Il est temps pour les femmes de cesser de se confiner : comment l'accès à l'eau propre est un catalyseur pour l'autonomisation des femmes

Temps de lecture : 5 minutes
Gita Roy (38 ans) inspecte le réservoir de stockage de l'eau de l'installation d'osmose inverse. Elle est cheffe de Golap Dol, village de Tengrakhali, Kadakati, Assasuni, district de Satkhira, division de Khulna, Bangladesh, 2021
Image: WaterAid/ Drik/ Farzana Hossen

L'accès à l'eau propre est une question de droits des femmes. À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, nous partageons l'histoire de Gita Roy et expliquons comment des services d'eau fiables peuvent être un catalyseur de l'autonomisation des femmes de bien des façons.

Gita Roy vit à Khulna, dans le sud-ouest du Bangladesh, une région où trouver de l'eau potable propre est un défi quotidien. Ces dernières années, le changement climatique a augmenté la salinité de l'eau et contaminé les aquifères d'eaux souterraines de la région. Les réserves d'eau douce s'amenuisant, Gita et les autres femmes de son village, Tengrakhali, doivent marcher pendant des heures chaque jour pour trouver de l'eau potable.

« Mariée dans une famille de 14-15 membres, je n'avais pas d'autre choix que de parcourir cette distance avec d'autres femmes pour aller chercher de l'eau au milieu de plusieurs autres tâches ménagères interminables, raconte Gita. Je me souviens avoir secrètement voulu retourner dans mon village pendant les premiers jours de mon mariage. »

Le trajet quotidien pour aller chercher l'eau, associé à une foule d'autres responsabilités domestiques, laisse les femmes comme Gita exclues de l'emploi, de l'éducation et de la prise de décisions, tant au sein de la famille que de la communauté au sens large. Mais malgré les difficultés qu'elle a rencontrées au début de son mariage, Gita est restée déterminée et a continuellement remis en question les normes de genre dans sa communauté. Elle a commencé à étudier au collège Assassuni, mais a dû mettre ses études en suspens lorsque, au même moment, elle est tombée enceinte et que son beau-père est tombé malade.

Le début d'une solution

À cette époque, WaterAid se lançait dans un nouveau projet à Khulna. Financé par Severn Trent Water, le projet comprenait la mise en place de trois usines d'osmose inverse, de systèmes de collecte des eaux de pluie dans les établissements de santé et les écoles, ainsi que d'autres améliorations des infrastructures sanitaires et de l'éducation à la santé dans la région.

Contrainte de contribuer à trouver une solution aux problèmes de collecte d'eau potable, Gita s'est engagée à mettre en place une usine communautaire d'osmose inverse, qui convertit l'eau salée en eau potable. Gita a formé un comité, appelé Golap Dol (groupe rose), avec 10 autres femmes de la communauté pour entretenir l'usine et élaborer des plans d'activités afin de vendre l'eau à la communauté locale à un prix abordable. Rupantar, une ONG locale, a offert trois jours de formation intensive sur le fonctionnement et l'entretien quotidiens de l'usine, et a partagé des informations avec les femmes sur l'autonomisation des femmes.

Gita Roy discusses the business plan for the reverse osmosis plant she manages with other members of Golap Dol's all-woman committee.
Gita Roy discusses the business plan for the reverse osmosis plant she manages with other members of Golap Dol's all-woman committee.
Image: WaterAid/ Drik/Farzana Hossen

Au début, les femmes ont dû faire face à des réactions négatives : certains membres de la communauté locale considéraient ce travail comme inapproprié pour les femmes. Mais Golap Dol ne s'est pas laissé décourager. Gita et les autres femmes du comité ont fait du porte-à-porte pour parler à la communauté de la nouvelle usine et de la façon dont elle pourrait améliorer leur vie.

« Nous avons abordé les habitants à leur domicile, à leur travail, dans les lieux de rassemblement plusieurs fois en parlant de la qualité de notre eau et des avantages pour la santé, raconte Gita. Il faut du temps pour changer l'état d'esprit et le comportement des gens. »

En février 2020, l'usine d'eau potable de Moricchap a été inaugurée en présence de membres du conseil régional et du président du gouvernement local. Gita a prononcé un discours inaugural lors de la cérémonie qui a attiré une foule de plus de 250 personnes venues des villages environnants.

« Je peine à trouver les mots pour décrire ce que j'ai ressenti à ce moment-là face à une énorme vague de personnes. Plus tard dans la journée, nous avons distribué de l'eau gratuite à tous les villageois, se rappelle Gita. Une nuée de personnes est venue à notre usine tout au long de la journée pour recueillir de l'eau et j'ai pu voir que tout le travail acharné et la passion de Golap Dol pour atteindre nos villageois avec de l'eau potable portaient leurs fruits. »

Aujourd'hui, l'usine répond à la demande en eau de neuf villages environnants. Le comité Golap Dol a continué à entretenir l'usine et à développer ses plans d'activités, et l'usine est devenue de plus en plus rentable et efficace. Entre avril et septembre 2021, le comité de Gita a enregistré des bénéfices de 29 648 BDT, soit plus de 260 £.

Un catalyseur pour l'autonomisation

L'usine d'eau a transformé la vie des femmes qui la gèrent de plusieurs façons.

« En tant qu'actionnaires, nous avons mis de l'argent dans le fonds d'exploitation et d'entretien depuis le premier jour, car nous avions un objectif à atteindre, raconte Jayanti, l'une des trois gardiennes de l'usine. Tous les villageois dépendent grandement de notre usine pour l'eau potable. Nous sommes traitées avec respect et accueillies chaleureusement partout où nous allons. C'est une chose que l'argent ne peut acheter. Nous sommes également mieux placées au sein de nos familles et notre avis est sollicité chaque fois qu'une décision est prise dans nos foyers. De plus, maintenant que nous n'avons plus à parcourir des kilomètres pour transporter de l'eau, nous avons beaucoup de temps libre à utiliser pour d'autres activités productives, pour prendre soin de nos familles ou nous reposer. »

Gita Roy is the leader of the Golap Dol committee in Tengrakhali village, Khulna, Bangladesh.
Gita Roy is the leader of the Golap Dol committee in Tengrakhali village, Khulna, Bangladesh.
Image: WaterAid/ Drik/Farzana Hossen

Les membres du comité ont également ouvert un compte bancaire pour épargner l'excédent de revenu généré par la vente d'eau. Les femmes peuvent retirer l'argent du compte d'épargne pour le réinvestir dans d'autres activités génératrices de revenus. Jayanti, par exemple, a récemment acheté une machine à coudre pour fabriquer ses propres vêtements et proposer des services de couture aux membres de la communauté.

Gita et le comité Golap Dol sont désormais des noms familiers à Tengrakhali. À tel point qu'elle a récemment été élue par les membres de la communauté comme leur représentante aux élections de l'Union Parishad. Forte de son expérience, elle souhaite inspirer les autres.

« En tant que femme, je veux continuer à travailler pour donner à nos femmes démunies les moyens d'avoir plus de contrôle sur leur vie. Avoir ma propre identité, gagner mon propre revenu et ne dépendre de personne pour mes besoins est très satisfaisant. Il est temps que les femmes cessent de se confiner, elles et leur potentiel, au sein de leur seul foyer. »

Lucy Graham est responsable principale de la communication pour les partenariats à WaterAid Royaume-Uni, et Fatema Mohammad est responsable de la gestion des connaissances et de l'apprentissage à WaterAid Bangladesh.

Image du haut : Gita Roy inspecte le réservoir de stockage de l'eau de l'installation d'osmose inverse du village de Tengrakhali, Khulna, Bangladesh.