Les héros méconnus de la pandémie de COVID-19

on
5 June 2020
WaterAid

La pandémie de COVID-19 a attiré l’attention du monde entier sur le rôle vital des travailleurs clés tels que ceux qui travaillent dans le domaine des soins de santé et de l’assainissement. Nous devons profiter de cette occasion pour améliorer les conditions souvent dangereuses dans lesquelles ils travaillent chaque jour, affirme Andrés Hueso.

S’il y a une chose qui s’est répandue plus rapidement que le coronavirus pendant la pandémie, c’est bien la reconnaissance des travailleurs de la santé. Partout dans le monde, les gens applaudissent et acclament régulièrement aux fenêtres et aux portes pour remercier ces travailleurs clés dans leurs efforts et leur courage face à la menace de la COVID-19 dans leur travail quotidien. Un courage qui, malheureusement, frise l’héroïsme, là où ils ne disposent pas d’équipements de protection individuelle.

Cet hommage bien mérité devrait être rendu à d’autres travailleurs qui contribuent au maintien de la société et à notre sécurité à tous. Je voudrais en particulier mettre en lumière les travailleurs de l’assainissement et des déchets, qui maintiennent la propreté de l’environnement des communautés. Un arrêt des services qu’ils fournissent ferait courir aux sociétés le risque d’épidémies de nombreuses autres maladies. Trop souvent dépourvus d’informations adéquates et d’équipements de protection individuelle pour assurer leur propre sécurité, leur courage frise également l’héroïsme, et pourtant ils sont rarement reconnus.

Les mauvaises conditions et les risques sanitaires sont amplifiés pendant la pandémie

Les travailleurs du secteur des déchets et de l’assainissement étaient déjà confrontés à des conditions de travail désastreuses avant la pandémie - infections débilitantes, blessures, stigmatisation sociale et même décès. Pendant la pandémie, nous avons encore besoin de leurs services et ils doivent continuer à les assurer, quel que soit le risque, que ce soit par devoir civique ou par crainte de perdre leur revenu quotidien ou leur emploi.

(G-D) Somappa, 52 ans, Muniraju, 37 ans, et Kaverappa, 54 ans, finissant de vider manuellement une fosse, à Bangalore, en Inde, avec peu d’équipement de protection.
WaterAid/ CS Sharada Prasad/ Safai Karmachari Kavalu Samiti
(G-D) Somappa, Muniraju et Kaverappa finissant de vider manuellement une fosse, à Bangalore, en Inde, avec peu d’équipement de protection.

Plus de travail pour moins d’argent

Dans certains cas, les agents sanitaires ont même été redéployés vers des centres de quarantaine propres et s’y occupent des patients atteints de la COVID-19.

L’histoire de Rajib au Bangladesh est une bonne illustration de la situation à laquelle sont confrontés de nombreux travailleurs du secteur de l’assainissement et des déchets. Travailleur municipal chargé des déchets le matin, Rajib fait le nettoyage des hôpitaux privés le soir et, à l’occasion, vide les fosses septiques. « Servir au milieu d’une pandémie sans équipement de sécurité approprié est une menace pour ma vie, mais je ne peux pas tolérer que ma famille soit affamée, » dit-il. « Bien sûr, je crains la mort, mais c’est la faim que je déteste le plus. »

La municipalité a à la fois prolongé ses heures de travail pour améliorer la propreté de la communauté et réduit ses moyens de subsistance - ses heures supplémentaires ne sont pas rémunérées, et son temps pour les autres emplois a diminué, réduisant son revenu mensuel global. Son salaire régulier est également retardé, en raison de la réduction des heures de travail dans les banques et les bureaux.

Exposition accrue aux maladies

Les agents sanitaires sont également plus exposés au risque de contracter le virus. Nombre d’entre eux ont du mal à garder leurs distances physiques lorsqu’ils collectent les déchets au porte-à-porte, se rendent dans les toilettes publiques ou interagissent avec les ménages pour vider les fosses ou les fosses septiques. Beaucoup sont exposés à des surfaces fréquemment touchées qui peuvent être infectées, par exemple lors du nettoyage des toilettes (poignées de porte, toilettes, robinets) ou du transport et du tri des déchets. Beaucoup ne disposent pas de gants, de masques et d’autres équipements de protection individuelle appropriés qui pourraient atténuer ces risques, et n’ont pas les moyens de s’en procurer régulièrement. Les personnes travaillant dans les hôpitaux et les centres de quarantaine sont probablement les plus exposées, comme le montre l’infection de 32 travailleurs sanitaires dans un hôpital en Inde et le décès de l’un d’entre eux jusqu’à présent.

Nirere Esther, 29 ans, femme de ménage à l’hôpital, nettoyant la salle de travail nouvellement rénovée du centre de santé de Nzangwa, district de Bugesera, Rwanda, octobre 2018.
WaterAid/ James Kiyimba
Nirere Esther, nettoyeuse d’hôpital, portant un équipement de protection individuelle pour nettoyer la salle de travail du centre de santé de Nzangwa, au Rwanda, en 2018.

Manque d’équipement et de formation

D’autres problèmes sont liés à l’accès aux stations de lavage des mains, aux installations pour le nettoyage du matériel et à l’eau, au savon, au désinfectant ou à l’assainisseur à base d’alcool.

Peu d’entre eux ont reçu des informations ou une formation sur les risques que pose le coronavirus et sur la manière de s’en protéger et de protéger leur entourage. Dans certains cas, les agents sanitaires sont victimes de plus de discrimination que d’habitude, voire d’agressions.

Ce n’est pas seulement une histoire de pays pauvres. Prenez le Chili, la France, le Pakistan - l’histoire est similaire sur tous les continents.

C’est maintenant l’occasion de changer

Mais il y a une lumière au bout du tunnel ; nous pouvons également voir des actions démarrer partout dans le monde pour changer la stigmatisation et les risques de sécurité auxquels sont confrontés les travailleurs de l’assainissement. Par exemple, les travailleurs de l’assainissement qui se mobilisent pour demander des équipements de sécurité et une assurance maladie. Les ménages montrent leur gentillesse et leur reconnaissance aux travailleurs. Les militants collectent des fonds pour distribuer des équipements de protection. Les syndicats et les réseaux de la société civile lancent un appel mondial à l’action. Les services publics, les municipalités et les gouvernements nationaux renforcent leurs responsabilités envers les travailleurs.

Dans le cadre de ces efforts, de nombreuses ressources ont été développées :

La pandémie de COVID-19 est une période de grand danger pour les travailleurs de l’assainissement et des déchets. C’est également une période de prise de conscience accrue, à la fois de notre dépendance à l’égard de ces travailleurs clés pour notre santé et des risques auxquels ils sont confrontés chaque jour. C’est une occasion rare de mettre leur situation sous les feux de la rampe et d’œuvrer à leur reconnaissance et au soutien qu’ils méritent.

Nous espérons tous que le monde qui émergera après la COVID-19 sera plus doux et plus harmonieux. Un monde avec plus d’empathie et de dignité. Un monde où les travailleurs - qu’il s’agisse de soins de santé, de déchets ou d’installations sanitaires - pourront faire leur travail en toute sécurité et dans la dignité.

Jouons tous notre rôle pour en faire une réalité. Pourquoi ne pas commencer par partager, soutenir et développer les initiatives et les ressources existantes pour soutenir les travailleurs du secteur de l’assainissement et des déchets ?

Andrés Hueso est analyste politique principal pour l’assainissement à WaterAid UK. Il tweete sous le nom de @andreshuesoWA