L'eau, l'assainissement et l'hygiène dans les établissements de santé sont la pierre angulaire des systèmes de santé résilients et de la couverture sanitaire universelle

Temps de lecture : 9 minutes
Image: WaterAid/ Frehiwot Gebrewold

L'eau, l'assainissement et l'hygiène (EAH) sous-tendent la santé humaine et sont essentiels pour atteindre la couverture sanitaire universelle (CSU). Alors que l'agenda mondial de la santé redéfinit ses priorités et va au-delà de la réponse aux pandémies, il est essentiel que le programme EAH fasse partie intégrante des efforts mondiaux visant à atteindre la CSU et à construire des systèmes de santé véritablement résilients reposant sur des bases solides. Cela commence par une pierre angulaire centrale : l'accès universel aux services EAH dans les établissements de santé, expliquent Alexia Knappmann et Kaoru Takahashi.

Lors du Sommet mondial de la Santé qui s'est tenu cette année à Berlin, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé, a appelé tous les pays à une réorientation et à un changement de paradigme vers la promotion de la santé et la prévention des maladies plutôt que de dépenser des millions pour traiter des maladies qui pourraient être évitées pour une fraction du coût. « Dans l'ensemble, les systèmes de santé du monde ne fournissent pas de soins de santé. Ils dispensent des soins aux malades », a-t-il déclaré.

Cependant, les établissements de santé qui n'ont pas accès à une eau propre, à un assainissement sûr et à une hygiène de base, définis dans le dernier rapport du JMP comme l'accès à des installations d'hygiène des mains sur les lieux de soins ainsi qu'à des toilettes, ne peuvent même pas prendre soin de leurs patients en toute sécurité. Les agents de santé, dont 70 % sont des femmes, ne sont donc pas en sécurité et les patients risquent de contracter d'autres infections évitables lorsqu'ils cherchent à se faire soigner.

Pour parvenir à un changement de paradigme en faveur de la promotion de la santé et de la prévention des maladies, il convient de réorienter les systèmes de santé vers les soins de santé primaires, qui constituent le fondement de la CSU, et il faut des systèmes de santé véritablement résilients. Alors que la communauté mondiale de la santé se prépare à une année importante pour l'accélération des progrès en matière de CSU, la réalisation de progrès simultanés vers l'accès universel à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène dans les établissements de santé sera cruciale pour la réussite. Heureusement, il y a des raisons d'être optimistes.

La présidence du G7 par le Japon, défenseur de la CSU, est une chance

Le Japon prendra la relève de l'Allemagne à la présidence du G7 le 1er janvier 2023. Le gouvernement japonais, défenseur de longue date du sujet de la CSU, a déjà montré qu'il était prêt à relever le défi d'accélérer les progrès en matière de CSU. Sous sa direction, la CSU a été mentionnée pour la première fois comme une question de santé majeure dans un communiqué du G7, la déclaration du sommet d'Ise-Shima en 2016. Pour 2023, le gouvernement a à nouveau choisi la CSU comme l'une de ses trois principales priorités pour le volet santé du G7. La réunion des ministres de la Santé du G7 devrait donner le ton pour la suite des discussions lors de la rencontre de haut niveau des Nations unies sur la CSU, prévue en septembre 2023.

S'il est décevant que le programme EAH n'ait pas été mentionné dans la section consacrée à la CSU de la déclaration du G7 de 2016, le gouvernement japonais mentionne souvent le rôle important du secteur EAH pour la santé dans ses déclarations sur la CSU et la crise sanitaire mondiale. Ce plaidoyer international est important et devrait être bien entendu par les autres membres du G7 car, sous la présidence allemande, ils ont finalement reconnu (PDF) « l'importance de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (EAH) comme élément clé de la prévention et de la réponse à la résistance aux antimicrobiens ».

En outre, le G7 s'est engagé (PDF) à « renforcer […] la mise en œuvre des programmes de prévention et de contrôle des infections (IPC) […] en particulier pour les établissements de santé, conformément aux exigences minimales IPC identifiées par l'OMS ». Les exigences minimales IPC auxquelles il est fait référence identifient l'eau, l'assainissement et l'hygiène comme les trois premières exigences minimales lorsqu'on examine l'environnement au niveau des installations, ce qui donne à la présidence japonaise du G7 un mandat clair des États membres pour faire progresser le programme EAH dans les établissements de santé. Le G7 est le plus efficace en tant que catalyseur du changement lorsqu'il s'appuie sur le travail des présidences précédentes, comme l'a voulu l'Allemagne avec sa présidence. Nous espérons que le Japon poursuivra cette tradition en 2023.

Head Nurse Madhubala Awasti washes her hands after assisting patients in a ward of a community health centre. She says she brings her own bottle of water from her house as a precaution. Uttar Pradesh, India. 7 June 2021
Head Nurse Madhubala Awasti washes her hands after assisting patients in a ward of a community health centre. She says she brings her own bottle of water from her house as a precaution to ensure she has some. Uttar Pradesh, India.
Image: WaterAid/ Anindito Mukherjee

Un objectif d'accélérer les efforts afin de parvenir à une CSU plus résiliente, équitable et durable

En juin 2022, le gouvernement japonais a lancé une stratégie mondiale en matière de santé qui structure l'effort du Japon pour la santé mondiale jusqu'en 2030. Il a deux objectifs politiques, dont l'un est d'accélérer les efforts pour parvenir à une CSU plus résiliente, équitable et durable. Dans cette stratégie, le Japon reconnaît à nouveau le rôle important de l'eau, l'assainissement et l'hygiène en tant que « secteur ayant des liens très forts avec la santé ».

Il souligne en outre que « l'amélioration de l'eau, de l'assainissement, de l'hygiène des mains, de la ventilation et d'autres comportements d'hygiène, notamment dans les établissements de santé, revêt une importance croissante en tant que moyen de prévention des infections, dont l'impact sur la santé est significatif. Sur cette base, les efforts dans ces domaines devraient être renforcés. »

Avec le Japon à la présidence du G7 en 2023, un défenseur qui non seulement manifeste son ambition, mais qui est aussi l'un des plus grands bailleurs de fonds bilatéraux du programme EAH, nous pensons que le gouvernement japonais peut jouer un rôle clé dans l'accélération des efforts mondiaux pour améliorer l'accès aux services EAH dans les établissements de santé par la mise en œuvre de sa stratégie mondiale en matière de santé et en influençant d'autres gouvernements au G7 et avant la rencontre de haut niveau des Nations unies sur la CSU pour qu'ils investissent pour des services EAH dans les établissements de santé.

Le Japon peut notamment :

  • Tirer parti de sa présidence du G7 pour influencer les plans de préparation aux pandémies mondiales afin de donner la priorité à un financement catalytique, dans le but de combler le déficit de couverture EAH dans les centres de santé des pays les plus pauvres et les moins avancés d'ici 2030.
  • Reconnaissant le lien étroit entre les services EAH et la lutte contre la résistance aux antimicrobiens, soutenir l'intégration du programme EAH en tant que composante essentielle des paniers de soins primaires qui constituent le fondement de la CSU.
  • Améliorer le suivi et la transparence des projets EAH dans les investissements bilatéraux et multilatéraux en matière de santé mondiale, notamment en ce qui concerne le renforcement des systèmes de santé.

L'investissement pour des services EAH dans les établissements de santé constitue un investissement sûr et essentiel

Cet investissement est essentiel à la réalisation de la CSU, car les services EAH jouent un rôle vital dans les quatre composantes de la couverture sanitaire universelle (PDF), pour les services de promotion, de prévention, de traitement et de réadaptation, mais apportera également de nombreux autres avantages sanitaires. Il aide les systèmes de santé à devenir plus résilients et capables de réagir aux chocs sanitaires et climatiques, qui deviendront plus fréquents en raison du changement climatique (PDF). Il s'agit tout simplement d'un investissement sans regret. En ces temps difficiles de crises multiples, le monde devant encore faire face aux impacts de la pandémie de COVID-19, de conflits multiples, de l'insécurité alimentaire et énergétique et du changement climatique, cet argument pèse lourd et il devient évident que le financement du développement international doit être investi dans des interventions à fort impact et aux effets multiplicateurs. C'est exactement ce que fait l'investissement pour des services EAH dans les établissements de santé.

Les services EAH dans les établissements de santé ne sont pas seulement essentiels pour la CSU, mais aussi pour la préparation et la réponse aux pandémies, l'arrêt de la propagation de la résistance aux antimicrobiens et l'amélioration de la santé maternelle, néonatale et infantile. En brisant les cycles de transmission, le programme EAH s'attaque aux causes de nombreuses maladies infectieuses. L'amélioration de l'hygiène des mains dans les établissements de santé pourrait à elle seule prévenir jusqu'à 50 % des infections pendant le traitement. Les infections associées aux naissances non hygiéniques sont responsables de 26 % des décès de nouveau-nés et de 11 % de la mortalité maternelle, représentant ensemble plus d'un million de décès chaque année. Environ 20 % de tous les décès dans le monde sont dus à la septicémie (environ 11 millions de décès potentiellement évitables) et plus de la moitié de tous les cas de septicémie associés aux soins de santé peuvent être évités grâce à des services EAH sûrs dans le cadre de la prévention et du contrôle des infections.

A pregnant woman walks out of the toilet at the health centre in Napacala (pre-intervention). Niassa Province, Mozambique, Jul 25, 2022.
A pregnant woman walks out of the toilet at the health centre in Napacala, Niassa Province, Mozambique.
Image: WaterAid/ Etinosa Yvonne

Pourtant, la moitié des établissements de santé dans le monde et 68 % dans les pays les moins avancés (PMA) ne disposent pas de services d'hygiène des mains de base. Cela signifie que 3,85 milliards de personnes sont exposées au risque immédiat de transmission de maladies infectieuses simplement parce qu'elles ne peuvent pas se laver les mains lorsqu'elles travaillent ou sont soignées dans leur établissement de santé. Les aspects de l'accès à l'eau et l'assainissement dans les établissements de santé dans les PMA sont tout aussi alarmants : seuls 20 % disposent d'un assainissement de base et 53 % de services d'eau de base.

Les besoins financiers pour y remédier sont modestes par rapport aux dépenses globales des secteurs de la santé et de l'eau, l'assainissement et l'hygiène (EAH). L'UNICEF et l'OMS ont analysé le coût de la réalisation de l'accès universel aux services EAH dans les établissements de santé des pays les moins avancés (PMA) d'ici 2030, qui s'élèverait à 9,6 milliards de dollars américains. D'après l'analyse de WaterAid, 355 millions de dollars par an de cette somme devraient provenir des recettes intérieures des PMA et 600 millions de dollars par an des financements extérieurs. 

La plupart des dépenses supplémentaires seront nécessaires dans les établissements non hospitaliers et dans les zones rurales, ce qui signifie que les efforts visant à répondre aux besoins en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène dans les établissements de santé contribueront aux principes d'équité et de soins primaires du programme de développement post-2015 pour la santé et auront un impact direct sur les progrès en matière de CSU.

2023 offrira de nombreuses opportunités et rencontres de haut niveau pour progresser vers les objectifs de la CSU. Mais lorsque toutes les discussions mondiales seront terminées, ce seront (principalement) les établissements de santé, en tant que fondements de la CSU, qui devront tenir ces promesses politiques. Toutefois, comme l'a souligné à juste titre la directrice de l'OMS, Maria Neira : « Un établissement de santé sans eau, sans assainissement et sans hygiène n'est pas un établissement de santé. » Il est donc temps pour les pays de prendre du recul et d'examiner les fondements sur lesquels ils construisent leur architecture sanitaire. Et il est également temps qu'ils tiennent leurs propres promesses envers les agents de santé du monde entier, à savoir les doter des exigences minimales dont ils ont besoin pour pouvoir soigner les patients en toute sécurité et dans la dignité.

Kaoru Takahashi est directeur exécutif de WaterAid Japon. Alexia Knappmann est conseillère principale en plaidoyer de WaterAid, représentante de l'Allemagne.

Image du haut : Bedriya Jemal, une professionnelle de la vulgarisation sanitaire au poste de santé de Buriya, se lave les mains avec l'eau installée dans son bureau après avoir fourni des services aux personnes qui visitent le poste de santé de Buriya Kebele, district de Gololcha, région d'Oromia, Éthiopie.