Donner forme aux solutions d'assainissement en Afrique de l'Est, pour l'hygiène, l'éducation et la résilience

9 min read
Chris Tumwine standing in the street in Kampala, Uganda.
WaterAid/Ruth Mbabazi

L'Afrique de l'Est est l'une des régions du continent qui s'urbanise le plus rapidement. Elle compte également trois des dix pays les plus touchés par le changement climatique. Nous partageons ici des études de cas issues de notre travail en Ouganda, en Tanzanie et en Éthiopie, qui montrent comment les communautés et les gouvernements s'efforcent de relever ces défis pour que chacun ait accès à des toilettes décentes.

À l'échelle mondiale, environ 4,5 milliards de personnes n'ont pas accès à un assainissement adéquat, ce qui les expose à des maladies mortelles en les obligeant à déféquer en plein air ou à utiliser des installations non sécurisées. Dans de nombreuses régions, l'urbanisation rapide, la mauvaise planification urbaine et le changement climatique convergent pour poser d'énormes défis à l'approvisionnement en eau potable, à un assainissement décent et à une bonne hygiène (EAH), et menacent des systèmes d'assainissement souvent fragiles.

La croissance rapide de la population dans les grandes et petites villes de la région exerce une pression toujours plus forte sur les infrastructures urbaines, notamment sur l'accès aux services d'EAH. La planification urbaine peut être un facteur clé qui ajoute une pression sur les infrastructures et les installations d'assainissement. Une planification inadéquate peut entraîner le blocage des drains et les rivières deviennent des décharges pour les eaux usées et les déchets.

Le changement climatique exacerbe ces risques. Les inondations de plus en plus fréquentes et graves qu'il provoque exercent une tension supplémentaire sur les systèmes et infrastructures d'assainissement. En 2019 et 2020, les précipitations extrêmes en Afrique de l'Est liées au changement climatique ont provoqué de graves inondations dans des pays comme l'Éthiopie, l'Ouganda et la Tanzanie. Ces inondations ont détruit de nombreuses maisons et abris dans toute la région, posant des défis supplémentaires à la réalisation de l'Objectif 6 pour un développement durable pour l'eau et l'assainissement. On prévoit que ces fortes pluies dans la région deviendront plus fréquentes en raison du changement climatique.

Si ces défis en matière d'assainissement sont importants, ils présentent également des opportunités, comme le montre cette série d'histoires d'Afrique de l'Est.

Solutions communautaires en Ouganda

Bien que l'accès à un assainissement amélioré dans les zones urbaines de l'Ouganda soit passé à 89,1 %, la couverture d'un assainissement géré en toute sécurité (qui sépare de manière hygiénique les excréments humains du contact humain) n'est que de 39,2 %.

Exaspéré par la crise de l'assainissement dans sa communauté de Kamwokya, à Kampala, qui souffre des effets d'un mauvais système d'égouts, d'une mauvaise évacuation des ordures et d'inondations, le défenseur communautaire de l'EAH Chris Tumwine (photo ci-dessus) a demandé « comment réparer cela ? ».

Chris a rejoint la campagne Weyonje (« Nettoyez-vous »), un mouvement qui défend l'assainissement inclusif et la sensibilisation à l'hygiène dans les communautés de Kampala. Une initiative de l'autorité de la capitale Kampala, WaterAid Ouganda est parmi les partenaires qui soutiennent le mouvement, financé par la Fondation H&M dans le cadre de notre programme EAH durable (SusWASH).

Selon le maire de la division centrale de Kampala, Sserunjogi Charles Musoke, le problème est l'acceptation : « Les gens s'habituent à la situation, » a-t-il déclaré.

La progression du Weyonje

Grâce au soutien de l'autorité de la capitale de Kampala, une équipe Weyonje plus importante a été constituée à Kamwokya pour aider à faire connaître le programme EAH. Malgré une certaine résistance de la part de la communauté, l'équipe a continué à travailler dur pour obtenir son adhésion.

Selon Susan Lalam, un membre de l'équipe Weyonje, les gens ont bien accueilli la campagne et ses objectifs. Le rêve de Susan est d'avoir une communauté où l'on pourrait regarder autour de soi et ne rien voir d'insalubre. Elle espère que le travail de Weyonje permettra de réduire le nombre de personnes qui se rendent à l'hôpital pour des maladies évitables liées à l'EAH, comme les maladies diarrhéiques.

La campagne Weyonje reflète l'engagement du Gouvernement à donner la priorité à la santé publique. Selon le maire, l'autorité de la capitale Kampala augmente le financement pour la gestion de l'assainissement.

« Nous ne pouvions pas le faire seuls, » a déclaré Musoke. « Nous avons des partenaires, et l'un d'eux est WaterAid. Ils me font suivre une formation de politicien, afin que je puisse améliorer et aider d'autres politiciens à apprécier l'importance d'un bon assainissement. »

Créer de la pérennité dans le « ghetto »

Afin de renforcer la pérennité du travail de Weyonje, Chris s'est adressé à d'autres leaders de la communauté, comme Patrick Mavo, alias Ticha Mavo, le fondateur de Ghetto Research Lab (Laboratoire de recherche du Ghetto). L'organisation de Mavo développe des projets innovants qui améliorent la vie des résidents de Kamwokya qui vivent dans la pauvreté, tout en résolvant la pollution environnementale. Ghetto Research Lab emploie plus de 400 jeunes, qui collectent des déchets potentiels et les réutilisent pour créer des emplois et de la richesse.

En travaillant avec d'autres leaders communautaires comme Mavo et des acteurs gouvernementaux comme le maire et l'autorité de la capitale Kampala, Chris et l'équipe Weyonje ont convaincu les résidents de Kamwokya de s'unir pour signer la Déclaration d'assainissement de Kamwokya, pour un engagement à construire des toilettes aux endroits où cela s'avère nécessaire et à les garder propres à tout moment, une étape importante vers un programme EAH urbain durable.

Sserunjogi Charles Musoke, Maire de la Division centrale, signant la déclaration communautaire sur les toilettes lors des célébrations de la Journée mondiale des toilettes à Kampala, en Ouganda.
Sserunjogi Charles Musoke, Maire de la Division centrale, signant la déclaration communautaire sur les toilettes lors des célébrations de la Journée mondiale des toilettes à Kampala, en Ouganda.
WaterAid/ James Kiyimba

Combattre ensemble la COVID-19

Kamwokya, dont la superficie est inférieure à un demi-kilomètre carré, abrite plus de 6 000 personnes, ce qui rend difficile le respect de l'éloignement physique et des autres mesures de sécurité pour lutter contre la COVID-19. Mais cela n'a pas empêché l'équipe de Weyonje d'encourager les comportements sûrs.

Ils utilisent un groupe communautaire WhatsApp pour partager des informations et contrer la désinformation sur la COVID-19 qui circule sur les médias sociaux. Ils sensibilisent la communauté, de maison en maison, au lavage correct et régulier des mains avec de l'eau et du savon comme première ligne de défense contre la propagation du coronavirus. Et, comme de nombreux foyers de Kamwokya n'ont pas facilement accès à des sources d'eau, l'équipe a créé des stations de lavage des mains de fortune avec des bouteilles en plastique remplies d'eau et de savon et attachées aux portes d'entrée des résidents, afin qu'ils puissent se laver les mains avant d'entrer chez eux.

Partenariat avec le Gouvernement en Tanzanie

Dans le district de Temeke, à Dar es Salaam, WaterAid Tanzanie a été un partenaire clé du Gouvernement, par le biais des services publics, pour la construction d'une station de traitement des boues de vidange. L'usine recycle les boues et les eaux usées en engrais et en biogaz, aidant ainsi les habitants de Temeke à gérer les déchets dans une ville surpeuplée avec peu d'égouts, et produisant ainsi des matériaux utiles.

Le district de Temeke, l'une des villes les plus peuplées de Dar es Salaam, a été fortement touché par les inondations. Teodora Nzingo, ci-dessous, vit dans le quartier côtier de Kigamboni, où les inondations l'ont empêchée d'utiliser ses toilettes et ont empêché les services d'assainissement d'y accéder.

Teodora Nzingo, près de 80 ans, montrant comment les eaux de crue sont allées dans les réservoirs de stockage d’eau et ont rempli les latrines à fosse, provoquant ainsi d’autres inondations à Kigamboni, en Tanzanie. Janvier 2020.
Teodora Nzingo, près de 80 ans, montrant comment les eaux de crue sont allées dans les réservoirs de stockage d’eau et ont rempli les latrines à fosse, provoquant ainsi d’autres inondations à Kigamboni, en Tanzanie. Janvier 2020.
WaterAid/ Sam Vox

« Les inondations ont également entraîné des problèmes au niveau des toilettes. Cela me cause des difficultés, » dit-elle. « Lorsque l'entreprise d'assainissement est venue pour vider mes latrines à fosse, elle n'a pas pu le faire parce que l'eau des inondations était entrée dans le réservoir de stockage. Donc, je ne peux pas vider les toilettes, et elles sont pleines. Je ne peux plus les utiliser. »

Des technologies telles que les systèmes décentralisés de traitement des eaux usées (DEWATS) que WaterAid Tanzanie a construits à Kigamboni et dans la municipalité de Temeke sont des solutions d'assainissement résilientes au climat qui permettent la vidange des fosses et d'éliminer les déchets de manière sûre et hygiénique.

Ces solutions ne sont qu'un début pour un assainissement durable en Tanzanie. Les plans de développement du Gouvernement, que la planification EAH urbaine de WaterAid alimentera, comprennent l'expansion de l'assainissement inclusif à l'échelle de la ville, la planification des établissements urbains, l'intégration de l'atténuation des risques climatiques, l'adoption de technologies et de services d'assainissement, et l'intégration de l'assainissement dans le développement du plan directeur, en particulier dans les villes en expansion ou les petites villes. Cela contribuera grandement à un assainissement durable pour tous.

L'équité des genres par l'assainissement inclusif en Éthiopie

En 2018, l'Initiative nationale du Président éthiopien a été lancée pour aborder l'équité des genres, la consolidation de la paix et le développement social à travers l'engagement civique. WaterAid Éthiopie a établi un partenariat avec le bureau du président dans le cadre de l'Initiative pour plaider en faveur de l'accès à l'EAH pour les femmes et les filles en tant qu'élément clé pour une éducation inclusive et de qualité, en particulier lorsque les écoles rouvrent après les fermetures dues à la COVID-19, afin de libérer le potentiel des filles et des femmes pour influencer le développement de l'Éthiopie.

Dans l'école mixte Atse Nakutole'ab, située dans le quartier de Gulele, à Addis-Abeba, 673 élèves et 67 membres du personnel se partageaient un seul bloc sanitaire de huit cabines. Grâce à l'initiative nationale du président éthiopien, nous avons aidé l'école à construire deux blocs d'EAH adaptés aux femmes et aux personnes handicapées, comprenant chacun cinq cabines, une salle de repos que les filles peuvent utiliser pendant leurs règles, une installation d'élimination des déchets pour les serviettes hygiéniques usagées et un réservoir de stockage de l'eau.

Schoolgirls Bemenet, Nohamin and Meraf outside the newly constructed facility for menstrual hygiene management, toilets and water at Atse Nakutole’ab school, Addis Ababa.
Les écolières Bemenet, Nohamin et Meraf devant le nouveau centre de gestion de l'hygiène menstruelle, des toilettes et de l'eau à l'école Atse Nakutole'ab, à Addis-Abeba.
WaterAid Ethiopia

Les étudiantes Bemenet, Nohamin et Meraf (ci-dessus) ont déclaré : « Les menstruations sont source de stress jusqu'à ce que l'on comprenne ce qui arrive à notre corps. Parfois, nous avons même l'impression qu'il s'agit d'une sorte de maladie et non d'un processus naturel. Nous allons donc essayer d'enseigner à nos jeunes ce qu'est la menstruation et comment utiliser les toilettes s'ils en ont besoin à l'avenir. » L'école prévoit d'intégrer l'éducation à l'hygiène dans son programme, afin d'aider les élèves à profiter au maximum des améliorations apportées aux installations scolaires.

Yenensh Welde Michael, Atse Beakutole’ab school’s toilet cleaner, getting ready for her shift.
Yenensh Welde Michael, l'agent de nettoyage des toilettes de l'école Atse Beakutole'ab, se préparant pour son service.
WaterAid Ethiopia

L'agent d'entretien de l'école, Yenensh Welde Michael, a constaté une énorme différence dans les installations sanitaires et d'hygiène, indiquant qu'elles sont beaucoup plus faciles à nettoyer, attrayantes et confortables pour les filles. Le succès de ce modèle est une voie clé pour un engagement plus poussé en matière de plaidoyer, afin d'influencer les décideurs clés et de lever des fonds pour des initiatives similaires.

L'avenir de notre action en matière d'assainissement en Afrique de l'Est

L'eau, l'assainissement et l'hygiène constituent une plateforme essentielle pour les progrès en matière de santé, d'éducation, de travail, de croissance économique et de développement. Des investissements accrus et soutenus dans des installations et des infrastructures d'assainissement résilientes au climat et inclusives sont indispensables pour garantir l'accès de tous à ces services vitaux, donnant ainsi aux communautés une chance d'être en bonne santé, de recevoir une éducation et de sortir de l'extrême pauvreté, quel que soit le changement climatique. Nous poursuivrons notre travail dans toute l'Afrique de l'Est pour aider les gouvernements et les communautés à renforcer la résilience des systèmes, infrastructures et services d'EAH, en veillant à ce que les droits de l'homme à un assainissement décent revendiqués soient respectés.

Écrit par Alex Busingye, Neema Kimaro, Gloria Kafuria, Hilina Nigussie, Elizabeth Mwambulukutu, Dedo Mate-Kodjo et Ronnie Murungu de WaterAid Afrique de l'Est. Suivez WaterAid Afrique de l'Est sur Twitter @WaterAidEA.

Une version de cet article a été publiée dans un premier temps dans The East African.