Des toilettes pour tout le monde : des toilettes sans distinction de genre dans notre bureau de Londres

4 min read
Gender neutral toilets at WaterAid UK office.
WaterAid

Tout le monde, partout, a le droit d'avoir accès à des toilettes sûres et appropriées. Cette année, alors que la prise de conscience mondiale des problèmes auxquels sont confrontés les personnes, qui ne sont pas simplement des hommes ou des femmes lorsqu'elles utilisent les toilettes publiques, s'est accrue ; WaterAid a décidé de se pencher sur la question du respect des droits de chacun.

Au cours de l'année écoulée, nous avons amélioré notre connaissance et notre compréhension de certains des problèmes et des obstacles auxquels se heurtent les minorités de genre pour répondre à l'appel de la nature, c'est-à-dire les personnes qui s'identifient comme transgenres, intergenres ou simplement ni tout à fait masculines ni tout à fait féminines.

Nous avons vu émerger dans le monde entier des récits sur certains de ces défis, ainsi que sur les demandes formulées par les activistes et les communautés transgenres et les solutions mises en place. Par exemple, Bhopal en Inde, Vancouver au Canada et Brighton au Royaume-Uni, pour ne citer que quelques villes, ont vu leurs gouvernements ou leurs collectivités locales comprendre la problématique et réagir en créant ou en adaptant les toilettes publiques afin d'avoir des toilettes neutres ou des cabines séparées pour les personnes du « troisième genre » ou transgenres. 

Les recherches de WaterAid sur les liens entre le travail d'assainissement et les personnes transgenres et intergenres ont montré qu'il existe peu d'exemples d'actions au niveau mondial. Cela nous a incités à contribuer à la mise en place d'un réseau informel de praticiens et d'universitaires des secteurs WASH et des minorités de genre, afin de discuter, de rechercher et d'explorer davantage les besoins des personnes transgenres et qui ont un sentiment d'appartenance à un genre ou pas en matière de toilettes publiques. 

Il a été encourageant de constater que de nombreuses autres personnes s'intéressent à cette question et travaillent déjà ou commencent à travailler sur ce sujet, et nous avons pu entrer en contact avec d'autres personnes avec lesquelles nous collaborons désormais. 

L'équité commence chez soi

Tout cela a déclenché chez WaterAid des réflexions sur les toilettes installées dans nos propres bureaux. Que pourrions-nous faire pour être plus inclusifs envers le personnel ou les visiteurs qui ne s'identifient pas comme des hommes ou des femmes ? 

Nous avons également discuté de la manière dont nous pouvons mieux gérer nos installations sanitaires. Le taux d'occupation du bureau de Londres a augmenté au cours des deux dernières années et, compte tenu de la répartition hommes/femmes de WaterAids (70 / 30), les toilettes des femmes étaient surutilisées par rapport à celles des hommes. Cela provoquait non seulement des goulets d'étranglement à des moments clés, mais aussi davantage de problèmes de maintenance dans les toilettes des femmes. 

Nous avons donc décidé de mettre en pratique nos discours et nos recherches en testant des toilettes mixtes dans les bureaux de WaterAid à Londres pendant trois mois. Nous disposons de cabines de toilettes individuelles avec des portes et des murs allant du sol au plafond et un lavabo à l'intérieur. Il était donc facile de passer à des toilettes mixtes sans nuire à l'intimité, qui était l'une des principales préoccupations du personnel.

En septembre, nous avons retiré les panneaux « homme » et « femme » et les avons remplacés par une signalétique mixte. Nous avons également installé des poubelles sanitaires dans les anciennes toilettes pour hommes, ainsi qu'une nouvelle signalétique d'hygiène pour encourager le respect dans les toilettes. 

Exprimer ses opinions

Il était important pour nous de nous engager avec notre personnel avant le début de l'essai, afin de pouvoir à la fois évaluer les opinions initiales et partager nos plans pour suivre l'expérience du personnel avant, pendant et à la fin de l'essai, afin de nous permettre de prendre une décision éclairée sur les changements et de résoudre tout problème. 

L'enquête préalable à l'essai a montré que plus de la moitié du personnel était favorable à l'adoption de toilettes mixtes (53 %) et que plus de trois personnes sur quatre étaient heureuses de l'essayer (78 %). Cependant, certaines préoccupations majeures ont été exprimées quant à la nécessité réelle d'effectuer ce changement, aux craintes liées à la réduction de l'intimité due au partage des unités et, en particulier chez les femmes, aux inquiétudes liées aux « pratiques d'hygiène différentes des hommes et des femmes » et à la probabilité d'une baisse des niveaux d'hygiène.

Au début de l'essai, nous avons mis en place un mécanisme permettant au personnel de fournir des commentaires anonymes tout au long des trois mois. En décembre, nous recueillerons les derniers commentaires avant de décider si les toilettes doivent rester neutres en termes de genre, en consultation avec le propriétaire.

Une solution adaptée pour tous, partout

L'infrastructure et l'environnement de travail actuels de notre bureau sont idéaux pour des toilettes mixtes. Mais nous avons appris de l'expérience d'autres personnes que les toilettes mixtes ne sont pas la seule option et que, parfois, elles ne sont même pas une bonne idée pour tenter de rendre les toilettes inclusives et sûres pour tous. Par exemple, dans notre blog beyond the binary (au-delà de l'appartenance à un genre), nous avons expliqué que des solutions plus sophistiquées sont nécessaires dans les situations où la violence à l'égard des femmes ou des personnes transgenres dans les espaces publics est courante. 

Même lorsque ce n'est pas le cas, le passage à des installations mixtes peut ne pas être aussi simple qu'il n'y paraît. L'expérience tumultueuse du Barbican Centre de Londres, où l'on a essayé de transformer des toilettes mixtes pour revenir à d'anciennes installations (avec des urinoirs !), en est un bon exemple. 

Jusqu'à présent, cela a été une bonne leçon sur le fait que le respect et la garantie des droits de l'homme peuvent être faciles à écrire sur le papier, mais que faire notre part pour s'assurer qu'ils sont réalisés pour tout le monde peut parfois être plus compliqué, voire inconfortable, ou exiger que nous changions nos pratiques habituelles et profondément personnelles. Il est important d'essayer, d'apprendre et d'améliorer nos approches pour s'assurer que tout le monde à WaterAid puisse avoir accès à des installations sanitaires appropriées. C'est le droit humain de chacun d'entre nous de le faire, comme c'est le cas pour tout le monde, partout.

Le nom d'utilisateur de Priya Nath sur Twitter est @priyanath_12 et celui d'Andrés Hueso est @andreshuesoWA