Journées européennes du développement 2016 : l'UE à la tête des dons dans le secteur de l'eau et de l'assainissement

3 min read

Saviez-vous que plus de 50 % de l'aide au développement dans le monde provient de l'UE et de ses États membres ? Et que l'UE est collectivement le plus grand bailleur de fonds dans le secteur de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène ?

Des experts de la nutrition, de l'eau et de l'assainissement se sont réunis lors de la 10e édition des Journées européennes du développement pour discuter des moyens de mieux travailler ensemble.

L'énorme contribution financière de l'UE au développement international et au secteur de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (EAH) explique pourquoi, en juin, une délégation de WaterAid s'est rendue à Bruxelles à l'occasion de la 10e édition des Journées européennes du développement (JED). Organisées par la Commission européenne, les JED sont le principal forum européen consacrées au développement. 

Près de 6 000 personnes venues de plus de 154 pays se sont rassemblées, dont des invités de marque tels que le secrétaire général des Nations unies Ban-Ki Moon, le président Bibi Ameenah Firdaus Gurib-Fakim de l'île Maurice, le premier ministre Hailemariam Desalegn Boshe d'Éthiopie et le premier ministre Tuilaepa Lupesoliai Sailele Malielegaoi de Samoa.

Zoom sur l'Agenda

À l'occasion de son 10e anniversaire, la conférence s'est concentrée sur le « Programme 2030 pour le développement durable », ce qui fait d'elle la première grande conférence consacrée à cette question depuis la signature des objectifs de développement durable (ODD) à l'ONU en septembre 2015.

Outre ce thème général, la Commission européenne sélectionne chaque année un certain nombre de sujets thématiques pour la conférence, afin d'aider à encadrer les activités. Cette année, le thème des "interfaces eau-énergie-alimentation" était l'un de ces sujets, offrant ainsi à WaterAid une réelle opportunité de faire entendre sa voix et de discuter de la nature interdépendante de l'ODD6. 

Sous la pluie de Bruxelles, nous avons passé la journée de mercredi à nous mêler aux experts en développement, à écouter les dirigeants mondiaux exposer leurs plans pour l'Agenda 2030 et à entrer en relation avec d'autres acteurs du secteur. Le jeudi, nous avons participé à notre propre session : « Toilets for Nutrition. » 

WASH et dénutrition

50 % de la dénutrition est causée par une eau insalubre, à un assainissement inadéquat et à une mauvaise hygiène. Pourtant, pendant trop longtemps, ce lien vital a été négligé et le travail sur l'eau, l'assainissement et l'hygiène (WASH) et la nutrition a été réalisé en vase clos. Notre session « Toilets for Nutrition » s'est concentrée sur la nécessité d'améliorer la coordination et l'intégration entre WASH et la nutrition afin que nous puissions travailler efficacement ensemble pour réduire la dénutrition. 

Aux côtés de WaterAid, qui représentait également le consortium SHARE, la session comprenait des présentations de SUN (le mouvement Scaling Up Nutrition), d'ACF (Action Contre La Faim) et de la Commission européenne, qui ont tous fait front commun en appelant à une action conjointe accrue. Une discussion engagée avec le public a suivi, et il s'est avéré que de nombreux fonctionnaires de la Commission européenne étaient présents dans la foule. Des conversations utiles ont eu lieu et des plans ont été élaborés, suivis d'interviews filmées de nos panélistes pour Capacity4Dev, la plateforme de partage des connaissances de la Commission européenne.

Nous avons également profité de l'occasion pour présenter en avant-première à la foule la toute nouvelle animation Healthy Start de WaterAid, qui a été très bien accueillie – si vous vous êtes déjà posé des questions sur la relation entre WASH et la dénutrition, je vous recommande sérieusement de regarder cette vidéo d'une minute sur voir !

Un goût pour la nutrition

J'ai quitté la conférence pleine d'énergie et optimiste face à l'envie réelle de mieux travailler ensemble dans les secteurs de l'eau, de l'assainissement et de la nutrition. Cependant, la partie difficile commence maintenant ; les pourparlers ont eu lieu mais l'action doit maintenant suivre, ce qui nécessitera un changement dans la façon dont nous travaillons tous.

Je crois sincèrement que, grâce à une collaboration accrue dans les domaines de l'eau, de l'assainissement et de la nutrition, et avec l'appui de partenaires de développement influents tels que la Commission européenne, nous pouvons réduire l'énorme fardeau de la dénutrition et l'emprise qu'elle exerce sur le bien-être et la prospérité de tant de personnes. 

Découvrez la réponse de WaterAid au sujet du résultat du référendum britannique sur l'UE en juin. >