Mettons fin à cette ère de promesses non tenues sur le changement climatique et l’eau, pour permettre la réalisation des objectifs de développement durable

6 min read
WaterAid/ Basile Ouedraogo

L’objectif de développement durable 6 sur l’eau et de l’ODD 13 sur le climat maintiennent l’exécution du programme de développement dans la balance. Comment intensifier l’intégration des actions relatives à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène ainsi qu’à l’adaptation au changement climatique et à l’atténuation de ses effets ? Jonathan Farr, analyste politique senior chez WaterAid, présente notre nouvelle note d’information.

L’histoire de l’action gouvernementale sur le changement climatique est une histoire de promesses non tenues. Les signaux d’alarme retentissent depuis 30 ans, soit avant le sommet de Rio ; le protocole de Kyoto, qui aura 20 ans en décembre, a été suivi d’une augmentation rapide des émissions ; les pays en développement attendent toujours les milliards de dollars promis lors du sommet de Copenhague en 2009 et réaffirmés en 2015.

Des leçons ont été tirées et les Objectifs de développement durable (ODD) pour 2030 disposent d’un inventaire intégré pour vérifier les progrès. La réunion annuelle du Forum politique de haut niveau des Nations unies est une occasion trop rare de demander des comptes aux gouvernements - et à nous-mêmes dans la communauté du développement - bien avant 2030. Nous devons nous assurer de prendre les mesures nécessaires et d’identifier les obstacles au fur et à mesure.

Nous devons profiter de cette occasion pour rendre des comptes

Ce processus ne peut pas avoir lieu assez tôt. Mami Mizutori, le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophe, a déclaré au début du mois qu’une catastrophe climatique se produit chaque semaine dans le monde. Ces crises - inondations, sécheresses et tempêtes violentes - auront des conséquences dramatiques à court terme, mais les problèmes à long terme se situeront au niveau de l’approvisionnement en eau des ménages.

Les sécheresses mettront les ressources en eau sous pression, comme nous l’avons vu récemment à Chennai et au Cap l’année dernière, mais aussi dans de nombreuses villes et villages d’Afrique et d’Asie du Sud. Pour y remédier, WaterAid travaille avec les communautés vivant dans la pauvreté pour renforcer le suivi et la gestion des ressources en eau, afin de donner aux communautés les moyens de se préparer aux sécheresses et d’être résilientes aux impacts climatiques.

Si nous ne nous attaquons pas au changement climatique, les gains en matière de développement iront en régressant

Tous les objectifs de développement durable pour 2030 visant à assurer la prospérité mondiale sont liés, mais les ODD 13 sur le climat et ODD 6 sur l’eau en particulier mettent en balance la réalisation des ODD. Si nous ne nous attaquons pas au changement climatique, nombre des progrès réalisés en matière de développement au cours des 20 dernières années pourraient être réduits à néant face aux crises successives, notamment les 700 millions de personnes supplémentaires confrontées à la pénurie d’eau. Si nous ne garantissons pas l’accès à des ressources en eau gérées de manière sûre, les communautés seront freinées par de graves problèmes de santé, les enfants ne pourront pas terminer leurs études et les villes ne seront pas viables.

Fatimata Coulibaly, 29 ans, et Awa Dembélé, 33 ans, toutes deux membres du groupe de femmes Benkadi, utilisant une sonde électrique pour mesurer le niveau de l’eau dans un puits à l’intérieur du jardin maraîcher, Kakounouso, Samabogo, Cercle de Bla, région de Ségou, Mali, février 2019.
Fatimata Coulibaly et Awa Dembélé, membres du groupe de femmes Benkadi, utilisant une sonde électrique pour mesurer le niveau de l’eau dans un puits à l’intérieur du jardin maraîcher, Kakounouso, Samabogo, Mali.
WaterAid/ Basile Ouedraogo

Des exemples d’intégration existent - ils doivent devenir des programmes globaux

Le mouvement visant à intégrer l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ses effets dans le développement a été lent. Mais il existe des exemples positifs. WaterAid travaille déjà avec des communautés en Afrique de l’Ouest, en Éthiopie et au Bangladesh à sécuriser l’approvisionnement en eau et protéger les services d’assainissement contre les effets du changement climatique. Et Mercy Corps, en République démocratique du Congo (RDC), met en œuvre un programme qui vise à améliorer la stabilité des populations par une meilleure gouvernance foncière et un meilleur accès à la terre, ainsi que par le développement d’un environnement de marché plus efficace et plus inclusif pour plus de 250 000 personnes dans le Nord-Kivu. Conformément à l’ODD 13, le programme comprend une forte composante de ressources naturelles qui se concentre sur les moyens de remédier aux conditions écologiques du Nord-Kivu responsables de l’insécurité alimentaire, de l’augmentation des conflits et de l’inégalité sociale.

Cette refonte radicale nécessitera des méthodes de travail alternatives, et l’ODD 13 exige de nouveaux partenariats pour faire face aux complexités des problèmes mondiaux - y compris le changement climatique. L’un de ces modèles est l’Alliance zurichoise pour la résilience aux inondations, qui examine comment aborder le problème complexe de la résilience aux inondations afin d’identifier et de mettre en œuvre des moyens pratiques pour aider les communautés à renforcer leur résistance aux risques d’inondation. Par le biais du programme de la Zurich Alliance, Mercy Corps et ses partenaires de l’Alliance cherchent des moyens innovants pour augmenter le financement de la résilience aux inondations et intégrer une approche de résilience dans les plans des gouvernements nationaux. En Indonésie, Mercy Corps étudie le potentiel d’une obligation d’impact pour encourager l’investissement dans la résilience aux inondations, et au Népal, ils travaillent avec 11 gouvernements locaux pour intégrer une approche de systèmes de marché dans la politique et la planification de la résilience aux catastrophes.

Nous devons faire en sorte que ces exemples deviennent des programmes mondiaux. Pourtant, seuls 28 %, soit 761 millions de dollars du financement total de l’adaptation sont alloués aux États fragiles et touchés par des conflits - et les pays fragiles ne reçoivent que 12 % du financement multilatéral pour l’adaptation au climat et l’atténuation de ses effets. Les pays doivent prendre conscience des menaces auxquelles ils sont confrontés, dès cette semaine au Forum politique de haut niveau, si ce n’est déjà fait.

Moustapha (à l’arrière) et son collègue Désir (devant) prenant des mesures avec un pluviomètre. Ils se portent volontaires pour surveiller l’eau, dans le village de Sablogo, province de Koulpelogo, au Burkina Faso.
Moustapha (à l’arrière) et son collègue Désir (à l’avant) enregistrant à partir d’un pluviomètre. Ils sont volontaires pour surveiller l’eau dans le village de Sablogo, province de Koulpelogo, au Burkina Faso.
WaterAid/ Basile Ouedraogo

Actions urgentes pour un avenir durable

Les pays doivent :

  • Augmenter considérablement le financement de l’adaptation, en particulier pour les États fragiles et touchés par des conflits.
  • Augmenter le financement des mesures de réduction des risques liés aux catastrophes naturelles (RRC) et d’adaptation au climat qui renforcent la résilience aux inondations et autres risques liés au climat. Il est essentiel que le financement destiné à renforcer la résilience atteigne et renforce les structures au niveau local, là où les impacts des catastrophes se font le plus sentir.
  • Intégrer la RRC, l’adaptation au climat et le renforcement de la résilience dans les politiques, stratégies et pratiques de développement afin d’éviter de perdre les gains des ODD. En alignant les lois et les politiques, les pays et les communautés peuvent renforcer la résilience de manière plus intégrée.
  • Donner la priorité aux personnes les plus vulnérables et marginalisées pour les investissements et les programmes de gestion des risques de catastrophes, d’adaptation au climat et de renforcement de la résilience, afin que les personnes les plus exposées soient les premières à en bénéficier.
  • Inclure le programme WASH dans la politique de lutte contre le changement climatique en tant que stratégie d’adaptation clé. Les gouvernements doivent s’engager et encourager une meilleure coopération interinstitutionnelle, en reconnaissant que l’eau, l’assainissement et l’hygiène sont des éléments essentiels de l’adaptation au changement climatique.

Il ne s’agit pas seulement de coller un pansement sur les problèmes, mais de construire l’avenir que nous voulons, un avenir fondé sur un accès fiable à une énergie et une eau propres, où le niveau de vie s'améliore plutôt que demeurer compromis, et où les gouvernements peuvent fièrement tenir leurs promesses.

Lisez notre dossier politique Adaptation et résilience au changement climatique et eau, assainissement et hygiène : liens entre l’ODD 13 et l’ODD 6

Suivez notre couverture du FPHN 2019 sur la page centrale, du blog de l’agenda et sur Twitter.

Jonathan Farr est analyste politique principal chez WaterAid UK.