Les ingrédients manquants

4 min read
Miniature
WaterAid/Kate Holt

WaterAid et SHARE lancent aujourd'hui un rapport mettant en évidence le degré de coordination et d'intégration des plans et politiques nationaux en matière de nutrition et d'eau, d'assainissement et d'hygiène (WASH) pour mettre fin à la malnutrition. Alors que les dirigeants du monde se réunissent au Brésil pour l'événement « Nutrition pour la croissance » organisé par le pays hôte des Jeux olympiques afin de discuter des progrès réalisés pour mettre fin à la malnutrition, Megan Wilson-Jones, analyste politique pour la santé et l'hygiène chez WaterAid UK, présente les principales conclusions de l'étude.

Tout le monde sait qu'une bonne recette nécessite les bons ingrédients, en quantité adaptée et de la meilleure qualité. On pourrait dire la même chose de la façon dont un gouvernement doit aborder la nutrition de sa population, une question complexe influencée par de nombreux facteurs et nécessitant donc une multitude d'interventions, ou d'ingrédients, pour réussir.

À travers le monde, 159 millions d'enfants de moins de cinq ans souffrent d'un retard de croissance, ce qui entraîne des altérations largement irréversibles de leur développement physique, mental et émotionnel. Bien que de nombreux progrès aient été réalisés dans le monde en matière de nutrition, ils ont été beaucoup trop lents.

Alors que le monde entre dans une nouvelle ère de développement, qui vise à mettre fin à la pauvreté et à la malnutrition d'ici 2030, les leçons de la décennie écoulée fournissent des indications et des opportunités importantes pour effectuer les progrès nécessaires à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD). Ces objectifs ambitieux exigent de prendre un virage transformationnel vers une coordination et une collaboration beaucoup plus grandes entre les secteurs afin d'apporter des changements durables et efficaces à grande échelle.

Nos expériences ont démontré que l'intensification des interventions qui s'attaquent aux causes immédiates de la malnutrition ne suffit pas à surmonter ce défi. Une « recette » plus complète nécessitant un mélange d'« ingrédients » provenant de multiples secteurs est essentielle pour s'attaquer aux causes immédiates et sous-jacentes de la malnutrition.

On estime que 50 % de la sous-nutrition est associée à des infections causées par de mauvais services d'EAH. Une meilleure coordination, collaboration et intégration entre les programmes de nutrition et d'EAH est essentielle pour améliorer la nutrition et la santé.

Indice nutritionnel : l'analyse

Dans « Les ingrédients manquants », nous avons analysé les politiques et les plans nationaux de nutrition et d'EAH de 13 pays afin de comprendre le degré de coordination et d'intégration de la nutrition et de l'EAH dans leurs politiques et leurs plans. L'infographie ci-dessous met en évidence les principaux résultats de l'analyse des plans de nutrition, qui indiquent que le Timor-Leste et le Népal ont les plans les plus solides en termes d'intégration des composantes d'EAH.

Sur la base des résultats de cette recherche, qui sont complétés par des preuves et expériences existantes, cinq conclusions clés sont à retenir :

  1. L'intégration de l'EAH à la nutrition varie beaucoup. Tous les plans et politiques de nutrition analysés reconnaissent l'importance de l'EAH, mais son degré d'intégration aux plans en termes d'objectifs, de cibles, d'interventions et d'indicateurs varie considérablement selon les pays.
  2. L'intégration de la nutrition dans l'EAH est limitée. Très peu de plans d'EAH font référence à la nutrition ou identifient les possibilités d'intégration avec les programmes et campagnes de nutrition et de santé. Le Liberia fait exception à la règle.
  3. Une solution ne fonctionnera pas à tous les coups. Il n'existe pas de modèle unique sur la manière dont l'EAH doit être intégré dans les plans de nutrition, ni sur la manière dont les programmes d'EAH peuvent inclure la nutrition. Cependant, la prise en compte de principes et d'approches clés pourrait faciliter le progrès. À titre d'exemple, concevoir des programmes d'EAH ciblant les populations les plus vulnérables à la nutrition et/ou identifier les opportunités d'intégrer des activités, telles que celles liées à des comportements comme l'hygiène personnelle et alimentaire et l'allaitement, pourrait aboutir à des approches plus complètes.
  4. Approche par continuum. La collaboration ne doit pas être considérée de manière binaire, il ne s'agit pas simplement de travailler ensemble ou non, mais plutôt de la voir au sein d'un continuum, avec différents degrés ou approches de la collaboration. À l'extrémité inférieure, il peut s'agir simplement de partager des informations et de cibler différents programmes sur les mêmes populations, tandis qu'à l'autre extrémité, cela peut ressembler à un programme plus intégré, impliquant le même personnel et un budget unique.
  5. À eux seuls, les plans et les politiques ne suffisent pas. La réussite des programmes exigera plus qu'un bon plan. Cependant, les plans et les politiques sont une partie essentielle du processus de définition des mécanismes et des systèmes nécessaires pour mieux collaborer et ainsi se rapprocher des objectifs de nutrition et d'EAH.

C'est un moment crucial

Aujourd'hui, alors que les Jeux olympiques de Rio débutent, les dirigeants du monde entier se réuniront pour discuter des progrès et des défis à relever pour mettre fin à la malnutrition. L'événement « Nutrition for Growth », organisé par le gouvernement brésilien, s'inscrit dans le cadre d'un partenariat existant entre les gouvernements du Brésil, du Japon et du Royaume-Uni qui vise à garantir la prise d'engagements audacieux dans la lutte contre la malnutrition.

L'événement et la prochaine phase de « Nutrition for Growth » constituent un moment crucial pour mettre en avant la nutrition, mais à moins de concerter les efforts et de se pencher sur les causes sous-jacentes de la malnutrition, telles que l'EAH, les engagements pris lors de la prochaine phase de « Nutrition for Growth » n'ont aucune chance de mettre fin à ce fléau qui affecte le présent et l'avenir de millions d'enfants.

Télécharger le rapport Les ingrédients manquants >
 

Retrouvez Megan Wilson-Jones sur Twitter : @MegsWJ