Eau et assainissement universels au Ghana par le biais de la décentralisation

5 min read

Bien que l'approche « tout territoire » de décentralisation de la gestion des services d'eau, d'assainissement et d'hygiène (WASH) à l'échelle du district ait été couronnée de succès dans de nombreux pays africains, elle a échoué dans le pays où elle a été conçue : le Ghana. Seyram Asimah, responsable de programme - Sud, et Aicha Araba Etrew, responsable politique, de WaterAid Ghana, expliquent pourquoi il en est ainsi et pourquoi il est essentiel que les citoyens s'expriment et réclament leurs droits.

En 2015, les 17 objectifs de développement durable (ODD), également connus sous le nom d'Agenda 2030, sont devenus la pièce maîtresse du discours mondial sur le développement et la réduction de la pauvreté. L'objectif 6, qui consiste à assurer la disponibilité et la gestion durable de l'eau et de l'assainissement pour tous d'ici 2030, s'aligne sur l'axe stratégique de WaterAid qui consiste à en faire bénéficier les populations du monde entier.

La principale tâche à accomplir est de concrétiser cette vision. Cette année, WaterAid Ghana a lancé une stratégie nationale quinquennale pour placer le Ghana sur la voie de la couverture EAH universelle d'ici 2021.

Community WASH situational analysis using the scorecard methodology in Wa East District, Ghana.
Analyse de la situation WASH communautaire à l’aide de la méthodologie de la carte de pointage dans le district de Wa East, au Ghana.
WaterAid

Notre objectif est de faire de cette stratégie une réalité grâce à la mise en place de l'approche « tout territoire » (DWA). Le concept de DWA place les assemblées métropolitaines, municipales et de district (MMDA) à la tête de tout développement, avec pour responsabilité accrue d'étendre les services d'eau, d'assainissement et d'hygiène à tous les habitants de leurs districts, y compris les personnes les plus marginalisées. Dans le cadre de ce processus, WaterAid Ghana et d'autres acteurs du développement fourniront un soutien technique si nécessaire.

L'approche « tout territoire » au Ghana

Bien sûr, on ne peut pas déployer une telle stratégie sans une consultation adéquate des partenaires potentiels et sans recueillir des informations sur les enjeux. En 2014, WaterAid Ghana a commandé une recherche sur le concept d'approche « tout territoire », dirigée par Timeyin Uwejamomere, responsable de l'appui technique à WaterAid UK. L'étude a analysé le concept de décentralisation au Ghana, qui voit le gouvernement central transférer la gouvernance aux niveaux locaux, et coordonner les relations internes avec et entre les assemblées locales à travers dix régions administratives dans le contexte d'EAH.

Timeyin a partagé les principales leçons et actions de la recherche avec les parties prenantes au cours d'un événement parallèle organisé par WaterAid Ghana lors de la conférence WEDC (Water, Engineering and Development Centre) à Kumasi, au Ghana, en juillet 2016. Les principales conclusions portaient sur : la planification stratégique à long terme par les MMDA ; les rôles, les structures et la capacité de ces MMDA à mettre en œuvre des programmes ; les plateformes de coordination des parties prenantes existantes et la capacité des MMDA à les utiliser ; les sources de financement des MMDA et la redevabilité à tous les niveaux.

De nombreuses parties prenantes ont participé à l'événement, notamment : les membres de la commission parlementaire sur le gouvernement local et le développement rural ; le personnel de l'agence nationale responsable de l'eau et de l'assainissement en milieu rural ( Community Water and Sanitation Agency – CWSA) ; l'IRC Ghana ; l'Unicef ; l'Institute of Local Government Studies ; le personnel de WaterAid en Inde, au Ghana, au Royaume-Uni, au Mali, au Niger, au Burkina Faso et au Sénégal ; et plus de 50 participants locaux et internationaux à la conférence WEDC.

Les discussions ont porté sur la question du faible leadership et de la faible capacité des MMDA du Ghana à fournir des services d'eau, d'assainissement et d'hygiène. Au cœur de cette situation se trouvait un manque apparent de transfert de responsabilités aux MMDA, ce qui a entraîné un taux de développement plus faible que prévu du secteur WASH du Ghana. L'une des recommandations de l'étude concernait l'intégration du CWSA dans la structure des MMDA pour résoudre le problème de la faiblesse des capacités tout en donnant aux MMDA la possibilité de mettre en œuvre des projets directement. Elle a été débattue par les participants, certains étant d'accord et d'autres non. En résumé, les participants ont souligné la nécessité de solutions spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et opportunes (SMART) pour renforcer le concept de décentralisation dans la pratique.

WASH situational analysis with service providers in Bawku District, Ghana.
Analyse de la situation WASH avec les fournisseurs de services dans le district de Bawku, au Ghana.
WaterAid

Quelles sont les lacunes ?

En réfléchissant aux discussions, nous avons estimé qu'il était évident que le système de décentralisation actuel présentait des lacunes. Ce sentiment était davantage lié à la mise en œuvre des politiques d'habilitation de la décentralisation qu'aux politiques elles-mêmes, étant donné que la structure de décentralisation du Ghana est un modèle pour nombre d'autres pays africains. La question qui se pose alors est la suivante : pourquoi une politique aussi parfaite, conçue par un pays ayant l'expérience du problème, devient-elle si difficile à mettre en œuvre sur le terrain par ceux qui l'ont conçue, alors que d'autres pays parviennent à le faire ?

La question de la capacité (ressources humaines et financières) à mettre en œuvre les politiques et programmes WASH au niveau des collectivités locales demeure un défi majeur à la réussite du concept de décentralisation au Ghana. Mais le problème ne se limite pas à la capacité. Tout simplement, la plupart des MMDA ne donnent pas suffisamment la priorité aux questions de développement WASH. Le manque de volonté politique et d'engagement est étroitement lié à ce problème.

Le gouvernement central est souvent blâmé pour l'échec des politiques et des programmes, mais les ministères, les départements et les agences (MDA), ainsi que les MMDA, doivent assumer leur part de responsabilité et veiller à ce que la planification nationale, les prévisions budgétaires et la mise en œuvre du programme de développement soient effectuées de manière à donner la priorité aux questions de développement du secteur WASH.

S'exprimer et demander des comptes

Nous avons une solution « SMART » : quand le leadership est à la hauteur à tous les niveaux, la planification et la budgétisation donnent la priorité au secteur WASH, l'engagement financier pour le développement de ce secteur est à la hauteur et la mise en œuvre est un succès. Cela signifie que les citoyens doivent surveiller leurs dirigeants politiques élus ou nommés, que ce soient les chefs de district et députés, pour s'assurer qu'ils représentent les intérêts du peuple dans le développement national.

Il est temps de mettre fin à l'attitude et à la position timorées de la plupart des gens qui, par respect culturel, hésitent à s'élever contre un dirigeant, même si celui-ci a tort. Les citoyens doivent prendre la place centrale dans toute cette architecture de décentralisation, qui est censée les concerner, pour exiger de leurs dirigeants la responsabilité et des résultats.

Dans cette démarche auprès des citoyens pour répondre à leurs besoins en eau, assainissement et hygiène, les organisations de la société civile et les gouvernements doivent coordonner les activités et harmoniser la communication, les technologies et les approches dans la fourniture de services d'eau, d'assainissement et d'hygiène pour éviter de dupliquer les efforts ou d'induire les citoyens en erreur, et assurer une décentralisation efficace de ces services. La responsabilité collective de toutes les parties prenantes est essentielle pour garantir partout et pour tous, un accès égal à l'eau, l'assainissement et à l'hygiène d'ici 2030.

Retrouvez Seyram sur Twitter : @seyrama et Aicha : @ara_by .