Le Népal après le tremblement de terre : reconstruire les installations WASH, reconstruire une nation

5 min read
Thumbnail

Neuf mois après le premier des deux tremblements de terre dévastateurs qui ont frappé le Népal, Pragya Lamsal, chargée de communication à WaterAid Népal, évalue les progrès des installations WASH en cours de reconstruction dans les zones touchées et explique pourquoi il s'agit d'une occasion importante de « reconstruire en mieux ».

Le 25 avril 2015, un séisme de magnitude 7,8 a secoué le Népal. Le tremblement de terre et une série de répliques ont porté un coup sévère, causant d'importants dommages aux infrastructures et entraînant de nombreux décès. 35 des districts du pays ont été touchés, dont 14 grièvement. 498 852 maisons ont été classées comme entièrement effondrées ou endommagées sans possibilité de réparation, et 256 697 ont été partiellement abîmées. Environ 9 000 personnes ont perdu la vie et plus de 22 000 blessés ont été recensés.

Le séisme et WASH
 

La grande majorité des 11 288 systèmes d'approvisionnement en eau des districts gravement touchés du Népal sont alimentés par la gravité, à partir de sources ou de ruisseaux. Environ 1 570 systèmes ont été totalement endommagés, et 3 663 autres ont subi des dommages partiels et doivent encore être réparés. Le tremblement de terre a également détruit plus de 180 000 toilettes privées, selon les estimations, et endommagé plus de 4 416 toilettes d'écoles.

Selon le rapport d'évaluation des besoins post-catastrophe, la valeur totale nette des dommages et des changements dans les flux économiques du secteur de l'eau et de l'assainissement est estimée à 11,4 milliards de NPR aux prix d'avant la catastrophe. Sur ce montant, les dommages aux infrastructures et aux biens matériels sont estimés à 10,5 milliards de NPR. Le montant total nécessaire à la relance et à la reconstruction, selon le principe du « mieux reconstruire », est estimé à 18,1 milliards de NPR.

La reconstruction officielle commence
 

En raison de tensions politiques et de retards parlementaires, il a fallu huit mois au gouvernement pour approuver un projet de loi pour la reconstruction proposé par le Parlement. L'incertitude a finalement pris fin le 16 décembre lorsque le Parlement népalais a adopté la loi légalisant l'Autorité de reconstruction.

La communauté internationale des bailleurs de fonds a déjà accueilli favorablement le projet de loi et, grâce à cette approbation, les plans de relance et de reconstruction peuvent aller de l'avant avec la certitude que les bailleurs de fonds fourniront les fonds promis.

L'Autorité nationale de reconstruction (ANR) nouvellement formée sera chargée de dépenser les 4,1 milliards de dollars de dons promis lors d'une conférence en juin 2015.

Toutefois, à mon avis, la formation de l'ANR ne suffit pas à garantir l'efficacité des travaux de reconstruction. L'ANR devrait immédiatement commencer ses missions, mais les citoyens lambda, les leaders de la société civile et les partenaires de développement devraient maintenir la pression sur les fonctionnaires responsables afin qu'ils contraignent le gouvernement à rendre des comptes et exigent la transparence dans la phase de reconstruction.

Le suivi et les bilans secteur par secteur seront utiles pour obliger le gouvernement à veiller à ce que tous les secteurs reçoivent la même attention dans le processus de reconstruction. L'ANR, quant à elle, ne doit pas oublier le principe de « reconstruire en mieux ».

Mieux reconstruire
 

On dit que les catastrophes sont l'occasion de « reconstruire en mieux » (BBB) en créant de nouvelles infrastructures plus sûres et accessibles à tous. Le Népal étant situé dans une zone sensible aux tremblements de terre, il sera vital pour l'ANR d'adopter des approches BBB telles que :

  • Mettre en place un groupe d'experts techniques et veiller à ce qu'un cadre politique et des directives très claires en matière de reconstruction soient en place.
  • Construire des structures solides et résilientes et respecter les normes de construction ; tous deux contribueront à minimiser les pertes humaines et matérielles lors des tremblements de terre.
  • Lancer sans tarder la construction de logements plus sûrs pour les personnes contraintes de vivre dans des bidonvilles insalubres.
  • Donner la priorité à la construction de toilettes durables dans les maisons reconstruites.

Il est important de noter que l'adoption de ces approches est possible lorsque les politiques gouvernementales intègrent des principes de conception universelle adaptés à la catégorie la plus pauvre de la société dans tout nouveau plan de construction - c'est-à-dire en garantissant les méthodes de construction les plus rentables et les plus durables pour toutes les parties concernées.

Construire des installations WASH, reconstruire une nation
 

Il convient de noter que le gouvernement se montre proactif en accordant des subventions et des prêts aux citoyens pour la reconstruction de leurs maisons endommagées et détruites.

cependant, le gouvernement devrait profiter de cette catastrophe pour assurer la construction rentable d'installations WASH. Si cela est fait correctement, chaque maison peut être reconstruite avec ses propres toilettes – et cela aidera à atteindre la couverture sanitaire universelle.

Les résultats actuels parlent d'eux-mêmes. Le plan directeur du gouvernement en matière d'hygiène et d'assainissement recommandait auparavant que les toilettes aient une structure permanente jusqu'au niveau de la plinthe ou du plancher afin d'améliorer leur durabilité et leur pérennité : en conséquence, lors du tremblement de terre, elles ont souvent été plus résistantes que les maisons elles-mêmes – les toilettes des familles sont restées intactes alors que leur maison a été endommagée.

Alors que la reconstruction des logements se poursuit, nous pensons que le gouvernement devrait inclure une politique visant à encourager la construction résiliente et inclusive ou plus d'installations comme ces toilettes solides dans chaque maison. WaterAid Nepal a travaillé en étroite collaboration avec les agences gouvernementales, les groupes de la société civile et les associations locales pour s'assurer que les infrastructures WASH soient plus inclusives et plus robustes à l'avenir.

Au final
 

Après des dommages aussi terribles causés par les tremblements de terre, il faut éviter de nouvelles pertes dues à un assainissement inadéquat, en donnant la priorité aux infrastructures WASH pendant le processus de reconstruction.

Il est prouvé que le coût économique associé à 
un mauvais
assainissement est très élevé. Les données de la Banque mondiale montrent que les pertes économiques annuelles dues à un mauvais assainissement dans 18 pays africains équivalent à entre 1 % et 2,5 % du PIB. Cet effet peut être similaire dans d'autres pays en voie de développement.

Le gouvernement népalais s'est employé à promouvoir l'assainissement par le biais d'approches telles que l'assainissement total piloté par la communauté, et a réellement aidé de nombreuses communautés à reprendre de bonnes pratiques d'hygiène rapidement après les tremblements de terre. Cet esprit et cet engagement doivent être poursuivis tout en remettant les infrastructures WASH endommagées dans l'état où elles se trouvaient avant le tremblement de terre – mais le slogan « reconstruire en mieux » doit être au centre des préoccupations.

Pragya Lamsal tweete en tant que @pragyalamsal.