Les travailleurs sanitaires en Asie du Sud : en marge de la société, en première ligne de la COVID-19

8 min read
WaterAid/ CS Sharada Prasad

Le rôle vital des agents sanitaires les place en première ligne – souvent oubliés – lors des confinements de la COVID-19. Déjà marginalisés dans de nombreuses sociétés, comment la pandémie a-t-elle affecté leur sécurité et leur bien-être ? Shahrukh Mirza et Andrés Hueso discutent de nos recherches avec des travailleurs sanitaires de toute l’Asie du Sud, en soulignant comment les soutenir durant la pandémie et au-delà.

Sita Devi* travaille comme balayeuse dans la municipalité de Lahan au Népal depuis 15 ans. Elle se souvient de la terreur qui régnait dans sa communauté dalit lorsque la COVID-19 a atteint le Népal, et de la façon dont les gens ont commencé à se laver davantage les mains et à s’éloigner les uns des autres.

Bien qu’elle apprécie toutes les précautions que les gens prennent, Sita s’inquiète de savoir dans quelle mesure elle peut se protéger. Elle craint de contracter le virus dans le cadre de son travail et veut se laver après son retour à la maison, pour protéger sa famille, mais le robinet d’eau de la communauté est loin de chez elle, et elle doit souvent se dépêcher pour préparer le repas du soir.

*Pseudonyme pour protéger son identité.

Des ouvriers sanitaires utilisent des bandes de bambou de 20 pieds de long pour essayer de débloquer manuellement les égouts résidentiels à Bangalore, en Inde. 2019
Des ouvriers sanitaires utilisent des bandes de bambou de 20 pieds de long pour essayer de débloquer manuellement les égouts résidentiels à Bangalore, en Inde.
WaterAid/ CS Sharada Prasad / Safai Karmachari Kavalu Samiti

Les travailleurs de l’assainissement étaient déjà marginalisés, surtout en Asie du Sud

Sita et des milliers d’autres comme elle sont la main-d’œuvre cachée qui a permis aux villes de fonctionner pendant les confinements imposés dans une grande partie de l’Asie du Sud à partir du mois de mars. Bien que fournissant un service public essentiel, les travailleurs de l’assainissement ont longtemps été marginalisés dans toute la région. Ils travaillent souvent dans des conditions terribles, manipulant les déchets manuellement et avec peu d’équipements de protection, ce qui les expose fortement aux risques de blessures, d’infection et même de décès.

Si les employés officiels comme Sita ont au moins la garantie d’un salaire régulier, l’argent est souvent insuffisant et n’est pas versé à temps. « La nuit dernière, nous avons dormi le ventre vide », dit-elle. « Bien que mon salaire soit de 21 000 roupies par mois, mon employeur ne me verse pas mon salaire à temps. Je dois continuer à chercher de la nourriture pour nourrir ma famille de cinq personnes ». Pour des milliers de travailleurs informels, même cette sécurité d’emploi nominale fait défaut.

Outre les risques pour la sécurité et les difficultés financières, les travailleurs du secteur de l’assainissement sont souvent confrontés à la stigmatisation et à la discrimination. Cette situation est particulièrement grave dans les pays d’Asie du Sud, car le travail est confié à des minorités religieuses et à des personnes considérées comme appartenant à la caste la plus basse.

La pandémie de coronavirus a fait courir un risque accru aux agents sanitaires

Lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé, les agents sanitaires étaient en première ligne. Alors que les travailleurs de la santé ont été applaudis à juste titre pour leur contribution incommensurable pendant la pandémie, les travailleurs qui vidaient nos ordures, nettoyaient nos hôpitaux, nos centres de quarantaine et nos rues, et assuraient le fonctionnement des réseaux d’égouts ont été largement négligés, malgré leur travail vital au milieu d’un risque sans précédent.

Comme l’a dit un travailleur sanitaire de Khulna, au Bangladesh, « Les travailleurs sanitaires comme moi sont la raison pour laquelle les gens peuvent vivre chez eux pendant le confinement [...] Nous continuons notre travail en prenant de grands risques, seulement pour donner au public un certain niveau de confort. Mais il est très regrettable que les gens n’apprécient pas notre sacrifice. »

Uma Devi qui travaille comme récupératrice manuelle dans le bidonville de Sangi Masjid depuis l’âge de 11 ans. Patna, Bihar, Inde.
Uma Devi travaille comme récupératrice manuelle dans le bidonville de Sangi Masjid depuis l’âge de 11 ans. Patna, Bihar, Inde.
WaterAid/ Poulomi Basu

Les défis du travail d’assainissement pendant les confinements dus à la COVID-19

Pour comprendre les réalités des travailleurs de l’assainissement dans le cadre des confinements dus à la COVID-19, nous avons facilité des études au Bangladesh, en Inde, au Népal et au Pakistan, par le biais d’entretiens téléphoniques avec des personnes travaillant dans l’assainissement et la gestion des déchets, des autorités municipales et des experts de la société civile. Bien que nous ayons remarqué des différences entre les pays, les études ont révélé de nombreux défis communs auxquels les travailleurs sont confrontés en l’absence de conseils appropriés, d’équipements de protection, d’assurance maladie ou de filets de sécurité.

  1. Protection limitée face à la COVID-19

    Si la grande majorité des travailleurs à qui nous avons parlé connaissaient les symptômes et les risques liés à la COVID-19, beaucoup étaient mal équipés pour gérer les dangers. Beaucoup n’avaient pas reçu de conseils spécifiques ou de formation formelle pour faire face aux menaces spécifiques à la COVID-19.

    Si les travailleurs avaient généralement accès à une forme d’équipement de protection individuelle (EPI), celui-ci était rarement suffisant en termes d’ajustement, de qualité et de régularité de l’approvisionnement. Par exemple, au Bangladesh, la moitié des personnes interrogées ont mentionné qu’elles devaient utiliser leur propre argent pour acheter des EPI, et plus d’un tiers ont déclaré qu’elles ne se procuraient pas ces équipements aussi souvent que nécessaire. Au Bangladesh, en Inde et au Pakistan, les travailleurs ont également rapporté une surchauffe lorsqu’ils utilisaient des EPI à des températures élevées.

    De la même manière, bien que les travailleurs savent que le lavage des mains est essentiel pour se protéger contre les infections, une pratique correcte est entravée par l’accès limité aux installations et aux fournitures de lavage des mains sur le lieu de travail, surtout si l’on considère que les agents sanitaires se déplacent d’un endroit à l’autre pendant la journée. Là où les installations étaient facilement accessibles, comme au Pakistan et au Népal, la pratique de l’hygiène des mains était meilleure qu’au Bangladesh et en Inde, où l’accès aux installations était plus limité.
  2. Impact négatif sur les moyens de subsistance, en particulier chez les travailleurs informels

    Beaucoup de ces travailleurs s’en sont mieux sortis que d’autres groupes à faibles revenus parce que leur statut de travailleurs essentiels leur permettait de continuer à travailler en dépit des confinements. Mais certaines catégories de travailleurs ont dû faire face à des pertes d’emploi, des retards de paiement et la perte de possibilités de gagner un revenu supplémentaire.

    En moyenne, environ la moitié des personnes interrogées (66 % au Bangladesh, 44 % en Inde, 50 % au Pakistan, 61 % au Népal) ont fait état de nouveaux défis pour faire face à leurs dépenses quotidiennes en raison de la perte de revenus, de la hausse des prix des denrées alimentaires, des dépenses supplémentaires pour les équipements de sécurité et les fournitures d’hygiène, et du coût plus élevé du transport dans des conditions de confinement.

    Les travailleurs informels ont été les plus touchés car ils n’avaient pas de revenu régulier sur lequel s’appuyer et de nombreuses sources de revenus alternatives, comme le travail domestique, n’étaient pas disponibles. Cette situation a eu des conséquences sur l’égalité des sexes, car une forte proportion de la main-d’œuvre informelle est féminine. Par exemple, en Inde, où les nettoyeurs de latrines à sec sont presque invariablement des femmes, une personne interrogée sur quatre dans cette catégorie était complètement sans travail durant le confinement, tandis que d’autres n’ont pu reprendre que partiellement le travail.
  3. Approfondissement des inégalités existantes

    La pandémie a exacerbé les vulnérabilités existantes, affectant plus gravement les travailleurs informels, les travailleuses et les personnes n’ayant pas accès à l’assurance maladie ou à d’autres formes de protection sociale. Seuls 35 % des travailleurs en Inde et 42 % au Népal ont déclaré être couverts par une forme d’assurance ; aucun travailleur au Pakistan ou au Bangladesh, et aucun travailleur du secteur informel dans aucun de ces pays, ne bénéficiait d’une couverture d’assurance.

    Bien qu’il existe dans certains pays des exemples de soutien ciblé aux travailleurs du secteur de l’assainissement, ceux-ci étaient souvent sporadiques et d’ampleur limitée, laissant la plupart des travailleurs gérer seuls les éventuels impacts sur leurs revenus et l’augmentation de leurs dépenses.
  4. Changements dans les attitudes sociales envers les travailleurs de l’assainissement

    Les conséquences de la COVID-19 sur les attitudes sociales envers les travailleurs de l’assainissement ont été mitigées dans les quatre pays. Dans certains cas, les travailleurs ont été davantage reconnus par le public et les employeurs, et se sont sentis fiers de fournir des services essentiels pendant la pandémie. À l’inverse, certains travailleurs au Bangladesh ont fait part de leur inquiétude et des pressions exercées par leurs voisins pour qu’ils ne rentrent pas chez eux après le travail, tandis qu’au Népal, on a même signalé des demandes de propriétaires pour que les travailleurs quittent leur domicile.
Un agent sanitaire en tenue de protection en train d’enlever les obstructions et la vase par le biais d’un service d’égouts mécanisé à Delhi, en Inde.
Un agent sanitaire en tenue de protection en train d’enlever les obstructions et la vase par le biais d’un service d’égouts mécanisé à Delhi, en Inde.
WaterAid/ CS Sharada Prasad

Les actions immédiates et à long terme essentielles pour soutenir ces travailleurs clés

Bien qu’il y ait des différences contextuelles, ces études soulignent la nécessité d’une action urgente et concertée pour faire face aux menaces immédiates qui pèsent sur les travailleurs de l’assainissement, et de mesures à plus long terme pour remédier aux inégalités historiques qui les ont laissés vulnérables au départ.

Pour aider les agents sanitaires à faire face à la pandémie, les acteurs régionaux, les gouvernements nationaux, les autorités municipales et les parties prenantes non gouvernementales doivent agir de toute urgence :

  • Reconnaître le rôle vital des travailleurs de l’assainissement et les risques auxquels ils sont exposés.
  • Fournir un financement d’urgence pour soutenir leur sécurité et leur bien-être pendant la pandémie.
  • Établir des protocoles pour des services d’assainissement, de gestion des déchets et de nettoyage sûrs, notamment en matière de formation et d’EPI.
  • Renforcer les régimes de sécurité sociale et l’accès à l’assurance maladie ciblés pour compenser les risques et protéger les travailleurs, en assurant l’inclusion des travailleurs informels.
  • Assurer l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène sur les lieux de travail et dans les communautés.

À plus long terme, nous devons tous œuvrer à un avenir plus humain dans lequel ceux qui prennent de tels risques pour remplir l’une des fonctions les plus essentielles de la société sont reconnus comme des professionnels qualifiés et traités avec la dignité et le respect qu’ils méritent. Cela devrait inclure :

  • Une révision des plans et des investissements urbains pour intégrer les considérations des travailleurs de l’assainissement.
  • Soutenir la représentation des travailleurs et leur engagement auprès des autorités.
  • Soutenir la recherche et l’innovation dans le domaine de l’assainissement et des déchets.
  • Soutenir la formalisation à long terme des travaux d’assainissement et de traitement des déchets.
  • Lancement d’une campagne de sensibilisation qui remet en question la stigmatisation et la discrimination dont sont victimes les travailleurs de l’assainissement.

La pandémie de COVID-19 ne renforce pas seulement l’impératif moral et de santé publique, fort mais négligé, de protéger les droits des travailleurs de l’assainissement, elle représente également une occasion de réparer la négligence historique.

Shahrukh Mirza est responsable du programme régional – Asie du Sud et Andrés Hueso est analyste politique principal – Assainissement. Andrés tweete sous le nom de @andreshuesoWA