Dix ans de droits de l'homme en matière d'eau et d'assainissement : nos contributions et le chemin à parcourir

on
27 July 2020
WaterAid/ Adam Ferguson

Célébrant le dixième anniversaire de la reconnaissance des droits de l'homme à l'eau et à l'assainissement par l'Assemblée générale des Nations unies (AGNU), Louisa Gosling et Katie Tobin expliquent comment nous et nos partenaires avons contribué à faire progresser ces droits, et envisagent la poursuite de notre travail pour rendre l'eau potable, l'assainissement et l'hygiène accessibles à tous, partout.

Le 28 juillet marque le dixième anniversaire de la reconnaissance par l'AGNU des droits de l'homme à l'eau et à l'assainissement. Au cours de la dernière décennie, près de la moitié des pays en développement ont reconnu ces droits fondamentaux dans leur constitution, et certains progrès ont été réalisés en matière d'accès à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène (WASH). Mais 785 millions de personnes n'ont toujours pas d'eau potable à proximité de leur domicile et 2 milliards n'ont pas de toilettes décentes. La situation est particulièrement grave pour les individus et les groupes victimes de discrimination et/ou vivant dans la pauvreté.

Le mandat du Rapporteur spécial sur le droit à l’eau potable et à l’assainissement a été établi en 2008 pour examiner ces questions cruciales et pour défendre les droits de l’homme aux côtés des partenaires de la société civile, dont WaterAid. Léo Heller, l’actuel rapporteur spécial, compile les bonnes pratiques en matière de promotion des droits de l’homme à l’eau et à l’assainissement pour son rapport final, auquel nous avons contribué. Au cours de la dernière décennie, nous avons développé des outils et analyses pratiques pour aider les pays et les communautés à réaliser les droits à l’eau et à l’assainissement.

Réaliser progressivement les droits de l'homme et rendre compte des engagements existants

Les gouvernements ont l'obligation d'assurer la réalisation progressive des droits de l'homme pour tous. Cela signifie qu'ils doivent mettre en place des plans et des mesures concrètes pour garantir que les services WASH atteignent tout le monde et soient durables, ce qui implique de mobiliser des ressources. Il s'agit d'un énorme défi pour de nombreux pays, et des agences comme la nôtre se sont engagées à soutenir le renforcement des systèmes et l'autonomisation (PDF), afin d'assurer la durabilité et d'encourager les communautés à revendiquer leurs droits.

En tant que membre de la coalition Agenda for Change, nous travaillons avec les gouvernements pour renforcer les systèmes, les processus et les institutions nécessaires pour garantir que des services durables soient accessibles à tous. Notre travail sur le changement des comportements WASH est vu sous cet angle. Nous mettons également l’accent sur les droits de l’homme à travers une décennie d’action et d’apprentissage sur l’intégration d’une approche basée sur les droits de l’homme au WASH, en reconnaissant les liens entre les droits au WASH et d’autres droits de l’homme - tels que la santé, l’éducation et le logement - et en reconnaissant les détenteurs de droits comme des agents clés du changement.

Bon nombre de nos programmes mettent l'accent sur la défense collective, afin de renforcer la capacité des communautés et des détenteurs de droits à demander aux responsables de rendre compte de leurs engagements, et de créer une demande pour la réalisation des droits de l'homme à l'eau et à l'assainissement. Par exemple, dans le cadre de notre projet "Vingt villes en Éthiopie" (PDF), nous avons soutenu des forums de clients afin d'engager le dialogue avec les services publics. Des représentants du gouvernement ont cité ce projet comme un bon exemple d'engagement fort entre les clients et les fournisseurs, qui permet de déterminer qui est exclu des services. WaterAid accueille également le réseau mondial de la société civile End Water Poverty, qui aide les gens à revendiquer leurs droits à l'eau et à l'assainissement.

Membres du forum des clients en discussion, Debre Tabor Water Utility, Debre Tabor, South Gondar, Amhara, Ethiopie.
WaterAid/ Will Crowne
Membres du forum des clients en discussion à la compagnie des eaux de Debre Tabor, Debre Tabor, Amhara, Ethiopie, en 2018 dans le cadre du projet "Twenty Towns".

Un suivi efficace des services WASH dirigé par le gouvernement est nécessaire pour suivre les progrès et, plus important encore, pour une planification, une budgétisation et une prestation de services fondées sur des preuves par les gouvernements et les prestataires de services. Un processus de suivi transparent, que nous soutenons depuis longtemps dans plusieurs pays, peut contribuer à renforcer les mécanismes de responsabilité entre les autorités responsables des services et les communautés, en s'appuyant sur des recherches sur la manière dont de meilleures données peuvent conduire à de meilleures décisions.

Grâce à notre adhésion à la coalition Making Rights Real, nous aidons les organisations de la société civile à utiliser les principes des droits de l'homme dans leurs discussions avec les responsables des gouvernements locaux, à clarifier leurs rôles et responsabilités en tant que porteurs de devoirs et à identifier et relever les défis systémiques auxquels ils sont confrontés dans la réalisation des droits de l'homme à l'eau et à l'assainissement pour tous. Cela permet de promouvoir le leadership gouvernemental et d'aider les champions des gouvernements locaux à trouver des moyens d'avancer, souvent en dépit de ressources très limitées. La coalition Making Rights Real promeut également l'application pratique des droits de l'homme dans différents contextes, par exemple en réponse à COVID-19.

Nous adoptons une approche holistique des droits de l'homme, en faisant valoir que la réalisation d'un droit ne doit pas se faire au détriment d'un autre (par exemple, la réalisation du droit à l'assainissement ne doit pas en faire un travail décent). Nos recherches et notre plaidoyer sur les travailleurs de l'assainissement ont mis en évidence la discrimination, la marginalisation et le manque de protection auxquels ces travailleurs sont confrontés. La coalition que nous avons initiée entre la Banque mondiale, l'Organisation internationale du travail (OIT) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a co-publié un premier rapport sur la santé, la sécurité et la dignité des travailleurs de l'assainissement. Et WaterAid India dirige un projet financé par la Commission européenne sur la récupération manuelle des déchets, qui vise à mettre fin à cette pratique et à garantir la protection et les possibilités d'emploi des personnes qui travaillent actuellement comme récupérateurs manuels, souvent des femmes et généralement celles qui sont victimes de discrimination sur la base de leur travail et de leur origine (caste).

Dans le cadre de notre réponse à COVID-19 et de nos plans pour l'avenir, il est impératif que nous appliquions les principes des droits de l'homme - égalité et non-discrimination, participation, transparence, responsabilité et durabilité - pour renforcer l'autonomie et la dignité des communautés marginalisées et vulnérables. Nous utilisons ces principes pour guider notre réponse, et ils nous conduiront à des résultats plus inclusifs et plus durables, protégeant et sauvant des vies aujourd'hui et à l'avenir.

Kaverappa, 54 ans, tiré d’une fosse par Muniraju, 37 ans, à Bangalore, en Inde. Ils sont des travailleurs de l’assainissement, vidant une latrine à fosse. Ils ne portent aucun équipement de protection.
WaterAid/ CS Sharada Prasad/ Safai Karmachari Kavalu Samiti
Kaverappa tiré d’une latrine à fosse par Muniraju à Bangalore, en Inde. Notre travail avec la Banque mondiale, l’OIT et l’OMS a attiré l’attention sur les conditions souvent dangereuses auxquelles sont confrontés de nombreux travailleurs du secteur de l’assainissement.

Faire progresser l'égalité et la non-discrimination

L’application du principe d’égalité et de non-discrimination en matière de droits de l’homme repose sur la compréhension des obstacles aux services auxquels sont confrontés les groupes marginalisés. Notre Boîte à outils pour l’égalité, la non-discrimination et l’inclusion dans le secteur WASH est une compilation d’outils pour aider les acteurs du secteur WASH à comprendre et à traiter ces obstacles, y compris un audit d’accessibilité et de sécurité pour garantir que les installations sont accessibles et sûres pour les femmes et les personnes handicapées.

Au cœur de nos programmes d'assainissement en milieu rural, l'accent est mis sur la conception de programmes et la collaboration avec les gouvernements pour s'assurer que la planification et la fourniture de services d'assainissement répondent aux paramètres d'équité, en atteignant tout le monde et en ne laissant personne derrière. Les pays adoptent de plus en plus les principes clés de l'équité, en promouvant les droits de tous les citoyens à l'assainissement et en incluant l'accès universel à l'assainissement dans les plans des districts.

Nos recherches en Zambie et en Ouganda sur l'AEPHA et les handicaps ont montré que la plupart des ménages ruraux comprenant des personnes âgées et des personnes handicapées ne disposaient pas d'installations AEPHA accessibles. L'une des raisons de cette situation est le manque d'informations sur les technologies WASH accessibles et abordables. Pour combler cette lacune et montrer aux ménages et au personnel technique comment adapter les installations WASH pour qu'elles soient accessibles à un prix abordable, nous avons élaboré le Compendium des technologies WASH accessibles (2014) avec le WEDC. Le compendium a été largement utilisé et, dans certains pays, adapté pour les directives nationales.

L'accessibilité des infrastructures est importante, mais elle ne constitue qu'une partie de la solution pour rendre le secteur WASH plus inclusif pour les personnes handicapées. Un partenariat avec les organisations de personnes handicapées et d'autres spécialistes est nécessaire pour surmonter les obstacles sociaux et comportementaux, comme dans cet exemple du Cambodge.

La gestion de l'hygiène menstruelle (MHM) est un aspect important des droits de l'homme à l'eau et à l'assainissement. En 2012, nous avons co-rédigé la boîte à outils "Menstrual Hygiene Matters", qui a donné le coup d'envoi d'une conversation mondiale plus large sur la MHM, qui s'est élargie à une compréhension holistique de la santé menstruelle. La boîte à outils couvre les principaux aspects de l'hygiène menstruelle dans différents contextes et est devenue un texte de base, servant de fondement à de nombreux travaux ultérieurs de MHM.

L'un des programmes dont nous sommes le plus fiers est notre projet "Disabling menstrual barriers" (barrières menstruelles handicapantes), conçu par WaterAid Népal pour comprendre et traiter la question négligée de la MHM pour les femmes et les filles souffrant de déficience intellectuelle. Le projet a utilisé une approche basée sur les droits, en menant une recherche-action approfondie pour comprendre les besoins spécifiques des (1) adolescents et des jeunes gens ayant une déficience intellectuelle et les obstacles auxquels ils sont confrontés pour gérer leurs menstruations de manière hygiénique et digne ; et (2) les soignants qui les soutiennent pendant leurs menstruations.

En développant une série de méthodes participatives pour comprendre les points de vue des groupes cibles, l'équipe a pu élaborer un concept d'intervention adapté qui a capté l'intérêt du public, a suscité une réponse émotionnelle et a encouragé l'adoption des comportements cibles.

Kanchhi et sa fille Meena étudient les outils utilisés dans le cadre du projet Disabling menstrual barriers, devant le bureau de la municipalité de Banepa, à Kavre, au Népal.
WaterAid/ Shruti Shrestha
Kanchhi et sa fille Meena étudient les outils utilisés dans le cadre du projet Disabling menstrual barriers, devant le bureau de la municipalité de Banepa, à Kavre, au Népal.

La santé menstruelle est une facette essentielle des droits des femmes et des filles à l'eau et à l'assainissement - mais les efforts déployés pour mettre en place des services WASH sexospécifiques vont au-delà de la gestion de la santé maternelle. Le genre est un élément clé de notre cadre d'équité et d'inclusion. En réfléchissant aux développements survenus au cours de la décennie qui a suivi ce travail de formation, WaterAid Australia a récemment élaboré un "cadre d'autonomisation des femmes et de transformation du genre", qui fournit des conseils sur la manière de faire progresser les projets AEPHA sur un spectre allant de l'inclusion à l'autonomisation et à la transformation des relations de genre et des droits des femmes.

Nous déployons le cadre à travers un processus d'exercices d'auto-évaluation du genre au niveau national avec le personnel de WaterAid, afin d'encourager l'auto-réflexion sur les normes culturelles et socialement déterminées qui influencent la façon dont ils conçoivent et gèrent les interventions WASH. Ce processus encourage également les spécialistes WASH à s'engager plus efficacement avec les spécialistes du genre pour aider à concevoir des programmes qui ont comme objectifs spécifiques l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, et pour le plaidoyer en faveur d'une action conjointe sur le WASH et les droits des femmes.

Au Timor-Leste, nous nous sommes attaqués à des normes de genre profondément ancrées au niveau communautaire en mettant l'accent sur l'inégalité pendant dix ans et en élaborant un manuel WASH sur le genre en milieu rural (PDF). Dans les zones rurales du Timor-Leste, les normes sociales renforcent la division des tâches ménagères selon le sexe, ce qui fait que les femmes font beaucoup plus de travail non rémunéré dans le domaine de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène que les hommes.

Lors d'une évaluation qualitative de notre approche en 2019, menée par l'Institut pour un avenir durable de l'Université de technologie de Sydney (ISF-UTS), les communautés ont fait état de changements positifs, comme le fait que les hommes et les femmes sont plus disposés à partager les tâches ménagères et à mieux travailler ensemble ; que les femmes ont un meilleur statut et participent davantage aux décisions prises au niveau du ménage ; et que les hommes font plus de travail de collecte de l'eau et d'hygiène domestique. Cette approche a été approuvée par le gouvernement et reprise par d'autres acteurs du secteur WASH au Timor-Leste.

Nous avons également joué un rôle de premier plan dans l'élaboration de conseils pratiques pour des toilettes publiques et communautaires adaptées aux femmes. Cette démarche s'est appuyée sur notre rôle de principal collaborateur dans la recherche et la documentation qui ont abouti à la publication de Violence, genre et WASH : une boîte à outils pour les praticiens, élaborée en réponse à la relation entre le manque d'accès à des WASH appropriés et les vulnérabilités accrues à la violence sous diverses formes.

Partant de ce principe et d’une meilleure compréhension de l’importance de la sécurité, de la vie privée et de l’accessibilité pour les femmes, nous avons travaillé avec le WSUP et l’UNICEF pour élaborer un guide des toilettes publiques et communautaires adaptées aux femmes pour les décideurs. Son cadre a déjà été appliqué en Inde, au Bangladesh, au Népal et en Tanzanie, notamment en l’incorporant dans les directives nationales en Inde.

Le "Cadre pour l'autonomisation des femmes et la transformation des genres" reconnaît également que le genre est non binaire. En collaboration avec plusieurs autres organisations, nous avons publié le premier document sur l'assainissement inclusif pour les transgenres : aperçu de l'Asie du Sud. La recherche, la co-création et la publication de ce document ont permis d'identifier les problèmes d'assainissement des personnes transgenres et d'introduire plus ouvertement ce sujet tabou dans les discussions visant à garantir que les solutions WASH atteignent tout le monde. Nous avons fait avancer ce travail par le biais de programmes et d'actions de sensibilisation au Chhattisgarh, en Inde.

Quelle est la prochaine étape ? Infuser la décennie d'action pour les SDG avec les droits de l'homme

Notre positionnement nous a permis de formuler des lignes directrices, de constituer une base de données probantes et d'influencer les décideurs afin qu'ils adoptent des solutions politiques et de programmation qui fassent progresser les droits, en particulier ceux des personnes handicapées, des femmes et des filles. Ce parcours de dix ans a jeté les bases sur lesquelles une action plus large et plus approfondie peut être construite.

Nous savons que WaterAid ne peut rien faire seule - la collaboration avec d'autres organisations a été au cœur du succès de chaque exemple cité ici, et continuera d'être essentielle alors que nous travaillons ensemble pour la réalisation des droits de l'homme à l'eau et à l'assainissement.

L'ONU a défini la période allant de cette année à 2030 comme la Décennie d'action pour les SDG. 2020 marque également la deuxième décennie des droits de l'homme en matière d'eau et d'assainissement, et l'introduction d'un nouveau rapporteur spécial à la fin du mandat de Léo Heller. Cette confluence de facteurs, et notre plaidoyer en son sein, devrait guider une sérieuse augmentation des efforts pour atteindre les SDG, avec la SDG 6 sur l'eau et l'assainissement au cœur.

Depuis sa création, le cadre international des droits de l'homme a influencé la façon dont les gouvernements perçoivent et répondent aux droits de leurs populations aux services fondamentaux, y compris l'AEPHA, et fournit un important moyen de responsabilisation pour garantir et faire progresser ces droits. À WaterAid, nous continuerons à contribuer à la mise en œuvre et à l'action autour de ces normes mondiales, alors que nous travaillons pour garantir les droits de chacun, partout dans le monde, à l'eau et à l'assainissement.

Louisa Gosling est responsable WASH pour la responsabilité et les droits - suivez la sur Twitter à l'adresse @LouisaGosling1. Katie Tobin est conseillère en matière de défense des droits - suivez la sur Twitter à l'adresse @travelinKT.