Des droits miniers aux droits de l'homme : mobiliser les ressources des industries extractives au Nigeria pour l'eau, l'assainissement et l'hygiène

on
7 December 2017
Thumbnail
WaterAid/Andrew Esiebo

Anddy Omoluabi, directeur de programme pour WaterAid Nigéria, et John Garrett, analyste politique principal – financement du développement à WaterAid UK, examinent comment la richesse en ressources naturelles du Nigéria peut mieux participer à mettre fin à la pauvreté du pays en matière d’eau et d’assainissement.

Figure 1 : Champs de pétrole et de gaz nigérians

Nigerian oil and gas fields

Depuis la découverte du pétrole dans le delta du Niger en 1956, celui-ci a dominé l’économie nigériane, la production de pétrole et de gaz se faisant aujourd’hui dans 9 des 36 États : Abia, Akwa Ibom, Bayelsa, Cross River, Delta, Edo, Imo, Ondo et Rivers. Le Nigéria est le premier exportateur de pétrole d’Afrique et le sixième pays producteur de pétrole au monde, le secteur pétrolier fournissant la part du lion des recettes publiques (figures 2 et 3). Cependant, la faiblesse de la gouvernance, les cas de corruption très médiatisés et un bilan environnemental désastreux ont sapé la contribution de l’IE aux progrès du Nigéria en matière de développement économique et humain.

Les récents chocs externes subis par l’économie soulignent la nécessité d’un changement. La baisse du prix du pétrole a entraîné une récession en 2016 pour la première fois depuis deux décennies, mettant à rude épreuve la Naira et suscitant des inquiétudes quant à la pérennité de la dette et à la capacité du gouvernement à financer les services essentiels. Le ministre des finances a souligné les déficits d’infrastructure dans les secteurs des routes, du rail et de l’électricité. C’est également le cas pour l’eau et l’assainissement : moins de 20 % de la population dispose d’une eau propre et salubre.

Renforcer la gestion des risques numériques : mettre fin aux vols, à la corruption et aux échappatoires fiscales

Comment le Nigéria peut-il renforcer la mobilisation de ses ressources intérieures (MRI) ? L’action la plus urgente consiste à endiguer le vol des produits pétroliers par des particuliers et des groupes. Les faits suggèrent que le vol physique de pétrole dans le delta du Niger et la criminalité financière de haut niveau dans les affaires et la politique se sont produits à uneéchelle industrielle au fil des décennies.

Figure 2 and 3

La lutte contre le vol physique exige une réponse combinée sur le plan législatif, sécuritaire, social et environnemental. Des éléments sont en place – le projet de loi sur la gouvernance de l’industrie pétrolière (PIGC), la stratégie d’investissement de 10 milliards de dollars dans le Delta, le projet de loi sur les communautés d’accueil et le projet d’assainissement environnemental du Delta d’un milliard de dollars soutenu par les Nations unies – et leur succès exigera un équilibre entre la détermination, la sensibilité et le soutien extérieur. Des recherches inquiétantes sur l’impact de la pollution pétrolière sur la santé maternelle et néonatale et les événements tragiques de novembre démontrent qu’il reste encore beaucoup à faire.

La lutte contre la criminalité financière de haut niveau exige des efforts renouvelés aux niveaux national et international. La priorité accordée par l’administration fédérale actuelle à la lutte contre la corruption, à l’adoption du PIGC et à l’impulsion donnée par l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives au Nigéria (NEITI) sont toutes prometteuses. La ténacité de la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC) donne également des résultats. L’action coordonnée de la EFCC, des tribunaux et des États-Unis et du Royaume-Uni a été essentielle dans les dernières affaires de haut niveau. Cependant, de sérieuses questions subsistent quant à savoir si les pays à revenu élevé – et les juridictions qu’ils influencent – sont sérieux dans la prévention des flux de fonds illicites en provenance du Nigéria. Les marchés immobiliers de Londres, Los Angeles et New York, ainsi que les îles Vierges britanniques (en facilitant la création de sociétés écrans) ont tous soutenu les flux financiers illicites provenant du secteur de l’IE au Nigéria.

L’augmentation de la MRI de l’IE nécessite également des mesures pour mettre fin aux échappatoires fiscales. Pour trois compagnies pétrolières internationales (IOC), Shell, ENI et Total, le statut de pionnier (une incitation à l’innovation) et d’autres allégements fiscaux ont permis d’exonérer 3,3 milliards de dollars de paiements d’impôts. On estime également que l’utilisation inappropriée des prix de transfert par les IOC coûte au Trésor nigérian des centaines de millions de dollars.

Transparence et redevabilité

Malgré les progrès de NEITI, la transparence et la redevabilité ne sont toujours pas suffisamment intégrées pour prévenir la corruption de haut niveau. Le rôle des entreprises anonymes suscite une inquiétude croissante, renforcée par les récents documents Paradise et Panama sur le rôle des compagnies anonymes. La propriété des entreprises et des biens cachés contribue largement aux flux financiers illicites qui s’échappent des pays en développement, et le Nigéria doit prendre des mesures pour faire respecter la transparence des propriétaires effectifs de toutes les entreprises opérant dans le secteur de l’IE.

Les recettes publiques du Nigéria en pourcentage du PIB n’étaient que de 4,8 % en 2016. C’est l’un des plus bas du monde. Il est de plus en plus évident que les pays dont les recettes fiscales sont inférieures à 15 % du PIB ne peuvent même pas financer les fonctions de base de l’État. Toutefois, une action dans le sens indiqué ci-dessus pourrait considérablement renforcer la gestion des risques de catastrophes et les progrès réalisés dans le cadre des objectifs de développement durable, notamment l’accès universel à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène.

Le rapport montre également comment les IOC, par leur responsabilité sociale des entreprises (RSE), ont contribué au secteur WASH. L’IOC italien Agip a financé des infrastructure d’eau dans 75 communautés de 4 États du delta du Niger. Toutefois, les investissements ont généralement été limités, les IOC soulignant la précarité de la situation sécuritaire comme un obstacle majeur. Il est clair qu’il y a encore beaucoup à faire dans ce domaine.

Figure 4

Un défi de taille

Bien que le Nigéria ait atteint la cible de l’objectif du Millénaire pour le développement en matière d’eau pour 2015, seul 19 % de la population a aujourd’hui accès à des services d’eau gérés en toute sécurité. Il n’y a pas eu de progrès global dans l’amélioration de l’assainissement, la défécation en plein air et l’accès à un assainissement partagé et amélioré ayant tous empiré depuis 1990 (voir figure 4). Le pays doit relever un défi de taille pour accroître les niveaux d’accès conformément aux cibles 6.1 et 6.2 des ODD. La Banque mondiale a estimé les coûts d’investissement à 10 milliards de dollars par an jusqu’en 2030.

Il est encourageant de voir que des mesures efficaces ont été prises pour identifier et restituer les fonds volés, comme le récent accord visant à restituer 321 millions de dollars au Nigéria. Une étape essentielle pour accroître les incitations au rapatriement des fonds illicites et à la saisie de fonds supplémentaires provenant de l’IE pourrait permettre la création d’un fonds protégé, destiné à financer les ODD, y compris l’ODD 6. Sous la supervision du gouvernement fédéral et de la société civile, ce fonds pourrait constituer un mécanisme et une incitation puissants pour collecter des revenus supplémentaires, améliorer la gestion des finances publiques et stimuler le développement durable au Nigéria jusqu’en 2030.

Enfin, le rapport plaide en faveur d’un horizon de planification à long terme. Les pays qui ont géré avec succès leur secteur de l’assurance-emploi, tels que le Botswana ou la Norvège, ont mis en place une gouvernance efficace, une transparence et une planification à long terme. L’absence de réglementation de l’IE entraîne des problèmes environnementaux à long terme et finit par compromettre le développement, comme l’a tragiquement prouvé le delta du Niger.

Les pays africains sont très vulnérables aux effets du changement climatique, en raison d’un accès inégal à l’eau potable et à l’assainissement, de la dépendance à l’égard de l’agriculture pluviale et des niveaux élevés de pauvreté. Le Nigéria dispose d’importantes possibilités en matière d’hydroélectricité et d’énergie solaire, et alors que le monde cherche à effectuer une transition vers une économie à faible émission de carbone, le pays devrait réfléchir attentivement à son bouquet énergétique, et à ce que cela implique pour la gestion de son IE et l’effet sur sa base de revenus pétroliers.

John Garrett twitte sous @johngarre et WaterAid Nigéria sous @wateraidnigeria

Les informations contenues dans ce blog ont été mises à jour le 12 décembre 2017.