Les solutions communautaires sont essentielles pour lutter contre le changement climatique en Inde

on
19 September 2019
WaterAid/ Prashanth Vishwanathan

Le changement climatique exacerbe les problèmes de mauvaise gestion de l’eau, menaçant des ressources déjà rares. Avec l’augmentation des températures mondiales, l’impact sur les personnes vivant dans des régions souffrant de stress hydrique continuera à s’accroître. Avinash Kumar et Virginia Newton-Smith observent comment nous mettons en place des services d’eau résistants en Inde en plaçant l’implication des communautés au cœur des projets.

D’ici 2030, la demande en eau de l’Inde atteindra le double de l’offre disponible. Aujourd’hui, avec près de 70 % de son eau contaminée, la qualité de l’eau en Inde est la troisième plus mauvaise au monde, selon l’indice de qualité de l’eau.1 Les gens ont besoin de plus d’eau, la pollution signifie qu’il y en a moins et le changement climatique complique encore plus les choses. Nous sommes confrontés à une crise de santé publique.

Cette année, les pluies de mousson tant attendues sont arrivées avec des semaines de retard, après une canicule torride qui a tué au moins 137 personnes. Chennai, la sixième plus grande ville d’Inde, a fait la une des journaux pour avoir été à sec, épuisant les réserves d’eau de la plupart de ses citoyens. La terrible canicule de 2017 a succédé à une inondation historique en 2015 qui a dévasté la plus grande partie de la ville et laissé de nombreux habitants sans abri.

Le changement climatique aggrave les problèmes de mauvaise gestion de l’eau

Cette crise n’est pas sortie de nulle part. La pression sur l’approvisionnement en eau est due à des décennies de mauvaise gestion de l’eau combinée à une surexploitation des eaux souterraines. Les problèmes existants sont aujourd’hui exacerbés par le changement climatique.

Les innovations technologiques ont considérablement accéléré le rythme des prélèvements d’eau souterraine, mais il n’existe aucune loi pour les réglementer. Cela a encouragé des pratiques agricoles non durables telles que les cultures commerciales à forte intensité d’eau dans les zones arides. Les changements dans le régime des précipitations n’ont fait que révéler cette crise rampante.

La vague de chaleur de cette année pourrait être un indicateur de ce qui pourrait devenir la nouvelle norme. Les Indiens ont longtemps vécu avec un temps imprévisible, mais ils devront bientôt s’adapter à des conditions de plus en plus sévères, comme une évidence.

L’Inde n’est pas seule. Les températures sont en hausse partout dans le monde. Juillet 2019 a été le mois le plus chaud jamais enregistré. L’imprévisibilité croissante de l’arrivée et de la durée des sécheresses et des inondations, ainsi que l’élévation progressive mais imparable du niveau de la mer, sont parmi les indicateurs les plus clairs du réchauffement climatique. Et ils impactent plus particulièrement les personnes les plus pauvres et les plus marginalisées, c’est-à-dire celles qui n’ont pas un accès fiable à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène (WASH). Il est urgent d’agir pour aider les personnes déjà confrontées à ces conséquences du changement climatique et celles qui le seront bientôt.

Le reflet dans un seau d’eau de Kusum Kali, 60 ans, et Hukum Chand, 65 ans. Ils luttent contre le manque d’accès facile à l’eau potable dans leur village Saipur Maafi dans la région de Bundelkhand en Uttar Pradesh, en Inde. Mars 2018
WaterAid/ Prashanth Vishwanathan
Kusum Kali, 60 ans, et Hukum Chand, 65 ans, luttent contre le manque d’accès facile à l’eau potable dans leur village, Saipur Maafi, dans la région de Bundelkhand en Uttar Pradesh, en Inde.

Le gouvernement indien commence à réagir

Le gouvernement Modi, qui a entamé son deuxième mandat en mai, élabore un ensemble de mesures législatives en vue de réformer le secteur de l’eau, dont une loi type visant à gérer ce qui est devenu l’une des ressources les plus rares et les plus précieuses - l’eau. Une deuxième loi type devrait également être élaborée précisant les dispositions relatives à la réutilisation et au recyclage de l’eau.

Simultanément, le gouvernement a lancé la Jal Shakti Abhiyan - une campagne pour la conservation et la sécurité de l’eau par une bonne gestion. Des experts et des scientifiques spécialisés dans le domaine des eaux souterraines travailleront avec les fonctionnaires de l’État et des districts dans les régions les plus touchées par le stress hydrique. L’accent sera mis sur le rajeunissement des nappes d’eau, la réutilisation des eaux usées traitées, la conservation de l’eau et la collecte des eaux de pluie, les structures de recharge des puits de forage, le développement des bassins versants et les solutions basées sur la nature telles que la plantation d’arbres.

WaterAid travaille avec les communautés pour créer des services d’eau résilients

Notre travail en Inde s’est concentré sur la sensibilisation de la population au besoin essentiel de conservation de l’eau et à la valeur de la combinaison des connaissances traditionnelles avec les nouvelles innovations.

Toutefois, il n’existe pas de solution unique. Chaque intervention doit être étayée par des preuves géologiques spécifiques attestant qu’elle sera résistante aux effets du changement climatique et durable à long terme.

  1. Dans le district de Bandadans l’état de l’Uttar Pradesh, nous avons lancé en mars de cette année une campagne collective à l’échelle du district sur la recharge et la conservation des eaux souterraines appelée Bhujal Badhao, Payjal Bachao (« Augmenter les eaux souterraines, économiser l’eau potable »). Plus de 35 000 personnes ont participé à une plateforme communautaire appelée Jal Choupal sur l’établissement d’un budget de l’eau et l’évaluation des eaux souterraines. Grâce à cette plateforme, les communautés, les militants, les fonctionnaires, les chercheurs et les groupes de la société civile peuvent trouver collectivement des solutions aux problèmes de l’eau.
  2. Plus de 2 000 pompes à main endommagées ont été réparées et 260 puits dysfonctionnels ont été restaurés. Environ 2 500 petits puits et étangs ont été créés pour capter les pluies tout en élevant et en rechargeant le niveau des eaux souterraines, et 2 500 tranchées ont été creusées pour aider à la conservation des sols et de l’eau. La deuxième phase de la campagne se concentre maintenant sur la restauration des masses d’eau de surface.
  3. Dans le district de Kanker de l’état de Chhattisgarh, une campagne de collecte des eaux de pluie à l’échelle du district pour construire plus de 5 000 structures est en cours. Avec nos partenaires locaux, nous avons soutenu la planification, le renforcement des capacités et la formation des compétences requises pour utiliser le logiciel de surveillance à distance.
  4. Dans le sud, à travers les districts de Kerala (Palakkad), de Karnataka (Nelamangala) et d’Andhra Pradesh (Sri City), notre objectif est d’aider les communautés à construire des infrastructures résistantes liées à l’eau, telles que des mini-systèmes d’approvisionnement en eau et de collecte des eaux de pluie. L’objectif est également de générer un fort sentiment d’appropriation institutionnelle locale des projets par le biais de comités villageois communautaires pour l’eau et l’assainissement, de groupes d’usagers d’eau et de comités de gestion des écoles. Ainsi, les communautés peuvent s’approprier et gérer ces structures avec quelques connaissances techniques de base.

Pendant la mousson de 2018, ces projets ont permis de récolter plus de 20 millions de litres d’eau de pluie. Nous verrons bientôt l’importance de capturer les pluies de cette année.

Une femme recueille l’eau d’une pompe à main communautaire dans la région de Bundelkhand, dans l’Uttar Pradesh, en Inde.
WaterAid/ Prashanth Vishwanathan
Une femme recueille l’eau d’une pompe à main communautaire dans la région de Bundelkhand, Uttar Pradesh, Inde.

La résilience climatique doit faire partie de chaque projet

Avec chaque projet, il est clair que des problèmes spécifiques nécessitent des solutions spécifiques. Mais ils ont tous en commun de mettre l’accent sur un travail mené par la communauté et un sentiment d’appropriation des adaptations.

Il est impératif que les personnes vulnérables vivant à la limite du changement climatique prennent l’initiative de persuader les gouvernements de répondre à l’aggravation de la crise de l’eau. La résilience des installations va de pair avec la pérennité de la gestion des ressources - dont la clé est l’engagement et l’appropriation par les communautés qui dépendent de ces services.

Les institutions de gouvernance locale chargées de la gestion des infrastructures WASH doivent encourager la communauté à participer activement à la planification, à la fourniture et au suivi de ces ressources.

Pour se préparer à un avenir où le changement climatique aura un impact négatif sur des ressources en eau de plus en plus sollicitées, la pérennité et la résilience doivent être au cœur de tous les travaux visant à améliorer les services WASH. Et, par conséquent, la participation des communautés doit également être au cœur de ces efforts.

Nous continuerons à démontrer les succès et les enseignements des approches communautaires. Des projets comme ceux-ci, combinés aux ressources financières et aux infrastructures importantes que l’État promet, inspirent une perspective positive pour une plus grande résilience dans l’Inde aride. Avec une demande en eau croissant si rapidement, nous ne pourrons pas concrétiser cette perspective assez tôt.

Avinash Kumar est directeur des programmes et des politiques à WaterAid India. Suivez-le sous le pseudo @Avinashkoomar. Virginia Newton-Lewis est analyste principale des politiques - Sécurité de l’eau à WaterAid UK. Suivez la sous le pseudo @drvlnl.

Gouvernement de l’Inde. Indice composite de gestion de l’eau (grand PDF).