Les entreprises sociales ouvrent la voie au soutien à l’entrepreneuriat féminin

5 min read
Thumbnail
WaterAid/Guilhem Alandry

Je dois avouer que je me demande parfois s’il y a quelque chose pour lequel nous n’avons pas de journée ou de semaine spéciale de sensibilisation. Je n’ai pas d’objection, de la semaine nationale de la tarte à la journée mondiale du sourire, je suis sûr qu’il y a quelque chose qui résonne pour tout le monde, mais je n’ai pas le même rapport avec chacune. En tant que femme entrepreneure sociale et mère de deux filles, la journée internationale de la fille est une journée qui a une résonance particulière.

Depuis 2012, le 11 octobre est la Journée internationale de la fille. Cette journée vise à mettre en évidence et répondre aux besoins et aux défis auxquels les filles sont confrontées, tout en promouvant l’autonomisation des filles et la réalisation de leurs droits humains. Cette année, le thème est With Her: A Skilled GirlForce, que l’on pourrait traduire par Avec elle : une force de travail féminine qualifiée, pour attirer l’attention sur le fait que les préjugés sexistes dans l’emploi sont toujours d’actualité.

J’ai été stupéfaite de découvrir qu’à l’âge de six ans, les filles ont déjà estimé que les garçons étaient plus susceptibles de briller et plus adaptés aux activités intelligentes que les filles. J’ai été un peu moins surprise de découvrir que dans de grandes parties du monde, les jeunes femmes sont encore plus susceptibles d’être au chômage que les hommes.

Pourquoi être moins surprise sur ce dernier point ? J’ai passé les neuf dernières années à diriger une entreprise sociale appelée Belu Water, une entreprise qui fournit de l’eau minérale en bouteilles et des systèmes de filtration aux restaurants et aux hôtels du Royaume-Uni. Mais ce qui fait la différence de Belu, c’est notre passion pour être les meilleurs d’un point de vue environnemental, et pour reverser 100 % de nos bénéfices à WaterAid. En d’autres termes, nous sommes une entreprise sociale qui utilise les affaires comme une force pour le bien et lorsque nos bénéfices vont à WaterAid, ils transforment à leur tour des vies grâce à une eau propre et des toilettes décentes.

Si l’ensemble de la communauté bénéficie d’une amélioration de la santé et de la mortalité, c’est la vie des filles et des femmes qui est la plus touchée par cette intervention. Grâce à la proximité de l’eau potable, les filles et les femmes n’ont plus à parcourir de longues distances pour collecter une eau insalubre. Et grâce à l’installation de toilettes décentes et d’installations d’hygiène menstruelle dans les écoles, les filles peuvent poursuivre leur éducation. 

La Journée internationale de la fille tombe deux jours avant une autre journée de sensibilisation - le samedi social, une journée de promotion des entreprises sociales. Je suis fière de constater que les entreprises sociales sont à l’avant-garde de la lutte contre les inégalités, puisque 41 % d’entre elles sont dirigées par des femmes et que 51 % d’entre elles emploient une main-d’œuvre majoritairement féminine. Prenez Ruth (photo ci-dessus, à gauche). Avec le soutien de WaterAid, Ruth a mis sur pied une coopérative de fabrication de savon et de beurre de karité, qu’elle dirige avec un groupe de trente femmes du village. Elles montrent aux entreprises traditionnelles comment impact social et profit peuvent aller de pair.

L’entrepreneuriat féminin a le potentiel d’autonomiser les filles et les femmes pour assurer une société égalitaire qui sera plus prospère pour tous.

Pour Belu, notre priorité est l’eau propre. Sept personnes aux vues similaires travaillent ensemble pour fournir des fonds à WaterAid (un million de livres cette année !) et aider à atteindre les millions de filles qui n’ont toujours pas accès à cette ressource de base.

Karen Lynch, CEO of Belu, in Bongolava, Madagascar, September 2017.
WaterAid/Sam James

Une autre entreprise sociale qui m’inspire est ’Hey Girls’, fondée par Celia Hodson, non seulement en raison de sa marque insolente et de son style personnel qui gagnent du terrain dans le secteur concurrentiel des articles sanitaires, mais aussi en raison des statistiques choquantes sur la pauvreté au Royaume-Uni. Au Royaume-Uni, une jeune femme sur dix a du mal à se payer des serviettes hygiéniques ou des tampons, ce qui fait que de nombreuses filles manquent l’école chaque mois.

Les entreprises peuvent également avoir un impact, et c’est ce qu’elles font. Par exemple, Kirstie Sherriff de la marque de beauté Pinks, a été motivée à développer son entreprise en voulant aider les femmes à être plus respectueuses de leur propre corps grâce à la création de sa gamme de spas biologiques. Personnellement, j’aime la façon dont elle utilise l’expérience acquise ici pour se lancer sur le marché des soins pour hommes avec la nouvelle marque Proverb, car elle est clairement convaincue que son expérience lui donnera un avantage dans le monde de la « beauté masculine », qui est encore en développement.

Tous les entrepreneurs et entreprises pourraient choisir de contribuer à cette autonomisation en s’attaquant aux problèmes sociaux, notamment ceux qui touchent les femmes et les filles, par une meilleure façon de conduire leurs affaires. Il peut s’agir d’une petite initiative interne comme le choix d’un produit éthique pour les salles de bains ou les salles de conseil de votre entreprise, le développement d’une ligne de produits sur mesure à but non lucratif (comme le dernier développement de produit passionnant de Kirstie) lancée au sein d’une gamme de produits existante, ou peut-être êtes-vous un entrepreneur social en herbe prêt à lancer votre propre entreprise sociale comme Belu et Hey Girls.

À Belu, la Journée internationale de la fille est une autre raison pour nous de rester concentrés sur notre mission qui consiste à fournir de l’eau propre et des toilettes aux filles et à tout le monde, partout. Que pourriez-vous faire avec votre entreprise ?