Lavage des mains et hygiène : mesurer le changement des comportements

3 min read
Thumbnail
WaterAid/ Anil Cherukupalli

Le lavage des mains au savon est une intervention de santé publique très rentable. Toutefois, nous ne savons toujours pas comment parvenir à changer les comportements et la question du contrôle de l'efficacité de cette pratique reste encore sans réponse. Om Prasad Gautam, responsable du soutien technique chez WaterAid, revient sur ce problème.

Chez WaterAid, nous mettons en œuvre des programmes d'hygiène depuis 1995 et, comme dans tout notre travail en matière d'EAH, le changement des comportements joue un rôle central. 

Nous savons que l'hygiène est l'une des interventions en matière de santé publique les plus rentables grâce à laquelle nous pouvons maximiser les bénéfices, en sauvant des millions de vies chaque année. Une programmation efficace de l'hygiène à grande échelle est essentielle pour améliorer les comportements : prévenir les maladies, rester en bonne santé et tirer tous les bénéfices des programmes d'eau et d'assainissement. 

Le changement des comportements est également essentiel pour créer des services pérennes et maximiser l'impact sur la santé publique de notre investissement dans l'eau et l'assainissement. Sans changement des comportements en matière d'hygiène, les toilettes risquent de ne pas être utilisées, l'eau peut encore être contaminée, les aliments continueront d'être pollués et la dignité sera compromise. 

Mais, malgré cette prise de conscience, nous n'avons pas encore réussi à résoudre tous les problèmes dans le domaine du changement des comportements en matière d'hygiène. 

L'une des interventions en matière de santé publique les plus rentables

Changer le comportement des populations est une entreprise complexe ; il est désormais largement admis que la sensibilisation à l'importance de l'hygiène ne suffit pas à elle seule à modifier et à pérenniser les comportements.

Une élève d'une école primaire se lave les mains avant un repas à un point d'eau installé avec le soutien de WaterAid. Karnataka, en Inde.

La démonstration de bonnes pratiques d'hygiène dans le cadre de la routine quotidienne et le maintien de ce comportement, nécessitent de l'innovation, de la créativité et des approches inédites.

Cela est particulièrement vrai pour le lavage des mains, qui est reconnu comme l'une des interventions en matière de santé publique les plus rentables.

Le simple fait de se laver les mains avec de l'eau et du savon après être allé aux toilettes, avant de manger ou de se nourrir, et avant de préparer des aliments, permet de se protéger contre des maladies potentiellement mortelles.

Le lavage des mains pourrait à lui seul réduire de près de moitié le risque de diarrhée et d'un tiers celui de pneumonie, sauvant ainsi la vie de centaines d'enfants chaque jour. C'est pourquoi il est essentiel d'attirer l'attention des politiques sur la nécessité d'un programme spécifique de lavage des mains.

Les défis de la mesure des résultats comportementaux

En ce qui concerne la mesure des résultats comportementaux associés à une bonne hygiène, diverses méthodes ont été testées.

L'évaluation des comportements en matière d'hygiène nécessite des indicateurs simples, fiables et mesurables et des approches qui minimisent les biais. Les comportements peuvent être observés directement, ou mesurés à l'aide d'indicateurs indirects, de comportements déclarés ou d'une évaluation des connaissances. 

L'évaluation par les comportements observés est souvent la référence, mais elle est coûteuse, pas toujours facile et parfois impossible à réaliser. Par conséquent, des indicateurs indirects ont été utilisés pour vérifier si les comportements ont eu lieu et si les programmes sont efficaces. 

Dans cette optique, nous devons définir un ensemble approprié d'indicateurs à mesurer, suivre et évaluer au départ, pendant la mise en œuvre du programme et lors du suivi, afin de pouvoir utiliser plusieurs méthodes et outils pour suivre et mesurer les résultats comportementaux et l'effet du programme de changement des comportements.

Un problème véritablement mondial

L'hygiène est une question véritablement mondiale et certainement pas une question qui a été « traitée » dans les pays à revenu élevé, moyen et faible. 

L'Objectif 6 récemment adopté (sur les 17 Objectifs mondiaux) vise l'hygiène, ce qui est très bien. Cependant, il reste encore du travail à faire dans la constitution de ces objectifs pour s'assurer que le monde réalise leur potentiel, avec des décisions à prendre sur la façon dont le monde mesure ses progrès ; un indicateur dédié et un cadre de mesure sont nécessaires pour rendre tous les États et autres acteurs responsables de la réalisation des objectifs.

Des indicateurs d'hygiène permettraient de démontrer réellement si nous concentrons nos efforts sur des interventions en matière de santé publique rentables. Partant de ce principe, il est essentiel d'inclure l'hygiène dans les indicateurs mondiaux et de s'assurer qu'il existe des outils et des méthodes permettant de mesurer son succès.