Les nouvelles données sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène dans les établissements de santé doivent servir de cri de ralliement pour une action urgente

on
4 April 2019
1 in 6 hygiene HCF

L’OMS et l’UNICEF ont récemment publié de nouvelles données sur la situation de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH) dans les établissements de soins de santé du monde entier. Dan Jones, Alison Macintyre et Helen Hamilton de WaterAid expliquent pourquoi ces chiffres doivent servir de cri de ralliement pour une action urgente.

Ces statistiques très inquiétantes (photo ci-dessus), parmi beaucoup d’autres, ont été publiées en début de semaine par l’OMS et le « Programme commun de surveillance de l’approvisionnement en eau, de l’assainissement et de l’hygiène » (JMP) de l’UNICEF, qui sont chargés de suivre les progrès accomplis vers l’objectif 6 du développement durable (ODD 6). Ces premières données mondiales de référence pour l’approvisionnement en eau, l’assainissement et l’hygiène dans les établissements de soins de santé révèlent que de nombreux pays sont loin d’avoir atteint l’objectif de services WASH universels et de couverture sanitaire universelle (CSU) pour tous, partout, d’ici 2030, et que beaucoup d’autres n’ont tout simplement aucune idée de leur situation ou de leurs progrès.

Il est temps de cesser d’accepter l’inacceptable

Lors de l’Assemblée mondiale de la santé de l’année dernière, nous nous souvenons très bien du Dr Maria Neira, directrice principale de l’OMS, qui s’est exclamée avec frustration : « Nous acceptons l’inacceptable - nous ne devrions tout simplement pas appeler cela un établissement de soins de santé s’il n’y a pas d’eau, d’assainissement et un morceau de savon. Il est temps de cesser d’accepter cela. » Selon cette définition, les nouvelles données révèlent une crise majeure dans la fourniture de soins de santé de base - on estime que 896 millions de personnes dans le monde ne disposaient d’aucun service d’eau dans leur établissement de soins de santé en 2016 (dernières données disponibles) et plus de 1,5 milliard de personnes dans le monde ne disposaient d’aucun service d’assainissement dans leur établissement de soins de santé. Et un établissement de soins de santé sur six dans le monde ne disposait pas d’endroit où se laver les mains avec de l’eau et du savon, ce qui signifie qu’ils manquaient d’installations d’hygiène des mains aux points de soins, ainsi que d’eau et de savon aux toilettes.

C’est la première fois que des données représentatives au niveau mondial sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène dans les établissements de santé sont collectées et, à ce titre, cela constitue une avancée majeure pour le suivi des progrès réalisés dans le cadre des directives sur les besoins en matière de santé. Cependant, le rapport révèle également d’énormes lacunes dans les données qui devraient inquiéter de nombreux gouvernements. Seuls 38 pays sur près de 200, et seulement trois des huit régions du monde couvertes par l ODD, disposaient de données suffisantes pour estimer la couverture des services d’eau de base dans les établissements de soins de santé. Pour les services d’assainissement de base, seuls 18 pays et une seule région ODD disposaient de données suffisantes. Trop peu de pays disposaient de données suffisantes pour que le JMP puisse faire des estimations mondiales crédibles concernant la fourniture de services d’assainissement de base, d’hygiène, de gestion des déchets ou de nettoyage dans les établissements de soins de santé.

Map of data from JMP report
WHO/UNICEF
Carte des données du rapport du JMP

Réfléchissez-y. Cela signifie que la grande majorité des pays ne sont pas en mesure de suivre leurs progrès sur les aspects les plus fondamentaux des services de soins de santé, près de quatre ans après l’adoption des ODD et à onze ans de l’échéance de 2030. La plupart des établissements de soins de santé ne peuvent être qualifiés d’établissements de soins de santé selon la définition du Dr Neira.

Une bataille qui peut être gagnée…

Le Dr Neira a raison. C’est tout à fait inacceptable. Mais il s’agit aussi d’un problème qui peut être résolu. Outre les données du JMP, l’OMS et l’UNICEF ont publié un rapport sur ««Mesures pratiques pour parvenir à un accès universel » (pdf), auquel WaterAid a contribué. Ce rapport, qui vise à présenter la réponse à l’appel à l’action du Secrétaire général des Nations unies en faveur de l’accès universel à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène dans les établissements de santé, est un condensé des années d’expérience des pays du monde entier qui démontrent que ce problème peut être résolu. Il présente huit mesures que les ministres de la santé, en collaboration avec d’autres, peuvent prendre, allant de l’établissement de normes nationales pour le programme WASH dans les établissements de soins de santé, à l’investissement dans la formation du personnel de santé, à l’engagement des communautés et au renforcement de la responsabilité. Ces actions reflètent étroitement celles prises par les équipes de WaterAid dans le monde entier au cours des dernières années, documentées dans notre rapport « Transformer les systèmes de santé : le rôle vital du WASH ».

Antonio Guterres WASH in HCFs

 

… qui va au cœur des soins de santé

Il est impératif que les ministres de la santé, soutenus par les partenaires du développement, agissent rapidement pour prendre ces mesures pratiques. Sans cela, les fondements mêmes de la couverture maladie universelle sont fatalement affaiblis. Pensez à la manière dont un système de santé peut être renforcé pour prévenir et contrôler les épidémies de maladies comme le choléra et le virus Ebola - et comment ces maladies se propagent sans une bonne hygiène et sans prévention et contrôle des infections. Pensez aux efforts mondiaux visant à améliorer la « qualité des soins«  et la ««sécurité des patients », et à la manière dont ces efforts sont sapés si les professionnels de la santé savent qu’ eux-mêmes propagent des infections parce qu’ils ne peuvent tout simplement pas se laver correctement les mains après avoir traité un patient. Pensez aux craintes croissantes d’un « monde post-antibiotique » où les « superbactéries » ne peuvent pas être traitées avec les antibiotiques dont nous sommes si dépendants - et pensez à la façon dont le personnel médical des milieux à faibles revenus est forcé à faire un usage excessif et abusif des antibiotiques parce qu’il ne peut tout simplement pas compter sur une hygiène de base.

Que ce moment soit le moment où nous agissons

Ces nouvelles données devraient constituer un cri de ralliement pour un changement d’engagement et d’action en faveur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène dans les établissements de santé. À WaterAid, nous avons soutenu un certain nombre de délégations des États membres à Genève pour qu’elles présentent une proposition de résolution sur cette question à l’Assemblée mondiale de la santé en mai. Avec les délégations de Zambie et de Tanzanie en tête, la résolution a recueilli le soutien de toutes les régions lors de la réunion préparatoire du Conseil exécutif en janvier, notamment de l’Australie, du Brésil, d’eSwatini, de l’Éthiopie, de l’Inde, de l’Indonésie, du Kenya, du Nigéria, des États-Unis et de tous les États membres de l’UE (oui, y compris le Royaume-Uni !).

Cette résolution - si elle est adoptée - serait un engagement écrit et public de tous les ministres de la santé du monde à agir. Elle constituerait une promesse claire que les communautés pourraient demander à leurs gouvernements de rendre compte de sa réalisation. Elle pourrait ouvrir la voie à de nouveaux engagements financiers et politiques INTELLIGENTS visant à accélérer les progrès et à améliorer rapidement les données. WaterAid est prête à travailler avec les gouvernements et ses partenaires pour faire de cette promesse une réalité, afin que chacun, partout dans le monde, bénéficie de soins de santé de qualité d’ici 2030.

 

Si vous souhaitez recevoir des mises à jour sur notre travail en matière de politique, de programmes et de plaidoyer, inscrivez-vous à notre bulletin d’information électronique >