Financer l'approvisionnement en eau, l'assainissement et l'hygiène pour un Pakistan propre, vert et sain

6 min read
WaterAid

Pour relever les défis liés aux ressources en eau et au secteur de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (WASH) au Pakistan, un changement radical de financement est nécessaire. Raheema Panhwar et John Garrett présentent notre nouveau rapport qui examine comment le gouvernement et la communauté internationale peuvent combler le déficit de financement national du secteur WASH afin d'offrir à tous des services durables face à la COVID-19 et aux crises climatiques.

Le Pakistan est confronté à des défis majeurs pour faire face à la pandémie de COVID-19 et pour maintenir les progrès en bonne voie afin de mettre fin à la pauvreté et d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD). Dans notre nouveau rapport avec Development Initiatives - Equal to the Task - nous évaluons l’état du financement du secteur WASH du Pakistan, en soulignant la nécessité d’un effort renouvelé et d’un objectif du gouvernement et de la communauté internationale pour mobiliser les ressources nécessaires pour lutter contre la pandémie et fournir un accès universel à des services WASH sûrs, dans un « Pakistan propre et vert’ »

La pandémie de COVID-19 a commencé à prendre de l’ampleur au Pakistan en mars 2020, avec plus de 282 000 cas signalés début août et plus de 6 000 décès. Le gouvernement a réagi sur plusieurs fronts : le 23 mars, l’économie a été paralysée ; des versements en espèces ont été effectués d’urgence aux ménages pauvres dans le cadre du programme Ehsaas Emergency Cash ; les hôpitaux ont souffert d’une pénurie d’équipements de protection individuels (EPI) ; des centres de quarantaine ont été mis en place ; et des campagnes d’éducation et de communication ont été menées pour sensibiliser les populations aux mesures préventives essentielles.

Elle a également mis en place un programme de stations de lavage des mains dans les points de rencontre, les établissements de santé et les lieux publics. Malgré ces efforts, les risques restent élevés pour des millions de personnes dans tout le pays, en particulier pour les personnes vulnérables et vivant dans la pauvreté.

People wait socially distanced for payments from the Ehsaas Emergency Cash Programme, in Kotri, Sindh, Pakistan.
Les gens attendent, socialement distants, les paiements du programme d’aide financière d’urgence Ehsaas, à Kotri, dans le Sindh, Pakistan.
Ehsaas Emergency Cash Program, run by Poverty Alleviation and Social Safety Division, Government of Pakistan.

Un financement accru du secteur WASH est essentiel pour le rétablissement de COVID-19 et la sécurité durable du secteur WASH

Dans Equal to the task, nous soulignons la nécessité de mobiliser des augmentations substantielles de fonds pour le WASH en soutien à la réponse du gouvernement à la COVID-19 et dans le cadre d’une action accélérée pour atteindre l'ODD 6 sur l’eau et l’assainissement.

Ce changement d'approche est nécessaire non seulement pour répondre à la pandémie, qui exige un lavage des mains rigoureux et régulier au savon comme mesure préventive clé, mais aussi pour relever les défis considérables auxquels est confronté le secteur de l'eau en général. Il s'agit notamment de la disponibilité de l'eau douce, qui est menacée par la combinaison d'une forte croissance démographique, de l'urbanisation, de l'industrialisation et du changement climatique. Les rivières, les lacs, les zones humides et le delta de l'Indus sont en déclin rapide en raison des prélèvements excessifs et de la pollution généralisée, tandis que l'on constate un grave épuisement des eaux souterraines, notamment à Lahore, à Quetta et dans certaines parties du sud du Pendjab.

Le déficit de financement national pour le secteur WASH est énorme, et les progrès trop lents

Les données de l’OMS/UNICEF estiment que 126 millions de personnes au Pakistan vivent sans accès à l’eau potable, 166 millions sans installations sanitaires gérées de manière sûre, et que l’hygiène de base - un besoin critique durant la pandémie de COVID-19 en tant que première ligne de défense - n’est disponible que pour 60 % des ménages. Les progrès dans la fourniture des services essentiels d’eau, d’assainissement et d’hygiène ne sont pas assez rapides. Et les progrès réalisés - et, de même, les défis à venir - sont très différents d’une province à l’autre, comme le montre la figure 2 à la page 12 de notre rapport.

Notre analyse identifie un important déficit de financement national pour atteindre tout le monde, partout au Pakistan. Le coût total de la réalisation des objectifs 6.1 et 6.2 de l’ODD 6 dans le pays est estimé à 12,3 milliards de dollars US par an, dont 7 milliards pour les investissements en capital (nouvelles infrastructures et remplacement) et 5,3 milliards pour le fonctionnement et la maintenance. Le budget annuel total pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène n’est cependant que de 1,1 milliard de dollars (en 2017), dont 973,4 millions sont fournis par le gouvernement.

Avant la pandémie COVID-19, le gouvernement avait des plans ambitieux pour renforcer la mobilisation des ressources nationales, dans le cadre d'un programme de facilité de financement étendu convenu avec le Fonds monétaire international, qui visait à faire passer les recettes fiscales de 15 % du PIB à 20 % d'ici 2024. Nous exhortons le gouvernement à poursuivre ses efforts au cours de la prochaine décennie, afin de créer l'espace fiscal nécessaire à l'investissement dans les services de base pour tous - un défi beaucoup plus difficile, mais qui en vaut la peine.

A woman working in a nursery as part of an employment scheme within the Clean Green Pakistan campaign.
Un ouvrier travaillant dans une pépinière dans le cadre du projet de reboisement d’un milliard d’arbres à la suite du tsunami du gouvernement de Khyber Pakhtunkhwa pour lutter contre le changement climatique et la pollution.
Zofeen Ebrahim/The Third Pole

Recommandations pour des actions immédiates et durables de la part du gouvernement et de la communauté internationale

Dans notre rapport, nous recommandons de multiplier par cinq le financement public du secteur WASH - par les gouvernements fédéral et provinciaux - en mettant l’accent sur l’équité et la durabilité. Bien que cela ne soit pas suffisant pour combler entièrement le déficit de financement, cela représenterait un pas sérieux vers un niveau de financement égal à la tâche de traiter les composantes WASH essentielles de la réponse du gouvernement à la COVID-19 ; de réaliser des progrès sur l’ODD 6 ; et de contribuer aux objectifs de la campagne Clean, Green Pakistan Campaign.

La communauté internationale doit soutenir le gouvernement d'une nouvelle manière, en reconnaissant que la lutte contre la COVID-19 et la transition vers un avenir sans carbone sont des biens publics mondiaux vitaux qui justifient une augmentation substantielle du soutien financier mondial. Les prémices de cette démarche sont déjà en place : soutien du FMI au Pakistan dans le cadre de son instrument de financement rapide, allégement de la dette du G20 et nouveau programme de la Banque mondiale pour la résilience aux catastrophes et la restauration des écosystèmes. Ces mesures doivent être complétées par une annulation effective de la dette, une augmentation substantielle de l'aide et un financement climatique sous forme de dons de la part des partenaires coopérants du Pakistan.

Nos autres recommandations clés portent sur la nécessité de prendre des mesures pour remédier aux contraintes d'absorption financière, renforcer la coordination entre les institutions fédérales, provinciales et locales, et combler les lacunes en matière de compétences dans des domaines tels que la gestion financière et le fonctionnement et l'entretien.

Certaines de nos recommandations, notamment la réponse à la COVID-19, doivent être mises en œuvre de toute urgence, tandis que d’autres - telles que la réforme institutionnelle et l’amélioration du dialogue entre les principaux acteurs ainsi que des données et du suivi - nécessitent une action soutenue sur plusieurs années. Ensemble, nous pensons que ce sont les mesures minimales requises pour relever les défis dans les secteurs des ressources en eau et de l’eau et de l’assainissement au Pakistan, y compris l COVID-19, le déclin rapide des ressources en eau, les impacts du changement climatique et la garantie que chacun au Pakistan a accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène.

Lisez notre précédent rapport Equal to the task : financing for a state of emergency in Nigeria's WASH sector et le blog d'accompagnement présentant la recherche.

Raheema Panhwar est coordinatrice provinciale pour le Sindh chez WaterAid Pakistan. Elle tweete sous le nom de @rahima_panhwer. John Garrett est analyste principal des politiques pour le financement du développement à WaterAid. Il tweete sous le nom de @johngarre.