Garder les filles à l'école grâce à une meilleure santé menstruelle : aperçu du Timor oriental et de la Papouasie-Nouvelle-Guinée

6 min read
WaterAid/Tom Greenwood

Un partenariat de quatre ans entre WaterAid et Marie Stopes International (MSI) Australie avait pour objectif de renforcer la sensibilisation et l'intégration des services de santé sexuelle et reproductive, et de faciliter l'accès à l'eau, à l'assainissement et aux services d'hygiène au Timor-Leste et en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Imelda Kachua, Livia Cruz da Costa et Chelsea Huggett présentent ici les enseignements tirés.

Dans notre région du monde - en Asie et au Pacifique - nous avons l'un des taux les plus faibles en matière d'accès à l'eau, assainissement et hygiène (EAH) au niveau mondial. En Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG), par exemple, seuls 13 % de la population a accès à un niveau d'assainissement de base, et 28 % des ménages ont accès à des stations de lavage des mains avec de l'eau et du savon. Au Timor-Leste comme en Papouasie-Nouvelle-Guinée, l'enseignement scolaire ne permet pas de parler de la santé sexuelle et reproductive (SSR) et de la santé menstruelle. Ces facteurs, associés au manque d'accès aux serviettes hygiéniques et aux tabous sociaux et culturels, rendent la gestion des menstruations difficile.

Au cours des quatre dernières années, WaterAid a travaillé avec MSI Australie pour mettre en œuvre une approche holistique visant à améliorer la santé menstruelle en PNG et au Timor-Leste. Ensemble, nous voulions accroître la sensibilisation et la prise en compte de la santé sexuelle et reproductive, et faciliter l'accès aux services d'eau, d'assainissement et d'hygiène.

Dans les deux pays, nous avons aidé plus de 57 000 personnes à avoir un meilleur accès aux informations, aux installations et aux services de planification familiale WASH et SSR. Plus de 3 000 élèves ont désormais accès à des installations WASH adaptées aux filles dans les écoles, et 12 500 femmes et filles utilisent le moyen de contraception de leur choix.

Notre action en Papouasie-Nouvelle-Guinée et au Timor-Leste

(De gauche à droite) Tori, Joe et Victoria se tiennent devant les toilettes de WaterAid dans leur école du district de Rigo, dans la Province centrale, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Octobre 2018.
(De droite à gauche) Tori, Joe et Victoria se tiennent devant les toilettes de WaterAid dans leur école du district de Rigo, dans la Province centrale, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Octobre 2018.
WaterAid/Tom Greenwood

Au Timor-Leste, nous avons animé des séances d'éducation à la santé menstruelle avec des filles et des garçons, organisé des "coins jeunes" et promu un service d'assistance téléphonique en matière de santé sexuelle, installé des installations WASH dans les écoles. Nous avons également travaillé avec des femmes entrepreneurs pour fournir des serviettes hygiéniques réutilisables.

Les activités en Papouasie-Nouvelle-Guinée comprennent une série de formations pour les enseignants, l'accès aux services de santé sexuelle et reproductive dans les communautés et d'installations WASH adaptées aux filles dans les écoles, ainsi que l'élaboration de ressources pour les enseignants en vue d'une éducation sexuelle complète, que le ministère de l'éducation a ensuite adoptées.

Une évaluation indépendante mesurant l'impact du programme a révélé qu'en PNG, les enseignants ont déclaré que l'élaboration d'un programme d'éducation sexuelle complet et la formation avaient permis aux écoles de s'approvisionner en serviettes hygiéniques, d'améliorer la confiance des enseignants dans la mise en œuvre du programme multilatéral et de sensibiliser les garçons sur le sujet, les incitant à se comporter de manière plus respectueuse envers les filles qui ont leurs règles.

Au Timor-Leste, nous avons conçu des supports d'information, d'éducation et de communication sur la santé menstruelle pour les écoles et les communautés. Ces supports contiennent des informations sur le cycle menstruel, décrivent comment affronter les règles de manière efficace et hygiénique, et visent à dissiper les mythes, les tabous et à corriger les informations erronées. Les élèves qui ont participé à ces séances autour de ces supports ont démontré une meilleure connaissance de la biologie de la reproduction et ont déclaré partager les informations apprises avec d'autres.

Un représentant du gouvernement du département de la santé de PNG a déclaré :

Je pense qu'il est essentiel d'intégrer les thèmes de la santé sexuelle et reproductive, du planning familial et de la santé menstruelle. Cette expérience nous a ouvert les yeux et nous a permis de briser certains tabous. Lorsque nous parlons de santé sexuelle en classe, nous pouvons voir les élèves s'ouvrir, comprendre le problème et se respecter mutuellement, contrairement à ce qui se passait avant le projet.

Ce que nous avons appris

Travailler avec un acteur de la santé sexuelle et reproductive nous a permis d'avoir un impact plus important, car les services essentiels d'eau, d'assainissement et d'hygiène sexuelle et reproductive ont été fournis dans les écoles et les communautés dans le cadre d'une approche globale ; les élèves ont non seulement bénéficié d'un meilleur accès aux services d'eau, d'assainissement et d'hygiène sexuelle et reproductive, mais ils ont également appris à mieux connaître leur corps, leur sexualité et les services liés à la santé sexuelle et reproductive. Le développement de matériel éducatif en collaboration avec le gouvernement permet de garantir l'appropriation locale et l'utilisation de matériel adapté au contexte.

Si nous devions changé quelque chose la prochaine fois, ce serait de proposer davantage de cours d'éducation sur la santé sexuelle, reproductive et menstruelle à la communauté au sens large – et pas seulement aux filles et aux garçons dans les écoles. L'évaluation a révélé que le fait d'atteindre les personnes influentes dans la vie des jeunes – telles que les mères, les pères, les grands-mères, les tantes ou les grandes sœurs – aurait permis de soutenir encore plus les efforts d'éducation en matière de santé menstruelle.

En tant que professionnels de la santé menstruelle sur le terrain et au niveau régional, voici nos quatre conseils pour travailler sur la santé menstruelle dans n'importe quelle situation :

  1. Les solutions en matière de santé menstruelle doivent être aussi holistiques que possible. Essayez de nouveaux partenariats périodiques innovants, tenez compte des acteurs de la santé sexuelle et reproductive mais aussi des acteurs des droits comme les groupes de défense des femmes ou les APD.
  2. Les solutions holistiques en matière de santé menstruelle nécessitent un investissement accru pour être efficaces. Les partenariats qui réunissent des compétences techniques, comme WASH et SRH, nécessitent un investissement plus important qu'une approche unique de la santé menstruelle. Le financement doit fournir des ressources adéquates au partenariat pour soutenir l'apprentissage et la pratique réflexive, et tester les approches techniques combinées.
  3. Développer, piloter et documenter des indicateurs de santé menstruelle par le biais de projets. C'est un point que nous aurions pu renforcer dans notre projet et qui est sous-estimé dans la pratique à l'échelle mondiale.
  4. Instaurer la collaboration avec les ministères dans votre stratégie. Nos projets pilotes sont devenus plus durables en travaillant avec les ministères de l'éducation et de la santé.

WaterAid a récemment codirigé l'élaboration d' une nouvelle définition de la santé menstruelle de concert avec les membres du Global Menstrual Collective qui définit les conditions requises pour tendre à une santé menstruelle efficace et peut être utilisée pour soutenir toutes les recommandations ci-dessus.

Le thème de la Journée de l'hygiène menstruelle de cette année – intensifier l'action et l'investissement dans la santé et l'hygiène menstruelles aujourd'hui – arrive à un moment critique. WaterAid et d'autres acteurs ont travaillé dur pour rassembler davantage de preuves montrant ce qui fonctionne en matière de santé menstruelle. Ce dont nous avons besoin maintenant, c'est d'un engagement et d'un investissement accrus pour mettre en œuvre des programmes efficaces. Pour faire écho aux voix de milliers de femmes, de filles et d'individus qui ont leurs règles dans le monde entier, et aux personnes qui les soutiennent : il est temps d'agir.

Imelda Kachua est responsable des programmes pour WaterAid Papouasie-Nouvelle-Guinée, Livia Cruz da Costa est responsable de l'efficacité des programmes à WaterAid Timor-Leste, et Chelsea Huggett est responsable technique de l'égalité et des droits pour WaterAid Australie.

Pour en savoir plus

Image du haut : (de gauche à droite) les amies Bonni, Jemima et Chanel sont assises ensemble devant leur école dans le district de Rigo, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Octobre 2018.