Les prestataires de services d’eau et d’assainissement et les défis posés par la COVID-19

on
7 July 2020
WaterAid/ Mani Karmacharya

Alors que la pandémie mondiale de COVID-19 continue de s’aggraver, Puneet Srivastava, Mbaye Mbéguéré et Rob Fuller examinent les défis auxquels sont confrontés les services d’eau et d’assainissement et leur personnel dans le monde entier pour assurer la continuité des services, et la manière dont nous les soutenons.

Selon la Banque mondiale, l’application systématique de bonnes pratiques en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) et de gestion des déchets permet d’arrêter la transmission interhumaine du coronavirus dans les foyers, les communautés, les établissements de soins, les écoles et autres espaces publics. La fourniture de services WASH continus est le meilleur moyen de se défendre contre la COVID-19 et de prévenir de futures pandémies. Malgré cette reconnaissance - renforcée par le fait que de nombreux dirigeants mondiaux ont rejoint l'Assainissement et eau pour tous #GlobalCall4Water - peu d’attention a été accordée pendant la pandémie aux services WASH et à leur personnel. Les réponses à la COVID-19 dans le monde entier se sont surtout concentrées sur les systèmes de santé, le développement de vaccins et de traitements, et la sécurité des travailleurs de la santé.

Pourtant, pour maintenir les normes d’hygiène élevées préconisées par les professionnels de la santé et les gouvernements afin de prévenir la propagation du coronavirus, il est essentiel de disposer en permanence d’une eau propre et d’un accès à des installations sanitaires sûres. Ces services sauvent autant de vies que des soins de santé robustes. L’attention mondiale portée au lavage des mains en tant que première ligne de défense a attiré l’attention sur ce point et sur le rôle essentiel des travailleurs clés tels que ceux des services publics, notamment nos partenaires de l’industrie de l’eau au Royaume-Uni, qui ont travaillé dur pour répondre à une augmentation de 10 % de la demande des ménages.1 Alors que les pays du monde entier ont été contraints à des confinements et des couvre-feux, les services publics ont relevé le défi de garantir à chacun l’accès à un approvisionnement fiable en eau propre afin de rester en sécurité et en bonne santé, notamment en relevant les défis supplémentaires que la pandémie elle-même a opposé à la continuité des services.

Assurer l’approvisionnement en eau a nécessité des mesures drastiques

De nombreux fournisseurs de services d’eau et compagnies des eaux urbaines, suivant les conseils des gouvernements, ont pris des mesures drastiques pour fournir de l’eau potable en continu - notamment en suspendant les déconnexions qui seraient normalement déclenchées par le non-payement des factures, et en approvisionnant gratuitement les points d’eau communautaires par des camions-citernes et d’autres moyens - afin d’aider les plus pauvres à se laver les mains, à se protéger et à protéger les autres. Cependant, dans les villes où nous travaillons avec les communautés pauvres, les services de distribution d’eau et les municipalités manquent souvent de capacités et d’infrastructures pour assurer un approvisionnement continu et équitable en eau potable dans les conditions d’urgence que la pandémie a créées.

Ces entreprises étaient déjà confrontées à d’énormes défis, tels que des infrastructures vieillissantes, une eau non rentable, la qualité de l’eau, un manque d’entretien adéquat et des coûts d’exploitation élevés. Ces conditions existantes rendent particulièrement difficile pour les prestataires de services WASH, y compris les prestataires publics et informels, la tâche de maintenir ou d’étendre leurs services en période de demande accrue, de capacités financières réduites et de circulation restreinte. En outre, il faut relever le défi qui consiste à garantir la sécurité des personnes qui doivent continuer à travailler pour fournir les services.

Une femme volontaire portant un équipement de protection individuelle en partie fait maison désinfectant une toilette communautaire au Bangladesh pendant la pandémie COVID-19.
Une volontaire portant un équipement de protection individuelle en partie fait maison lors de la désinfection d’une toilette communautaire au Bangladesh pendant la pandémie COVID-19.

Intégrer l’assainissement dans les réponses à la COVID-19

Il n’existe pas encore d’études sur la survie du coronavirus qui cause la COVID-19 dans l’eau potable ou dans les eaux usées. Cependant, des fragments viraux ayant été trouvés dans les excréments, les eaux usées doivent être traitées dans des installations de traitement centralisées bien conçues et bien gérées. La nécessité de protéger le personnel des entreprises d’assainissement et des vidangeurs informels de boues fécales est essentielle, en donnant la priorité à la fourniture systématique d’équipements de protection individuelle (EPI) et en sensibilisant les travailleurs du secteur de l’assainissement à la nécessité de respecter les mesures de barrière. Cependant, ces actions ne semblent malheureusement pas être la priorité des acteurs dans la réponse à la COVID-19. L’hygiène et, dans une moindre mesure, l’eau potable ont été jusqu’à présent les priorités.

Les établissements de santé produisent actuellement des quantités importantes de déchets solides supplémentaires - masques, gants, etc. - en raison de la pandémie. Ce type de déchets est normalement envoyé dans des décharges avec les déchets domestiques, mais pendant la pandémie, ils doivent être gérés comme les autres déchets biomédicaux dangereux, avec des mesures spéciales telles que l’incinération mise en place et par des fournisseurs de services formés de manière appropriée.

En outre, le manque d’assainissement étant à l’origine de nombreuses autres maladies liées à l’eau - comme le choléra, le paludisme et la typhoïde - qui touchent particulièrement les populations des pays à faible revenu, les gouvernements doivent être sensibilisés à la nécessité d’améliorer les installations sanitaires, et les prestataires de services d’assainissement doivent être soutenus pour ce faire, afin que le déficit flagrant ne crée pas de nouvelles épidémies à ajouter à la COVID-19.

Les défis que rencontrent les services publics de WASH pendant la COVID-19

Les défis communs auxquels les services d’eau, d’assainissement et d’hygiène ont été confrontés pendant la pandémie et les confinements ou couvre-feux qui en ont résulté sont les suivants :

  1. Une augmentation de 10 à 15 % de la demande en eau au niveau des ménages du fait des personnes travaillant à domicile et de l’augmentation du lavage des mains et des mesures d’hygiène.1
  2. Perte de revenu potentielle(40 % ou plus dans de nombreux cas),1 notamment pour les services publics dont une clientèle industrielle importante a été empêchée de travailler pendant le confinement. Cette situation peut être exacerbée par les efforts déployés pour maintenir l’approvisionnement, tels que l’arrêt des coupures, le report de la collecte des revenus jusqu’à la fin de la période de crise et la fourniture de services gratuits. À moins de remédier à cette situation, de nombreux services publics seront incapables de maintenir les niveaux de service actuels, et encore moins d’intensifier les mesures visant à protéger les populations vulnérables et non desservies. Plusieurs régulateurs nationaux ont exprimé leurs inquiétudes concernant les capacités financières et organisationnelles des services publics à court et à long terme et travaillent sur des interventions pour les maintenir à flot.
  3. La qualité de l’eau peut être affaiblie par l’indisponibilité locale des produits chimiques nécessaires au traitement de l’approvisionnement en eau et par la perturbation des chaînes d’approvisionnement lors des confinements et des couvre-feux.
  4. L’efficacité des stations d’épuration des eaux usées peut être entravée par l’augmentation des volumes de nettoyants et d’assainissants utilisés qui aboutissent dans les systèmes de traitement. Les processus de traitement biologique peuvent également être affectés.
  5. Le bon fonctionnement peut être entravé par une indisponibilité locale et une perturbation des chaînes d’approvisionnement en consommables et en pièces détachées nécessaires aux stations d’épuration, aux stations de pompage, aux réseaux de distribution et aux réservoirs de stockage.
  6. Pénurie accrue de personnel en raison de la maladie et des inquiétudes du personnel concernant le virus, surtout si lui-même ou un membre de sa famille est particulièrement vulnérable, des considérations de sécurité inadéquates augmentant encore le risque d’infection.
  7. Manque de capacité à desservir les quartiers informels, y compris les bidonvilles et à atteindre les personnes les plus pauvres et les plus marginalisées.
  8. Bien que l’importance de l’eau et de l’hygiène dans la lutte contre le coronavirus soit clairement reconnue, il existe un manque de connaissances sur la contribution des solutions d’assainissement au contrôle de la COVID-19.
  9. Risques élevés d’exposition et de contamination du personnel des services d’assainissement travaillant sous terre dans les réseaux d’égouts.

Les responsables n’ont pas accordé beaucoup d’attention à la compréhension des défis et des solutions pour permettre aux services d’eau et d’assainissement de réagir efficacement afin de prévenir la propagation du coronavirus. Toutefois, les discussions et le partage d’expériences entre les compagnies des eaux, lors de récents webinaires mondiaux organisés par de nombreuses organisations, ont mis en évidence les leçons et les actions possibles que les compagnies, les régulateurs et les décideurs politiques pourraient entreprendre pour améliorer à long terme les services et la préparation.

Les échanges ont également souligné que les services d’eau, d’assainissement et d’hygiène doivent travailler ensemble pour renforcer rapidement leurs capacités à répondre aux défis des pandémies comme celles de la COVID-19, tout en adoptant une approche fondée sur les droits de l’homme pour garantir que les plus pauvres des communautés urbaines aient accès à l’eau potable, à des installations sanitaires et d’hygiène décentes.

50 réservoirs d’eau d’une capacité de 5 000 litres que WaterAid Ethiopie a fournis pour être distribués aux centres de santé et aux sites de traitement temporaire COVID-19 à Addis Abeba dans le cadre de notre réponse COVID-19.
WaterAid/ Zerihun Kassa
50 réservoirs d’eau d’une capacité de 5 000 litres que WaterAid Ethiopie a fournis pour être distribués aux centres de santé et aux sites de traitement temporaire COVID-19 à Addis Abeba dans le cadre de notre réponse COVID-19.

Comment nous soutenons et rassemblons nos partenaires

Notre rôle dans la réponse à la COVID-19 consiste à encourager la collaboration entre tous les acteurs, du gouvernement, du secteur privé, de la société civile, des bailleur de fonds et des populations. Des actions audacieuses doivent être développées non seulement pour répondre à la crise sanitaire actuelle, mais aussi pour renforcer la résilience des fournisseurs d'eau et d'assainissement face aux crises futures.

Au début de la crise mondiale, nous avons détaillé quatre choses qui aident les services de l’eau à lutter contre la pandémie de COVID-19. Au cours de la pandémie, nous avons élargi notre réponse, y compris un soutien spécifique aux fournisseurs de services :

  • Soutenir les services publics et les municipalités dans leur intervention d’urgence pour installer des stations de lavage des mains et des points d’eau ou des camions-citernes dans les bidonvilles et les quartiers informels où nous travaillons.
  • Soutenir les gouvernements locaux, les services publics et les communautés par des campagnes numériques sur le lavage des mains en toute sécurité, en utilisant les médias sociaux, la radio communautaire et d’autres formes de communication sans contact pendant le confinement.
  • Soutenir la campagne mondiale #UtilitiesFightCOVID de l’Alliance mondiale des opérateurs de l’eau (GWOPA) dirigée par l’ONU-Habitat. GWOPA et ONU-Habitat ont lancé cette initiative #UtilitiesFightCOVID pour sensibiliser à l’importance des services publics en ce moment, en encourageant les professionnels de l’eau et de l’assainissement à partager leurs expériences et leurs idées pour faire face à la COVID-19. Lisez comment les compagnies des eaux du monde entier réagissent face à la COVID-19.
  • Plaidoyer pour que les autorités de régulation des services publics et les gouvernements locaux adoptent une approche fondée sur les droits de l’homme en matière d’approvisionnement en eau potable, d’assainissement et d’hygiène pour les personnes vivant dans des bidonvilles et des quartiers informels.
  • Plaidoyer pour l’importance du secteur WASH, en particulier le secteur de l’assainissement, dans la prévention des pandémies comme la COVID-19.
  • Soutenir les services publics par le biais de partenariats avec les opérateurs du secteur de l’eau pour préparer des plans d’exploitation en cas de pandémie pendant la COVID-19. En temps normal, nous les aidons également à préparer des plans d’amélioration des performances.
  • Renforcer la capacité des fournisseurs de services WASH à développer des stratégies d’adaptation pour desservir les plus pauvres en période de crise et les encourager à renforcer leurs partenariats avec les organisations ou groupes communautaires émergents pertinents susceptibles de le faciliter..
  • Veiller à ce que les services WASH fournis en réponse à la crise tiennent compte des spécificités de chaque genre et envisagent des options d’accessibilité pour les personnes qui ne peuvent pas utiliser les installations communes.
  • Travailler avec les garants des droits sur des subventions et des aides transparentes aux services publics pour fournir des niveaux de base de services d’eau et d’assainissement qui soient abordables pour tous, partout dans leurs zones desservies.
  • Préconiser l’amélioration des conditions des travailleurs de l’assainissement en les équipant d’EPI et en les formant à leur utilisation.

Pleins feux sur un partenariat entre le Royaume-Uni et le Népal

Au Népal, le Beacon Project - une collaboration entre WaterAid, la société britannique Anglian Water et ses partenaires de l’Alliance - a rapidement adapté son programme, en installant des points de lavage des mains sans contact dans tout Lahan, avec des plans pour soutenir les districts voisins, et en fournissant du désinfectant et des EPI aux travailleurs de la santé, et du savon et des masques aux communautés dalits.

« De manière moins tangible, mais non moins importante, WaterAid a servi de canal pour nos conseils concernant le maintien de l’approvisionnement en eau et la focalisation sur les seules activités essentielles aux entreprises. Influencer la NWSC (la compagnie locale des eaux) et l’aider à adopter ces pratiques », a déclaré Alex Bailey, chef de projet Smart Water Systems à Anglian Water.

« Nous avons pu, à distance, aider WaterAid et la NWSC à changer la façon dont ils encaissent les factures des clients, la façon dont les robinets et les pompes à main sont actionnés et à faire partager l’importance des bonnes pratiques d’hygiène en ce moment. »

Dans le cadre de la réponse #COVID19, WaterAid Nepal a fourni 50 gallons de désinfectant de surface, 17 000 masques chirurgicaux et 100 équipements de protection individuelle (EPI) à la division de gestion du ministère de la santé et de la population. WaterAid Népal a également ...
Les habitants d’une communauté Dalit à Lahan, dans le district de Siraha, utilisant les stations de lavage des mains fournies par WaterAid Nepal pendant la pandémie de COVID-19, ainsi que du savon et des masques chirurgicaux.

Nous travaillons avec des partenaires des services publics WASH, au Royaume-Uni et dans le monde entier, pour partager les compétences et le savoir-faire qui apporteront un changement durable aux communautés du monde entier. Au Royaume-Uni, nous collaborons avec nos partenaires du secteur de l’eau et dans le cadre de la campagne nationale Love Water pour changer des millions de vies.

Renforcer la résilience à long terme

Il est important que les services publics, leurs régulateurs et responsables politiques du secteur WASH considèrent les changements fondamentaux de la fourniture de services WASH que la pandémie a engendrés comme la nouvelle norme à maintenir après la COVID-19. Ces actions sont une nécessité urgente maintenant et sont cruciales pour renforcer la résilience face aux pandémies et aux crises futures.

Nous continuerons à soutenir les services publics d’eau, d’assainissement et d’hygiène dans leur travail de réponse et de renforcement, en étant solidaires avec eux et en soutenant les gouvernements et les institutions dans la lutte contre les défis posés par la COVID-19 et la construction d’une résilience à long terme pour atteindre tout le monde, partout, d’ici 2030.

1. Ces estimations sont basées sur les webinaires mondiaux de partage d’expérience organisés par plusieurs organisations pendant la pandémie de COVID-19, au cours desquels les services publics du monde entier ont fait état de chiffres similaires.

Puneet Srivastava est conseiller en matière de WASH urbain pour les services publics, Mbaye Mbéguéré est directeur principal WASH urbain et Rob Fuller est conseiller principal du secteur privé.