L'approche de WaterAid en matière d'utilisation éthique de l'image

6 min read
Miniature

À WaterAid, nous prenons au sérieux notre responsabilité de préserver la dignité des personnes avec lesquelles nous travaillons en utilisant respectueusement leur image. Nous sommes conscients des conséquences négatives d'une représentation inéquitable, et nous nous efforçons donc d'adopter une approche progressive et fondée sur les droits. Laura Summerton, responsable de la photographie à WaterAid UK, se penche sur les défis à relever et présente notre politique d'image éthique actualisée.

L'utilisation appropriée de l'imagerie dans les communications fait l'objet d'un débat constant au sein et autour du secteur caritatif. Récemment, les élèves d'une école primaire de Croydon ont demandé pourquoi les organisations caritatives, dont WaterAid, utilisent des images émouvantes d'enfants, et si cela compromet les droits de ces enfants.

L'une des principales questions auxquelles notre équipe de communication est confrontée aujourd'hui est de savoir comment présenter de manière sensible et équitable les besoins auxquels nous cherchons à répondre. Bien que nous sachions que montrer des images émouvantes des communautés avant l'intervention aide à collecter des fonds, la question est de savoir si ces représentations permettent de comprendre le contexte global à long terme. De plus en plus, nous nous efforçons de donner une perspective équilibrée, dans le but que nos images relient les communautés de différentes parties du monde plutôt que de contribuer aux stéréotypes de communautés entières, de nations ou même de continents.

Ne plus jouer sur la corde sensible ?

WaterAid fait partie d'un mouvement grandissant parmi les ONG, les médias, les photographes et les réalisateurs de films pour s'éloigner de l'utilisation d'une imagerie « basée sur les besoins » dans les communications sur le développement et l'aide.

Nous cherchons des moyens de donner, dans l'idéal, une image plus complète et plus arrondie des lieux dans lesquels nous travaillons. Oui, les communautés sont confrontées à des problèmes et nous devons le souligner, mais nous devons aussi montrer les personnes en tant qu'individus, avec toutes les nuances que nous apportons.

Nous voulons raconter des histoires qui incluent des essais et des erreurs, des échecs comme des succès et, surtout, des histoires de différents types de parties prenantes qui travaillent pour améliorer l'accès à l'EAH dans les foyers, les communautés et les pays. Nous avons exploré, et continuons à explorer, un large éventail de moyens pour raconter une histoire plus complexe et plus convaincante.

Cela signifie-t-il que nous et les autres ONG devrions simplement cesser d'utiliser des images qui montrent les besoins des personnes que nous essayons d'aider ? Bien sûr, ce n'est pas aussi simple. Des images honnêtes, appropriées et basées sur les besoins continuent à avoir un rôle à jouer. Sans montrer quel est le problème, il peut être difficile de décrire ce que nous voulons voir changer.

Chez WaterAid, nous voulons montrer les problèmes auxquels les personnes sont confrontées pour accéder à un système d'EAH adéquat, afin de montrer ce qui doit changer, tout en respectant leurs droits, ce qui peut être un exercice d'équilibre. Pour nous assurer que nous respectons ces droits, nous appliquons une politique d'image éthique à notre travail.

Notre Politique d'image éthique est un code de pratique pour toute personne de WaterAid engagée dans la collecte ou la reproduction de photos. Élaborée à partir de consultations au sein de l'organisation et d'une compréhension des meilleures pratiques des ONG, la politique inclut des questions telles que :

  • Exactitude – comment garantir la véracité de nos films et photos
  • Longévité – pendant combien de temps nous devrions conserver et utiliser les images
  • Intégrité – comment produire des photographies respectueuses, éviter les stéréotypes et garantir la confidentialité
  • Modifications – ce qui est et n'est pas autorisé en post-production
  • Protection de l'enfance – comment s'assurer que les enfants figurant sur nos photographies sont à l'abri du danger
  • Équité et non-discrimination – garantir que notre pratique photographique inclut tout le monde, même les plus marginalisés.

S'assurer que le consentement est compris

Au cœur de cette politique se trouve le consentement éclairé. Lorsque nous prenons des photos sur le terrain, nous passons beaucoup de temps à expliquer aux personnes pourquoi nous voulons les photographier, comment nos communications sont utilisées et ce que cela signifie pour eux. Nous expliquons clairement qu'une photographie peut être utilisée dans le monde entier, à la fois sur papier et en ligne, et que nous pouvons partager ces photographies avec nos partenaires.

Mais, et c'est un gros « mais », nous insistons également sur le fait que personne n'est obligé d'accepter d'être pris en photo. Nous voulons que la personne concernée sache qu'il n'y a aucune répercussion à dire « non », et si quelqu'un ne veut pas que sa photo soit prise, alors nous ne la prenons pas, c'est aussi simple que cela.

Il existe quelques moyens de faciliter le processus d'explication de nos intentions et d'obtention du consentement éclairé. Tout d'abord, nous emportons sur le terrain des exemplaires des publications de WaterAid, comme Oasis, afin que les personnes puissent les consulter.

Deuxièmement, nous partageons le processus de prise de vue avec le sujet, en lui montrant les photos sur l'écran LCD de l'appareil et en lui expliquant que nous n'utiliserons que les meilleurs clichés. Troisièmement, lorsque nous pensons que la personne a bien compris ce qu'elle accepte, nous lui demandons de signer un formulaire de consentement, ou de donner son consentement verbal si elle est filmée.

Enfin, et c'est l'une des choses que je préfère faire, nous prenons une photo que la personne gardera. Nous prenons un appareil photo instantané avec nous et demandons au sujet comment il aimerait être photographié, avec parfois des résultats surprenants ! Laisser une personne avec une photo d'elle-même ou de sa famille est une belle façon de terminer une séance photos.

Un autre aspect de l'approche de WaterAid en matière de photographie éthique est que, dans la mesure du possible, nous utilisons des photographes locaux ou des photographes qui ont passé beaucoup de temps dans un pays donné. Les connaissances locales ainsi acquises peuvent être inestimables, qu'il s'agisse de conseils sur le protocole à suivre pour rencontrer un chef local ou simplement de quelqu'un capable de dire « sourire » dans cinq langues locales.

Deuxièmement, en 2012, nous avons lancé les Voix du terrain, un programme conçu pour embaucher et former des personnes locales qui travailleront pour WaterAid en tant que collecteurs de photos, de films et d'histoires sur le terrain. Ce programme a connu un succès croissant et est désormais mis en œuvre dans neuf de nos programmes pays. Le plus grand avantage de Voix du terrain est qu'il nous permet d'avoir une voix locale. L'un de nos responsables de Voix du terrain, Ernest Randriarimalala, originaire de Madagascar, a grandi sans accès à l'eau potable. Il dit que c'est cette expérience et le fait de voir à quel point la situation est mauvaise dans d'autres régions de Madagascar qui lui ont donné « une bonne compréhension du problème et la motivation d'aider ».

James donne des copies de ses photos à Lillian et Helen en Ouganda.
Voix de l’agent de terrain James Kiyimba partageant des photos à Namalu, Ouganda.
WaterAid

L'apprentissage en continu

Pour l'avenir, nous explorons de nouveaux moyens d'ancrer continuellement notre photographie dans un code de pratique où le respect, la redevabilité et l'intégrité sont garantis. Cela comprend différents projets de photographie participative avec des enfants et des jeunes adultes au Pakistan et au Népal, dans le cadre desquels nous apprenons aux participants à utiliser un appareil photo afin d'exprimer un problème qui les touche, ainsi qu'un programme de formation dans toute l'organisation pour que chaque employé se sente armé du savoir-faire technique et éthique pour prendre de bonnes photos.

Prizma à gauche, donnant aux participants de l’atelier des conseils de manipulation de l’appareil photo. Sirthauli, Sindhuli, Népal, avril 2016
Les élèves de Sindhuli Nepal apprenant à raconter des histoires en utilisant la photographie, puis mettant en pratique leurs nouvelles compétences.
WaterAid/Mani Karmacharya

Avec plus de 700 employés à travers le monde, les points de vue au sein de notre organisation concernant les approches éthiques de l'imagerie peuvent varier, et nous ne sommes pas toujours dans le vrai. Mais nous devons continuer à réfléchir aux nouvelles tendances en matière de pratiques photographiques éthiques, à remettre en question les manières traditionnelles de faire les choses et à explorer des approches innovantes de narration et de représentation.