Journée mondiale de la sécurité des patients : pour ne pas nuire, il faut révolutionner les soins de santé

6 min read
WaterAid/ Basile Ouedraogo

Une eau propre, des installations sanitaires décentes et une bonne hygiène sont essentielles à la qualité des soins de santé. Pourtant, une personne sur quatre n’a pas accès à l’eau potable, une sur cinq n’a pas accès à des installations sanitaires de base et près de la moitié ne dispose pas de point de lavage des mains là où c’est nécessaire. À l’occasion de la première Journée mondiale de la sécurité des patients, Leah Richardson et Alison Macintyre soulignent la nécessité de donner suite à la résolution de l’Assemblée mondiale de la santé sur les établissements de santé.

Ne pas faire de mal. Cela semble simple. Le concept, tel qu’il est utilisé dans les soins médicaux, est également ancien : « primum non nocere », en latin, fait partie du serment d’Hippocrate que les étudiants en médecine prêtent lorsqu’ils se lancent dans leur carrière médicale. Alors pourquoi, en 2019, célébrons-nous la première Journée mondiale de la sécurité des patients?

On pourrait espérer que ce soit une célébration pour marquer les progrès accomplis dans la réalisation de ce serment d’Hippocrate fondamental ; une journée pour reconnaître les progrès réalisés par la communauté mondiale de la santé afin que toute personne ayant accès à des soins médicaux reçoive le traitement dont elle a besoin en toute sécurité, sans craindre de conséquences négatives.

Malheureusement, ce n’est pas le cas. Alors que des progrès ont été signalés en matière de sécurité des patients ces dernières années, la Journée mondiale de la sécurité des patients en 2019 n’est pas une célébration ; c’est un signal d’alarme. Pour WaterAid, il s'agit d’une journée pour appeler à une révolution dans les soins de santé - une révolution qui doit commencer par l’eau, l’assainissement et l’hygiène (WASH).

Le WASH est essentiel mais fait gravement défaut dans les centres de soins

Depuis que le serment d’Hippocrate existe, la compréhension de la nécessité de l’eau pour préserver la santé humaine est aussi fondamentale. Cependant, la vitesse à laquelle les progrès médicaux ont été réalisés à cette époque dépasse de loin le rythme auquel l’accès à l’eau et à l’assainissement de base a été réalisé. Cette année, l’OMS et l’UNICEF ont publié la première évaluation de base sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène dans les établissements de santé pour suivre les progrès réalisés dans le cadre des objectifs de développement durable . Cette évaluation a révélé qu’un établissement de santé sur quatre dans le monde ne dispose pas de services d’eau de base. Un établissement sur cinq ne dispose pas de services d’assainissement de base et près de la moitié ne dispose pas de points d’hygiène des mains sur le lieu des traitements.

Ces statistiques nous disent que nous avons échoué, nous faisons du mal. Nous faisons du mal lorsque le personnel de santé n’est pas en mesure d’assurer la sécurité de ses patients et d’empêcher la propagation des maladies parce que les infrastructures de base pour se laver les mains ne sont pas là. Ce risque de propagation des infections signifie également la propagation de la résistance aux antimicrobiens, ce qui a pour conséquence que les patients restent plus longtemps à l’hôpital, ont besoin de plus de traitements et courent un risque plus élevé de mourir.

Nous avons compris - il est choquant de penser qu’un quart des hôpitaux et des centres de santé du monde entier ne disposent pas d’un approvisionnement en eau fonctionnel sur place. Comment avons-nous pu nous tromper à ce point ? Par où commencer pour changer ? Heureusement, bien que les données soient nouvelles, les solutions ne le sont pas.

Le WASH dans les établissements de santé réduit le risque d’infection et de propagation des superbactéries

En mai, les pays de l’Assemblée mondiale de la santé ont adopté à l’unanimité une résolution sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène dans les établissements de soins dans le cadre de la sécurité des patients. Il stipule que « la fourniture d’eau potable, de services d’assainissement et d’hygiène est fondamentale pour la sécurité des patients et qu’il a été démontré qu’elle réduit le risque d’infection pour les patients, les soignants et les travailleurs de la santé ».

La résolution a également établi des liens directs avec le plan d’action mondial sur la résistance aux antimicrobiens. Ce plan souligne que le WASH peut non seulement améliorer la sécurité des patients au moment où ils se font soigner, mais qu’il a également des répercussions à plus long terme. Si le programme WASH et la prévention et le contrôle des infections sont maintenus dans les établissements de santé, les infections diminuent globalement, réduisant le besoin d’antibiotiques, ce qui à son tour freine la résistance aux antimicrobiens. Cela aura des avantages sanitaires et économiques durables pour les populations du monde entier.

Grace Nabenga Lufu, 31 ans, infirmière, ravie que la salle de travail du dispensaire de Kakora soit reliée à l’eau du robinet et qu’elle puisse se laver les mains quand elle le souhaite, Dispensaire de Kakora, district de Nyanghwale, Tanzanie, juin 2018.
Grace Nabenga Lufu, 31 ans, infirmière, est très heureuse que la salle de travail du dispensaire de Kakora soit reliée à l’eau du robinet et qu’elle puisse se laver les mains quand elle le souhaite, dispensaire de Kakora, Nyanghwale
WaterAid/ James Kiyimba

Nous avons des solutions ; il nous faut maintenant une volonté politique

La semaine dernière, l’OMS et l’UNICEF ont organisé une manifestation mondiale sur le thème de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène dans les établissements de soins qui a rassemblé pays et partenaires afin de partager les progrès réalisés et de prendre des engagements pour donner le coup d’envoi de la révolution tant attendue. La réunion a vu les gouvernements prendre des engagements ambitieux et les partenaires partager leurs expériences techniques sur ce qui fonctionne. Nous avons des solutions ; nous savons ce que nous devons faire. Ce qu’il faut maintenant, c’est une volonté politique au plus haut niveau, un financement pour modifier durablement les systèmes de santé afin de prendre en charge les installations WASH, et l’engagement de tous, y compris des responsables de la sécurité des patients et des personnes chargées de la mise en œuvre, pour susciter le changement.

La Journée mondiale de la sécurité des patients est l’occasion idéale pour nous mobiliser autour de la résolution de l’Assemblée mondiale de la santé. Il s’agit de la première campagne de l’OMS visant à sensibiliser à la sécurité des patients et, à ce titre, elle devrait commencer par l’essentiel. La résolution est un début et non une fin. Cette journée devrait nous inciter à passer de la résolution à la révolution. Les principes de base ont été négligés pendant trop longtemps et, si nous ne les appliquons pas correctement, nous compromettrons d’autres efforts visant à garantir la sécurité des soins. Si nous ne les appliquons pas correctement, nous ne pourrons jamais être à la hauteur du concept de ne pas faire de mal.

Alison Macintyre est responsable technique de la santé à WaterAid Australie @al_macintyre et Leah Richardson est conseiller en matière d’eau, d’assainissement et de santé à WaterAid Suède.


À propos de la Journée mondiale de la sécurité des patients

En mai 2019, l’OMS a instauré une Journée mondiale de la sécurité des patients afin de sensibiliser le monde à la sécurité des patients dans les soins de santé. La première Journée mondiale de la sécurité des patients aura lieu le 17 septembre 2019.

Consultez également l’appel de The Lancet à mettre en place les bases nécessaires pour garantir la sécurité des patients.