au soutien de HSBC, notre partenaire. Le film que nous avons réalisé transporte les spectateurs dans le village népalais de Kharelthok, situé à flanc de colline, qui se remet actuellement des tremblements de terre dévastateurs de 2015, et montre comment les systèmes d'eau et les latrines sont réparés.

Il s'agit d'un film incroyable, qui, nous l'espérons, permettra de mieux comprendre notre travail, les besoins considérables qui existent toujours et le dur labeur des communautés et des partenaires pour aller de l'avant face à une énorme adversité.

Nous mettrons également en lumière les progrès réalisés en Inde, un pays qui est aujourd'hui une puissance régionale à l'économie en pleine croissance. Le Premier ministre, Narendra Modi, est personnellement à la tête d'une mission visant à mettre fin à la défécation à l'air libre d'ici 2019, un énorme défi exacerbé par le fait que seulement 40 % de la population a actuellement accès à des installations sanitaires sûres.

Andrés Hueso, notre analyste principal des politiques d'assainissement, s'est penché sur les impressionnantes avancées que la ville de Visakhapatnam, la capitale économique de l'État d'Andhra Pradesh, dans le sud de l'Inde, réalise dans l'éradication de la défécation à l'air libre. Cette pratique est en effet courante dans les quartiers informels et les bidonvilles de nombreuses villes d'Asie du Sud en pleine expansion, car les infrastructures ne suivent pas.

Comprendre les priorités politiques et les solutions créatives qui ont permis à la ville de réaliser de tels progrès est l'objectif du document de recherche intitulé « Un conte de villes propres », qui sera présenté à Stockholm dans le cadre d'un événement collaboratif sur l'assainissement à l'échelle des villes.

L'eau pour une croissance durable

Mais si nous célébrons les progrès accomplis, nous ne sous-estimons pas l'ampleur du défi à relever pour atteindre l'Objectif mondial 6. La première année d'application des nouveaux objectifs a d'ailleurs été marquée par une grande incertitude et de grands défis pour le développement futur de notre monde.

Les flux massifs et durables de réfugiés signifient que des millions de personnes sont déplacées et survivent en marge de la société. Un nombre bien trop important d'entre elles sont exposées aux maladies dues à l'eau sale et aux mauvaises conditions sanitaires. Les températures mondiales continuent d'augmenter, entraînant la série de mois les plus chauds jamais enregistrés et alimentant les craintes de phénomènes météorologiques extrêmes qui seront exacerbés par le changement climatique. Les Jeux olympiques de Rio ont mis en évidence l'importance mondiale de systèmes d'assainissement adéquats pour les grandes villes du monde, car les athlètes qui ont concouru dans les baies très polluées ont dû prendre des précautions extrêmes contre les niveaux élevés de virus et de bactéries qui se cachent dans les eaux.

Cette année, la Semaine mondiale de l'eau est axée sur l'eau pour une croissance durable. Cet élément vital pour nous tous fait l'objet d'une demande de plus en plus importante, car les besoins concurrents de l'industrie et des populations croissantes et mobiles se heurtent à l'épuisement de nombreuses sources traditionnelles d'eau douce.

L'impact de la pénurie d'eau et du changement climatique est clairement visible dans une nouvelle exposition de photos que nous organisons avec le soutien de la Fondation H&M Conscious. La célèbre photographe Malin Fezehai s'est rendue à Thatta, au Pakistan, où ont eu lieu les inondations dévastatrices de 2010, pour immortaliser la lutte permanente contre la pénurie d'eau douce et la salinisation qui frappent la région, ainsi que notre travail avec les écoliers de la région, dans des photographies à la fois d'une tristesse obsédante et pleines de couleurs et d'espoir.

Pour convaincre les autres de l'importance d'un accès universel, nous devons continuer à montrer pourquoi le manque d'accès à l'eau potable et à l'assainissement a un impact sur tant de domaines différents.

Le sommet Nutrition for Growth, qui a eu lieu juste avant les Jeux olympiques de Rio, nous a permis de mettre en évidence les liens entre la malnutrition et l'approvisionnement en eau, assainissement et hygiène. Ce point est d'une grande importance, puisque 50 % de la sous-nutrition (la forme la plus courante de malnutrition) est liée aux infections chroniques et aux vers intestinaux qui proviennent de l'eau sale et d'une mauvaise hygiène. Nos nouvelles publications, « Caught Short » et « Les ingrédients manquants », montrent clairement que les pays présentant les pires taux de retard de croissance sont souvent confrontés à un accès insuffisant à l'eau et à l'assainissement, et que de nombreux États ne parviennent pas à intégrer correctement l'eau, l'assainissement et l'hygiène dans leurs politiques et plans d'amélioration de la nutrition.

Il n'y a pas de temps à perdre

Enfin, comme toujours à l'occasion de la Semaine mondiale de l'eau, nous encourageons le secteur privé à se joindre à notre vision d'un monde où nous disposerons tous d'un approvisionnement en eau potable, assainissement et hygiène d'ici 2030. Le travail de WaterAid et de ses partenaires vise à promouvoir l'accès à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène dans les communautés où vivent les personnes en marge et où travaillent les entreprises, mais aussi tout au long de la chaîne logistique, des cueilleurs de thé et des petits exploitants agricoles aux usines de vêtements.

Cette nouvelle ère pleine en défis exige une nouvelle réflexion et une détermination sans faille. L'ambition des Objectifs mondiaux des Nations unies en matière de développement durable nous oblige tous à sortir de nos zones de confort et à remettre en question les idées reçues afin de proposer de nouveaux partenariats et de nouvelles méthodes de travail. Nous devons non seulement tenir la promesse de l'Objectif 6 et garantir l'accès à l'eau et à l'assainissement pour tous et partout, mais aussi montrer comment cet accès contribuera à la réalisation d'autres Objectifs. Par exemple, en offrant l'accès à l'eau potable à une communauté, nous contribuons à faciliter la vie des femmes et des filles, et ainsi à atteindre l'Objectif 5 relatif à l'égalité entre les sexes.

Protéger les gens contre les maladies d'origine hydrique n'aide pas seulement à atteindre l'Objectif 3, qui est axé sur l'amélioration de la santé, cela augmente également la productivité, ce qui contribue à l'Objectif 8 et à la croissance économique. L'effet positif de l'approvisionnement en eau potable et de l'assainissement change les vies de plusieurs façons et contribue profondément au développement humain.

Il ne reste que 14 ans avant 2030, l'année ciblée pour atteindre l'Objectif 6, c'est-à-dire garantir un accès à l'eau et à l'assainissement pour tous et partout. De nouvelles approches, une volonté politique forte, des systèmes efficaces, des investissements et de nouveaux partenariats de collaboration sont donc nécessaires de toute urgence. Il n'y a pas de temps à perdre.

Retrouvez Barbara Frost sur Twitter : @barbarafrost