Des services WASH durables en toute circonstance : leçons tirées du Mali

6 min read
Internally displaced people and members of a host community in Bamako, Mali wait for the official opening ceremony of a new water network that has been installed to relieve pressure on water access, 2013.
WaterAid/Issaka Sangare - Internally displaced people and members of a host community in Bamako, Mali wait for the official opening ceremony of a new water network that has been installed to relieve pressure on water access, 2013.

Au cours des quatre dernières années, les crises se sont succédé au Mali et la violence et les perturbations ont réduit à néant les progrès durement acquis dans les domaines de l'eau, de l'assainissement, de l'hygiène et du développement. Alors que le pays approche de la fin de sa période d'état d'urgence, Mamadou Diarafa Diallo, représentant de WaterAid au Mali, examine les conséquences de ces bouleversements sur le programme de durabilité.

Entre 1992 et 2012, le Mali a connu deux décennies complètes de démocratie multipartite, soutenue par des élections locales et générales pacifiques et régulières. Le taux de croissance du PIB était constant et supérieur à la moyenne régionale, en grande partie grâce à l'exploitation de l'or, à la production et à l'exportation de coton, et à l'afflux important de ressources d'aide internationale au développement. La communauté internationale a considéré le Mali comme un « modèle de démocratie africaine » stable, une réussite démocratique rare dans la région.

Le coup d'État militaire du 22 mars 2012, quelques semaines avant l'élection présidentielle, a constitué un choc brutal. Après le coup d'État, une combinaison d'un groupe séparatiste et d'un groupe djihadiste islamique a capturé les régions septentrionales de Tombouctou, Gao et Kidal.

Le Mali est passé d'un pays relativement stable et pacifique à l'épicentre d'une crise complexe qui a coûté des vies et annulé des gains de développement durement acquis. Elle a également provoqué d'importants déplacements de population à l'intérieur du pays et un exode de réfugiés.

Le changement a été un retour à la réalité à plusieurs égards :

  • Il a révélé une fragilité, alimentée par une gouvernance non inclusive, faible et corrompue.
  • Il a mis en évidence une rupture du contrat social entre l'État et les citoyens, en raison de l'incapacité à produire des résultats à la hauteur des attentes en matière d'efficacité et de légitimité. 
  • Il remet en question la pertinence de nos systèmes de notation, et la valeur de la stabilité macroéconomique pour les ménages qui luttent quotidiennement pour accéder aux services de base tels que l'eau et l'assainissement.

L'agenda de la durabilité en temps de crise

Pendant la période où les rebelles contrôlaient le nord du Mali, la plupart des infrastructures WASH ont été détruites ou endommagées, de nombreux employés du gouvernement et des ONG ont fui, et la plupart des systèmes de fourniture de services ont cessé de fonctionner. Les organisations de secours et de développement, dont WaterAid Mali, ont dû abandonner, au moins temporairement, leurs opérations dans la région. Quelque temps plus tard, les ONGI ont repris une assistance limitée aux personnes qui s'étaient déplacées vers le sud et à celles qui s'étaient installées dans des camps.

Début 2013, les islamistes ont été largement évincés par une opération militaire menée par la France, et le gouvernement et les principaux groupes rebelles ont signé un accord de paix et de réconciliation.

Cependant, des groupes extrémistes qui ne font pas partie de cet accord ont depuis mené des attaques sporadiques contre les forces de sécurité depuis des cachettes dans le désert, et divers groupes djihadistes liés à Al-Qaïda continuent de menacer la sécurité dans le pays et dans toute la région du Sahel. Le gouvernement a prolongé l'état d'urgence jusqu'au 15 juillet 2016.

La crise a exercé une pression sur les systèmes de prestation de services de base, notamment l'eau, et les mouvements de population ont encore limité la capacité d'action collective des communautés. Dans un tel contexte, les acteurs du développement (État, ONG et bailleurs de fonds) sont tentés de se concentrer sur des solutions à court terme en distribuant de la nourriture, des fournitures d'urgence et même de l'argent liquide aux communautés qui en ont le plus besoin, afin de faciliter la reconstruction. Au Mali, l'agenda humanitaire et celui relatif au développement durable sont apparus contradictoires, avec des objectifs concurrents.

Des organisations comme WaterAid Mali se sont efforcées de transformer cette compétition à somme nulle, en proposant qu'en plus de l'assistance humanitaire indispensable (y compris la distribution d'eau et de kits d'hygiène et la promotion d'un raccordement subventionné à l'eau dans les communautés d'accueil), il est nécessaire de renforcer la résilience des communautés, que la crise a encore érodée. 

En raison du nombre croissant d'organisations ayant des profils et des approches différents (par exemple, les ONGI, les acteurs étatiques, les organisations des Nations Unies, etc. WaterAid Mali est devenue active dans le cluster WASH afin d'encourager la coopération entre les organisations et d'éviter la duplication ou le chevauchement des interventions.

Se concentrer au milieu des distractions

Dans une situation de crise, le bruit le plus fort ne vient souvent pas des victimes, mais de l'argent. Les communautés, les gouvernements, les organisations de la société civile et les bailleurs de fonds ont tous tendance à oublier que la résilience et la reconstruction ne sont pas une question d'argent, mais de personnes et de partenariat.

J'ai eu la chance de rejoindre WaterAid au plus fort de cette crise. Je dois avouer qu'en tant que citoyen du Mali et dans le cadre de mes fonctions, j'ai été tenté plus d'une fois d'aller chercher des fonds là-bas et de faire encore plus de distribution. Mais j'ai très vite compris que la situation de crise offrait une plus grande opportunité de leadership. 

WaterAid Mali est une organisation de développement, sans les canaux requis pour l'aide humanitaire ; nous avons pris la décision délibérée de continuer à nous concentrer sur notre domaine d'expertise sans nous étendre de manière plus significative à l'aide humanitaire. C'était, par moments, un parcours difficile : étions-nous en train d'abandonner notre personnel en ne recherchant pas ces fonds d'urgence de plusieurs millions de dollars ? L'approche (c'est-à-dire se concentrer sur la durabilité, l'influence de la politique, le partenariat pour les résultats et s'assurer que l'eau, l'assainissement et l'hygiène restent au cœur de la programmation du développement) a demandé du courage et de l'humilité, ainsi qu'une quantité non négligeable de débats et de discussions.

Cependant, nous avons été félicités pour avoir maintenu notre bureau et nos opérations, pour avoir fourni des réponses à court terme, y compris des branchements d'eau subventionnés, et pour notre flexibilité avec nos organisations partenaires.

Plus nous prenions conscience de notre importance stratégique, plus nous gardions le cap et avons vécu notre valeur de « courage ».

Nous avons été confrontés à une forte rotation du personnel car l'« argent de l'urgence » a perturbé le marché du travail, de nombreuses agences humanitaires offrant des salaires plus élevés. L'afflux de ressources pour la reconstruction a également entraîné une hausse de l'inflation et du coût de la vie. Il y avait un risque que cela affecte le moral du personnel, mais WaterAid Afrique de l'Ouest et l'organisation mondiale ont soutenu l'équipe pour relever ces défis avec succès. La souplesse de la mise en œuvre du programme, des procédures de gestion et des flux de financement a également permis à notre équipe de faire preuve de résilience.

Lutte contre les inégalités

L'un des principaux enseignements de la crise actuelle au Mali est que la question de la fragilité est intimement liée à celle de l'inégalité. L'un des arguments clés des différentes rébellions a été la perception de privilèges et de traitements préférentiels ; certaines communautés ont développé des griefs concernant l'accès aux services sociaux de base, affirmant qu'il existe des déséquilibres d'accès entre les groupes et les lieux. 

Mon but n'est pas de confirmer la véracité ou non de ces propos. En tant que professionnel du développement, mon but est de souligner l'importance cruciale d'un accès durable et équitable aux services de base. Nous devons aller au-delà des solutions simples et rapides, et cesser de mettre des chevilles carrées dans des trous ronds. Nous devons avoir le courage de nous lancer dans des conversations difficiles. Nous devons insister sur le fait que l'inclusion et l'engagement citoyen de qualité sont des facteurs importants pour changer la donne, et qu'ils sont essentiels pour briser le modèle de fragilité des États. 

Toute cette situation prouve la pertinence de l'objectif de WaterAid qui est de s'attaquer et de s'opposer aux inégalités et de veiller à ce que les communautés marginalisées jouissent de leurs droits à l'eau et à l'assainissement. En poursuivant cet objectif, nous pouvons donner l'exemple à d'autres organisations et secteurs.

Retrouvez Mamadou Diarafa Diallo sur Twitter : @DMdiarafa