Des salles sans eau : les défis des soins maternels dans les zones rurales du Malawi – reportage photo

7 min read
WaterAid/Wimbledon Foundation/Dennis Lupenga

Les professionnels de la santé du Malawi sont confrontés à des défis de tous ordres. Plus de la moitié des établissements de santé du Malawi ne disposent pas d'installations pour se laver les mains, près des deux tiers n'ont pas de toilettes décentes et près d'un cinquième n'ont pas d'eau propre sur place. Les cas de COVID-19 dans le pays persistant tout au long de l'année, le personnel travaille pendant la pandémie sans disposer d'une première ligne de défense de base contre l'infection.

Pour les sages-femmes et les personnes impliquées dans les soins de maternité, cette absence est effrayante. Sans eau, sans toilettes et sans savon, les centres de santé, les lieux mêmes censés assurer le bien-être des mères et des bébés, deviennent des terrains propices à la propagation rapide des maladies infectieuses.

Chaque année dans le monde, un million de mères et de nouveau-nés meurent d'infections peu après la naissance. Il s'agit d'une tragédie qui pourrait facilement être évitée avec quelque chose de si simple : de l'eau et du savon.

En amont de l'Assemblée mondiale de la santé, WaterAid s'est entretenu avec des professionnels de la santé, des patients et des familles du district de Ntchisi, au Malawi, sur les difficultés à assurer la sécurité des mères et des bébés dans cet environnement.

Hôpital du district de Ntchisi, au Malawi, en avril 2021.
Hôpital du district de Ntchisi, au Malawi, en avril 2021.
WaterAid/Fondation Wimbledon/Dennis Lupenga

Ntchisi est un district rural situé dans la région centrale du Malawi. Il compte quatre centres de santé : L'hôpital du district de Ntchisi ainsi que les centres de santé de Kangolwa, Mkunzi et Khuwi.

Aucun ne dispose d'eau, d'installations sanitaires ou d'équipements d'hygiène adéquats. Les mères et les bébés sont exposés au risque d'attraper et de propager des maladies infectieuses et le personnel a du mal à maintenir un environnement propre. WaterAid et la Fondation Wimbledon travaillent ensemble pour apporter de l'eau potable, des installations sanitaires décentes et une bonne hygiène à ces quatre établissements de santé, un changement qui aura un impact sur 300 000 personnes.

Pourtant, près de 2 milliards de personnes sont en danger chaque jour parce qu'elles vont travailler ou se faire soigner dans un hôpital ou une clinique sans ces services fondamentaux.

Chrissy Kaotche, agent de santé au centre de santé de Khuwi, va chercher de l'eau quatre fois par jour dans des forages communautaires situés à 300 mètres du centre de santé. Les forages sont bondés et elle doit soit faire la queue, soit se frayer un chemin jusqu'au début de la file, en expliquant qu'elle collecte de l'eau pour le centre de santé.

Chrissy Kaotche, assistant de santé, nettoie les couloirs du Centre de santé de Khuwi, dans le district de Ntchisi, en avril 2021.
Chrissy Kaotche, assistant de santé, nettoie les couloirs du Centre de santé de Khuwi, dans le district de Ntchisi, en avril 2021.
WaterAid/Fondation Wimbledon/Dennis Lupenga

Chrissy s'inquiète du fait que lorsqu'elle quitte l'hôpital pour le faire, elle laisse sa collègue seule pour s'occuper d'un certain nombre de mères et de bébés. Cela signifie que certains patients sont laissés à eux-mêmes et, parfois, lorsque le bébé et la mère ont tous deux besoin de soins urgents, l'un d'eux est négligé. Dans n'importe quel service de maternité, chaque instant peut être critique. « Le moment où nous quittons l'hôpital pour aller chercher de l'eau peut littéralement faire la différence entre la vie et la mort des femmes et des bébés », explique Chrissy.

Même si le personnel du centre de santé sait combien il est important de se laver les mains en tant que première ligne de défense contre la COVID-19 et d'autres maladies infectieuses, il n'y a tout simplement pas assez d'eau pour le faire, ou pour garder les surfaces de l'hôpital propres.

Pendant cette période de COVID-19, nous avons fait de notre mieux pour nous assurer que de l'eau est disponible pour que les gens se lavent les mains avant de recevoir des soins médicaux, mais nous ne pouvons tout simplement pas faire face au grand nombre de personnes. Il est important de garder les surfaces de l'hôpital propres afin de ne pas devenir un vecteur de propagation du virus.

Le centre de santé de Khuwi attire de nombreux patients en raison de son emplacement le long de la principale route goudronnée menant au district de Ntchisi. Mais le centre porte les cicatrices d'un endroit qui a longtemps souffert du problème de l'accès à l'eau, du manque d'hygiène et de l'absence de sanitaires. Dans le service de maternité, les femmes qui n'ont pas d'autre moyen de se laver après avoir accouché sont obligées de découper des morceaux de matelas et de les utiliser comme serviettes hygiéniques.

Matelas tachés de sang dans le service maternité du Centre de santé de Khuwi, district de Ntchisi, en avril 2021.
Matelas tachés de sang dans le service maternité du Centre de santé de Khuwi, district de Ntchisi, en avril 2021.
WaterAid/Dennis Lupenga

La salle de travail du centre de santé de Kangolwa, très fréquentée, met au monde entre 40 et 60 bébés chaque mois. Malheureusement, il n'y a qu'une seule toilette fonctionnelle pour l'ensemble de la salle de travail et elle est souvent bouchée. Une seule femme peut se laver dans la salle de bain chaque jour car elle se remplit d'eau et de sang. Certaines mères sont obligées de marcher jusqu'à l'autre côté du centre de santé pour utiliser une salle de bain partagée par des parents qui s'occupent de patients à l'hôpital. Cette toilette est souvent bouchée aussi.

Steria Botoman, 33 ans, assistante sage-femme communautaire, aide Eneress Devisoni, 18 ans, avec son bébé au Centre de santé de Kangolwa, district de Ntchisi, en avril 2021.
Steria Botoman, 33 ans, assistante sage-femme communautaire, aide Eneress Devisoni, 18 ans, avec son bébé au Centre de santé de Kangolwa, district de Ntchisi, en avril 2021.
WaterAid/Fondation Wimbledon/Dennis Lupenga

Steria Botoman, assistante sage-femme communautaire, déclare :

Imaginez demander à une femme qui vient d'accoucher de marcher jusqu'à l'autre bout de l'établissement avec du sang qui coule tout le long. C'est un crève-cœur, mais nous n'avons pas d'autres options.

Le petit-fils de Loveness Saulosi, âgé d'un jour, est né au centre de santé de Mkunzi. Pour aider sa fille à se remettre de l'accouchement, Loveness veut lui préparer de la nourriture à la cuisine du centre de santé et lui donner de l'eau potable, mais cela se révèle difficile sans eau propre à proximité.

Loveness Saulosi, 43 ans, mère de sept enfants (deux garçons et cinq filles), préparant de la nourriture pour sa fille, au village de Mthumba, Centre de santé de Mkunzi, en avril 2021.
Loveness Saulosi, 43 ans, prépare de la nourriture pour sa fille dans la cuisine du Centre de santé de Mkunzi, en avril 2021.
WaterAid/Fondation Wimbledon/Dennis Lupenga

Ces trois derniers jours, nous avons eu des difficultés à accéder à l'eau. En particulier ici, à la cuisine, il n'y a pas d'eau courante. Imaginez que vous devez marcher plusieurs fois par jour pour aller chercher de l'eau, non seulement pour boire, nettoyer les assiettes, les casseroles et autres ustensiles de cuisine, mais aussi pour aller chercher de l'eau pour tous ceux qui sont ici à l'hôpital. Ce n'est pas facile.

Le petit-fils de Loveness Saulosi, âgé d'un jour, village de Mthumba, Centre de santé de Mkunzi, en avril 2021.
Le petit-fils de Loveness Saulosi, âgé d'un jour, en avril 2021.
WaterAid/Fondation Wimbledon/Dennis Lupenga

Dans le monde, un établissement de santé sur trois ne dispose pas d'un accès facile à des sanitaires pour le lavage des mains, et près de la moitié des établissements de santé dans les pays les plus pauvres du monde n'ont pas d'eau potable. Sans ces éléments essentiels, les nouveau-nés sont inutilement exposés à des risques d'infection et de maladie.

Au cours de l'année dernière, les principes fondamentaux de soins propres et sûrs ont été mis en évidence auprès de tous.

Eunice Kalimbira, une technicienne sage-femme communautaire, prend des notes à son bureau à l'hôpital de district de Ntchisi, en avril 2021.
Eunice Kalimbira, une technicienne sage-femme communautaire, prend des notes à son bureau à l'hôpital de district de Ntchisi, en avril 2021.
WaterAid/Fondation Wimbledon/Dennis Lupenga

La technicienne sage-femme communautaire Eunice est convaincue que les hôpitaux sans eau courante ni hygiène décente constituent une menace pour la santé publique :

Nous devons nous laver les mains minutieusement dans le cadre de notre travail. Sans eau, nous ne pouvons pas nous laver les mains. Les gens ne se lavent même pas les mains lorsqu'ils entrent dans l'hôpital, faute d'eau. Nous courons un grand risque en tant qu'agents de santé, sans oublier les patients dont nous devons nous occuper. Au lieu de recevoir de l'aide de cette clinique, les patients contractent des infections. Tout simplement parce que nous n'avons pas d'eau courante. L'eau, c'est la vie. Sans elle, nous sommes condamnés.

L'infirmière Aviss Chioko, 29 ans, travaille dans le service de maternité de l'hôpital du district de Ntchisi, en avril 2021.
L'infirmière Aviss Chioko, 29 ans, travaille dans le service de maternité de l'hôpital du district de Ntchisi, en avril 2021.
WaterAid/Fondation Wimbledon/Dennis Lupenga

Le lavage des mains dans le district de Ntchisi est scandaleusement insuffisant. Aviss Chioko, 29 ans, infirmière dans le service postnatal de l'hôpital du district de Ntchisi, a travaillé pendant toute la pandémie avec un approvisionnement en eau intermittent, ce qui l'empêche de se laver régulièrement les mains. Aviss craint de transmettre des infections à ses patients :

Le lavage des mains pendant cette période de COVID-19 a été un défi. Mais la plupart du temps, nous n'avons pas l'eau courante ici à l'hôpital de district ou dans d'autres établissements de santé. Cela nous expose au risque de contracter des infections et de transmettre certaines de ces infections aux patients.

Il y a deux ans, les 194 membres de l'Assemblée mondiale de la santé ont décidé à l'unanimité de garantir un accès universel à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène dans tous les hôpitaux et autres établissements de santé. Depuis lors, la pandémie a mis en évidence à quel point ces services de base sont essentiels pour lutter contre les infections.

Les données qui seront présentées à l'Assemblée mondiale de la santé montrent que, dans le monde, près de 2 milliards de personnes dépendent de centres de soins dépourvus de services d'eau de base, ce qui les expose à un risque accru de contracter la COVID-19 et d'autres maladies mortelles. En décembre dernier, l'Organisation mondiale de la santé a estimé que pour fournir de l'eau potable, des installations pour le lavage des mains et des toilettes décentes aux centres de soins de santé des pays les plus pauvres, il ne faudrait que 3,6 milliards de dollars.

WaterAid appelle les ministres de la santé et les chefs d'État à donner la priorité à l'hygiène de base dans les établissements de santé et à veiller à ce que les investissements urgents dans l'hygiène et la santé publique soient au cœur de toute stratégie de réponse et de reconstruction après la pandémie de COVID-19.


Toutes les photographies sont de Dennis Lupenga. Suivez @icerim sur Twitter.

Pour en savoir plus :

Image du haut : Chrissy Kaotche, agent de santé au centre de santé de Khuwi, district de Ntchisi, avril 2021.