Impliquer le secteur privé dans les services d’eau en milieu rural : les enseignements du village de Sangara, en Tanzanie

on
12 August 2019
Children from a primary school in Sangara Village collect water for free from one of the existing handpumps.
Credit Docta Ulimwengu.

Deux des plus grands défis pour les services d’eau en milieu rural - inextricablement liés - sont la pérennité et le financement. Priya Sippy, Emma Williams et Severine Allute décrivent comment WaterAid Tanzanie a travaillé avec le gouvernement local et des partenaires privés pour piloter avec succès une technologie, un modèle de gestion et un plan de financement afin de surmonter ces défis dans la région de Manyara.

En Tanzania, l’accès à l’eau dans les zones rurales est d’environ 65 %. L’objectif du programme de développement du secteur de l’eau (WSDP II), par l’intermédiaire du ministère de l’eau et de l’irrigation, est de couvrir 85 % des besoins en eau d’ici 2021. La date butoir n’est pas loin, et les services d’eau ruraux sont confrontés à plusieurs défis clés qui ralentissent les progrès. 


La pérennité et le financement sont des défis majeurs

L’un des principaux défis auxquels le secteur est confronté est la pérennité. Les données du ministère de l’eau et de l’irrigation montrent qu’environ 35 % des points d’eau dans les zones rurales ne fonctionnent plus. L’argent est donc investi dans des projets de réparation plutôt que dans l’extension des systèmes d’eau. Et, alors que les points d’eau ne fonctionnent pas, les communautés sont obligées de compter sur des sources d’eau dangereuses, souvent situées à plusieurs kilomètres de distance. Un autre défi à relever pour atteindre les objectifs de la deuxième phase du programme de développement du secteur de l’eau et de l’assainissement (WSDP II) est celui des ressources : il existe un important déficit de financement pour les projets liés à l’eau.

Pilotage de nouvelles technologies, de modèles de gestion et de programmes de financement

WaterAid Tanzanie s’efforce de piloter de nouvelles technologies, de nouveaux modèles de gestion et de nouveaux programmes de financement pour répondre à certains des défis du secteur. En 2018, nous avons entamé un partenariat avec Habitat for Humanity, eWATERpay LTD, Babati District Council et Unit Trust of Tanzania Microfinance Institution (UTT-MFI), pour mettre en œuvre un projet dans le village de Sangara, Babati, région de Manyara. Le projet visait à améliorer l’accès à l’eau potable, en pilotant un modèle de financement alternatif, en collaboration avec le secteur privé. Le projet a également utilisé plusieurs autres innovations qui soutiennent le modèle de financement et garantissent la durabilité des services d’eau.

Les principales innovations comprennent :

- Le système de pompage solaire
- Les compteurs prépayés via eWATERpay Ltd
- Un modèle de prêt au village via la société de microfinance UTT

Community member Asha Kimoro uses her eWater token to collect water from a new distribution point, which is part of the WaterAid project. Sangara Village, Tanzania.
Docta Ulimwengu
Asha Kimoro, membre de la communauté, utilise son jeton eWater pour collecter l’eau d’un nouveau point de distribution, qui fait partie du projet WaterAid. Village de Sangara, Tanzanie.

Avant, 2 000 personnes se partageaient six pompes

Avant le projet, la couverture en eau du village de Sangara était inférieure à 20 %, ce qui est nettement inférieur à la moyenne nationale de 85 %. Environ 2 000 personnes se partageaient six pompes manuelles, qui pompaient l’eau d’un puits peu profond. Ces points d’eau faisaient partie d’un projet de WaterAid Tanzanie datant d’il y a plus de 15 ans. Les membres de la communauté devaient parcourir de longues distances (jusqu’à 5 km) à travers ce village tentaculaire et vallonné pour aller chercher de l’eau, mais ils devaient souvent faire la queue. La collecte de l’eau pouvait prendre jusqu’à trois heures, laissant peu de temps aux gens pour s’acquitter de leurs responsabilités dans l’agriculture ou à la maison.

Les membres de la communauté utilisaient gratuitement l’eau des pompes manuelles, ce qui signifiait qu’il y avait peu d’argent pour faire fonctionner le système et pas d’argent pour augmenter le nombre de points d’eau.

Pompage solaire, compteurs de paiement et prêts de micro financement

Notre projet a construit un nouveau puits dans le village, d’une profondeur de 120 mètres. Depuis le trou de forage, l’eau est pompée par la technologie solaire vers un réservoir de 100 000 litres. La technologie solaire est plus rentable que les systèmes de pompage au diesel, car elle nécessite très peu d’entretien et offre une durée de vie d’environ 50 ans. L’eau du réservoir s’écoule vers six nouveaux points d’eau dans le village via un système gravitaire.

Chacun des six points d’eau est équipé d’un compteur prépayé eWATER, qui fait payer aux membres de la communauté 30 tshs par seau de 20 litres. Le système garantit la sécurité des payements des usagers de l’eau, car ceux-ci sont versés sur un compte bancaire en ligne appartenant à la Community Owned Water Supply Organisation (COWSO).

Comme moyen innovant de financer le projet, la communauté a accepté de recevoir une partie du financement d’Habitat pour l’humanité sous forme de prêt, facilité par l’institution de microfinance UTT-MFI. Nous avons fait appel à UTT-MFI et les avons incités à rejoindre ce projet et à comprendre les possibilités commerciales d’investissement dans les services d’eau. Le coût de l’infrastructure est de 210 000 000 tshs, dont 50 % sont une subvention et 50 % un prêt de l’UTT-MFI. Le modèle de prêt est basé sur un mécanisme de fonds renouvelable, selon lequel les recettes collectées par les utilisateurs payants seront réinvesties dans la même communauté jusqu’à ce que la couverture totale soit atteinte.

Les programmes ont amélioré la vie quotidienne, les attitudes et la pérennité

Si l’amélioration de l’accès à l’eau a d’abord et avant tout amélioré la vie des membres de la communauté, l’une des principales réalisations du projet a été de changer les attitudes à l’égard du paiement de l’eau et de piloter le programme de prêts. Nous prévoyons maintenant de relier l’ancien projet WaterAid, où l’eau était auparavant puisée gratuitement, au nouveau, en modernisant toutes les pompes manuelles existantes pour les adapter au système de prépaiement. Cela permettra d’augmenter les fonds disponibles pour l’entretien et l’extension du système.

L’une des principales leçons qui ressort de notre projet est l’importance de l’engagement communautaire. Lorsque les communautés sont habituées à obtenir de l’eau gratuitement, il faut beaucoup d’engagement pour changer les attitudes, mais sans la participation de la communauté, le projet ne peut pas réussir.

Bien que la réponse initiale ait été négative, après avoir aidé la communauté à comprendre pourquoi il était important de payer pour l’eau et où l’argent irait, les mentalités ont commencé à changer. Les dirigeants du village ont travaillé en étroite collaboration avec les membres de la communauté pour décider d’un prix abordable pour l’eau.

Le projet a rassemblé des partenaires de différents secteurs pour tester un modèle visant à améliorer la pérennité des services d’eau en milieu rural, montrant que le secteur privé peut être un acteur clé pour aider le gouvernement à fournir ces services. Il a démontré que, lorsqu’elles sont correctement engagées, les communautés sont heureuses de payer pour l’eau, et que le modèle de paiement peut permettre d’accroître la pérennité et la portée.

Nous continuons à travailler avec le conseil du district de Babati pour l’encourager à rechercher différentes options de financement pour les projets d’eau. Et nous cherchons à étendre le réseau d’eau à Sangara Juu, une zone du village qui n’est pas encore atteinte.

Priya Sippy est responsable de la communication et des campagnes et Severine Allute est responsable des politiques à WaterAid Tanzanie. Emma Williams est volontaire en communication à WaterAid UK.

En savoir plus sur nos projets à Babati >