Les Journées européennes du développement - le bon moment et le bon endroit pour rappeler aux dirigeants l’importance de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène

WaterAid/ Tom Saater

Les 18 et 19 juin, une délégation de WaterAid du Royaume-Uni, du Népal, de l’Afrique de l’Ouest et du Burkina Faso participera aux Journées européennes du développement (JED) - le principal forum de développement en Europe - à Bruxelles. Participer aux JED n’est pas nouveau pour nous, mais cette fois-ci, c’est un peu différent. Sophie Aujean, notre représentante de l’Union européenne, nous explique.

Pourquoi les JED de cette année sont-elles si importantes ?

2019 est une année clé pour l’Union européenne. Des élections européennes cruciales ont eu lieu il y a quelques semaines - cruciales parce que cette législature est la dernière occasion pour le Parlement européen de montrer la voie d’un leadership européen fort sur l'Agenda 2030. Les membres du Parlement européen nouvellement élus siégeront ensemble pour la première fois en juillet à Strasbourg. À l’automne, la nouvelle Commission européenne entrera en fonction, avec l’énorme responsabilité de faire les bons choix pour ancrer fermement son action en faveur du développement durable. Entre ces deux étapes institutionnelles, le Forum politique de haut niveau des Nations unies (FPHN) se réunira à New York.

Les JED arrivent à point nommé, car elles contribuent à établir l’ordre du jour et à orienter les décisions politiques clés que les acteurs de la société civile d’Europe et du monde entier attendent des dirigeants de l’UE.

L’accent mis sur les inégalités - au cœur de l’agenda du développement

Il est très intéressant de constater que le thème des JED de cette année porte sur les inégalités et n'oublie personne. S’attaquer aux inégalités qui empêchent les personnes les plus pauvres et les plus marginalisées de réaliser leur droit à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène est l’un des objectifs stratégiques de WaterAid et un pilier fondamental de notre travail. L'ODD 10 est également l’un des objectifs que le FPHN va examiner.

Chez WaterAid, nous voulons comprendre pourquoi, en 2019, des millions de personnes vivent encore dans la pauvreté en matière d’eau et d’assainissement, car nous voulons concentrer notre énergie sur les racines profondes de la pauvreté en matière de WASH.

Découvrez les résultats positifs de notre approche fondée sur les droits de l’homme

L’un des principaux moyens de lutter contre la pauvreté dans le secteur WASH est de donner aux communautés les moyens de défendre leurs droits à l’eau et à l’assainissement. Notre stand aux JED présentera Making Rights Real - notre projet visant à aider les responsables des collectivités locales à faire bénéficier tout le monde, partout, du WASH en utilisant une approche fondée sur les droits de l’homme. Nous l’avons mis en œuvre dans plusieurs pays - Bangladesh, Bhoutan, Burkina Faso, Éthiopie, Ghana, Inde, Kenya, Laos, Mozambique, Népal, Ouganda et Sierra Leone - et les résultats sont prometteurs. En voici les points forts :

- Il a permis de clarifier les rôles et les responsabilités des décideurs.
- En rendant leur travail plus efficace, il a également accru la motivation des fonctionnaires.
- Les fonctionnaires comprennent désormais beaucoup mieux les besoins spécifiques des personnes marginalisées en matière de WASH.
- Des efforts ont également été déployés pour rendre les informations sur les services et les plans d’eau et d’assainissement disponibles et accessibles à tous.

Toutefois, les inégalités et le faible accès aux services sociaux de base découlent également des régimes mondiaux d’imposition et d’endettement, et de la manière dont ceux-ci permettent aux pays de financer leurs secteurs WASH et leurs plans de développement nationaux, ou les en empêchent. Lors des JED, nous organiserons un débat laboratoire sur notre vision de la nécessité de réduire l’évasion et la fraude fiscales et d’augmenter radicalement l’aide au développement et le financement climatique, ciblée sur les pays à faible revenu.

Le travail d’une femme
WaterAid/ Aida Muluneh
Le travail d’une femme

Outre notre stand et le débat, nous sommes ravis d’accueillir « Water for life », une exposition étonnante, en partenariat avec la Fondation H&M, d’œuvres de l’artiste éthiopienne Aida Muluneh, créé pour représenter ce que signifie le manque d’accès à l’eau potable et à une vie décente.

C’est maintenant un moment clé pour l’UE afin de garantir un financement suffisant

L’UE négocie actuellement son budget pour les sept prochaines années, qui déterminera le montant des fonds alloués à l’aide communautaire, ainsi que la structure de l’instrument de développement et de coopération de l’UE. Enfin, bien qu’il semble que le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH) ait été défavorisé au cours de la période précédente (2014-20), nous observons des signes d’un nouvel élan politique dans ce domaine au niveau de l’UE. En novembre dernier, l’UE a adopté les conclusions du Conseil européen sur la diplomatie de l’eau, et aujourd’hui elle a adopté les directives sur les droits à l’eau et à l’assainissement. Et en novembre prochain, un document de référence de l’UE sur l’eau devrait être lancé, juste au moment où la nouvelle Commission européenne entrera en fonction.

Les JED 2019 sont donc une grande opportunité pour nous de continuer à faire de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène une priorité de l’agenda politique de l’UE. Nous organiserons des réunions entre nos programmes nationaux et les fonctionnaires de l’UE, afin de maintenir l’élan et le battage autour de la nécessité d’en faire une priorité en tant qu’instrument clé pour mettre fin à la pauvreté. Nous espérons que le choix du thème de cette année, « Lutter contre les inégalités : bâtir un monde qui n'oublie personne », témoigne de la ferme volonté de l’UE de s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté et de la marginalisation, et de faire en sorte que l’eau potable, des toilettes décentes et une bonne hygiène soient des conditions normales pour tous, partout. 

Le 19 juin à 14h45, notre débat laboratoire sur la réduction du déficit de financement de l’objectif 6 du développement durable, auquel participeront Céline Robert (Agence française de développement), Jan Van de Poel (Eurodad), Frierderike Roder (campagne ONE), Savio Carvalho (WaterAid UK) et Pratibedan Baidya (WaterAid Népal).

Visitez notre stand à tout moment pour en savoir plus sur notre projet « Making Rights Real » pour une approche basée sur les droits de l’homme.

Restez informés en suivant @EuWateraid et @sophieaujean

Sophie Aujean est la représentante de l’UE à WaterAid.